Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 24 juin 2021
Antananarivo | 14h44
 

Economie

Conjoncture économique

Politique monétaire : la Banque centrale réajuste ses taux

mercredi 12 mai | Mandimbisoa R.

Dans sa récente note de conjoncture économique, le Comité monétaire de la Banque centrale (BFM) a fait savoir sa décision d’augmenter les taux de ses facilités permanentes (corridor des taux d’intérêt).

Le taux de facilité de dépôt grimpe à 1,76 % au lieu de 0,90% auparavant et le taux des facilités de prêt marginal passe de 6,16 % contre 5,30% . Le coefficient de réserves obligatoires sur les dépôts en ariary est maintenu à 11,0% et celui sur les dépôts en devises à 24,0%. Le taux du prêt marginal est le taux d’intérêt que les banques commerciales paient lorsqu’elles empruntent de la liquidité auprès de la banque centrale, le taux de facilité de dépôt est le taux d’intérêt fixé par la banque centrale auquel sont rémunérés les dépôts que placent les banques et autres établissements financiers auprès d’elle.

Bien que l’inflation ait été relativement stable au cours de ces derniers mois, il existe un excédent élevé de monnaie en circulation dans l’économie par rapport au niveau adéquat, rapporte la BFM. Cet excédent élevé requiert ainsi la vigilance car il est susceptible d’exercer une pression sur le niveau général des prix, le contexte, tant au niveau national qu’à l’international, demeurant incertain, d’où la hausse de ces taux d’intérêt. La prudence est ainsi de mise à la BFM.

Dans sa note de conjoncture économique, la BFM prévoit également une croissance de 3,2% pour cette année. Elle revoit ainsi à la baisse les prévisions de la croissance du pays fixée à 4,5% dans la loi des Finances 2021. « La reprise économique attendue cette année 2021 pourrait être ralentie par la deuxième vague de la pandémie de Covid-19. La dynamique de l’activité productive montre des signes d’essoufflement, et les indispensables mesures pour contenir la propagation du virus risquent de constituer de sérieuses entraves », prévient la BFM.

La Banque centrale explique que « les diverses restrictions dues à la pandémie ont entraîné une baisse des recettes et des paiements au titre des services. Au niveau des biens, les exportations d’Ambatovy n’ont repris que vers la fin du mois d’avril. Par rapport au premier trimestre 2020, la valeur nominale des exportations de vanille a baissé, entraînée par la chute du prix du kilo de 365,0 dollars US au prix plancher de 250,0 dollars US. Les entreprises franches ont également vu leurs exportations diminuer de 11,4 % en valeur ».

En matière des Finances publiques, cette note indique que « la crise sanitaire a encore impacté les revenus de l’Etat. Le taux de pression fiscale, hors remboursement des TVA/TVAPP, est estimé à 8,7 % à fin mars 2021, s’il avait été de 9,5 % un an auparavant. Sur la même période, les dépenses à caractère social et de santé se sont intensifiées ». Ainsi, elle révèle que « l’Etat a eu recours à une mobilisation accrue des ressources domestiques pour financer le déficit budgétaire », estimé à -0,3% du PIB au premier trimestre de l’année.

Pour ce qui est de l’atteinte du taux de croissance envisagée par cette note, « elle serait essentiellement tirée par le secteur secondaire (+4,9 %, contre -16,0 % en 2020), dont les industries minières (8,1 %) et la branche des énergies (5,0 %), et le secteur tertiaire (+2,8 %, contre -1,1 % en 2020). Cependant, le tourisme et le transport pourraient freiner la dynamique des activités de services. Pour le secteur primaire, une croissance de la production agricole de 2,6 % est espérée en 2021, contre +2,0 % en 2020 ».

53 commentaires

Vos commentaires

  • 12 mai à 08:58 | arsonist (#10169)

    Heuuu ! En ce qui concerne la fixation ou la détermination des taux dans les banques centrales,
    a-t-on besoin de calculs stat’ ou pas ?
    Je pose la question parce que compte tenu des résultats des stat’ publiés sur les dégâts de la covid , hum ...

    Je me demande aussi des mathématiques économiques et financières existent !

    • 12 mai à 09:00 | arsonist (#10169) répond à arsonist

      Je me demande aussi SI des mathématiques économiques et financières existent !

  • 12 mai à 09:20 | lancaster (#10636)

    Cette note de conjoncture dévoile ce que beaucoup craignait déjà : la baisse de la performance économique du pays en grande partie due à la pandémie.
    Deux grands axes d’effort de la part du gouvernement sont mis en évidence :
    - Accentuer , accélérer et intensifier les mesures pour détruire le maillage du territoire par la circulation de la covid19. La stratégie actuelle est indispensable mais pas suffisante. Vaccin, ctc, gestes barrières, couvre-feu, fermeture des régions contaminées et des frontières internationales etc. Tout cela est bien, encore faut-il les réaliser avec efficacité. Mais ce n’est pas suffisant. Le gouvernement doit faire preuve d’imaginations pour plus d’efficacite Et plus de résultats.
    - Mettre en place des dispositifs de relance economique : fiscalité intelligente, financement bancaire accessible, privilégier les secteurs pourvoyeurs d’emplois, générateurs de devises étrangères, producteurs de vivres, intensifier les investissements en matière d’infrastructures DE BASE (travaux d’irrigation, routes, électrification, adduction d’eau, réseau de télécommunication, QUITTE À augmenter la dette publique qui, contrairement aux croyances, est à un niveau encore bas, et qui doit être un levier de relance économique.
    Pour cela, un gouvernement installé dans la routine ne peut être l’outil adapté à ce combat . Il faut absolument un nouveau gouvernement capable de produire un plan de bataille à court et long terme, de conduire les actions techniquement, financièrement avec les ressources humaines nécessaires même étrangères, et de présenter des résultats régulièrement .

    • 12 mai à 10:17 | Stomato (#3476) répond à lancaster

      La pandémie est-elle seule responsable de cette faible performance économique ?
      Ou bien est-ce un artifice supplémentaire pour cacher un mal endémique ?

    • 12 mai à 10:55 | Yet another Rabe (#4812) répond à lancaster

      Re-,

      @Stomato,

      Vous le savez très bien, la pandémie est juste la partie visible de l’iceberg de la faible performance économique (quel doux euphémisme de votre part) de Madagougou.

      Le responsable principal, jamais coupable est la principale organisation foza, la Confrérie des Voleurs Organisés (ou CVO) qui a hérité de ses "qualités" du feu Conseil Suprême des Retords (ou CSR).

      Cordialement

    • 12 mai à 16:22 | vatomena (#8391) répond à lancaster

      ils n’ont pas su faire hier ,ils ne sauront pas faire demain

  • 12 mai à 09:50 | citoyendumonde (#4292)

    Je connais deux personnes hospitalisées à cause du covid dans deux villes différentes de Madagascar. Les deux personnes étaient décédées à l’hôpital parce qu’elles avaaient fait un arrêt cardiaque suite aux soins. Mais o miracle, quand j’ai regardé les statistiques qui correspondaient aux jours de leur décès, leur disparition n’a pas été comptabilisée. Idem au CTC d’alarobia, les personnes décédées suite à la coupure de courant n’étaient pas comptabilisées mortes du covid. Par contre toutes ces personnes étaient enterrées rapidement selon le protocole à appliquer sur les victimes du covid. Voilà où nous en sommes dans notre pays.

    • 12 mai à 09:54 | arsonist (#10169) répond à citoyendumonde

      Je suis persuadé que le dedaka poerapoera werawera Bokassa gasy et ses foza savent mieux compter que nous !

    • 12 mai à 11:11 | dominique (#9242) répond à citoyendumonde

      bonjour ; vous n’êtes donc pas au courant que ici tous les chiffres sont totalement trafiqués , falsifiés et faux depuis le début de l’épidémie ; un de ces jours même les morts des hôpitaux constatés vont ressuscité tous , ça va arriver si vous les écoutez ; c’est des milliers de morts a Madagascar depuis le début de cette épidémie et en plus ne comptez pas trop sur le vaccin générique c’est très loin d’être le grand TOP a comparer a Pfetzer /// Américain ou le Moderna ... il n’y a pas photo entre les comparaisons ...

    • 12 mai à 16:55 | vazahagasy taratasy (#10911) répond à citoyendumonde

      Sur une question d’un décès à Fianar d’une personne atteinte du covid, la proche famille a dit "elle était guérie du covid et elle est morte d’une crise cardiaque"...

  • 12 mai à 09:59 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Par rapport à la conjoncture, la BFM adopte les mesures qu’elle juge adéquate n’est-ce pas ?
    Quid de l’exécutif, en l’occurrence le ministère des finances et de l’économie en particulier, et notamment le PRM saurait - il interpréter les tableaux de bord y afférent et adopter les mesures qui s’imposent pour la relance économique du pays ou va-t-il encore se contenter du tableau de bord du covid-19 pour justifier l’injustifiable ?

  • 12 mai à 10:58 | Vohitra (#7654)

    Bonjour à tous,

    Ces séries de hausses, aussi bien pour les taux de prêts des banques commerciales que pour les taux de dépôts de ces banques auprès de la Banque Centrale se traduisent sur le plan économique par une tentative avouée : la politique monétaire du pays véhiculée par la Banque Centrale veut initier une inflation mesurée dans le but essentiel d’améliorer le niveau des recettes fiscales de l’Etat…

    En effet, la première hausse aura inévitablement une répercussion sur le les crédits offerts par les Banques commerciales, et bien entendu sur les activités économiques dans le pays ainsi que la circulation monétaire à travers les transactions financières et opérations commerciales dans le tissus économique du pays, et dans le même ordre d’idée, vont entraîner une hausse des taxes et autres redevances qui vont alimenter les recettes de l’administration publique…

    Or, la réalité dans le pays en termes d’activités économiques ne va pas dans le même sens : les activités peinent lourdement à démarrer, le niveau de consommation ne cesse de se rétrécir, les activités informelles ne cessent de s’élargir pour cause de survie économique, et la relance économique n’est qu’un vœux pieux dans la mesure où les ressources de l’Etat ne servent qu’à tenter de réduire autant que possible les impacts de la pandémie sur le dépérissement du capital humain, en termes clairs, tenter de contenir la baisse de recettes qui risque de menacer les fonctions minimales de l’Etat…

    La Banque Centrale révèle elle-même le paradoxe existant au sein de l’univers économique du pays : il y a un ralentissement réel de l’économie réelle, c’est-à-dire des activités de production de valeur ajoutée, alors qu’il existe un excédent de liquidité en circulation dans le pays…mais d’où venait alors cette surliquidité ? Soit les produits de blanchiment et de fraudes diverses dans le circuit économique, soit de rapatriement de devises issues d’activités liées à la corruption et d’exportations illicites, soit de liquidités existants dans les banques commerciales avant même l’apparition de la pandémie dans le pays…mais pourquoi alors le Trésor public ne lance pas des offres de BTA pour absorber ces excédents avec des taux réduits afin de booster la production économique au sein des ménages vulnérables, tout au moins en permettant ainsi la réduction des importations des biens de premières nécessités ? La Banque Centrale annonce une baisse de recettes d’exportation alors qu’elle ne fait rien pour réduire d’autant la baisse des importations afin de ménager le niveau de réserves de changes dans le pays…bizarre !

    Et cette Banque Centrale ne cesse de s’enfermer dans des incohérences et dysfonctionnements : elle lance une hausse du taux de crédit alors qu’il existe une baisse de la pression fiscale dans le pays ! qui dit baisse de taux de pression fiscale dit soit une baisse des activités économiques, et c’en est le cas actuels dans sa majorité, soit une mauvaise politique fiscale assortie d’un recouvrement fiscal déficient, soit une mauvaise allocation de ressources de la part de l’Etat par creusement injustifié du déficit budgétaire…et dans tous les cas, la responsabilité de l’Etat est réel et inévitable !

    Mais ce qui est important de souligner ici, c’est que le pays n’avait pas su profiter des mesures prises par les PTF d’accorder un moratoire de deux années depuis 2020 jusqu’en 2022 dans le paiement des charges de la dette, et aurait dû théoriquement obliger l’Etat à mobiliser les ressources ainsi dégagées dans des investissements productifs…mais non ! pas du tout ! L’Etat n’a fait que construire des stades et terrains sportifs ou bien des palais de la culture…ou de gallodrome ou de colisée…ou d’engloutir les ressources dans des hausses de charges au sein du secteur administratif !

    Et le comble, c’est de miser la croissance, encore dans un contexte pandémique, sur des secteurs tels les mines, l’énergie et le tertiaire…secteurs qui restent otages et dépendant de l’évolution de la pandémie en cas d’apparition d’une deuxième vague plus décisive et meurtrière, notamment en terme d’ouverture de frontière et de restrictions administratives…dans un pays qui venait à peine, et y peine encore, à démarrer un programme de vaccination qui est illusoire et non pragmatique dans sa conception même…

    Bref, la Banque Centrale est actuellement, malgré sa supposée indépendance, contaminée par le velirano foza, et risque de laisse des plûmes dans l’eau nauséabonde des mensonges d’Etat…

    Comme disant Brassens, quand on est c.n, on reste un c.n

    • 12 mai à 12:13 | Antony (#9838) répond à Vohitra

      Miarahaba anao Vohitra,
      Hoy ianao : "Mais ce qui est important de souligner ici, c’est que le pays n’avait pas su profiter des mesures prises par les PTF d’accorder un moratoire de deux années depuis 2020 jusqu’en 2022 dans le paiement des charges de la dette, et aurait dû théoriquement obliger l’Etat à mobiliser les ressources ainsi dégagées dans des investissements productifs…mais non ! pas du tout ! L’Etat n’a fait que construire des stades et terrains sportifs ou bien des palais de la culture…ou de gallodrome ou de colisée…ou d’engloutir les ressources dans des hausses de charges au sein du secteur administratif !"
      Tena izay tokoa moa ilay izy ! Saingy izay mihitsy anie no nahalany ny FHMB (Filoha Hajaina Mamim-Bahoaka) e ! MAMIRAPIRATRA !
      "Investissements productifs" hoy ianao, amin’ny saina tsy miangatra kosa e, ianao ve dia hino, raha ny toe-draharaha rehetra izay niseho teto nanomboka ny 2009 izay hoe fantany izany ?

    • 12 mai à 13:29 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Miarahaba Antony,

      Aleo dia hotsoriko ny resaka : Firenena no resaka eto, ary raharahampanjakana no ifotorana, koa raha toa ka tsy fantatrao sy tsy voafehinao, dia ny tsotra indrindra, dia ny MIALA mazava amin’ny fanetrentena tanteraka…

      Efa nanandrana ianao nandritry ny tetezamihitatra, mbola tsy tsapanao ihany ve fa tsy zakanao ilay mitantana Firenena ?

      Dia inona no ataonao sisa, mivadibadidela foana, miteny zavatra iray ianao androany, dia mivadika miala amin’iny ianao rahampitso, dia mitsapatsapa foana no ataonao sisa…

      Nahita ny nataonao nandritry ny tetezamihitatra ireto mpiara-miasa aminao, dia izao izy ireo mba mianatra manao toy izany ihany koa, samy mameno paosy sy mandray izay sendra ny tànany, dia io fa samy mifanipaka ampitoerana ao daholo izy rehetra, samy mandainga sy mifamitaka ao daholo…

      Mila fahaizana, mila traikefa, mila fahendrena, mila fahazarana, mila fahamarinana, mila fanetrentena, izany fanavotana Firenena izany, tsy azo hanaovana andrana sy tsapatsapa, ary tsy azo ankinana amin’ny vintana sy faminaniana ny mitantana Firenena izany…

    • 12 mai à 13:58 | Antony (#9838) répond à Vohitra

      marina dia marina...

  • 12 mai à 12:20 | arsonist (#10169)

    Nous sommes tous [y compris moi] des mauvaises langues !
    À Madagougou tout va très bien !
    La covid-19 est maîtrisée .
    Tous les Madagougouesques ont un toit et mangent à leur faim.
    Tous les malades sont bien soignés dans les meilleurs lieux de soins médicaux et les meilleurs hôpitaux du monde.
    Tous les jeunes vont qui à l’école, qui au lycée, qui à l’université.
    Tous les membres des forces de répression sont vaccinés, arrêtent librement qui on leur d’arrêter, emprisonnent à leur guise qui on leur dit d’emprisonner, tirent en l’air pour blesser mortellement qui ils veulent tuer ...
    Les Madagougouesques n’ont jamais été aussi libres et heureux .
    Que demande le peuple ...?
    C’est nous qui sommes tous des mauvaises langues.
    Des jaloux, dit la besileo foza femelle couillue isandra.
    De plus, nous ne savons même pas compter jusqu’au-delà de 5 !
    La preuve quand les services foza disent qu’il y a eu 6 morts de la covid hier, nous prétendons que ça ne peut pas être vrai ... puisque c’est au-delà de 5, donc nous sommes paumés.

    Y a pas de justice, hein !

  • 12 mai à 12:45 | arsonist (#10169)

    Bizarre !
    Dès que j’envoie un post sur ce forum, les services de MT.com affichent "site en travaux" !

    Ma foi ! Je n’ai jamais fait travailler autant en virtuel depuis que je sais écrire .

    • 12 mai à 12:50 | lé kopé (#10607) répond à arsonist

      Cela veut dire que vous êtes fichés , comme nous tous qui sommes des mauvaises langues et des jaloux ...

    • 12 mai à 13:16 | arsonist (#10169) répond à arsonist

      Vous avez fort probablement raison !

      La besileo foza femelle couillue isandra me l’a déjà dit deux fois exactement :
      je suis identifié .

      La besileo foza femelle couillue isandra m’a menacé plusieurs fois aussi que des véhicules blindés de répression ont été importés spécialement par Bokassa gasy pour me mater moi, arsonist.
      Je ne prends même pas cela comme un honneur !
      Je le prends comme une insulte à mon encontre.

      Être menacé par Vladimir ou Xi ! Ça a de l’allure.
      Si je gagne, et meme si je perds, je risque d’avoir le Nobel de la paix !

      Être menacé par un Bokassa gasy ! Pfff ! Que je perds ou que je gagne je serai toujours un anonyme d’inconnu parmi des milliards d’autres.

    • 12 mai à 16:27 | vatomena (#8391) répond à arsonist

      idem— pour moi—mais 5 minutes apres moi le site est accessible

  • 12 mai à 12:49 | faliafo (#8347)

    L’écart du changement respectif des deux taux est de 0,86%. La BFM n’a pas vocation philanthropique, que je sache, pour faire cadeau aux banques primaires de 1,76% d’intérêt en 24h de dépôt par ces derniers. Cette décision montre à quel point la BFM a besoin de liquidité.
    C’est ce même besoin qui pousse la BFM a augmenté le 2è taux directeur à 6,16% pour un prêt marginal de 24h contracté par les banques primaires.

    Ceci est normal, la BFM est une banque ’’comme une autre’’ qui doit faire profit. Mais est-ce vraiment la seule raison ou il en existe une autre qui consiste à dire que l’idée d’amasser plus de liquidité a un lien DIRECT avec l’effet yo-yo de l’ariary ’’voulu’’ par la BFM ?

    • 12 mai à 12:56 | lé kopé (#10607) répond à faliafo

      Quand vous envoyez des fonds au Pays , votre compte n’est pas crédité automatiquement comme cela doit l’être , mais il faut attendre un laps de temps (cela varie d’un endroit à un autre), pour que vos sous fassent des "petits" , au bénéfice de qui vous savez . Si il y a urgence , vous n’aurez que vos yeux pour pleurer . J’en ai fait l’amère expérience . Il n’y a pas de petit profit.

    • 12 mai à 13:34 | faliafo (#8347) répond à faliafo

      C’est exact. À un moment, un virement d’une banque célèbre française vers une de nos banques locales durait 1 mois. On ajoute à cela l’absence du principe du ’’taux du jour de change’’ car ils avaient 30 jours ouvrables pour choisir le taux (le plus bas) à appliquer à votre opération.

    • 12 mai à 13:58 | Vohitra (#7654) répond à faliafo

      Faliafo, bonjour !

      Une Banque Centrale et une banque commerciale n’ont pas la même mission ni le même objectif, et c’est dans l’essence même de leur attribution…

      Si la première a comme mission le pilotage d’une politique monétaire d’un pays, la seconde est faite pour faire du profit au bénéfice de ses actionnaires et dirigeants…

      Aux Etats Unis, c’est le congrès américain qui avait définit deux missions principales attribuées au FED : d’une part veiller à la stabilité du prix, et d’autre part, favoriser le plein emploi au pays…

      Aux Etats Unis et en Europe, la relance post Covid mise et repose sur la planche à billets car il n’y a pas de FMI pour les contraindre à respecter l’orthodoxie financière, et veiller sur la valeur du dollar et de l’euro…

      Le FED ne lève pas son veto si le pouvoir fédéral creuse le déficit budgétaire à un niveau de 4.500 milliards de dollar actuellement car cette politique correspond à la mission confiée au FED…

    • 12 mai à 15:57 | faliafo (#8347) répond à faliafo

      Bonjour Vohitra,

      Ce que vous dites concernant la mission de la BFM est bien spécifié dans son statut.
      Actuellement nous sommes supposés appliquer la politique de relance post covid. Les banques primaires aussi sont appelées à y prendre part. Dans l’hypothèse où, on considère que, les activités des entreprises (grandes, moyennes, petites, micro ou individuelle), à un moment ou à un autre, passent par le circuit bancaire, elles (les entreprises) subiront l’impact de la hausse de 0,86% de ce taux de prêt marginal (à moins que leur banque-partenaire ne soit forte et indépendante qu’elle n’a que faire de la liquidité de la BFM).

      [ Là où nous pouvons tomber tous d’accord peut-être c’est que si la BFM débourse 0,86% de plus, en terme de taux d’intérêt, pour attirer les banques primaires à déposer de l’argent chez elle, c’est que soit elle considère que la liquidité en sa possession risque de manquer, soit elle souhaite en avoir plus dont elle seule connait la raison. Oui mais laquelle, on veut savoir ! ]

      Alors,

      1ère question : cette décision de revoir à la hausse ce taux directeur ne va-t-il pas à l’encontre de ce que dicte la logique d’une relance post covid d’une économie à faible revenu, au moment où ce qu’on attend de la BFM est de donner (dans la mesure de sa disponibilité) un coup de pousse à l’économie en général et à ces ’’collègues’’ banques primaires en particulier ?

      2ème question : si ce que vous dites, concernant le fait que la BFM n’est pas là pour faire de profit, car elle a d’autre mission (ce que je n’en disconviens pas), est vrai, alors comment interpréter l’envie d’en soutirer plus que ce qu’elle ne gagne déjà sur les prêts contractés par les banques primaires ?

    • 12 mai à 17:14 | Vohitra (#7654) répond à faliafo

      Faliafo,

      Avant d’apporter ma modeste contribution par rapport à vos questions, je voudrais tout d’abord faire quelques précisions…

      La Banque Centrale ne peut jamais se trouver dans une situation de manque de liquidités pour au moins deux raisons : d’abord, il y le système de réserve fractionnaire qui impose aux banques primaires de déposer une partie des liquidités en leurs possessions auprès de la Banque Centrale, cela afin de couvrir les risques et protéger ainsi les déposants et épargnants à leurs niveaux respectifs en cas de faillite, et ensuite, c’est elle qui régule la masse monétaire dans le pays en fonction du rythme des échanges extérieurs au sein de l’économie, en d’autres termes, la contrepartie en monnaie locale des opérations en devise dans les autres secteurs de l’économie se trouve à son niveau…et c’est cette contrepartie en monnaie locale que la Banque Centrale cède auprès du Trésor Public dans les OGT vis-à-vis de l’administration…

      A propos de votre première question, j’ai déjà effleuré la réponse ci-dessus dans mon post du 10h58, la Banque Centrale ne fait que copier bêtement ce qui existe ailleurs, en augmentant le taux de prêt marginal vis-à-vis des banques commerciales car elle veut créer une inflation modérée afin sécuriser le niveau de recettes fiscales au sein de l’économie…en fait, dans toute politique de relance, il devra y avoir une augmentation de la valeur ajoutée dans l’économie réelle à la suite d’une injection de ressources monétaires dans l’économie locale, ce qui va générer en conséquence une inflation... et qui entraînera de facto une hausse des ressources fiscales, et relever ainsi le taux de pression fiscale afin de pouvoir faire face aux besoins de l’administration…d’où cette initiative de hausse du taux de prêt marginal à son niveau…seulement le problème est ici de taille : il n’y a même pas de relance de la production dans le pays…

      Ainsi, cette politique de hausse est justifiable et soutenable seulement et uniquement dans un contexte où il y a une déflation comme aux USA ou en Europe, car la bas, l’épargne domestique existe mais l’emploi qui peine à démarrer faute de production au cours de la restriction durant les mesures administratives de confinement, et cette situation ne correspond pas du tout à notre cas à Madagascar, ici c’est le processus de production qui est panne faute de consommation due à a pauvreté qui frappe la plupart des ménages…et ce n’est pas une inflation qui incitera à la relance de la consommation…une inflation est nécessaire dans une relance économique, à condition que les consommateurs arrivent à suivre, et ce n’est pas notre cas !

      Concernant votre deuxième question, la Banque Centrale voudrait tout simplement attirer le dépôt des surliquidités dans les banques commerciales en augmentant le taux de facilité de dépôt afin de pouvoir irriguer le Trésor Public car l’administration est actuellement dans une situation de difficulté de paiement…les mesures de prudence appliquées par les banques commerciales dans cette situation pandémique sont justifiées par l’absence de vision et d’horizon favorable à la relance compte tenu des risques divers pouvant générer des dettes toxiques dans leurs bilans, une attitude justifiable mais qui ne va pas de pair avec l’idée de relance prônée par les politiques, d’où l’idée de relance par le bais de ressources publiques à travers des investissements publics dans les infrastructures…seulement, seulement…ici, ce ne sont pas des infrastructures productives qui engloutissent les ressources publiques mais des futilités et des investissements de prestige ! et c’est la source de nos MAUX ACTUELS !

  • 12 mai à 13:49 | Isandra (#7070)

    1°-"les diverses restrictions dues à la pandémie ont entraîné une baisse des recettes et des paiements au titre des services. Au niveau des biens, les exportations d’Ambatovy n’ont repris que vers la fin du mois d’avril. Par rapport au premier trimestre 2020, la valeur nominale des exportations de vanille a baissé, entraînée par la chute du prix du kilo de 365,0 dollars US au prix plancher de 250,0 dollars US. Les entreprises franches ont également vu leurs exportations diminuer de 11,4 % en valeur ».

    2°-« La reprise économique attendue cette année 2021 pourrait être ralentie par la deuxième vague de la pandémie de Covid-19. La dynamique de l’activité productive montre des signes d’essoufflement, et les indispensables mesures pour contenir la propagation du virus risquent de constituer de sérieuses entraves »,

    Ce deux points que les détracteurs ne daignent pas et ne daigneront pas tenir compte dans leur analyses et leur critiques. Ils critiquent ce régime comme si rien n’était, Madagascar était épargné par cette maladie.

    Certains même osent accuser Rajoelina de l’origine de cette maladie qui n’épargne aucun pays dans le monde.

    • 12 mai à 14:03 | Besorongola (#10635) répond à Isandra

      Malheurs à ceux qui gouvernent pendant cette période.

    • 12 mai à 16:32 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Besorongola,

      L’avantage de Rajoelina par rapport autres Présidents qui ont les séances électorales proches, il a encore deux ans et demi pour se rattraper et effacer une grande partie des impacts de cette maladie.

      C’est pourquoi, certains projets se réalisent, malgré le COVID.

    • 12 mai à 16:48 | Stomato (#3476) répond à Isandra

      >>Certains même osent accuser Rajoelina de l’origine de cette maladie qui n’épargne aucun pays dans le monde.<<

      Comme vous êtes ingénu !
      Celui que vous nommez n’est à l’origine de rien de bien.
      Il n’a finalement rien fait d’autre que de continuer la politique de son ignoble prédécesseur, tout juste capable d’avoir lancé Madagascar sur la lente mais très sûre pente du déclin.

    • 12 mai à 17:20 | Besorongola (#10635) répond à Isandra

      Isandra.
      Vous êtes obsédée par 2023 alors qu’on parle de cette période ci !
      Qui peut vous dire aujourd’hui qu’en 2023 il n’y aura pas la DIXIÈME VAGUE ?! 😁
      Demandez à Rajao et Ravalo si les réalisations sont une garantie pour se maintenir au pouvoir.

    • 12 mai à 17:40 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Stomato,

      Occupez vous plutôt des insécurités qui gangrènent la France, actuellement, au lieu de vous mêler à nos oignons. Ca ne vous regarde pas.

    • 12 mai à 20:21 | Yet another Rabe (#4812) répond à Isandra

      @ Isandra,

      Dans un spectacle, il y a 2 publics, les spectateurs et les acteurs, et le spectateur ne s’est jamais privé de critiquer le show qui lui est proposé.

      - Les spectateurs, tout le monde, quel qu’il soit, d’où qu’il vienne, a le droit de commenter, critiquer et de porter son jugement sur la politique à Madagougou.
      Il faut interpréter le mot "politique" dans le sens gestion des affaires de la Cité.

      - Les acteurs, les opérationnels de la République (fonctionnaires d’ État, Haut commis d’ État, Ministres, élus de la République) à quelque niveau qu’il soit, devraient relever exclusivement de la seule nationalité malagasy pour avoir le droit d’ obtenir la charge de gérer et de mettre en œuvre la politique de l’État à leurs niveaux respectifs (cf https://www.madagascar-tribune.com/Covid-19-Bilan-epidemiologique-26735.html#forum468755 )

      SAR DJ 1-er a le droit d’être un binational franco-malagasy, mais dans ce cas il devrait se résoudre à n’ être qu’ un spectateur de la vie politique du pays et ne devrait même pas avoir une charge de fonctionnaire d’État niveau cadre D (le plus bas) de la fonction publique malagasy.

      Sans compter, sa personnalité, son cursus, le modus operandi (les doublons) de SAR DJ Lapin Crétin pour être président de Madagougou, sa binationalité devrait déjà le disqualifier de sa fonction actuelle.

      Isandra, je ne vous qualifie pas de spectateur, ni d’acteur de la politique madagougouesque.
      Tout au plus les petites têtes que vous êtes sont juste des zélateurs rémunérés, mal dégrossis de SAR DJ Lapin Crétin.
      Alors, faîtes ce pour quoi vous êtes payés et c’est une prétention vaine de votre part que de vouloir faire taire un quelconque spectateur de la vie politique madagougouesque.

      Et personnellement, comme tout spectateur lambda, je ne cesserais jamais de critiquer SAR DJ Lapin Crétin et toute son équipe de fozas, pour leur performance exceptionnellement lamentable à couler Madagougou, direction la fosse des Mariannes.

  • 12 mai à 14:34 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Peut-on faire une relance économique sans crédit à l’heure actuelle ?
    La réponse est NON car l’économie a besoin d’être soutenu pour se relancer n’est-ce pas ?
    Quid de la politique monétaire citée ci-dessus de la BFM, ne constitue-elle pas une entrave réelle au financement de l’économie par les banques primaires ?
    Reprenons point par point les mesures :
    - Le coefficient de réserves obligatoires sur les dépôts en ariary est maintenu à 11,0% et celui sur les dépôts en devises à 24,0% : C’est rétrécir la capacité des banques primaires à faire du crédit n’est-ce pas ?
    - Le taux de facilité de dépôt grimpe à 1,76 % au lieu de 0,90% auparavant et le taux des facilités de prêt marginal passe de 6,16 % contre 5,30% : La BFM est non seulement ne veut pas faciliter le financement de l’économie ( augmentation du taux de refinancement éventuel des banques primaires en cas de nécessité avec ce taux qui passe à 6,16% n’est-ce pas ? )
    Mais elle veut également concurrencer le crédit à l’économie avec le taux de facilité de dépôt qui passe de 0.90% à 1,76% n’est-ce pas ?
    Il va sans dire que les taux d’intérêt débiteur (crédit) au niveau des banques primaires vont connaître certainement une hausse prochainement n’est-ce pas ?

    Quid des conséquences éventuelles dans notre économie ?

    • 12 mai à 18:18 | vatomena (#8391) répond à plus qu’hier et moins que demain

      Isandra .Madagascar a cette chance de ne pas avoir sur son sol une légion étrangère de migrants ,de demandeurs d’asile et de clandestins.Heureusement nous n’avons pas ce lourd handicap.Le Covid ,c’est entre nous ..Rajoelina nous sauvera sans doute

  • 12 mai à 14:41 | ravalitera (#10915)

    on nous donne toujours des taux de croissances positifs

  • 13 mai à 05:41 | Rainingory (#11012)

    ÉCO POLI AFRIC POST-COVID, toa tsy ho ao i lery ?

    Afrique : Qui participera à la conférence de Paris sur le financement des économies africaines ?

    Ao daholo amin’ny 17-18 mai ny laibany sy raitra eto afrika sy eoropa, afa-tsy iza ? Tsy nohasaina sa niavonavona sa mbola manontany tena ?

    Pour la première fois depuis le déclenchement de la pandémie Covid19 une conférence internationale, en l’occurrence sur les nouveaux modes de financements des économies africaines organisée à Paris les 17 et 18 mai, se déroulera en présence d’une forte délégation de chefs d’Etat et de gouvernements. Une vingtaine sont attendus physiquement dans la capitale française.

    Il s’agit de Paul Kagamé (Rwanda), Marc Roch Christian Kaboré (Burkina Faso), Mohamed Ould Ghazouani (Mauritanie), Filipe Nyusi (Mozambique), Joao Lourenço (Angola), Faure Gnassingbé (Togo), Félix Tshisekedi (République démocratique du Congo), Nana Akufo-Addo (Ghana), Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire), Macky Sall (Sénégal), Muhammadu Buhari (Nigéria), Abdel Fatha al-Sissi (Egypte), Bah N’Daw (Mali), Abiy Ahmed (Ethiopie) et le premier ministre soudanais, Abdallah Hamdock.

    Ce panel sera suivi par visioconférence par de nombreux autres responsables d’institutions tels le président de la Commission de l’Union africaine (UA) Moussa Faki ; le président de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina ou encore les directeurs généraux du Fonds monétaire international (FMI), de la Société financière internationale (SFI) et de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). De nombreux responsables politiques se joindront à distance aux débats comme la chancelière allemande Angela Merkel, la présidente tanzanienne Samia Suluhu, le président kenyan Uhuru Kenyatta ainsi que les premiers ministres espagnol, italien, portugais et néerlandais. Les Etats-Unis seront représentés par la secrétaire d’Etat au Trésor, Janet Yellen. L’Afrique du sud n’a pas encore apporté sa réponse, le président Cyril Ramaphosa étant actuellement inquiété par la commission anti-corruption dans un dossier impliquant plusieurs hauts responsables de l’African national congress (ANC). Quant à la Chine, elle a assuré une représentation à « très haut niveau ».

    https://www.financialafrik.com/2021/05/12/afrique-qui-participera-a-la-conference-de-paris-sur-le-financement-des-economies-africaines/amp/

  • 13 mai à 06:08 | Rainingory (#11012)

    Antso sy aika, fampandrenesana, ry zareo malagasy any Paris amin’ny 10h - 11h eny @ Trocadero ny 13 mai miaraka @ Réunion, Bruxelles etc.

  • 13 mai à 06:33 | Rainingory (#11012)

    🇲🇬👉NY 13 MAI 1972 TSIAHY IREO DATY MANAN-TANTARA

    Ilay tolona noheverina fa HANDROSO LAVITRA KOKOA I MADAGASIKARA

    12 Mey 1972 : Nisamborana ireo mpianatra izay nivory teny Ankatso, nanomana ny fihaonambe hatao ny 13 Mey izay iarahana amin’ny ray aman-dreny sy ny sendika.Niteraka fahasorenana ho an’ireo namany izany ka nandeha nirohitra teo amin’ny Araben’ny Fahaleovan-tena izy ireo ny ampitson’io.
    Ny alin’ny 12 Mey 1972 no nisamborana ireo mpianatra izay nivory teny Ankatso.tokony ho tany amin’ny 01 ora maraina dia efa voahodidina FRS ny toerana nisy azy ireo ka avy dia nibosesika niditra izy ireo ary nisambotra . Nisy tamin’ireo voasambotra no nentina mivantana tany Nosilava, nisy kosa ireo nalefa tany Arivonimamo. Ankoatra ireo mpianatra dia nisy koa ireo olon-dehibe nosamborina toa an’ny dokotera Rakotomalala Manan’Ignace, dokotera Rasamoelina Lala,….

    13 Mey 1972 : Fifanjevoana teo amin’ny araben’ny fahaleovan-tena, nitifitra sy nandefa baomba mandatsa-dranomaso ireo mpilahatra ny FRS (Force Republicine de Securité), nisy ny maty sy ny naratra. Tezitra ny olona , nendahin’ny olona ny takelam-by “PLACE PHILIBERT TSIRANANA”, teraka teo ny anarana hoe KIANJAN’NY 13 MEY

    Tonga teny Ankatso ny mpianatra vao nahare fa voasambotra ny namany. Tamin’ny 8 ora maraina niteny tamin’ny Radio ny Minisitry ny Ati-tany fa mitsahatra ny fitokonana satria voasambotra ny mpitarika ary hatolotra ny fitsarana, ka dia miverina mianatra ny mpianatra rehetra ny Alatsinainy 15 Mey. Nahatezitra ny olona ny tenin’ny Filoha Tsiranana avy any Ranomafana navoakan’ny Radio nanao hoe “mpifoka sy mpisotro rongony ireo mpitarika ireo ka manainga ankizy hamonjy ny fianarany izy.Raha mampiasa hery ny miaramila hoy indray izy dia “TSAK ! TSAK !zato, arivo maty.” Nirohotra nankany amin’ny araben’ny fahaleovan-tena ny olona. Feno hipoka ny kianja tamin’ny 09 ora sy sasany. Tonga ny zandary tamin’ny 10 ora nitoby teo akaikin’ny Air Madagascar hitandro ny filaminana. Ny FRS (Force Republicine de Securité) efa tao amin’ny Lapan’ny Tanana nandefa baomba mandatsa-dranomaso, velona ny fifanjevoana, nitifitra ny FRS , nisy ny maty sy ny naratra. Niverina haingana tamin’ny helikoptera avy any an-dRanomafana ny filoha Philibert Tsiranana tamin’ny 01 ora tolakandro. Tezitra ny olona nedahin’ny olona ny takelam-by “PLACE PHILIBERT TSIRANANA”, teraka teo ny anarana hoe KIANJAN’NY 13 MEYdia niforona teo koa ny teny hoe ROTAKA. Nisy ny mpanararaotra nandroba.

    15 Mey 1972 : Grevy faobe tao Antananarivo, filaharam-be nihazo an’Andafiavaratra toeram-piasan’ny filoham-pirenena.
    Raha teny Ambatonakanga ny lohany amin’ny filaharana dia aty amin’ny gara Soarano ny farany. Isan’ireo sora-baventy nolanjaina tamin’izany ny hoe : AJANONY NY HERISETRA –ESORY NY FRS-AVOHAY NY NAMANAY-MIALA I TSIRANANA-TANINDRAZANA FA TSY ANTOKO…..Teo Andohalo anefa no nosakanan’ny miaramila ny mpilahatra fa ny solon-tenam-piangonana 4 dahy no nihaona tamin’ny filoha dia ny pastora Daniel Ratefy, Son eminence ny Kardinaly Jérôme Rakotomalala, ny Réverend Rasoloarivony ary ny pastora Rasendrahasina Titus.

    https://www.facebook.com/332013303636903/posts/1746548378850048/?sfnsn=scwspmo
    • 14 mai à 08:21 | lysnorine (#9752) répond à Rainingory

      « NY 13 MAI 1972 TSIAHY » : « LES LEÇONS D’UN PASSÉ RÉVOLU – 28 Mai 2000 »

      Re Rainingory 13 mai à 06:33 |
      MAI 72 : LES LEÇONS D’UN PASSÉ RÉVOLU – 28 Mai 2000
      LAKROA 28/05/2000
      http://nah296.free.fr/13mai_lakroa.htm

      Les événements de mai 72 furent commémorés le 13 de ce mois de mai 2000. quel souvenir reste t-il dans nos mémoires ? les sociologues, les historiens, les politiciens et autres spécialistes se sont penchés sur la question depuis deux décennies et nous n’allons pas revenir la dessus. cette chronique va essayer de tirer les leçons du passé avec un survol des grandes étapes de ces 28 dernières années. ESSAYONS D’ANALYSER D’UN ŒIL CRITIQUE et sans complaisance et les effets de ces événements.

      Une revendication légitime

      Si les revendications de l’époque étaient considérées comme légitimes et se positionnaient dans le domaine d’une plus grande recherche d’une IDENTITÉ CULTURELLE et d’une MAÎTRISE DE L’ÉCONOMIE PAR LES MALGACHES. Notons au passage que L’ÉCONOMIE MALGACHE N’ÉTAIT PAS SI MAL EN POINT MAIS LES NATIONAUX VOULAIENT COMMANDER LES LEVIERS AU LIEU ET PLACE DES COOPÉRANTS TECHNIQUES dans l’administration et des opérateurs économiques et cadres français dans le privé. CURIEUSES COÏNCIDENCES, QUATRE ANS APRÈS LE MAI ‘68 EN FRANCE où les jeunes voulaient protester contre la société de consommation, les malgaches voulaient s’émanciper de la tutelle néo-coloniale et démontrer à la face du monde qu’ils étaient CAPABLES de prendre en mains la destinée de la Nation. Ce désir légitime avait eu un écho favorable dans l’opinion publique qui avait suivi en masse le mouvement populaire. Le gouvernement de transition du général Ramanantsoa dans laquelle figuraient la plupart des dirigeants actuels étaient miné dès le départ par l’antagonisme entre civils et militaires entre côtiers et hauts plateaux entre jeunes et vieux. LES ÉLITES MALGACHES OCCUPÈRENT LES PLACES VACANTES LAISSÉES PAR LES EXPATRIÉS AVEC TOUS LES AVANTAGES OFFERTS AUX TITULAIRES DE CES POSTES DE RESPONSABILITÉS MALHEUREUSEMENT, LA PLUPART OUBLIÈRENT LEUR MISSION QUI CONSISTAIT À SERVIR LE PEUPLE D’ABORD ET NON SE SERVIR TOUT DE SUITE. Les néolonialistes partirent mais ils nous léguèrent l’héritage de la division, nos dirigeants prirent le relais et les dépassèrent de loin dans ce domaine. L’élan populaire de ‘72 se termina en queue de poisson avec la mort Colonel Ratsimandrava.

      UNE RÉVOLUTION INUTILE

      Après cette intermède de la transition caractérisée par un faux départ et une révolution des œillets des intellectuels et militaires bourrés de complexes, la révolution socialiste proposée par le jeune Capitaine frégate Didier Ratsiraka a tous les espoirs d’accéder à un monde meilleur pour la majorité de la population. Le concept d’une meilleure répartition des richesses et d’une juste rétribution des efforts de chacun contenu dans la charte de la révolution socialiste. Le répertoire jouait aussi sur la CORDE SENSIBLE NATIONALISTE et la souveraineté nationale non négociable. La NATIONALISATION DES GRANDES SOCIÉTÉS ÉTRANGÈRES DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE, ET DU SECTEUR FINANCIER (BANQUE ET ASSURANCE) , la malgachisation de l’enseignement, le service nationale hors forces armées des nouveaux bacheliers, la SORTIE DE LA ZONE FRANC furent les mesures les plus populaires prises par les dirigeants révolutionnaires. LES RÉSULTATS DE CETTE CONFISCATION DES BIENS DES ÉTRANGERS NE PROFITÈRENT QU’À UNE CLASSE DE PRIVILÉGIÉS QUI S’ENRICHIRENT À GRANDE VITESSE pendant que la plus grande pénurie de toute l’histoire de Madagascar depuis l’indépendance. La NOMENCLATURA RÉVOLUTIONNAIRE qui sous prétexte de socialisme révolutionnaire SAIGNA À BLANC L’ÉCONOMIE tout en promettant un paradis socialiste qui comme tous les paradis n’existent pas ici bas du moins pour le petit peuple MAIS PAS POUR LES BARONS DU RÉGIME. La révolution culturelle sacrifia une génération de jeunes qui AU LIEU D’ÊTRE LIBÉRÉS DE L’ ACCULTURATION FRANÇAISE FURENT VICTIMES DE DÉCULTURATION SAUVAGE. Vers le début des années 90, las de SEIZE ANNÉES DE RÉVOLUTION DÉMAGOGIQUE, un sursaut de NATIONALISME POPULAIRE mit fin à la seconde république.
      (Hofaranana)

    • 14 mai à 08:25 | lysnorine (#9752) répond à Rainingory

      « NY 13 MAI 1972 TSIAHY » : « LES LEÇONS D’UN PASSÉ RÉVOLU – 28 Mai 2000 »
      Re Rainingory 13 mai à 06:33 |
      « NY 13 MAI 1972 TSIAHY IREO DATY MANAN-TANTARA »

      MAI 72 : LES LEÇONS D’UN PASSÉ RÉVOLU – 28 Mai 2000
      LAKROA 28/05/2000
      (Tohiny sady farany)

      La Troisième République est mal partie

      CURIEUSEMENT, la troisième République RÉÉDITA L’HISTOIRE avec l’analogie de deux périodes (72-75 /75-91) avec (91-96/96-ce jour), les mêmes causes produisirent les mêmes effets dans des conditions différentes. Durant la première partie de la troisième République, le pays fut dirigé par les leaders des forces vives. Le dirigeants de l’époque réitèrent les erreurs de ‘72 sauf que les prédécesseurs ne sont pas des Vazaha mais la nomenklatura révolutionnaire. ILS SE CONTENTÈRENT DE REMPLACER LES PLACES VACANTES SURTOUT EN TERMES DE JOUISSANCE DES AVANTAGES DE TOUTES NATURES ET MULTIPLIÈRENT LES POSTES DE PRESTIGE POUR CASER LE MAXIMUM D’ACOLYTES. Décidément, l’histoire n’est qu’un perpétuel recommencement, les PROMESSES TENUES SUR LA PLACE DU 13 MAI ne furent que DES MOTS VAINS, les réalisations se firent attendre. La guerre de leadership entre le Président et le Premier Ministre, la chambre introuvable au sein de l’assemblée nationale et la piètre performance économique finirent par provoquer l’implosion du système.

      La DEUXIÈME PARTIE DE LA TROISIÈME RÉPUBLIQUE avec le retour de Didier Ratsiraka au pouvoir ressembla étrangement la deuxième République sauf que la RÉVOLUTION FUT REMPLACÉE LIBÉRALISATION, LA NATIONALISATION PAR PRIVATISATION et le SOCIALISME PAR AJUSTEMENT STRUCTUREL. La gestion des départements ministériels ne fit que s’adapter au NOUVEAU VOCABULAIRE DE LA MONDIALISATION mais LA MÉTHODE DE GESTION RÉVOLUTIONNAIRE DE LA DEUXIÈME RÉPUBLIQUE REVINT AU GALOP (CNaPS, Croix Rouge, MSF,...). L’AREMA reprit le pouvoir avec les MÊMES TÊTES (TSARANAZY, ANDRIANARIVO, RAJAONARIVELO et les autres) et certaines élites de la deuxième génération (jeunes cadres AREMA) contestèrent le mode de gestion de ses aînés. Le verrouillage des médias publics,. le CULTE DE PERSONNALITÉ, le flou juridique sur le droit des affaires (cas BNI-CL contre Rakoto Jean Paul), sont parmi les paramètres constants qui caractérisent ce régime. Après avoir arboré un profil bas durant la traversée du désert, le parti majoritaire recouvra petit à petit sa suprématie et l’on craint le retour progressif d’une dictature molle mais ferme.

      L’approche analogique de l’histoire depuis ‘72 fait ressortir un cycle à deux phases : une première phase qui se distingue par un désir de changement après une longue période de stabilité suivie par une prise de pouvoir par les leaders d’une lutte de libération (transition après ‘72, première période de la troisième République). Cette première partie se termina toujours par UN FIASCO TOTAL à cause d’un mauvais management du processus de mutation. La deuxième phase est parfois une récupération de la déception populaire issue du stade précédent en avançant une nouvelle proposition mystificatrice (révolution socialiste, le nouvel espoir d’une république humaniste et écologique). Curieuse coïncidence ou ironie de l’histoire, LES ACTEURS DE LA DEUXIÈME PARTIE SONT TOUJOURS LES MÊMES par la vertu de l’alternance : RATSIRAKA ET CONSORTS. Si le premier cycle a duré PRESQUE VINGT ANS (72-91), le deuxième enclenche aujourd’hui sa huitième année (1992-2000) et L’AVENIR NOUS DIRA SI L’ON DOIT ENCORE ATTENDRE DOUZE ANS AVANT DE VOIR SE POINTER LE PROCHAIN CYCLE. En tout cas, un constat amer s’impose : 28 années après ‘72, même si l’économie malgache connaît une légère embellie, la pauvreté ne cesse de gagner du terrain. Le gouvernement se trouve obligé de faire face à deux fronts opposés :

      la réduction de la pauvreté et l’amplification de la croissance

      Chronique de RABOARY – LAKROA 28/05/2000

  • 13 mai à 08:30 | lysnorine (#9752)

    « POLITIQUE MONÉTAIRE » : Fanontaniana vitsivitsy .

    – « le COMITÉ MONÉTAIRE de la Banque centrale (BFM) » [Tsy anarana naka tahaka ilay ao anatin’ny « zone franc » ve ?]
    Inona moa no TENA ANTON-DRAHARAHAN’IO « Kômity » io ?
    Inona no ilàn’ny mpitondra FANJAKANA io kômity io eo amin’ny FAMOLAVOLANY sy FANORITANY izay pôlitika tokony
    . HAMPIVELATRA ny VOKATRA HITA MASO sy AZO TSAPAIN-TÀNANA avy amin’ny hatsembohan’ny MPAMBOLY, MPIOMPY, MPANJONO, voalohany indrindra, mbany ny mpanao ASA TÀNANA, ny mpandrafitra, ny MALAGASY TOMPON-TANY MADINIKA mpihady VOLAMENA SY VATOSOA, sy ny iray tarika rehetra amin’ireo « MALAGASY MPAMOKATRA » IREO ;

    – « augmenter les taux de ses FACILITÉS PERMANENTES (CORRIDOR DES TAUX D’INTÉRÊT) »
    Inona no hevitra sy ny ANTONY KENDREN’izany hoe
    . Fampankarana ho 1.76 % fa tsy 0.90 % intsony ity hoe « taux de facilité (?) de DÉPÔT ity, na angaha ny ZANA-BOLA hanatambatambazana ny « TRANOM-BOLA » isan-karazany [TSY AN’NY FANJAKANA !] mba hamela ny AMBIM-BOLA tsy ampiasainy any amin’ny kitapom-bolan’ny Banky Foibe, etsy an-daniny, ary ny
    . Fampidinana anefa, ho 5.30% fa tsy 6.16 % intsony ny hoe « taux des facilités (?) de PRÊT MARGINAL » [ ny ZANA-BOLA haloan’ny TRANOM-BOLA MPAMPISAMBO-BOLA amin’ny Banky Foibe raha mila mitrosa fanampiny aminy izy ; izany hoe FANAMPIANA azy ireo HAMPITOMBO NY TOMBOM-BARONY koa izany, etsy an-kilany ?

    – « Le COEFFICIENT DE RÉSERVES OBLIGATOIRES sur les dépôts en ARIARY est maintenu à 11,0% et celui sur les dépôts en DEVISES à 24,0%.
    Inona no ANTONY KENDRENA amin’izany SAMIHAFANA ny AMPAHAN’ ny vola HAMPISAMBORIN’ny tranom-bola – raha Vola Malagasy na raha Vola Vahiny – ka TSY MAINTSY TENA ANANANY ary mipetraka amin’ny kaontim-bolany tànan’ny Banky Foibe ?

    Raha ambara amin’ny teny fohy, dia ny 89%-n’ny Vola Malagasy hampisamborin’ny tranom-bola, ary ny 76 %-n’ny Vola vahiny hampisamboriny, dia TSY ANANAN’ILAY MPAMPISAMBOTRA fa FORONINY fotsiny ao anatin ‘ny bokim-bolany avy amin’ny TSINONTSINONA, amin’ny làlan-diam-penina na tendry oridinatera.
    (IZA avy tokoa moa ireo tena mpisambotra vola vahiny ireo, ary hampisainy hanaovana ’inona ny ankamaroany ?

    Ary ahoana moa no tsy atao 100%-n’ny vola VAHINY kasain’ny tranom-bola HAMPISAMBORINA no TSY MAINTSY ANANANY, ANTOKA mipetraka any amin’ny kaontim-bolany ao amin’ny Banky Foibe ?
    Tsy tokony ho izany 100% izany ihany koa ve ny ampahany TAKIN’ny Banky Foibe ho antoka amin’ny vola MALAGASY hampisamborin’ireo tranom-bola – TSY AN’NY FANJAKANA – ireo ?

    – « Bien que l’INFLATION ait été RELATIVEMENT STABLE au cours de ces derniers mois, il existe un EXCÉDENT ÉLEVÉ de MONNAIE EN CIRCULATION dans l’économie par rapport au NIVEAU ADÉQUAT, rapporte la BFM. Cet excédent élevé requiert ainsi la vigilance car il est susceptible d’exercer une PRESSION sur le NIVEAU GÉNÉRAL DES PRIX, le contexte, tant au niveau national qu’à l’international, demeurant incertain, d’où la HAUSSE DE CES TAUX D’INTÉRÊT. »

    . Inona marina moa no tena tondroin’ity kômity ity amin’izany teny hoe « INFLATION » izany ? Ny fantatry ny sarambabem-bahoka aloha dia ny fisondrotry ny vidim-piainana hiainany andavanandro araka ny ambaran’ny vidin-javatra tsy azony ihodivirana mba hahavelona azy na mitsipozipoizy aza : RANO (antsakaina), VARY, LAOKA sy ny FANGARONY raha zaka, JIRO amin’izay manana JIRAMA, LABOZIA, ARINA na Gaz andrahoana sakafo, SIRA, SIRMAMY , fitaterana ho an’ny sarambabe mila mivezivezy, FANAFODY raha marary, sns., sns. Ka manao ahoana izany hoe tsy nihetsika loatra ny vidin’izy ireo nandritra ny volana maromaro lasa (« RELATIVEMENT STABLE ») ?

    . Ahoana sy ahoana avy moa izany hoe nihoatra ny « TOKONY HO IZY » [« niveau adéquat » ] ny HABETSAKY ny vola mivezivezy ao anatin’ny « Tokan-tranom-pirenena » [« économie nationale »] ?
    . Ahoana no NAMARITANA izany hoe « TOKONY HO IZY » izany , ahoana no nahatonga izany « NIHOA-PEFY » izany, ary nanaovana inona sy inona avy ireo TAFAHOATRA ireo ka mety HAMPISONDROTRA NY VIDIM-PIAINANA [« PRESSION sur le NIVEAU GÉNÉRAL DES PRIX] ?

  • 13 mai à 10:00 | Shalom (#2831)

    Na dia eo aza ny loza mandindona aterak’ity valan’aretina lazain’ny fitondrana fopla fa voafehiny, dia tsy atsahatra velively ny mampatsiahy ny teny nataony, ny velirano miseho isan’andro :

    - Carte VISA ho an’ny mpianatry ny Anjerimanontolo
    - Fidinan’ny vidin-tsolika @ antsasany
    - Fanagadrana izay mitsikera ny fitondrana : Tsy hisy intsony filoham-pirenena hanagadra anao noho ny hevitra tsy mitovy..
    - 200 000 ar ny karama farany ambany
    - Bulding marobe
    - 50 000 logements
    - 4x4 afaka mananika tendrombohitra
    - Drônes miady amin’ny dahalo
    - Miami
    - Côte d’Azur
    - Parking EPP
    - Tanamasoandro
    - Piscine olympique
    - Puce-n’omby
    - Tramway
    - Fambolena Coton Tuléar
    - Paris (Antsihanaka)
    - Fizarana tany 1ha isan’olona
    - Angidimby 10
    - Fitaovana manara-penitra ho an’ny miaramila
    - Fiakaran’ny vidin’ny lavanily
    - Panneaux solaires anti-delestage
    - Angovo sy rano ho an’ny daholo be mora vidy
    - Fampianarana maimaim-poana
    - Fahasalamana ho an’ny daholo be tsy an-kanavaka
    - Asa ho an’ny rehetra
    - Indostria ho an’i Madagasikara
    - Ny vehivavy sy ny tanora ho an’ny ho avy
    - Fahampiana sy fahaleovantena ara-tsakafo
    - Fitantanana ny harena voa-janahary an’i MAdagasikara
    - Fitantanana manan’andraikitra ny faritra
    - Ny spoaro, rehereham-pirenena
    - Ady amin’ny kolokolo
    - Làlana Ambilobe Vohémar, Tetezana Ampasika, Anosizato, RN44 izao indray autoroute Tanà Toamasina
    - Orin’asa isaky ny faritra 22
    - Tranomaizina manokana ho an’ny mpanao kolikoly
    - Kit scolaire + feutre (???)
    - Comptoir d’Or de la BFM
    - Karaman’ny filou isam-bolana homena ny faritra
    - Ho foanana ny sénat
    - Oniversite isam-paritra
    - Karniem-pokotany misy "CODE BARRE" manara-penitra
    - Ravalomanana no filohan’ny mpanohitra
    - GasyCar
    - Kianja manara-penitra
    - Téléphérique (Sans budget, sans étude d’opportunité) MERCI LE VEILLEUR alias L’EVEILLEUR (#1331)
    - Ozinina momba ny fambolena any Itasy
    - Drônes
    - RN 13 : si je ne termine pas la réhabilitation de cette route, je ne ferai plus de politique
    - La plus grande cimenterie d’Afrique
    - Usine éthanol Ambilobe
    - Locomotives FCE avec les Wagons ...
    - Flyover Antananarivo andrefana
    - Ordinateur par Fokontany
    - Handrakotra ala an’i Madagasikara (Guiness record fambolen-kazo)
    - Tsy andoavambola ny fampianarana eny amin’ny fanabeazana fototra (maro ny nikatona satria tsy mandray karama ny mpampianatra FRAM )
    - Digitalisation bourses d’études
    - Plan Marshall
    - Iles Eparses

    ... Sao misy mazoto ny hanoy.

    • 13 mai à 20:25 | Antony (#9838) répond à Shalom

      Hampindram-bola an’i Comores...
      Ary ireto no atao hoe velirano izay efa tanteraka 100% ny eritreritra fanatanterahana azy :
      1) Ny fiarovana ny sisin-tanintsika sy ny harena voajanahary
      Ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana miseho isan’andro
      Ny fanamafisana ny fiarovana ny velaran’ny Tanindrazantsika
      Ny fampiroboroboana ny politikan’ny fananan-tany tsy mitongilana
      2) Angovo sy Rano ho an’ny rehetra. Tafiditra amin’izany :
      Ny fanomezana jiro izay faran’ny mora indrindra
      Ny fampidirana herinatra manerana an’i Madagasikara
      Ny fanomezana rano madio azo sotroina ho an’ny rehetra
      3) Ady amin’ny kolikoly ary Fitsarana tsy mitanila. Hampiarina :
      Ny tsy fisian’ny indra-fo ho an’ny kolikoly
      Ny fanakaikezan’ny asam-panjakana amin’ny olom-pirenena
      Ny fanaovana ho modely ireo olom-boafidy sy ny mpiasam-bahoaka
      Ny fanavaozana sy ny fanamafisana ny fitantanana ireo fonja
      4) Fanabeazana sy Kolontsaina ho an’ny rehetra. Ao anatin’izany :
      Ny fanomezana antoka fa hisy ny rafim-pampianarana ho an’ny rehetra
      Ny Fanasongadinana ny fahaiza-manao avo lenta
      Ny fanomezan-danja bebe kokoa ny fampianarana ara-teknika sy arak’asa, indrindra fa any amin’ny faritany
      Ny fametrahana ara-pomba ofisialy ny fampianarana sivika sy ny maha olompirenena
      5) Fahasalamana ho an’ny rehetra ka tsy misy sokajin-taona. Hampiarina :
      Ny fahafahan’ny rehetra mahazo fitsaboana
      Ny fanatsarana ny fahasalaman’ny Reny sy ny Zaza
      Ny fanamafisana ny fisoroana ireo aretina mifindra sy ny aretina ankapobeny
      Ny fanavaozana ny fizarana ny fisotroan-dronono
      6) Asa mendrika ho an’ny rehetra. Tafiditra amin’izany :
      Ny fampitomboana ny isan’ny sehatr’asa
      Ny fanofanana sy ny fanarahana eo amin’ny lafin’ny fitadiavana asa
      Ny fanamafisana orona ny fahaiza-manaom-pirenena
      Ny fananganana Biraon’ny Asa
      7) Ny Fampiroboroboana ny Indostria an’i Madagasikara
      Ny fanohanana ny sehatry ny asa malagasy indrindra eo amin’ny tanora sy ny vehivavy
      Ny fanamorana ny fomba fampiasam-bola eo amin’ny tontolon’ny Indostria
      Ny fanitarana ny tolotra ara-pizahantany
      Ny fanasongadinana sy fanelezana ny « Made in Madagascar » na ny « Vita eto Madagasikara »
      8) Ny Vehivavy sy ny Tanora Malagasy tratry ny Ho avy. Amin’ny alàlan’ny :
      Mira lenta eo anivon’ny fiarahamonina sy any amin’ny sehatr’asam-panjakana
      Fanomanana ny tanora amin’ny fanandratana ny Nosintsika
      9) Ny Fahavitan-tena ara-tsakafo. Ho tratra io amin’ny :
      Fampitomboana ny voka-bary
      Fanitàrana ny fiompiana sy ny sehatry ny hazan-drano
      Fanatevenana ny fanampian’ireo mpamboly ary fanavaozana mitodika amina famokarana vaovao
      Fanatsarana ny fitombon’ny famokarana any amin’ny faritra
      Fametrahana ny politika nasionaly natokana ho an’ny omby
      10) Ny fitantanana maharitra ny harena voajanaharin-tsika. Ho tanteraka izany amin’ny :
      Famporisihina ny fizahantany maharitra
      Fanomezan-danja ny harena an-kibo-tanintsika
      Fiarovana ny biby, ny zava-boary ary ny tanintsika
      Fambolen-kazo mivelatra
      Fiadiana amin’ny fanimbana ny tontolo iainan-tsika
      11) Madagasikara ho lasa moderna amin’ny alalàn’ny :
      Famoronana tanan-dehibe vaovao hafahan’ny fampiasam-bola mivelatra kokoa
      Fanitarana sy fampitohizana ireo làlana, seranam-piaramanidina, serana-tsambo ary lalam-by Malagasy
      Fanamboarana trano ipetrahana sahazan’ny rehetra sy fanamorana ny findramam-bola raha hanorina trano na hiditra eo amin’ny « location-Vente ». Izany hoe, raha tsorina : manofa mandritran’ny fotoana voafetra dia lasa tompon’ilay trano ianao
      Fandrindrana sy fiarovana ny fitaterana ho fanatsarana ny fifamoizana ny entana sy ny olona
      Fanadiovana ny toeram-bahoaka sy fanatsarana ny fitantanana ny zaoridira
      Fampivelarana ny tanan-dehibe nomerika
      12) Fahavitan-tena sy fandraisana andraikitra eo amin’ireo faritanin-tsika. Tsy maintsy :
      Mamorona tanàna misahana manokana ny fandrosoana sy fampandrosoana
      Mampandray andraikitra ireo faritanin-tsika amin’ny fampandrosoana, ary mametraka sy mampiroborobo sehatra ho an’ny firaisan-kina
      Manao laharam-pahamehana ny fiaraha-miasan’ny faritra, ny distrika ary ny kaominina
      13) Fanatanjahatena Ambo-pom-pirenena ka :
      Hanangana foto-drafitr’asa ara-panatanjahantena vaovao maro indrindra any amin’ny faritany
      Hamolavola ny tanora amin’ny alalan’ny fanatanjahantena
      Hanatsarana ny fahasalamana amin’ny alalan’ny fanatanjahantena
      Hanangana foibe sy akademia ara-panatanjahantena nasionaly sy hampiatra ny hoe « sport/études ». Izany hoe sady mianatra taranjam-panatanjahantena iray no manohy ny fampianarana mahazatra
      Hampiatra ny fanomezana vatsim-pianarana manokana ho an’ny mpanao fanatanjahantena

    • 13 mai à 20:44 | Antony (#9838) répond à Shalom

  • 13 mai à 11:40 | Vohitra (#7654)

    49 ans déjà, une lutte populaire ayant les traits d’une véritable révolution qui s’était enclenché, et qui avait suscité d’espoir pour un lendemain meilleur en conformité avec l’esprit et la sensibilité du peuple Malagasy de l’époque, dont les deux maîtres mots avaient tourné autour de la quête de « justice » et « équité ».

    A cette époque effectivement, il subsistait des inégalités profondes en matière d’accès à l’éducation, et l’absence de prise en compte du volet culturel et historique dans le contenu des curricula offerts aux élèves, la subsistance de catégorisation des emplois en fonction des privilèges d’accès à l’éducation, la prédominance de décisions prises dans la préservation des intérêts d’un néocolonialisme rampant, le verrouillage systématique de la participation citoyenne dans la vie politique en dehors du parti dominant…

    Les revendications de divers ordres étaient formulé, des négociations et de pistes de solutions avaient été proposés, au début, un changement de régime n’a jamais été l’objectif des protestations, mais subitement, l’autoritarisme avait fait irruption dans le processus entamé, et une certaine radicalisation du mouvement aussi avait pris le dessus, et une féroce et atroce répression de la part du pouvoir politique avaient été choisi comme échappatoire et mode de gestion de la crise sociale de départ et qui s’était transformé de suite en crise politique…

    Face à la faiblesse et le manque de coordination de l’opposition de l’époque, l’armée s’était invité dans la gestion de la crise, avec la bénédiction et la bienveillance de l’ancienne puissance coloniale, et des séries de trahisons avaient pris le dessus…la plupart des attentes et revendications formulées durant le Conseil National Populaire à la suite du mouvement n’avaient pas été pris en compte…et l’attrait et confiscation du pouvoir par l’armée avait pris le dessus…avec la complicité de la bourgeoisie post-coloniale ne voulant céder à aucun de ses privilèges…le tout englobé par le referendum constitutionnel du 08 octobre 1972 qui n’aurait dû jamais avoir lieu sans la prise en compte effective des attentes du Conseil National Populaire…hélas, hélas ! Entre temps, le Conseil Supérieur des Institutions n’avait jamais et à aucun moment balisé l’armée dans sa tentative réussie de prise de pouvoir, pas par la force mais par la ruse…

    Ce fût la première révolution Malagasy, et rapporté presque fidèlement dans les propos et avis dans le contenu de la production qui suive…

    • 13 mai à 22:34 | Jacques (#434) répond à Vohitra

      Bonsoir Vohitra.

      Oui "bonsoir" même si ici à andafy le soleil n’est encore pas prêt de disparaître. On y a déjà ce relent d’été sans y être et, bien sûr, cette atmosphère couplée au pont de l’Ascension a été mise à profit par bien de gens pour s’extirper un peu de leur confinement.

      Merci pour ce document, Vohitra, on ne se lassera jamais de revenir sur ce pan d’histoire de notre pays dont on ne détient pas les "vraies vérités". Pour mon cas par exemple, en 1972 j’étais petit pour ne pas saisir les tenants et aboutissants de cette période de révolte populaire et c’est seulement qu’avec le temps, supports et ouvrages en main et autres points de vue d’anciens qui l’ont vécue de près, que j’ai pu comprendre. Cependant certaines narrations m’ont laissé quelque peu perplexe, tenez par exemple cette anecdote que j’accouche ci-après et à laquelle j’aimerais bien avoir votre point de vue :

      " Il y a quelques années j’ai rencontré dans un village de vacances dans le Var (PACA) un vieil homme qui a prétendu être un ancien enseignant de l’université Charles de Gaulle de Tana (ce sont ses mots), il y a été avec sa fille et son gendre (un français) et ses petits enfants. Ce monsieur d’un patronyme Rakoto...quelque chose (je ne m’en rappelle plus), lors d’un échange tout à fait cordial, m’avait alors dit que ses amis de l’AKFM et lui-même étaient à l’origine du départ du père Tsiranana. Ils avaient, a-t-il précisé, durant plusieurs mois avant ce 13 mai 1972, travaillé en coulisse un lavage de cerveaux des étudiants, notamment à propos de la méthode française d’enseignement qu’il fallait absolument proscrire, etc...etc. "

      Au terme de notre discussion je lui avais alors posé cette question : " S’il faut refaire, le referiez-vous ? ". Réponse nette et catégorique : "Non". Et pourquoi donc, lui ai-je rétorqué ? Eh bien, m’avait-il répondu, "vous voyez ce qu’est advenu du pays, nous avons été trahis. On a fait notre job et c’est le pasteur (Andriamanjato) qui en a cueilli les fruits sans tenir compte des objectifs prévus être mis en place. Au contraire, le pays s’est englué dans une misère incommensurable et il (le pasteur toujours) s’est accoquiné avec ce diable de Ratsiraka. Je ne veux plus entendre parler de ces gens-là, je suis français aujourd’hui, je vis en France, malheureusement. "

      Dites-moi, Vohitra, vous croyez à l’implication de l’AKFM dans toute cette histoire ?

      Merci encore, Vohitra, pour votre éclairage permanent ici au forum.

  • 13 mai à 14:37 | olivier2 (#9829)

    Y’a un truc qui me chiffonne..

    Vohitra nous explique que la main de l’ex colonisateur a contribué a l’émergence de Ratisraka..( fallait oser, mais il l a fait !)

    Celui qui a mis les français dehors a coups de pieds au q, sous les applaudissements de la foule en délire..y compris les braves révolutionnaires devenus victimes de leur propre armée 3 ans plus tard..( interdit de rire, hein !)

    Je sais que passer un certain age, surtout a Madagougou, il est extrêmement difficile voire impossible de reconnaître l évidence..

    Mais alors LA.

    Vous bâtissez une histoire sur un, voire plusieurs énormes mensonges...sans honte ni remords..

    Si peu d Olives perdent leur temps a vous contredire, c est certainement qu elles connaissent le caractère désespéré et desperant de votre mentalité..

    Par contre, le spectacle de votre inénarrable mauvaise foi continue d amuser la galerie overseas..

    C est bien l’essentiel en réalité.

    Sachons rester légers..

    « L ete sera chaud l’ete sera chaud...la cote d azur a st malo... »

  • 13 mai à 15:23 | Vohitra (#7654)

    Voila un debile tres profond qui ne comprend rien de ce qu il lit ou de ce qu il voit ou de ce qu il entend...

    Il ne sait meme pas qu entre mai 1972 et 05 fevrier 1975, il y avait un ancien Colonel de l armee francaise qui avait dirige ce pays...

    C est un ignare de la meme trempe que les foza, mais en plus avec un trou d elephant dans sa memoire !

    Un dechet humain et abruti qui ne fait que polluer son environnement...

  • 13 mai à 15:34 | olivier2 (#9829)

    Je m incline devant tant d intelligence..

    Bonne chance pour la suite..

    Sefo...

  • 13 mai à 21:35 | Shalom (#2831)

    Tsy ratsy ilay teny fampidirana :

    13 mai à 20:25 | Antony (#9838) répond à Shalom ^
    ...
    Ary ireto no atao hoe velirano izay efa tanteraka 100% ny eritreritra fanatanterahana azy
    ...

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS