Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 28 février 2021
Antananarivo | 00h07
 

Politique

Société civile pro-Maputo

Mobilisation pour arrêter le cycle de la violence à Madagascar

mardi 25 mai 2010 | Rakotoarilala Ninaivo

Les organisations de la société civile pro-Maputo, dont ACCES Zon’Olombelona, l’Association des Jeunes Patriotes Actifs (A.J.P.A.), la Citoyen Responsable des Affaires Nationales (CRAN), le Collectif des Citoyens et des Organisations Citoyennes (CCOC), le Malagasy MPAndala FIhavanana (MAMPAFI), la Plate-Forme Nationale des Organisations de la Société Civile de Madagascar (PFNOSCM/VOIFIRAISANA) et Tranoben’ny Tantsaha Région DIANA – Nosy-Be, ont lancé un appel à toutes les forces vives de la Nation : les politiques, l’armée et les forces de l’ordre, la société civile, la société économique et la population en général à se mobiliser pour arrêter le cycle de la violence qui hypothèque les chances de trouver une solution de sortie de crise, indispensable pour revenir sur le chemin de l’unité nationale, du développement et de la sérénité.

« Il est temps que toutes les filles et tous les fils de ce pays rejettent la haine et la violence, se concentrent sur l’intérêt supérieur de la Nation et recherchent, ensemble, une solution durable pour sortir de cette impasse ». C’est ce qu’ont affirmé les membres de la société civile pro-Maputo, dans un communiqué en date de ce samedi 22 mai 2010.

Derniers évènements

Face aux évènements qui se sont produits la semaine dernière et plus particulièrement le jeudi 20 mai 2010, ces groupes de société civile ont présenté leurs condoléances aux familles des défunts, et souhaitent un prompt rétablissement aux blessés. « En tant qu’organisations de la société civile gardiennes du respect des droits fondamentaux, nous ne pouvons demeurer silencieux devant l’escalade de la violence et la reprise de la répression » disent-elles.

Pour elles, il y a violation des droits de l’homme : arrestations arbitraires, entrave à la liberté d’opinion (mandats d’arrêts contre des leaders politiques,…), violation de domicile, dégradation de matériels et violence policière dans les locaux de Fréquence Plus et vandalisme contre la Gazette de la Grande Ile. Il y a aussi une violation de la liberté de presse : arrestation de techniciens et de journalistes et saisie arbitraire de matériels de Radio Fahazavana, qui réduiront encore plus l’expression de la diversité d’opinions et le pluralisme, au profit de la pensée unique déjà dominante. Les organisations de la société civile pro-Maputo n’ont pas oublié de mentionner un non respect de l’éthique et de la déontologie journalistiques et de la loi sur la presse par l’intensification de l’incitation à la haine de la part de certains média partisans. Elles signalent aussi une entrave à la liberté de manifester et un non respect des précautions d’usage pour préserver la vie de civils non armés.

« Il en a résulté la perte de 4 vies humaines, et 12 blessés (source hospitalière) dont la liste vient s’ajouter à celle, déjà longue, des victimes de cette crise ». C’est une des conclusions des membres de la société civile adhérant aux accords de Maputo.

5 commentaires

Vos commentaires

  • 25 mai 2010 à 07:55 | betoko (#413)

    Vous voulez qu’on revienne à Mapouto ? faudrait trouver un autre médiateur, remplacer Joachim Chissano déjà car ce monsieur n’estpas clair ,et ne jamais accepter que Ravalomanana soit amnistié , c’est trop facile
    Seecondo , concernant la radio Fahazavana , soyez objectif, pour quelle raison le gouvernement a étè obligé de fermer cette satation de radio, avez vous entendu parler de la station de radio à Rouwanda qui s’apellait radio des milles colines ? c’est à partir de cette station qu’a commencé l’apel à la négonide .

  • 25 mai 2010 à 08:50 | Basile RAMAHEFARISOA (#417)

    "SOCIETE CIVILE",c’est le corps social,par opposition à la classe politique.

    La société civile est le "domaine de la vie sociale" organisée qui est volontaire,largement auto-suffisant et autonome de l’Etat.

    Une élection est un des éléments principaux où la société civile se trouve mobilisée,NOTAMMENT A TRAVERS L’EDUCATION DE L’ELECTORAT.

    Société civile pro-....?????????????

    Basile RAMAHEFARISOA

    b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 26 mai 2010 à 00:00 | tovo (#690) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      à b.ramahefarisoa.
      Il ne suffit pas de citer des définitions pour faire croire que vous êtes un "cerveau". Soyez moins pédant pour nous expliquer des concepts que le commun des mortels a compris depuis bien longtemps. Ne dormez pas sur Wiki, sortez vos propres connaissances.

    • 26 mai 2010 à 21:58 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à tovo

      tovo

      je cherche des définitions car je ne comprends "pas" ce que souhaitent vraiment les clubs de la société civile à Madagascar.

      Donnez une définition,c’est pour comprendre un peu,n’est-ce pas "tovo".

      Mes excuses de vous avoir dérangé.

      A+

      Basile RAMAHEFARISOA

      b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 25 mai 2010 à 08:59 | kotondrasoa (#3872)

    betoko,

    pour la radio des 1000 collines, elena a dit que c’est l’appelation revendiquée par viva, antsiva et cie

    pour le médiateur Chissano, un bon médiateur doit donc être un médiateur qui appuie le fat dans ses décisions unilatérales ?

    maputo était et est la seule voie où les quatre mouvances ont signé un accord mais les pustchistes ont renié la leur, telle est la raison de la stagnation actuelle.

    pour l’amnistie, c’est le protocole d’accord du petit concocté avec la France qui s’est focalisé sur le seul ra8 ; les autres projets d’accord ont parlé d’une amnistie générale, y compris les dirigeants du fat qui (sauf pour les aveugles et les sourds) ont abusé de Madagascar.

    Les organisations pro-maputo qui appelent à la mobilisation ne sont pas de la mouvance ra8 mais des organisations civiles.

    La mouvance ra8 n’est pas la seule détentrice de l’opposition au fat, elle n’est que la tierce mouvance de la mouvance Madagascar.

    Et puisque vous voulez tout voir en rose, il n’y a pas de violence à Madagascar ; telle est la présence de 6 camions remplis de militaires, de 2 4X4 et d’1 Kangoo de la ZP (excusez du peu) sur l’avenue de la dépendance un lundi de pentecôte.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS