Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 25 novembre 2020
Antananarivo | 00h30
 

Editorial

Marc Ravalomanana : affaibli par ses propres erreurs

mardi 10 mars 2009 | Ndimby A.

Ainsi, Andry Rajoelina est caché dans une résidence diplomatique sous la protection des Nations Unies... Il vaut mieux entendre cela que d’être sourd ! Car si on présupposait que c’était la situation depuis quelques jours, le fait que l’ONU l’officialise est très étonnant. Car quoiqu’on en dise, Andry Rajoelina est l’auteur d’un coup d’état. En officialisant sa protection, l’ONU protège donc un putschiste, ce qui une fois de plus, rajoute au schéma de perpétuation des prises de pouvoir via la Place du 13 mai.

Ainsi, le schéma est désormais tracé pour les futurs leaders insurrectionnels. 1. Annoncer qu’on prend le pouvoir. 2. Se réfugier sous les jupes de l’ONU pour éviter les représailles et la sanction de ses actes. Quand on est assez grand pour faire des bêtises, on doit être assez grand pour les assumer debout.

Le « président » a-t-il voyagé dans un coffre ?

Selon les observateurs, c’est le groupe de diplomates qui est allé lui rendre visite vendredi dernier qui l’a probablement « exfiltré », car c’est depuis ce jour-là qu’on n’a plus entendu parler de lui. En effet, on sait qu’après avoir été à Ambatobe, les diplomates se sont réunis à la Résidence de l’Ambassadeur d’Allemagne. Puis, alors que le groupe de diplomates rejoignait Iavoloha sous la conduite du nonce apostolique, l’ambassadeur de l’Union Européenne et le Coordonateur résident des Nations unies restaient sur les lieux. Alors Andry Rajoelina est-il à la villa Berlin ou à la résidence des Charmilles, ou éventuellement invité VIP chez M. Leus (PNUD) ou M. Boidin (UE). Nul ne le sait vraiment.

On se croirait dans un mauvais film de série B américaine, avec Andry Rajoelina emmitouflé dans une couverture et caché dans le coffre d’une voiture « CMD » : drôle de façon de commencer la coopération Nord-Sud pour le « Président de la Haute Autorité de Transition ». Mais même si cela avait été le cas, de quoi devrait-on encore s’étonner, dans un pays où le « Ministre de la sécurité publique » de la transition commence sa carrière en entrant par effraction dans un bâtiment public ? Quel bel exemple pour les jeunes générations, et surtout pour les pilleurs … Autre cas de bizarrerie dans cette démocratie a la sauce malgache : le « Président » de la HAT doit se faire protéger par des… bennes à ordures pour assurer sa sécurité. Pleure ô mon pays bien-aimé disait Paton….. Alors, quand les militaires du CAPSAT se mutinent et que les trouffions choisissent leur chef de corps, on ne peut que se dire qu’on doit être au pays de Jacqouille la Fripouille.

Andry Rajoelina, dont les sourcils commençaient à sentir le roussi avec l’avancée croissante de l’Emmo-Nat dans sa direction en fin de semaine, doit donc son salut aux Nations unies et à la communauté internationale, pourtant si vilipendées par ses griots de la Radio-Viva. L’ONU et ses agences n’ont-elles pas été accusées de tous les mots et de tous les maux : de complicité, d’aveuglement, d’inefficacité, d’inutilité, de crime contre l’humanité ? Mais comme le journalisme-militant autorise à retourner la veste et même les pantalons en fonction des besoins, sans doute aura-t-on maintenant droit à des commentaires dithyrambiques à la gloire de cette vénérable vieille dame née en 1945.

Mais là encore, cela ne doit pas étonner. On se souvient qu’aux premières heures de la crise de 2002, les radios pro-Ravalomanana criaient haro sur les premiers médiateurs de l’OUA (Amara Essy et Antonio Mascarenhas), les qualifiant de « ngena » (nègres) qui tentaient de s’opposer à la lutte populaire menée par Ravalomanana. Bien entendu, une fois que Wade a commencé à pencher pour le patron de Tiko, les « ngena » sont subitement devenus « nos frères africains ». C’est ça la politique. Du moins à Madagascar.

Ravalomanana a perdu beaucoup de terrain

Les évolutions des derniers jours montrent toutefois que Marc Ravalomanana a perdu énormément de terrain en quelques jours, car il se retrouve de plus en plus isolé : lâché par une partie de l’armée, lâché par une partie du FFKM qui ne se prive pas de lui tailler des croupières, et maintenant lâché par les diplomates qui prennent parti en soustrayant à ses coups de boutoir le jeune Maire qui aurait sans doute gagné à rechercher plus de maturité avant de partir a la conquête du pouvoir. On se souvient que les premiers à avoir creusé une brèche dans la forteresse Ravalomanana en Décembre 2008 en osant critiquer sa gestion étaient les bailleurs de fonds (FMI, Banque mondiale, UE et BAD), précédés depuis des années par le SEFAFI et des mois par le CONECS.

Habitué à ce que tout lui réussisse ou lui obéisse, Ravalomanana va donc payer très cher son aveuglement et son entêtement à résoudre à sa manière le problème Rajoelina. Il a utilisé la stratégie de pourrissement, puis la stratégie de répression, avant de devoir admettre qu’il lui fallait composer vu la fracture au sein du pays. Que de temps perdu, que de morts inutiles, que de fractures difficilement cicatrisables désormais dans la société malgache !

Alors qu’il y a encore quelques jours, il avait la main et aurait pu s’asseoir en position de force à la table des négociations en imposant son maintien à la tête de la République, aujourd’hui Marc Ravalomanana est affaibli et risque de devoir lâcher beaucoup plus de lest qu’il ne l’aurait voulu. Car maintenant il doit agir sous la pression, et avec la mutinerie du CAPSAT (camp éminemment stratégique dans l’organigramme de l’Armée), le Président doit pratiquement agir avec un couteau sur la gorge.

Reste à espérer qu’il va enfin consentir à des négociations sincères, et ne pas s’amuser à faire tourner son monde en bourrique comme il a l’habitude de le faire depuis Dakar en 2002.

Juste à temps pour ne pas perdre la face

Marc Ravalomanana doit comprendre que l’instant présent est celui de l’ultime chance pour ne pas tout perdre, et ne pas être obligé un jour de s’enfuir piteusement à bord de son Air Force One afin de s’exiler chez ses amis Chinois, Sud-Coréens ou Libyens. Car vu la crise, la façon dont elle a été gérée, son extension en province et la gravité de ses impacts, la question dépasse maintenant les limites du seul conflit Ravalomanana – Rajoelina. Et il est trop tard pour circonscrire le problème à une simple question de pouvoir légal et pouvoir insurrectionnel, car le malaise est devenu si profond qu’il exige une cure générale impliquant toutes les forces vives de la Nation (au sens noble du terme, et non au sens de 1991).

Depuis l’élection de Andry Rajoelina à la tête de la Mairie d’Antananarivo, Marc Ravalomanana a creusé peu à peu le trou dans lequel les opposants risquent de le pousser avec joie (au sens figuré bien entendu). Ses provocations, ses abus en matière de gouvernance politique et économique, et surtout une curieuse incapacité à prendre des décisions adéquates et dire ce qu’il fallait en temps utile auront créé une check-list d’erreurs coupables, et donc fatales. Il a péché par orgueil, par suffisance, par morgue, par sentiment d’omnipotence. Il paye également le manque de performance d’un entourage qu’il a habitué à être servile et courtisan, incapable de le guider. Mais comment conseiller quelqu’un qui estime que seuls ses neurones sont en bonne santé ?

Ainsi, le fait d’habiller et d’associer des civils aux opérations de l’Emmo-Nat l’a coupé à la fois d’une partie de l’opinion publique ; mais aussi du soutien de plusieurs chefs militaires, ulcérés par ces méthodes d’un autre temps. Ce fut le début de la fin. Marc Ravalomanana a perdu la bataille d’Antananarivo dimanche, ne pouvant compter sur une majorité légaliste mais silencieuse. Aura-t-il l’humilité et la souplesse nécessaire pour rebondir ? Car si jusqu’à samedi dernier, le fondateur de Tiko buvait du petit-lait ; depuis deux jours, et pour reprendre une thématique de l’éditorial d’hier, il semble que le yaourt soit en train de tourner.

57 commentaires

Vos commentaires

  • 10 mars 2009 à 04:33 | Menabe (#209)

    Cette info court maintenant les sites internet

    C’est la BBC qui a annonce que la France abrîte Rajoelina

    voir les sources dans
    http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/7933226.stm

    France protects Madagascar rival

    United Nations staff in Madagascar say opposition leader Andry Rajoelina has taken refuge at the French embassy.

    Mr Rajoelina, a 34-year-old former DJ, said on Saturday he was in hiding after police tried to arrest him.

    He has been involved in a fierce power struggle with President Marc Ravalomanana for several weeks.

    Security forces are reported to have opened fire following widespread outbreaks of looting in southern parts of the capital Antananarivo.

    The BBC’s Christina Corbett in the city says this is the first time people have looted in broad daylight since the political crisis, which has left more than 100 people dead, began earlier this year.

    Yves Sorokobi, a spokesman for the UN secretary general, told the BBC that Mr Rajoelina had taken refuge at the French embassy, who have a presence in their former colony.

    Mr Sorokobi denied earlier reports, attributed to the UN envoy to Madagascar, Tiebile Drame, that UN staff had taken Mr Rajeolina under their protection.

    "In line with efforts to resolve the Madagascan crisis, and preserve peace and stability, the United Nations decided to place Mr Rajoelina under its protection in a diplomatic residence," Mr Drame was earlier reported as saying.

    Speaking from New York, Mr Sorokobi said the UN "may have played an intermediary" role in arranging Mr Rajoelina’s safety, but had a mediation mandate in Madagascar and was unable to offer physical protection.

    "We do what we can to stop the situation running out of control," he said.

    Security forces last week tried to arrest Mr Rajoelina after he walked out on direct talks with Mr Ravalomanana, accusing his rival of dismissing opposition grievances and pledging to revert to mass street action.

    On Sunday, a group of military officers announced they would now only follow orders from Mr Rajoelina.

    The opposition leader, who was sacked as the capital’s mayor last month, has accused the president of being a dictator and declared himself president, announcing his own administration.

    President Ravalomanana denies abusing power and says he will remain in power until the end of his mandate in 2011.
    Fin Texte BBC

    • 10 mars 2009 à 09:47 | RADAGIL (#127) répond à Menabe

      Pendant un moment j’ai renoncé à dire ce que je pense des réactions des Internautes sur M/scar Tribune,trouvant qu’il y avait trop de parti pris pour ceux qui ne pensent pas comme Ra8.Je l’ai tjs dit et pensé que ce Président Affairiste et imbu de lui-meme a perdu sa notoriété nationale et internationale.Il a perdu depuis longtemps son role de Chef d’ETAT.Il a perdu ce voile protecteur,ce bouclier invisible la REVERENCE qu’impose la Fonction.C’est pourquoi les Nations Unies ont choisi entre la Peste et le CHOLERA

    • 10 mars 2009 à 10:03 | ragasy (#416) répond à RADAGIL

      Si j’ai bien compris l’article de la BBC, il y a quelque chose qui cloche.

      Yves Sorokobi, porte parole de l’ONU à New York dit que andry Rajoelina est sous protection de l’Ambassade de France et que l’ONU CONTESTE la version du médiateur africain de l’onu présent chez nous, selon laquelle l’ONU a donné protection à Andry Rajoelina.

      Nous sommes donc tous ridiculisés actuellement. Andry se cachait depuis toujours à l’ambassade de France (secret de polichinelle !). En fait tout ce cinéma n’a d’autre but que nous tourner en bourrique !

      Il faut s’attendre maintenant à voir l’arrivée des légionnaires français pour introniser TGV !

      Quelle dérision !

    • 10 mars 2009 à 12:03 | objectivité (#372) répond à ragasy

      EH OUI RAGASY !!! Et je t’invite à lire ma réponse à NIRY un peu plus bas.

    • 10 mars 2009 à 16:22 | meloky (#637) répond à Menabe

      Thank you Menabe ! But I just want to remind you the old story and some bigger issues on why the so called vahoaka has to raise up : Almost every opposition and even those who intend to oppose his leadership face imprisonment, running away for exile, or severe harassment. This is how leadership that seeks to quiet opposition by big stick ; being lacking of governing skills and strategy to let open participation of every political spectrum to take part in development. In turns, using the loyal army to do the job under a given order (only those who are responsible resigned once they recognize that it is wrong to remain behind), since the president is, at the same time, a supreme chef of the Army. Far from dialogue and showing off of dictatorial means of resolving problems, this is an evidence of lack of civility and non-respect of democratically principle (once crying for) of leading a country. It is a dreadfully shame for the 21st century’s leadership. This is an evidence of being a prominence of corruption legion in which his own promises of securing a "small car" for each household (his promise during 2002 election) turns swiftly to his self-millionaire status and keeps his record of dragging down the 80% of population under the poverty line. So how do you judge such leadership ! It is you to see and judge ! People wants change, but he is very reluctant ; again showing his ineptitude to reach the level and the ability to lead.
      So it is to you to think all about the current issues and judge by yourself !

    • 10 mars 2009 à 18:10 | bodida (#175) répond à objectivité

      C’est inutile d’aller plus bas ! ici ça suffit !
      Le premier coupable de ces choses est l’Archeveque ! hypocrite ! Que Dieu le bénisse et le pardonne !
      (Mpivavaka masirasira ireny e ! mbola ho kendan’ny sirany !)
      De plus, tôt ou tard ! le petit gamin conducteur du tgv occasion de france va payer chère ! Les sangs et la larme des malgaches innocents va couler sous ses yeux et s’avale dans sa bouche !
      Enfin ! Ces maudites français qui tentaient encore une nouvelle ère de colonialisation ! Ils iront en enfer !
      C’est sûr !

    • 10 mars 2009 à 18:12 | bodida (#175) répond à objectivité

      zay ndray le mifanafina ! ssssh

    • 10 mars 2009 à 19:36 | Rado (#172) répond à meloky

      To you Meloky,

      Our politicians claimed that there is no school for doing Politics. So don’t blame them for doing as you see it now.
      They were working on their intuition and the good sense. But as you know Good sense can turn subitely as autocratic way for governing. So I want to say that Histories ( local, regional, national and international) can break down this mismanagement. I hopefully think about Abraham Lincoln as an example beyond other we can see around the World.

      Let’s take another way, don’t be passeist let time working in a the right way.

      Don’t believe in Messiah for a nation, don’t trust on opportunist

  • 10 mars 2009 à 05:06 | madagasytsara (#857)

    Tout individuu menacé dans son intégrité peut demander la protection de l’ONU (cas d’exilé politique partout dans le monde, et d’ailleurs ce sont toujours les cas des opposants de chaque régime...)
    Ce qui est étonnant c’est le manque de réaction de l’opinion publique malagasy quant à la menace de mort perpétré par qui on sait, et qui pèse sur la tête de Rajoelina. C’est scandaleux qu’un président de la république peut se permettre de d’embaucher des mercenaires pour supprimer et au mieux capturer son adversaire politique, on se croirait à l’époque de Staline ou Hitler... D’aileeurs le PDt Ravalomanana lui-même a garantit qu’il ne ferait rien et qu’il va garantir la sécurité de Rajoelina, ce qui implique la reconnaissance de son projet crapuleux d’avoir voulu supprimer son adversaire...

    • 10 mars 2009 à 13:39 | objectivité (#372) répond à madagasytsara

      C’est toutefois, en partie, une bonne chose que ANDRY soit sous la protection des FRANCAIS car, vu l’évolution des évènements, l’éventuel scénario macabre de la mort de ANDRY aurait été mis infailliblement sur le compte de RA8 vu que cela arrangerait les affaires d’un éventuel troisième laron. Et cela mettrait MADAGASCAR dans une situation très confuse comme cela l’a été lors de l’ATTENTAT contre FEU RATSIMANDRAVA qui n’a toujours pas été élucidé jusqu’au jour d’aujourdhui.

  • 10 mars 2009 à 06:47 | esquimau (#497)

    C’est vraiment dommage qu’un Président utilise de tel moyen pour faire partir son rival mais il peu encore réagir qu’il lise une de ces fables de Jean de la Fontaine : l’homme et son image : un homme qui s’aimait sans avoir de rivaux passait dans son esprit pour le plus beau du monde. Il accusait toujours les miroirs d’étre faux , vivant plus que content dans son erreur profonde afin de guérir le sort officieux ,Mr le Président prouvez a votre peuple que votre savoir faire n’est éteint car il n’ y a pas que du négatif dans ce que vous avez entrepris soyez tolérant et restez a l’écoute de votre peuple afin de leur apporter ce don ils ont besoin nourriture travail soin et sécurité.
    Veloma et bon courage Amis de Madagascar

  • 10 mars 2009 à 06:48 | niry (#210)

    Plutôt sympathisant au régime, je trouve votre éditorial très acide cette fois-ci M.Ndimby, mais c’est sans doute l’adage de la vérité qui blesse. C’est la démocratie, et au moins, vous avez le mérite d’aller de l’avant en posant de nouvelles balises. Maintenez le cap, et votre indépendance, c’est super.

    • 10 mars 2009 à 11:46 | objectivité (#372) répond à niry

      Niry, j’approuve votre réaction et de nouveau ressalue NDIMBY de son impartialité en appelant un chat un chat même si celà fait mal. Effectivement la seule légitime revendication de Andry était la réouverture de VIVA le reste n’est que motifs bien orchestré de partout dont le seul but était de renverser le pouvoir coûte que coûte. Notre cher PRESIDENT n’a pas su réagir comme il le fallait au moment où il le fallait,ce qui ne fait qu’agraver la situation au détriment du simple cytoyen au fur et à mesure. Toutefois reconnaissant les erreurs indiscutables de RA8 je reste un sympathisant du régime non pas pour RA8 mais pour la dignité de MON PAYS ET DE SON PEUPLE. Un coup d’état doit aussi être appellé par son nom sous n’importe quelle face qu’elle se présente. N’importe quel Président de n’importe quel Pays ne l’aurait accepté. Revenant à RA8, son attentisme et son mutisme en laissant pourrir la sitution ont été (à raison) fortement critiqués,par la suite, sa solution de repression a été (toujours à raison) fortement critiqué. A mon avis quoi qu’il aurait fait, ses détracteurs n’auront pas cessé de chercher les moyens pour le pousser vers l’ERREUR IREMEDIABLE. Qui sont ses vrais détracteurs ? Et pour quel intérêt agissent-ils réellement ? Je ne suis pas sûr que ce soit pour l’intérêt de MADAGASCAR ou pour la personne de ANDRY. Comme dans tous les pays d’Afrique ou d’Amérique latine on croit faire une révolution parceque c’est ce qu’on s’applique à nous faire voir et croire. PÔVRE pays qui ne sera jamais indépendant et souverain grace à notre dissention interne facilement exploitable par des tiers.

  • 10 mars 2009 à 07:11 | RABEVA (#858)

    J’avoue que c’est votre titre qui a suscité ma curiosité, car depuis votre changement d’édito, j’ai laissé tomber la lecture de votre journal. Je suis agréablement surpris que dans cet article je retrouve un peu plus d’objectivité dans Tribune. Tout ce que vous dites aussi bien sur l’un et l’autre et sur les instances internationales, sont pertinentes et se rapprochent de l’impartialité,ce qui est difficilement accessible en pleine crise. Merci de cet effort, car je craignais que Tribune versait sur la "voie" de la" VOIX" de son maitre comme plusieurs médias .

    • 10 mars 2009 à 07:58 | ragasy (#416) répond à RABEVA

      Je m’étonne un peu de votre remarque. Je me demande comment un chroniqueur peut changer d’un article à l’autre. Je crois plutôt que quand M. Ndimby souligne les erreurs de Ra8 de façon tout à fait objective, vous retrouvez votre "souffle". Et si demain, il égratignera ce président de la HAT, vous allez avoir mal au ventre.

    • 10 mars 2009 à 14:59 | Rado (#172) répond à ragasy

      Cela s’appelle tout simplement clairvoyance Ragasy

  • 10 mars 2009 à 07:22 | ADEM (#208)

    "Comme on fait son lit, on se couche" ! Depuis fort longtemps le lit du Président est une paillasse où l’on trouve beaucoup trop d’erreurs politiques, clientelisme, subordination des acteurs sociopolitiques par de menus cadeaux, dépenses somptuaires, mépris de la vie humaine et répression meurtrière. Oui, le Président est un homme et à ce titre il est perfectible. Mais quand on occupe cette noble fonction, on est investi d’une noble mission : "oeuvrer pour le bien de la nation". Cela implique de sacrifier son égo et d’acter sa gouvernance avec toujours une certaine dose d’humanité et d’humilité.
    S’il est établi que le Président a failli, il lui reste peu de crédit pour redresser le gouvernail. S’il peut encore convaincre les acteurs internationnaux par des promesses, pour le peuple, la messe est dite. Maintenant commence l’incertitude. Qui peut relever l’honneur du pays, qui possède assez de conscience politique et de probité pour cela ? Azafady, je n’ai pas la réponse !

  • 10 mars 2009 à 07:23 | rivo976 (#666)

    Ra8 a commis 2 erreurs graves : après avoir laissé pourrir la situation, il a légitimé les revendications de TGV en acceptant de négocier avec lui et en plus, au bout de 3 rencontres, il lui posé un lapin.
    La communauté internationale, depuis le carnage de janvier, avait déjà pris position en indiquant qu’elle n’était pas opposée à des élections anticipées.
    La protection de TGV par l’ONU et la scission de l’armée marquent le vrai tournant dans cette crise. TGV ne doit pas se précipiter pour ainsi espérer arracher le maximum : élections anticipées et pouvoir de transition.
    Le « jusqu’auboutisme », l’insolence mais aussi la détermination de TGV ont eu raison du président des laitiers, aveuglé, à l’instar de son prédécesseur, par le pouvoir.
    Espérons que TGV gardera ceci en tête : le pouvoir corrompt !!!

    • 10 mars 2009 à 08:06 | loana (#734) répond à rivo976

      si on aime vraiment son pays mais pas l’ argent on écoute le peuple qu’ il y ait coup d’état ou pas !!!!
      mais le problème est que le pouvoir de l’ argent est tellemnt fort que les dirigents ne voient plus la misère du peuple malgache mais ils font tout pour garder leurs chaises !!!
      pauvres malgaches !!!
      courage !! le Bon Dieu existe !!!
      et chaque chose a sa fin !!!!
      vous verrez !!!

    • 10 mars 2009 à 08:09 | loana (#734) répond à rivo976

      chaque chose a sa fin !!!
      il faut accepter la fin de son pouvoir pour le bien du peuple !!!
      ah ! le gout , le pouvoir , la magie de l’ argent !

    • 10 mars 2009 à 08:11 | loana (#734) répond à rivo976

      la voix du peule est la voix de Dieu.

      un jour elle se ferra entendre

      j’ espère de tout coeur ce jour viendre bientot !!!!

    • 10 mars 2009 à 10:52 | ghralais (#114) répond à rivo976

      J’ai aimé les analyses de Ndimby,, le ton est quelque peu polémiste, mais le fond semble tout à fait acceptable. Ra8 aurait surement gagné en jouant la carte de la fermeté, et ne pas se laisser entrainer par les sirènes d’une voie de négotiation qui de toutes façons n’aurait abouti à rien car les protagonistes campaient sur leurs positions. Rajoelina voulait l’ejection de Ra8,, ce dernier de toute évidence ne partira jamais,, il s’est donné comme objectifs, son fameux plan d’action Madagascar (pardon si je me suis trompé) et le sommet d’Union Africaine. Les fortes personnalités comme celle de Ra8 ne peuvent que souffrir à la longue d’une profonde solitude et Ndimby l’a bien souligné. C’est une bête de travail et comme tel il ne tolère pas que son entourage ne suive pas son rythme. Il a eu cette faiblesse d’avoir accordé de l’importance à un "gamin" tel que Rajoelina, et sur ce plan, je suis en accord avec Rivo. Peut être qu’il s’est rattrapé en lui posant ce fameux lapin. Je crois que Ra8 doit faire preuve d’humilité vis à vis de son peuple et tabler avant tout sur son pouvoir de communication,, Rajoelina a misé sur ce tableau par ces interventions itératives sur la place du 13 Mai,, c’est "l’insolence" citée par Rivo. C’est probablement à ce moment qu’il fallait lui administrer la "fessée",,,
      mais d’une certaine matière.
      Je suis un peu plus optimiste que Ndimby, quant à l’appréciation des qualités de rebond de Ra8. Cela prendra du temps, mais les choses reprendront leur place,, la sagesse proverbiale et l’intelligence du peuple malgache vont y contribuer.

  • 10 mars 2009 à 07:38 | meloky (#637)

    Ialako tsiny fa aleoko ataoko amin’ny tenindrazako : Hita izao fa mivandravandra ny famoretana sy tsy fahiza mitondra eto amin-tsika. Ary dia mahay lesona : vakivakiana, fampitahorina ary fanaporetana no atao handroahana avy hatrany izay tsy manaiky ny hevitry ny tena. Dia avy eo dia mirehaka fa miverina ny filaminana. Rhefa izany dia mitory teny fa ny mpanohitra dia mpandrava raha satria tsy mifanaraka amin’ny ataony. Dia midina ary tafidina any andavaka hatrany ny vahoaka tsivakivolo. Veloma ry democratia. Oviana ny fandevenana ??? Mba andefaso filazana manjo rehefa any ho any ?

    • 10 mars 2009 à 12:27 | ratiarivelo (#131) répond à meloky

      mdia mamaly anao @tenin-drazana ihany koa ny tenako:na iza na iza te-anongam-panjakana aty MADAGASIKARA rehefa mivadika BIBY ny fandehan’ny TANTATRA... dia mangataka fialokalofana @ONU @ny alalan’ny FFKM ???izany hoe nangarona BIBILAVA an-davaka ka matahotra ny ifoteran’ny RAMBONY dia mitsaoka ANDY i ANDRY RAJOELINA ??? izany NO HO PR......olan vongana izany AMINAY.

  • 10 mars 2009 à 08:11 | thubert (#459)

    C’est vraiment la réalité et je sens que tu voudrais aussi un changement malgré tout, c’est celui du changement légitime et légale en meme temps.
    Tu voudrais plus qu’il y aura un prise de pouvoir par la place publique (13 mai en l’occurence) et tu voudrais plus que le regime en place abuse son pouvoir et fasse la politique politicienne. et qu’il soit vraiment au service de la population !
    desolé pour le tutoiement, car je trouve que c’est plus convivial.

  • 10 mars 2009 à 08:15 | ragasy (#416)

    Je ne trouve plus rien à dire sinon d’espérer qu’à un têtu ne succède un fou.

  • 10 mars 2009 à 08:30 | ragasy mafyloha (#859)

    Bien sûr qu’il y a ingérence. Mais de toutes les façons, l’arrestation de TGV n’aurait rien résolu. Quant à RA8, sa gestion de la crise (depuis l’auto-proclamation de TGV) répondait à une certaine logique, non exempte d’erreurs, mais pas plus que chez TGV.
    D’ailleurs, ce dernier doit être aussi embarassé par l’intevention de l’ ONU envers laquelle il est désormais redevable. Autrement dit, il ne pourra pas imposer comme cela le départ de RA8 et la mise place du HAT : ce sera forcément donnant donnant.
    De plus, il semblerait que la négociation sera élargie à d’autres entités politiques, économiques et sociales. Ce qui, forcément, élargira le spectre des propositions.
    A l’inverse, cela peut faire du monde et ces fameuses assises pourraient se transformer en une véritable cacophonie totalement improductive.

  • 10 mars 2009 à 09:31 | Tsy Mazava (#782)

    lu dans un forum :" Avous la parole"
    La mise en place de processus démocratique est une conditionnalité des bailleurs de fonds et pourtant il y a différents traitements.

    Mes doutes vis-à-vis de la Démocratie ont émergé après les résultats des élections législatives 2006 en Palestine : pourquoi les Palestiniens ont-ils été privés du soutien financier des Bailleurs, hormis quelques fonds d’urgence, quand c’est le Hamas qui a gagné les élections ? Voter est le geste que les gens simples associent le plus à la démocratie. Pourquoi des élections entérinées par les observateurs internationaux ont-elles entraîné la punition de toute une population ? Car les résultats de la démocratie ne conviennent pas ?

    Pourquoi le coup d’état de 2005 en Mauritanie n’a-t-il pas entraîné un gel des financements des Bailleurs ?

    posté par WD.une personne dégoûtée de la Démocratie

  • 10 mars 2009 à 09:32 | zana47200 (#227)

    Chers compatriotes,

    Andry Rajoelina n’est pas chez les onusiens, il est chez sa reny malala, la France. La nouvelle vient d’être annoncée ce matin à 6h30 en France par la RFI. Les scènes d’otage au Lycée français n’étaient que du camouflage car j’étais étonnée que la France n’a pas réagi sur la violation de son territoire. Depuis le début de la crise je savais pertinemment que le mot d’ordre venait de la fameuse reny malala, mais indirectement car il y a les suppôts de la république qui sont bel et bien vivants sur le territoire français et qui ont reçu Andry Rajoelina plusieurs avant son mandat pour être maire de la capitale et tout récemment au mois de décembre avant que sa tentative d’accaparer le pouvoir a été déclarée publiquement.
    la couverture de l’ONU n’est que façade pour effacer le rôle d’ingérence direct de la France.
    Effectivement, je suis d’accord avec Ndimby que le président Ravalomanana paye son arrongance de ne pas écouter les gens qui le conseillent.
    Quoiqu’il en soit le grand perdant dans toute cette histoire ce sont les malagasy qui vont aussi vivre une période de transitoire où les coups bas seront de mise et comme conséquence il n’y aura que le statu quo.

    • 10 mars 2009 à 11:29 | Ni sourd ni aveugle ni muet (#864) répond à zana47200

      Bien que je n’ai aucune confiance à ce que raconte RFI, je penche aussi vers cette hypothèse. Je suis complètement étonné par le traitement par la France et ses médias des évènements à Madagascar. Encore plus étonné par ce silence assourdissant lors du "blocage par des partisans de TGV" du LFT (sic).

      Incroyable !!!
      A moins que cela m’est échappé, aucun journal TV n’a relaté les faits. Alors que plusieurs centaines d’élèves français ont eu peur pendant plusieurs heures, les médias ont préféré parler d’UNE française condamnée à 60 ans
      de prison au Mexique pour enlèvement et autres trafics de stup.

      Ceci pourrait nous ouvrir les yeux sur le rôle de la France dans cette crise.
      Andry Rajoelina est citoyen français. La question pour la France est de savoir comment le sortir de cette embrouille sans être prise en flagrant délit par les malagasy.
      La réponse est je pense maintenant assez claire.

      Mais bon ... Nous avons je crois l’habitude de ce genre d’agissement de la part de cette nation que nous appellons "tendrement" "Reny malala"ici ou ailleurs en Afrique.
      Maintenant j’espère de tout coeur que la leçon de ces évènements a été apprise.

      Madagasikara a besoin d’un homme ou une femme visionnaire pour son pays et ses enfants.
      Une personne qui n’aura pas de blanc seing mais saura être professionnel dans ses décisions politiques, économiques et sociales. Une personne qui aura un véritable programme
      à court, moyen et long terme, et non des illuminations fulgurantes. Il ou elle aura un grand sens de la communication et saura s’entourer également de professionnels. Et enfin il ou elle pensera essentiellement à
      l’éducation de ses enfants. Car là est en effet la base de tout développement. Sans éducation un pays ne pourra jamais avancé. Un peuple qui a une éducation saura commenter, analyser,
      et décider de son sort en toute liberté.

      Je suis sûr que cette personne existe car malgré tout ce qu’on dit ou ce qu’on croit ou ce qu’on pense, les malagasy sont un peuple fort et intélligent. Il leur faut seulement quelqu’un qui le leur dise et qui leur donne confiance.

      Soyons positifs et ayons l’espoir de jours meilleurs pour notre Madagasikara.

    • 10 mars 2009 à 14:18 | ParticipationDemocratique (#871) répond à Ni sourd ni aveugle ni muet

      Madagasikara a besoin d’un homme ou une femme visionnaire pour son pays et ses enfants. Une personne qui n’aura pas de blanc seing mais saura être professionnel dans ses décisions politiques, économiques et sociales. "Une personne qui aura un véritable programme à court, moyen et long terme, et non des illuminations fulgurantes. Il ou elle aura un grand sens de la communication et saura s’entourer également de professionnels. Et enfin il ou elle pensera essentiellement à l’éducation de ses enfants. Car là est en effet la base de tout développement. Sans éducation un pays ne pourra jamais avancé. Un peuple qui a une éducation saura commenter, analyser, et décider de son sort en toute liberté."

      Une analyse très pertinente par Ni sourd ni aveugle ni muet !

      Un Communiqué qui est dans la même direction, mais qui est specialisé au voeux du peuple :

      Coalition Ouverte pour une meilleure participation civile au processus démocratique

      Amélioration de la participation politique par l’internet
      Pour soutenir la paix et le progrès à Madagascar nous proposons les idées suivantes :

      L’actuelle crise est dûe a une insuffisance de communication politique à Madagascar entre le peuple, le parlement et le gouvernement. Les citoyens ne participent pas assez á la vie démocratique á Madagascar. Pour que cette crise ne se reproduise pas, des mesures apropriées sont nécessaires.

      ...
      www.madagaskar-vision.org/communique.html

    • 10 mars 2009 à 17:50 | Lucie (#101) répond à ParticipationDemocratique

      Je trouve l’idée de :"pouvoir participer et émettre une opinion constructive sur la gestion des affaires de Madagascar en s’exprimant sur le net", je trouve cette idée très intéressante et à retenir.
      En effet,pour que cet instrument soit accessible à tous,l’Etat devrait ouvrir des connexions gratuites un peu partout.Evidemment on peut craindre que les internautes soient fliqués si on est pessimiste, et si on est optimiste :
      l’Etat doit s’inspirer des opinions exprimées pour rectifier ou non ses actions.Dans ce dernier cas, il faut expliquer pourquoi et quelles sont les priorités du moment.

  • 10 mars 2009 à 09:58 | marco-polo (#861)

    Qu’est ce qu’on entend dans cet article ? Que l’erreur politique qui conduit naturellement à l’affaiblissement de celui qui la conduit n’est pas chose concevable dans un pays comme le notre ? L’article rapporte les faits actuels mais ne mentionne pas la base de cette erreur ; elle est en partie due à l’erreur politique depuis 2002, c’est celle de considérer que "le politique est inutile et incompatible" avec la "croissance économique". Croissance dont le fruit n’est partagé que par les courtisan(ne)s de tout bord.
    Le fait est que M. Rajoelina, avec sa ferveur, a quand bien même réveillé cet élan de conscience en nous qui nous améne à poser l’éternelle question : pourquoi est-il si difficile de concilier le patriotisme et l’honnêteté ? Pourquoi nous restons dans ces caricatures maladroites qui agrandissent d’avantage le fossé entre nous (haut plateau/côtiers ; intellectuels/citoyen de la rue)...
    Certes qu’il est anormal que tel ou tel pays s’ingère dans nos affaires mais il est aussi tout à fait anormal qu’on fasse intervenir telle ou telle force obscure à des fins inexpliquables et égocentriques. Sauf que cela démontre encore un peu plus la faiblesse, que nous allons certainement surmontée, de notre société.
    En un mot, nous marchons un peu avec la tête et tant que nous faisions l’économie de réflexion sur "la culture de Nation Malgache", nous risquerions d’avantage de sombrer dans la brutalité et l’incohérence.

  • 10 mars 2009 à 10:34 | Mohamed le copain de Moulhoud (#863)

    Oui, Pauvres de nous !!!!!
    Mais qui veut vraiment que les choses aillent bien au Pays ? Certainement pas les deux vautours qui occupent les médias et dont on n’arrête pas de parler ici ou là, et qui n’ont pour objectif pour l’un, que de garder le pouvoir si lucratif, et pour l’autre de s’en emparer pour le même dessein ?????
    La communauté internationale ? Non plus, en tout cas, je n’y crois pas vraiment.
    Les seuls qui le voudraient vraiment n’ont accès à rien, il ne leur est pas demandé leur avis, pas mal d’entre eux ont même été envoyés à l’abattoir. Oui, sans doute que Dieu Existe pour nous qui croyons. Alors, je prie le Ciel pour que la Sérénité revienne, et qu’ un minimum de respect et d’égard soit témoignés à la Population Malagasy.
    Pour finir, comme dit un de nos concitoyens, les futurs dirigeants doivent avoir en permanence à l’esprit que le Pouvoir monte souvent à la tête. Qu’ils s’en préservent.

  • 10 mars 2009 à 11:25 | Imaitso (#773)

    Il est vrai que Andry a commis des erreurs aussi grave que M. Ravalomanana. Mais ce denier malgré le 7 ans d’exercice au pouvoir est aussi maldroit que Andry. Cela peut confirmer qu’il n’est pas fait pour dirriger un Pays. Cependant cette crise est pour lui, occasion et chance pour rétablir la confiance avec le peuple mais malheureusement rien n’est changé : le dialogue devient dialogue des sourds ; le principe de pouvoir dictatorial dont le mot d’ordre est d’éliminer ceux qui gênent persiste jusqu’à ces deniers jours de la semaine. Si l’ONU protège Andry, ce n’est pas une complice mais tout simplement c’est son devoir de défendre la vie humaine en danger.Même les assassins ont le droit de vivre. Nous, Malgache nous avons beaucoup à faire pour respecter ’le droit de l’homme’. Chez nous, il suffit de voler une racine de manioc pour trouver la mort soit à la prison soit à la justice populaire . Si les dirrigents qui doivent être le Maitre en matière de droit de l’homme agissent de façon contraire comment les citoyens ne fassent-ils pas la même chose ?
    M. Ndimby a dit"le malaise est devenu profondu".Il n’est pas devenu, il était déjà profond et seulement comme malgache que nous sommes, on entasse tous les malaises et un beau jour ça s’éclate et nous voici. Face à cette crise, si nous cherchons seulement de morphine d’accalmie, demain une descente dans la rue va se former. Les assises qui auront lieu dans quelques jours j’espère vont regarder du font en comble nos problèmes fondamentaux.

    Merci à M Nbimby de nous metre devant la vérité que nous n’osons pas parfois regarder en face car cela nous fait mal.

  • 10 mars 2009 à 12:29 | chacha (#524)

    le pdt marc ravalomanana a détourné des fonds publics ; et le FMI en détient la preuve ; ce n’est pas andry rajoelina qui est en train de faire un coup d’état, c’est la communauté internationale qui ne veut plus de marc ravalomanana comme président des malgaches ; il ne pense qu’à ses affaires personnelles ; mais pourquoi vouloir toujours le protéger à tout prix ? c’est incompréhensible

  • 10 mars 2009 à 13:47 | poiuyt (#584)

    Bonjour.
    Tout cela a été planifié, on ne le dit pas assez ; revenez sur la chronologie des événements et vus serez critique ; Jusqu’ aus réveils synchrones des expatriés en France ; et la France l’a au moins béni, ou plus, y a activement participé. L’assurance dans les actions du maire déchu, a tjrs été bizarre. Cela ne pouvait être personnel, mais collectif, ou plus même étatique.

    Qui héberge les Ratsiraka et cie ? Qui a eu son ambassadeur renvoyé par le Président ? Qui a dit "Président" a un Iznogoud ? Qui n’a pas remercié l’armée de Ra8 d’avoir sorti les lycéens de son pays d’un blocage temporaire ? Qui a payé les mercenaires du 13mai, les officiers du CAPSAT, les antennes d’émission ?

    Mais Ra8 ressemble à un ottiste de surdité, ou a trop d’égo ; Pendant longtemps il a été attendu, surtout le jour d’après Mahamasina-1 ; "j’ai l’habitude de cela, fiez-vous à moi", avait-il dit à l’écran. Il semble incroyable qu’il soit parvenu à son poste ; je l’ai vu faible en charisme, mais on n’a pas besoin d’être orateur pour dire des phrases sensées, plusieurs à la suite ; Si on n’en est pas cap, on prépare son discours, on prépare sa politique. Chez le Président, rien ; pas de mouvement non plus, et les gens meurent. On peut penser même que le maire déchu connait, mais bien, sa faiblesse intellectuelle, d’où l’incroyable assurance chez le déchu.

    Ra8 a été désavoué par ses alliés naturels à cause de ses erreurs égoïstes répétées ; Mais sa honte, ou sa conscience d’être mal reconnu chez les miliaires, lui a serré les coudes. Si cela est il aurait dù passer la main, mais bien.

    Néanmoins il est souhaitable que Ra8 reste, si c’est pour laisser la place à l’autre, car sinon c’est donner déjà espoir au prochain coup dans 7 ans ...

  • 10 mars 2009 à 13:53 | Colin (#867)

    Bonjour à tous le monde

    Ndimby, votre rubrique est vraiment intéressante donc continuez à la rendre encore plus.

    Je reviens sur les évènements qui se déroulent en ce moment au pays et je pense (et j’espére que je ne suis pas le 1er ni le dernier à le penser)que le Président de la République doit finir son mandat pour le bien être de la Nation, de la Population, de la Démocratie et plus particulièrement pour la "Dignité du Peuple Malagasy".
    Et je me permets de m’adresser à tous mes Concitoyens de Madagascar et à toutes les forces vives de la Nation :

    Ne pensez-vous pas qu’il est temps d’ouvrir les yeux ? Car à chaque fois que le pays commence à voir le bout de l’horizon, une crise surgisse comme par hasard.

    Ne pensez-vous pas qu’il est temps de montrer que Nous sommes un Peuple Uni et qu’aucune force de qui ou de quoi que se soit ne peut et pourra pas Nous désunir ?

    Ne pensez-vous pas qu’il est temps que Nous arrêtons de Nous faire manipuler ?

    Ne pensez-vous pas qu’il est temps que Nous Nous assumons et que nous assumons notre engagement et notre choix afin de nous respecter nous-même ?

    Ne pensez-vous pas qu’il est temps de mettre fin à ces crises répétitives qui durent depuis plus de 40 ans ?

    Ceux-ci ne sont que des avis et celà n’engage que moi.

    Merci de m’avoir laisser m’exprimer.

    • 10 mars 2009 à 14:59 | Mimie (#196) répond à Colin

      Les crises ne surgissent pas "comme par hasard", elles couvent pendant longtemps, le temps qu’il faut pour user la patience légendaire des malgaches, puis ca explose, mipoaka am’zay ny sarom-bilany.

      L’erreur des dirigeants c’est de ne jamais apprendre cette simple logique et de ne pas tenir compte des bouillonnements, se croyant assez forts pour les mater. Ils profitent de la patience du peuple et après sont effectivement surpris par sa réaction a lorsque celle-ci devient tout à coup violente.

      L’espace de plus en plus courte d’apparition des crises signifie que les malgaches murissent, même s’il leur faut beaucoup de temps pour se défaire de tous leurs maux. Ces crises disparaitront d’elles-mêmes lorsque les dirigeants auront appris à bien diriger.

      Je suis désolée mais il n’est pas question de laisser Ra8 terminer son mandat et attendre les élections de 2012, surtout pas avec le code électoral actuel et tous les pouvoirs à son actif. Il faut que ca change et maintenant. Il va devoir écouter et composer avec tous ceux qu’il a tû et ignoré depuis toujours.

      A propos de choix, c’était juste un "faute de mieux" et non pas un "absolument ok". Ra8 le savait mais il n’a pas fait l’effort nécessaire pour rectifier son tir, il n’en a fait qu’à sa tête. Alors oui nous assumons notre choix, on a accepté le faute de mieux mais avec beaucoup de réserves, lesquelles sont maintenant tombées.

    • 10 mars 2009 à 18:06 | Balita (#216) répond à Colin

      Colin le poète >> Vous êtes le seul qui commence à voir le bout du tunnel.
      A partir du moment où l’on cultive la haine, il faut être sûr de vouloir en recolter.
      Je n’ai jamais vu un président s’excuser de sa mauvaise gestion notamment de la part d’un dirigeant, il faut toujours chercher un bouc émissaire car on ne dirige pas seul un pays. Pourtant Levalo l’a fait ! Il ne mérite plus d’être à la tête de ce pays.

  • 10 mars 2009 à 14:48 | honohono (#805)

    Une impression de "Deja vu" comme disent les Francais et les Americains... Ce n’es ni le Film avec Denzel Washington, ni la Chanson de Beyonce... mais le coup d’Etat en Afrique qui est appuyé par les Etrangers, en l’occurence la France. Et oui, il est temps pour moi d’admettre que je suis un Africain... Je le cris haut et fort avec les larmes aux yeux (et c’est vrai en plus) : "JE SUIS UN AFRICAIN, NI PLUS NI MOINS". Je veux chanter cette chanson ecrite pour les milles collines : "A million voice", parce que je sais que nous sommes des millions. Enfin, je l’espere toujours. Bye les amis, on se revoit dans les prochaines emeutes et troubles politiques... ie dans 5 ans tout au plus.

    • 10 mars 2009 à 15:03 | Rado (#172) répond à honohono

      On ne sera jamais libre de penser et de faire motu proprio ce qu’on veut quand la responabilite est partagee

    • 10 mars 2009 à 15:17 | mamabe (#873) répond à Rado

      Merci à Dimby de faire son travail de journalisme.
      Enfin tribune M/car a ouvert les yeux, car le vent commence à tourner !
      On se souvient encore de vos articles en 2002 pro- Ratsiraka.
      C’est pas grave les papillons suivent toujours la lumière.
      Vous êtes posé la question hier :où sont passé les vrais journalistes, vous y êtes maintenant.

    • 10 mars 2009 à 18:09 | Balita (#216) répond à honohono

      Si vous ne le savez pas, le monde est déjà partagé entre les grandes puissances occidentales et il ne faut surtout pas laisser la place à la Chine ...

  • 10 mars 2009 à 16:20 | namana (#743)

    Efa ela no nahatsapako fa diso lalana RAVALOMANANA, fa saingy izao vao tonga ny fotoana.Tsarovana kely ny TANTARA 2002
    Ohatra RATSY na MODELY RATSY no nataony hahatongavana teo @ fitondrana.
    NANORATENA HO FILOHA , NANORATENA HO LANY FILOHA FIHODINANA VOALAOHANY . NANORATENA SADY NANAO FIANIANANA HO FILOHA TENY MAHAMASINA NY 22 FEBROARY 2002 . NANORATENA KA NANENDRY PRAIMINISTRA , NY MINISTRA MOA DE NATERINA BODONGERONA ISAKY NY MINISTERA ....... FOMBA TSY FANAO @ FIRENENA MANAJA DEMOKRASIA. KOA HO GAGA VE ISIKA RAHA MANAO IZANY KOA NY ATY AO AORIANA.
    Amiko raha tena TIA TANINDRAZANA RAVALOMANANA de tokony hanarina izay lesoka izay izy. HIAIKY EO ANATREHAN’NY TANY SY NY LANITRA FA DISO. Ka hamory ny ankolafikery rehetra eto @ Firenena hanao LALAM-PANORENANA VAOVAO. LALAM-PIFIDIANANA VAOVAO , fa tsy izay tonga eo @ FITONDRANA de hanova lalam-panorenana ka hanao izay hijanonay eo na ho any na tsy hoa any. T@ fifidianana farany teo dia mba betsaka no nanao soson-kevitra ny @ tokony hanovàna ny Lalam-pifidinana...sns... de tsy noraharahiany izany fa de ny azy ihany no marina.... de nanampy trotraka koa fa t@ fotoana fahavaratra mahalatsaka ny orana, sady sarina @ lafiny ara-tsakafo ny olona natao ny FIFIDIANANA @ izay manko de sarotra ny lalana satria miakatra ny rano koa de izy irery no afaka mitaingina Helikoptera sy manamparitaka ny vatony.
    Ny fandrahonana ireo mpiasam-panjakana raha tsy lany ao @ faritra feheziny ny Filoha tsy lazaina intsony......
    Ao anaty fahasahiranana ara-tskafo ny vahoaka koa de mora vdiana @ Yaourt, Tee-Shirt sy vola kely de asaina mitondra ny vato tsy narotsaka rehefa avy mifidy.
    Koa amiko ny zava-misy @ zao fotoana izao de vokatry ireo disadisa efa ela ireo.Ka tsy tokony hoheverina hoe olana eo @ Ravalomanana sy Andry Rajoelina.
    I Andry irery angamba no tsy mba nahita fonja raha nanohitra an-dRavalomanana fa ny sisa rehetra de na TSIAFAHY na tany AMBALATAVOAHANGY.......Farany na de @ lahatsoratra hafa aza no tokony hamaliana azy de hosoratako eto : Mikasika ireo Miaramila tsy mety mandray Baiko intsony... MARINA NY AZY satria nahoana ; Jereo ange no nanaovan-dRavalomanana ireo Miaramila niaro ny FANJAKANA ARA-DALANA t@ 2002 fa migadra daholo eny fa na ireo MIARAMILA NANOHANA AZY(RAVALO io) , KA NAMPIASANA NY FAHAIZANY SY NY HERINY mba hahatongavan-dRavalomanana teo @ Fitondrana NOGADRAINY IHANY KOA. Koa ny fahitako ireo Miaramila ireo @ zao fanam-pahakeviny izao de ilay ohabolana
    hoe : ALEO HALANANDRIANA TOY IZAY HO HALAM-BAHOAKA koa de mankahery ireo Miaramilka ireo aho ary maromaroa ny tahaka azy ireo

  • 10 mars 2009 à 17:09 | Lucie (#101)

    Ravalomanana n’est qu’un homme.Comme nous tous,il est faillible.Son parcours personnel,le défi qu’il a dû relever en prenant les rênes d’un pays exsangue en ont fait un autodidacte brillant qui n’a rien à envier à certains surdiplômés incapables sous la houlette desquels Madagascar a déjà souffert. II a pris l’habitude de ne se fier qu’à son intelligence instinctive.Depuis peu une théorie démontre l’existence de plusieurs formes d’intelligence (Howard Gardner) :intelligence logique,verbale, etc…L’intelligence instinctive de Ravalomanana,sans doute spatiale et pratique,lui a permis de faire certains choix importants pour l’avenir de Madagascar.
    Cependant ,il s’est coupé de sa base et d’une réalité qui s’est chargée de le rattraper. Les erreurs :tout le monde en fait, mais leur gravité est proportionnelle aux responsabilités de celui qui les commet. En tant que Chef de l’Etat, ces erreurs engagent la vie,le bien-être et l’avenir de millions de malagasy.Il n’est pas exclu que dans le futur : des erreurs d’appréciation, de gouvernance puissent encore se reproduire .Alors,il faut consentir à ce que des garde-fous constitutionnels,des instances indépendantes (justice,presse,syndicats,société civile etc…) existent et jouent pleinement leur jeu , en un mot accepter les contre-pouvoirs. Avoir une opposition constructive qui soumet des propositions et en tenir compte parfois, n’est pas un aveu de faiblesse.C’est, au contraire montrer sa force de rassemblement devant la diversité des opinions exprimées. « Arivo lahy hono, tsy maty iray andro” ary koa “Ny firaisana no hery” : retour aux sources de notre sagesse ancestrale , là est la vraie force du peuple malagasy du nord au sud,de l’est à l’ouest de notre belle Terre.La proximité : rester proche de ceux dont le sort nous importe .Voici le commentaire d’un internaute sur la proximité :« Dans un monde complexe chacun cherche sa place sur un nouvel échiquier régional, national ou mondial. Dans cette agitation d’électrons libres à la recherche de nouvelles planètes pour se satelliser, il en est une qui a toujours existé. C’est une planète tellement proche que nous ne la voyons plus. Un territoire tellement résistant à qui sait s’en occuper. Un espace si fidèle pour qui persévère. Je veux parler de notre territoire local. Chacun à le sien et parfois deux. Celui ou nous travaillons et celui ou nous habitons et parfois même... c’est le même » . L’or,le pétrole,la vanille : tout cela passera.Ce qui restera ce seront nos descendants,le pays que nous leur lèguerons,les principes dans lesquels nous les éduquons,la foi que nous avons en nous-mêmes et nos capacités,les actes que nous posons pour l’avenir : lorsque tout aura disparu , ce socle inamovible lui, restera. Les 52% regardent Ravalomanana, mais les 48% aussi regardent et méritent d’être considérés.Je souhaite que Rajoelina qui a eu le courage de monter au créneau : acquiert plus d’expérience , de maturité ,d’indépendance et que les discussions soient sereines.D’ores et déjà : il n’y aura ni vainqueur, ni vaincu : seul Madagascar et les malagasy doivent triompher de ce combat fratricide.

  • 10 mars 2009 à 18:26 | Lebossy (#441)

    Enfin, je suis actuellement persuadé qu’une issue est en vue pour cette crise. Ce n’est pas forcément l’intronisation de Rajoelina ou la destitution de Ravalomanana. Mais par le simple fait que nous, les malagasy, commençons à ouvrir les yeux, à déboucher les oreilles et à utiliser la neurone mais pas toujours le cœur quand il s’agit de problèmes politique ou social dans le pays.

    Certes par respect des mots "fihavanana" ou "fahendrena malagasy" ou tout simplement par peur de la répression du régime, nous avons laissé passer beaucoup trop d’erreurs au niveau de la gouvernance actuelle. Certains en sont même arrivés au point que quoi que Ravalomanana fasse, il est toujours bon, ce qui n’est pas le cas.

    A part quelques tentatives de protestations, faites par des parties de l’opposition ; qui étaient, avant Rajoelina, quelque peu timides ; personne n’a jamais osé lever le petit doigt, ne serait-ce que pour contester la flambée des prix des PPN, la montée du prix des produits pétroliers alors que le baril est passé au tiers de son prix d’il y a près de un an, sans parler de la domination injuste du groupe tiko dans toutes les branches de l’entrepreneuriat : BTP, agroalimentaire...

    Maintenant les entités commencent à se rendre compte petit à petit de la mauvaise direction qui leur a été imposée et essaient de remettre leur étique sur sa bonne place.

    En même temps Ravalomanana commence à perdre de l’altitude sur son pouvoir de dictateur, car tout le monde semble se retourner contre lui, sauf peut être quelques "tiko boys" dont il a réussi à appâter et qui misent leur vie entière pour servir "Ramose" ou "baina", voire à trembler jusqu’au pieds dès que "baina" appelle.

    Les capacités de décisions rapides et de "asa maika !!!" de Ravalomanana, paraissent inadaptées au développement du pays. Sa politique de pourrissement n’atteindra plus le terme de ses mandats. La seule chose qui lui fait peur en ce moment, qui lui oblige à tenir le coup, c’est la peur des représailles de ceux qu’il a pourri.

  • 10 mars 2009 à 20:02 | Rakoto (#358)

    Ra8 a reconnu ses erreurs sans préciser lesquelles ???
    Maintenant il faut qu’il assume entièrement ses erreurs et il doit plus d’explication !...
    Même un voleur de poule passe au tribunal ! Aux juges maintenant d’excercer leur métier ! C’est aussi simple !. On ne peut pas passer à la résolution d’un problème tant qu’on n’a pas solutionner ses propres erreurs !

    "Ny eloka hibabona mody rariny" à condition de les avouer et les assumer surtout quand on est Président de la république. Sinon il faut libérer les prisonniers politiques aussi !

  • 10 mars 2009 à 20:48 | bema (#882)

    mendrika andravalo sy pds ny tsiafahy , am zay hitany tsara hoe aona zany manambaka sy mampiady ny gasy zany , mananjina anie ny gasy e ,VONINAHITRA , VOLA , seoseo ,mbola ho avy ny sabotsy fa tsy talata fona akory ny andro

  • 10 mars 2009 à 21:41 | Albatros (#234)

    Bizarre, bizarre !!!

    Didier Ratsiraka= double nationalité.
    Andry Rajoelina = double nationalité.

    Madagascar vit donc depuis plusieurs mois une lutte entre deux expatriés ?.

    Non je pense plutôt que le peuple Malgache et le peuple Français sont manipulés par des gens sans loi ni patrie qui ne pense qu’à eux sans s’occuper de ceux qui font le vrai PEUPLE d’un pays.

    Les éleveurs de porcs de Bretagne sont dans la même position que les cultivateurs des plateaux Betsileo qui ont du mal a vivre de leur travail.

    Si les choses continuent sur le même rythme dans 6 mois M. Ravalomanana et A. Rajoelina auront peut être disparus de la scène mais où sera le Peuple Malgache ?.

    Un petit français qui aime et respecte sans arrière pensée colonialiste Madagascar le pays de son enfance.

    Courage aux vrais Malgaches

  • 10 mars 2009 à 22:44 | Rivohanitra (#142)

    Les médias font et défont les opinion. Et je m’insurge :
    Tirer à balles réelles sur des manifestants pacifiques sans sommation, et comptabiliser 100 morts qui ont reçu des balles au milieu du front à la gorge ou en plein coeur quoi qu’on en pense, même si tout le monde veut relativiser beaucoup les choses, ne constitue pas une erreur mais des meurtres en grande masse.

    Marc Ravalomanana n’est pas affaibli par ses propres erreurs. Non. C’est plutôt que le peuple a constaté sa dangerosité. Il s’agit de crime et non pas d’erreur.

    Monsieur Ndimby écrit bien et aborde des sujets intéressants, mais permettez moi de douter de son impartialité. Ravalo n’a pas commis de simples erreurs, il a envoyé des militaires sous le commandement de mercenaires étrangers terroriser la population malgache, et plutôt celle des bas quartiers. Nous avons vu des images terrifiantes d’adolescents voire des mineurs jetés sans aucune pitié dans l’eau sale. Ces crimes répétés commis par un chef d’Etat en fonction ont d’ailleurs poussé des militaires à la mutinerie.

    Je suis scandalisée par la négation de ces crimes qui ont frappé les plus pauvres d’entre nous.

    J’espère M. Ndimby que pour un journaliste professionnel les mots ont encore un sens et que l’impunité accordée par cet article n’est qu’une ERREUR.

  • 10 mars 2009 à 22:47 | Ranavavy (#104)

    ENFIN , Il est tombé dans son propre piège ; à vouloir être le meilleur, le plus fort, le plus beau , le plus riche ,celui qui commande seul, qui sait tout ,voit tout, qui fait tout ; ses ministres qui valsaient à son bon vouloir , qui n’avaient même pas le temps de faire leur preuves qu’il étaient déjà renvoyés comme de la merde et vite remplacés au nom de son éminence RANAVALOMANANA 1er.
    Court règne pour celui qui avait fustigé Ratsiraka en 2001, 2002 et pensait pouvoir régner encore pendant X mandats.
    Et que dire de se croire investi par les Voix Divines du Seigneur ;les Pasteurs et l’église protestante n’en ressortiront pas grandis de leur relations personnelles plus qu’amicales avec lui ;surtout que les tentatives de dialogues et de réconciliations ont été mené par les catholiques , lui qui ne peut pas les sentir ( Père Urfer ...etc...) ;
    L’U.A ne doit pas être contente de ne pas pouvoir , peut-être ,tenir le Sommet Africain en juillet 2009 à Madagascar !!??et le sommet en 2010 de la Francophonie , lui qui ne porte pas la France dans son coeur ? d’ici là il y aura de l’eau qui aura passé sous les ponts des rivières malgaches, espèrons.
    Mais les investisseurs, le FMI, U.E et tous les autres auront été échaudé et la confiance sera très longue à revenir .... Domage que ce soit encore une fois le PEUPLE qui trinque ...

  • 10 mars 2009 à 23:07 | IMANANTENA (#886)

    Merci à Tribune pour cet article très bien réussi et merci à vous tous pour vos réactions. Même si je ne suis pas encore convaincue qu’une sortie acceptable à la crise serait bientôt possible, je commence à nourrir l’espoir qu’enfin, nous les malgaches prenons conscience du désastre de notre pays, de la situation d’infantilisme dans laquelle on nous a mis. Que nous prenons conscience qu’il ne faut plus se fier uniquement à la voix de nos coeurs pour élire nos dirigeants. Voilà le résultat !

    Faute de mieux, je suis pour le maintien de Ravalomanana au pouvoir jusqu’à la fin de son mandat mais alors là, il va falloir composer mon vieux ! il va falloir écouter les autres, demander leurs avis, faire confiance à son équipe, accepter les idées contraires aux siens, ne plus sur-estimer les uns et ignorer les autres, en bon manager quoi !

    J’éspère de tout mon coeur qu’il a enfin compris la grosse claque que le peuple lui a flanquée alors cher Monsieur le Président, comme vous l’avez si bien dit : tapitra ny récréation, maintenant au travail et revoyons toutes nos copies.

    Je suis une jeune femme Malgache, j’ai 37ans, j’ai un fils de 3ans que j’élève seule. Dieu merci je travaille, je n’ai pas à me plaindre face à mes compatriotes. Ma liberté est ma force, ma personnalité mon outil pour aller de l’avant, pour me faire entendre et respecter. Je nourris l’espoir qu’un jour, tous les jeunes malgaches soient au moins comme moi, libres, indépendants, éduqués, instruits, et surtout auront leurs mots à dire sur la vie de leur nation, sur le choix de gouvernance, qu’on soit à leur écoute, qu’on les aide et qu’on les guide pour qu’ils soient rééllement l’espoir de la nation.

    Vive Madagascar

  • 11 mars 2009 à 00:51 | jonas (#185)

    Misaotra ny prezidant Ravalomanana aho amin ny fampandrosoana rehetra vitany teto Mcar na ahoana na ahoana ny tohin ny tantara.

    Mahateza ny aina ry Malagasy hijery ny fandehan ny tantara.
    Maniry hiala amin izay lazain ny sasany fa mpamono olona fa misafidy ny mety ho tsisy teny mahalaza azy.

    Mahateza ny aina hijery ny ho avy fa ny mena sofina tsy hamela anao handroso ry gasikara ary hatramin izao dia manaiky izany ianao Ra-Malagasy.

  • 11 mars 2009 à 02:22 | raari (#569)

    Cette crise n’est qu’une crise cree pour eliminer les Merina et ses oeuvres comme le Rova il y a 13 ans passee et maintenant le RNM et TVM qui abritaient la majorite des histoires Merina et Maintenant, la France et les descedants africains utilisent un jeune Merina avide de pouvoir et d’honneur et qui baffoue l’histoire de ses histoire pour destituer un Merina qui pense a donner de nouveau la valeur et la souverainite Merina et Malagasy. Mais vous allez voir qu’apres etre investi, ce jeune bougre Merina va etre tue ou sera de nouveau destitue par la france et elle met definitivement ses poulins qui sont les descendants africains et madagascar perd a jamais son identite surtout les Merina car on les terrorise a tout momen pour qu’ils se taisent et se melangent avec les descendants africains et c’est la fin de son Histoire qualifiee un des meilleurs au monde.
    .....Une épopée tragique

    L’occupation de Madagascar

    * C’est dans la foulée des grandes navigations nusantariennes qui, depuis plusieurs millénaires aboutirent déjà au peuplement des îles d’Asie du Sud-Est et d’Océanie, que des navigateurs originaires d’Indonésie centrale découvrirent vers le début de notre ère l’île de Madagascar. Cette dernière, isolée depuis l’ère secondaire était alors vierge de toute présence humaine. Les premiers émigrants, qui étaient déjà pourtant porteurs d’une civilisation très évoluées (travail des métaux, dont le fer, riziculture savante, tissage de la soie, encadrement monarchique de la société, etc.) semblent avoir vécu de la pêche et de la chasse. Peu à peu, ils pénétrèrent alors dans l’arrière-pays où on pouvait rencontrer des animaux étranges, telle par exemple que l’aepyornis ou vorombe, une autruche géante haute de plus de trois mètres, ou encore le lalomena, un hippopotame nain. Par la suite, ils entreprirent également de fréquenter les côtes africaines où commencaient parallèlement à s’établir les populations bantoues, originaires d’Afrique centrale. Des contacts entre ces nusantariens et les Africains semblent notamment avoir résulté des échanges commerciaux portant, entre autres, sur la traite des esclaves. C’est ainsi en tout cas que dès le VIIIe siècle, les textes chinois font état de la présence chez eux d’esclaves africains (zhengqi) transportés par les navigateurs nusantariens. On peut alors supposer qu’à Madagascar même, le nombre des transplantés involontaires africains (d’où déjà leur adoption de la langue de leurs maîtres !) commença à devenir considérable. C’est cependant par la suite, du fait des trafiquants arabo-musulmans, que les régions côtières de l’île finirent vraiment par en être submergés.

    La mérinisation

    * C’est que, à partir du IX-Xe siècle, après avoir exercé une domination sans partage sur les océans depuis plusieurs millénaires, les nusantariens durent enfin subir la concurrence de la nouvelle puissance maritime de leurs voisins continentaux, en l’occurrence les Chinois et les Indiens. A ceux-ci s’ajoute dans la partie occidentale de l’Océan Indien la pression des Arabo-musulmans qui, après avoir pris le contrôle des côtes africaines commencèrent à se déferler sur le nord et, ensuite, l’est de Madagascar.
    * Ainsi bousculés sans pouvoir compter sur le renfort de leurs cousins d’Asie, les ancêtres des Merina n’eurent d’autres choix que d’entamer une émigration en masse vers l’intérieur des terres. D’après nombre de traditions, l’une des raisons de leur départ était justement le refus de se mélanger avec leurs nouveaux voisins ; en somme, de s’africaniser. Ils y rejoignirent d’autres pionniers de leurs race qui, du fait de leur isolement, paraissent avoir beaucoup régressé sur le plan culturel, d’où l’appellation dépréciative de vazimba ou "inférieurs" qui leur furent ensuite appliquée. Encore que certains indices permettent aussi de penser que ce processus de "mérinisation" se poursuivit en fait durant plusieurs générations pour ne s’achever vraiment qu’à l’aube du XVe siècle.

    L’organisation du Royaume merina

    * Sur les hautes terres, les Merina ne tardèrent à se réorganiser en essayant de restaurer peu à peu leur unité politique. Dans le courant du XVIe siècle, la région du nord-est, gravitant autour d’Antananarivo connut notamment un profond bouleversement sous l’impulsion des trois rois fondateurs : Andriamanelo, Ralambo et Andrianjaka. Parmi les innovations qui auront les plus lourdes conséquences figure alors l’instauration du système andriana-hova, divisant artificiellement le peuple merina en deux groupes de clans astreints chacun à l’endogamie. Dans un premier temps cependant, ceci permit l’émergence d’une véritable caste dirigeante qui put oeuvrer à l’unification du royaume. Pour le foyer du nord-est, cette unité devint enfin effective dans la seconde moitié du XVIIe siècle, sous le règne d’Andriamasinavalona.
    * Malheureusement, l’expérience ne dura qu’un moment et, au XVIIIe siècle, l’Imerina connut de nouveau l’anarchie et une profonde décadence. Et d’autant plus que l’île entière se retrouva en proie à l’insécurité du fait des troubles provoqués par les guerres alimentées par les traitants européens, en particulier français, soucieux de se procurer à bon compte des esclaves et des vivres pour les îles créoles en échange de fusils.

    Andrianampoinimerina et Radama

    * A partir de la dernière décennie du siècle cependant, sous l’impulsion du grand roi Andrianampoinimerina, l’Imerina retrouva son unité et une nouvelle prospérité. Sur cette base se construisit ensuite l’oeuvre de Radama, son fils et successeur qui, profitant de la coopération britannique, entama la modernisation de son peuple tout en imposant la domination merina sur la majeure partie de Madagascar. Le premier, il se vit alors reconnu roi unique de l’île par la Grande Bretagne.
    * Mais la disparition précoce de Radama en 1828 compromit la poursuite de ce véritable meiji à la façon merina. Et d’autant plus que l’aggravation des menaces européennes ne tarda à obliger les nouvelles autorités à prendre des mesures défensives de repli.
    * Même cependant de façon hésitante et dans la crainte constante de l’invasion étrangère, le processus de modernisation continua tant bien que mal, au point de bouleverser peu à peu l’équilibre traditionnel de la société merina. Ces bouleversements concernent en particulier le système des valeurs avec le progrès rapide de la christianisation, favorisé par la scolarisation. Au point que le protestantisme devint à partir de 1869 la religion officielle de la monarchie merina.

    Un royaume aux abois

    * Mais en plus de la menace européenne, en particulier française, la plus grande source de problèmes était pour les Merina le maintien de leur domination sur les régions côtières. En dépit en effet des bénéfices ponctuels que rapportaient le commerce avec l’étranger et les droits de douane, cette domination leur coûtait l’entretien permanente d’une force armée de plusieurs milliers d’hommes, ce qui était apparemment au dessus de leurs moyens. A tel point que, pour essayer de suppléer à la carence de main-d’oeuvre qui en a résulté, ils durent se résoudre à faire venir en Imerina une masse considérable de captifs arrachés aux régions périphériques. C’est de cette manière que les Merina finirent par inonder eux-mêmes leur pays qui, jusque-là en avait été largement préservé, de populations étrangères de race noire !
    * Il faut cependant reconnaître également que la menace constante d’invasion étrangère limitait considérablement leurs marges de manoeuvre. Ainsi, on peut dire que les Merina étaient obligés d’occuper les côtes pour empêcher les Français de s’y établir à leurs dépens, sans compter que c’était pour eux la seule façon de se ménager une ouverture sur le monde extérieur. C’est dire qu’ils étaient davantage encore les prisonniers que les maîtres de leur trop vaste et, finalement, désastreux "empire".
    * La dernière source grave de faiblesse du royaume merina était enfin la division interne due à la sourde rivalité opposant les clans andriana à ceux des Hova pour le contrôle du pouvoir.

  • 11 mars 2009 à 02:23 | raari (#569)

    .....Le ravalement colonial

    * Tout ceci aboutit à la conquête facile de Madagascar par les troupes coloniales françaises à partir de 1895. Pour la France, l’objet d’une vieille convoitise (depuis le XVIIe siècle !) était enfin tombé, sans coup férir, entre ses mains. Paradoxalement en effet, en dépit de toutes les prévisions, les Merina avaient à peine résisté, tant ils étaient las et démoralisés, en grande partie d’ailleurs pour des raisons de politique interne. Sans compter que, vis-à-vis même de l’envahisseur, ils pensaient surtout avoir affaire à une puissance plus "évoluée", ambitionnant d’imposer à leur pays un simple régime de protectorat, ce qui supposait le respect de leur souveraineté intérieure, ainsi qu’une promesse de développement plus rapide. De même, ce genre de considération empêcha ensuite l’élite occidentalisée merina d’appuyer activement l’insurrection populaire des menalamba qui se vit dès lors condamnée à l’échec.
    * Mais, contre toute attente (et ce qu’ils avaient eux-mêmes solennellement promis !), les Français s’empressèrent de consolider leur pouvoir en prenant contre les Merina des mesures radicales, destinées justement à les "ravaler" comme on disait ouvertement à l’époque. En fait, l’objectif des vainqueurs était de détruire à jamais les fondements même de leur nationalité, en en faisant à terme des Français, après les avoir réduit au préalable à l’état de "malgache", de créole afro-asiatique, à l’identité aussi inconsistante que honteuse.
    * Pour ce faire, ils commencèrent par supprimer sans autre forme de procès la vieille monarchie à laquelle tous les Merina étaient viscéralement attachés, tout en exilant brutalement (après l’avoir kidnappée !) la dernière reine. Afin d’anéantir ensuite le moral des opposants qui se référaient avant tout au caractère sacré des mânes royales, ils entreprirent de profaner les cendres des anciens souverains merina par des déplacements intempestifs et des pillages de sépultures ! ( Un phénomène apparemment unique dans les annales de la colonisation moderne !). De même, l’ancien palais royal se vit transformé en simple dépôt d’objets de luxe (et non pas véritablement un musée !) dont même la simple visite était interdite, jusqu’en 1946, aux indigènes. Et enfin, pour couronner le tout, les Français mirent sur pied une "académie malgache" chargée de contrôler l’esprit de la nouvelle élite franco-malgachisée en forgeant, sous couvert de culture et de "science", un discours à leur convenance sur l’histoire et la civilisation du pays.

    Le relèvement manqué de l’Après-guerre

    * Après des décennies d’assoupissement, tant ils étaient meurtris, les Merina commencèrent à se réveiller en 1946 en entreprenant de secouer enfin le joug colonial. Encore que l’objectif même du MDRM (Mouvement Démocratique de Rénovation Malgache) qui ambitionnait de les représenter n’était en rien la réhabilitation de la cause merina mais l’instauration d’un système démocratique à l’occidentale, ainsi à terme que la décolonisation de Madagascar.
    * Cela suffit cependant à hérisser le pouvoir colonial qui, pour isoler la résistance merina, entreprit d’organiser les Noirs à l’intérieur d’un parti adverse dévoué à ses intérêts, le Padesm ou Firaisan’ny Tanindrana sy ny Mainty enin-dreny ary ny karazany rehetra eto Madagasikara (Union des Côtiers, des Noirs [de l’Imerina] et assimilés à Madagascar), avant de procéder à la répression proprement dite, en 1947. Bilan, démantèlement du MDRM et 100.000 cadavres environ, tombés directement sous la répression ou à la suite des troubles.
    * Ce désastre acheva de déstabiliser complètement les Merina qui, depuis, ne réussirent plus jamais à retrouver leurs marques. C’est que, en raison de l’impact malgachiste, leurs élites semblaient véritablement atteintes d’une sorte de paralysie mentale, les empêchant même d’avoir une vision un peu lucide de leurs problèmes. Au point que leurs horizons se limitaient en fait à la défense fétichiste de l’"unité nationale", même lorsqu’il était devenu manifeste que celle-ci les condamnait à être exclus définitivement de l’exercice du pouvoir dans leur propre pays, tout en vouant purement et simplement leur peuple à la misère et à l’oppression, en attendant une inéluctable disparition.

    A la merci de la République malgache

    * En 1958, les Français décidèrent d’eux-mêmes l’instauration de la République malgache, à laquelle ils octroyèrent ensuite ce qu’il est d’usage de qualifier d’"indépendance", pour le bénéfice des anciens dirigeants du Padesm. Ainsi supplantés, les Merina durent se cantonner dans une vague opposition de principe, incapable même de formuler la moindre idéologie alternative, pour se contenter de vieille litanie anticolonialiste. C’est que, en raison de leur francisation, ceux qui leur faisaient office de "leaders" n’avaient même plus en fait le courage de revendiquer leur nationalité merina pour au contraire se retrancher derrière le masque aliénant du "malgache" !
    * En 1972, la révolte des jeunes merina ébranla ce pouvoir néo-colonial mais le mouvement n’aboutit qu’à la mise en place, trois ans plus tard, de la dictature marxisante et kleptocratique des militaires noirs dirigés par le capitaine Ratsiraka. Cette fois-ci, les Merina se virent confrontés à une oppression raciale ouverte, le régime s’affichant ostentatoirement "africain", et ce avant tout à leurs dépens. En 1976 d’ailleurs, Ratsiraka fit délibérément incendier le palais d’Andafiavaratra, le second monument du pays, symbolisant un peu l’ancienne domination merina du XIXe siècle. De même, en 1985, il fit massacrer par l’armée les jeunes merina (et betsileo) pratiquant les arts martiaux et qui, en desespoir de cause devant l’indifférence complice de la police, entreprirent de s’organiser d’eux-mêmes pour essayer de protéger un peu la capitale contre le pillage et les assassinats perpétrées sur une grande échelle par des bandes armées noires, agissant pour le compte des milieux au pouvoir.
    * Après une quinzaine d’années de ce régime de terreur et de destruction, comme on n’en a vu depuis la fin de la deuxième guerre mondiale que sur le continent africain ou à Haïti, Madagascar finit par se retrouver complètement ruiné et ravagé, au point d’apparaître comme l’un des pays les plus pauvres au monde !
    * La chute de Ratsiraka en 1993 fit un moment renaître l’espoir mais la plus amère des désenchantements s’ensuivit aussitôt après. Le nouveau pouvoir noir de Zafy Albert s’avérait en effet tout aussi incapable que l’ancien à faire redémarrer la machine étatique dont le moteur semble maintenant définitivement cassé. Le pays continuait tout simplement à s’empêtrer dans l’anarchie et l’économie, déjà chancelante, de s’effondrer, sous l’oeil indifférent du reste du monde.

    Une nation brûlée vive

    * C’est dans cette ambiance particulièrement morbide que survint pour les Merina l’une des plus graves tragédies de toute leur histoire. Le 6 novembre 1995, des hommes de main à la solde des milieux au pouvoir lancèrent des bombes incendiaires contre l’ancien palais royal d’Antananarivo dont tous les bâtiments et l’ensemble des cimetières (abritant les cendres des souverains merina depuis quatre siècles !) furent anéantis sans que les autorités tentèrent de bouger le petit doigt pour s’y opposer, et pour cause ! D’un seul coup, les Merina virent partir en fumée les vestiges laissés par plusieurs siècles de leur histoire, pendant que tout ce qu’ils avaient de plus nobles et de plus sacrés étaient ouvertement piétinés par leurs ennemis ! Il est en effet manifeste qu’à travers le Rova, c’est la nationalité merina elle-même qui était visée, vouée à l’anéantissement.
    * La première conséquence de cet acte barbare de malveillance, motivé uniquement par la plus mesquine des jalousies est de bouleverser complètement la conscience merina d’eux-mêmes, au point de les obliger enfin à assumer leur véritable identité, quasiment escamotée depuis le début de l’époque coloniale. Pour les Merina qui, désormais s’affichent ouvertement tels, la preuve était maintenant faite que leurs voisins noirs aspirent purement et simplement à les voir disparaître, après les avoir piétinés, et ensuite cannibalisés ! Ce qu’ils reprochent aux Merina n’est pas tant ce que leurs ancêtres ont pu faire (du reste, quoi déjà ?...) que leur existence actuelle, avec ses caractéristiques distinctives. On en veut aux Merina de ne pas être devenus eux aussi des noirs, de persister dans leur refus à le devenir, ainsi que d’avoir des origines enviées, des ancêtres dont on peut être fier, une histoire malgré tout prestigieuse !...

    Epilogue

    * De toute leur longue histoire, jamais sans doute les Merina ne se sont retrouvés aussi bas, dans une situation aussi périlleuse que maintenant. Ils sont non seulement misérables mais encore piétinés, couverts d’injures, et pour finir, promis purement et simplement à la disparition à brève échéance, que ce soit par le massacre à la façon rwandaise ou par le métissage forcé, destiné à les couper de leur histoire et de leur identité d’origine. Après avoir accaparé leur présent, pour mieux les priver de tout avenir, leurs ennemis tentent tout simplement maintenant de les frustrer du vestige de leur passé, faire comme si celui-ci n’avait jamais existé !...
    * Dès lors, les seules questions qui méritent d’être posées sont pour nous les suivantes : que pourrait-on faire pour empêcher l’accomplissement de ce véritable ethnocide ? Qu’est-ce que les Merina eux-mêmes pourraient faire pour s’y opposer, renouer enfin avec la vie en reprenant le fil de leur fabuleuse histoire, incontestablement d’ailleurs l’un des chapitres les plus extraordinaires de celle de l’humanité entière ?... Car autrement, le gâchis serait d’autant plus regrettable que, par-delà le crime, Madagascar y perdrait l’aspect le plus intéressant de son originalité, ainsi sans nul doute que toutes chances de pouvoir se développer de lui-même dans un avenir prévisible. Etant donné en effet le rôle de premier plan que les Merina ont toujours joué dans ce pays, et cela depuis les origines, leur élimination de cette manière abjecte ne manquerait de faire perdre à celui-ci, et son âme, et le dynamisme de ses enfants comptant parmi les plus compétents et les plus dévoués. D’ailleurs, personne ne serait en mesure de nier que la principale raison de la déchéance actuelle de Madagascar est justement cette "exclusion" des Merina, écartés donc (en tant que merina, susceptible d’agir véritablement en merina, et non en "malgache", pour le compte du pouvoir colonial ou de sa scandaleuse "maintenance" indigène !) de toute responsabilité effective à l’échelle nationale dans leur propre pays depuis maintenant plus d’un siècle !...

    • 11 mars 2009 à 09:46 | Observateur (#816) répond à raari

      Bon article ! Vous êtes sur la bonne voie. L’analyse est décente : chose que l’on ne voit pas souvent dans les articles des journalistes Malgaches. Bon signe aussi que vous suscitiez tant de commentaires ! Maintenant, vous pouvez écrire sur Rajoelina, sur l’Armée, sur le FFKM, sur les intérêts internationaux, sur les partisants du TGVisme, sur la crise mondiale - un des "outils" pour susciter le mouvement TGV -, sur le bilan économique de Mdagascar des 15 dernières années, sur ce qu’est une vraie démocratie pour éclairer l’opinion. Votre article de ce jour sur France et ONU est aussi pertinente. Restez objectif, c’est l’essentiel, les gens formeront leur propre opinion, votre rôle est d’informer. Il est seulement dommage que c’est seulement maintenant quand Madagascar est aux abîmes qu’un article éducatif soit publié car le rôle du journaliste est d’éduquer l’opinion. Merci pour vos deux derniers articles (celui-ci et "ping-pong") et continuez dans la bonne voie.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS