Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 24 janvier 2021
Antananarivo | 21h59
 

Société

Toamasina

Mutinerie à la prison

mercredi 14 janvier 2009 | Gilbert R.
Les prisonniers rassemblés dans la cour.

Vers 10 h, hier mardi 13 janvier 2009, la prison d’Ambalatavoahangy, dans Toamasina-ville, ainsi que les quartiers environnants de Tanambao étaient en grand émoi. Un groupe de prisonniers s’est révolté, effectuant une sortie massive dans la cour intérieure de la prison et en braillant à tue-tête. De cette cohue braillarde, raconte le chef d’établissement, on a entendu se lever distinctement la voix de Zakahely Boniface donnant des directives à ses congénères sur ce qu’il fallait faire et incitant les autres prisonniers à se joindre à leur groupe. Puis une pluie de pierres s’est abattue sur les agents pénitentiaires obligés de se mettre à l’abri. L’infirmerie a été ensuite incendiée, suivie de 4 autres chambres, notamment la chambre des mineurs, la chambre 12, 19 où était détenu Zakahely ainsi que la chambre 17.

Au parquet

Zakahely Boniface lors de son transfert vers un autre lieu de détention.

Prévenu par le chef d’établissement, Josoa Christophe, l’EMO-REG est arrivé dare-dare. La prison a été rapidement encerclée par les gendarmes, les militaires et des policiers en armes. Les chefs et toute une cohorte d’éléments sont entrés dans la prison, suivis des autorités régionales et locales, ainsi que par les journalistes. Le DG de l’Administration Pénitentiaire nationale, Brillant de l’Or, présent à Toamasina pour une mission particulière, était également de la partie. Après trois tirs de semonce en l’air, les révoltés, dont 2 détenus vazaha, ont été invités à s’asseoir par terre. Les meneurs identifiés ont été spécialement invités à s’allonger, face contre terre. Les menottes leur seront passées un à un dans cette position. Zakahely a été déjà directement déféré au parquet. Une voix, parmi les présumés meneurs étendus par terre, s’est levée pour dire à l’ensemble des autorités : « La liberté de Zakahely Boniface contre le rétablissement de l’ordre ! »

Rongony

Deux détenus étrangers faisant partie des mutins.

La prison d’Ambalatavoahangy compte 875 détenus. Selon le procureur de la République, Razafindrakoto Solohery, les prisonniers devront être transférés provisoirement dans un autre emplacement avant que les chambres incendiées et les portes détruites soient réparées. Les 22 meneurs ont été transférés directement à Tsiafahy, parait-il. Signalons aussi que l’incendie des grabats des détenus a répandu une suffocante odeur de « rongony » brûlé, preuve que certains détenus avaient encore le loisir de se livrer au trafic de cette drogue à partir de la prison. Signalons, enfin, qu’aucun détenu n’a pu prendre la poudre d’escampette.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS