Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 27 mai 2018
Antananarivo | 16h18
 

Ecotourisme

Nosy be

Madagascar un hotspot pour le requin baleine, le plus grand poisson du monde en voie d’extinction

jeudi 17 mai

Une nouvelle étude publiée dans le journal Endangered Species Research a révélé que les requins baleines juvéniles sont présents à Madagascar, un « hotspot » récemment identifié comme une zone d’alimentation pour ces grands poissons. Les requins baleines sont principalement observés autour de la petite île de Nosy Be, au nord-ouest du pays. Cette zone est importante au niveau global pour la mégafaune marine qui s’y trouve.

Le requin baleine est le plus grand poisson du monde, pouvant atteindre jusqu’à 20 mètres de long. Cependant, tous les individus observés à Madagascar mesurent moins de 9 mètres, et sont encore des juvéniles.

Cette étude fait partie du Madagascar Whale Shark Project, une collaboration initiée en 2016 par des scientifiques de la Marine Megafauna Foundation et de la Florida International University, en partenariat avec l’ONG Malgache MADA Megafauna.

« Nous observons que les requins baleines visitent régulièrement Nosy Be entre septembre et décembre. Ceci a donné naissance à une industrie écotouristique grandissante, où les gens voyagent afin d’observer et nager avec ces requins énormes mais inoffensifs. Nous en apprenons encore sur la structure de la population et les déplacements de l’espèce, mais il est clair que la zone est un hotspot important pour cette espèce. », rapporte Stella Diamant, auteure de l’étude et responsable du projet.

« Les requins baleines sont une espèce en voie d’extinction à l’échelle globale, à cause de la surpêche, les prises accidentelles et les collisions avec les bateaux. Un déclin majeur de 79% a été observé au Mozambique depuis 2005, ainsi qu’aux Seychelles. J’espérais que certains de ces requins baleines se seraient déplacés jusqu’à Madagascar », dixit Dr. Simon Pierce, co-fondateur et scientifique principal à la Marine Megafauna Foundation.

« Malheureusement, ça ne semble pas être le cas. Ce sont des grandes nouvelles pour Madagascar, cependant, ces requins peuvent être un enjeu majeur pour le pays. Il y a déjà une bonne industrie centrée autour de l’écotourisme marin qui s’y développe », ajoute ce scientifique.

Pour cette étude, l’équipe attacha huit balises satellites à des requins baleines immatures afin de suivre leurs déplacements en temps réel. Elle a découvert que les requins passent la plupart de leur temps dans les eaux côtières et peu profondes entre 27.5-30°C dans la zone de Nosy Be.

La moitié des requins balisés ont aussi visité un deuxième hotspot près de la Pointe d’Analalava, 180 km au sud de Nosy Be. Cinq des requins ont nagé jusqu’à Mayotte et les îles Comores, et deux ont nagé jusqu’à la pointe sud de Madagascar. Un de ces requins est ensuite retourné jusqu’à Nosy Be, un trajet total de 4,275 km.

« Madagascar fournit clairement un habitat saisonnier important pour ces jeunes requins baleines, et nous devons assurer leur protection effective dans le pays », conclut Stella Diamant.

Madagascar est un lieu connu pour la pêche ciblée de requins, en particulier pour leurs ailerons. Les requins baleine ne bénéficient actuellement pas de protection formelle, à l’exception de deux aires protégées marines localisées au sud-ouest et nord-est de Nosy Be.

« Durant la dernière décade, les populations de requins ont décliné dramatiquement à Madagascar à cause de la surpêche. La plus grande menace pour cette espèce, reste cependant la prise accidentelle dans les filets maillants des pêcheurs côtiers et par les bateaux industriels à senne coulissante qui opèrent au large », confie le Dr Jeremy J Kiszka, un biologiste marin à la Florida International University et le co-superviseur scientifique du Madagascar Whale Shark Project.

Les requins baleines sont listés comme ‘en voie d’extinction’ sur la Liste Rouge des Espèces Menacées de l’UICN depuis 2016, et ont récemment été ajoutés à l’Appendice I de la Convention des Espèces Migratrices de la Convention des Nations Unies en 2017. Comme signataire de la convention, Madagascar est obligé de protéger ses requins et leur habitat temporaire dans les eaux nationales.

4 commentaires

Vos commentaires

  • 17 mai à 09:39 | LOVAXEL (#10217)

    des baleines à Nosy be
    des requins à Tana ....

    • 17 mai à 14:54 | Albatros (#234) répond à LOVAXEL

      Effectivement, Lovaxel ; si les requins-baleines semblent en voie d’extinction, il n’en est pas de même pour les « requins-politi-chiens » malgaches !.

  • 17 mai à 12:33 | tanguy37 (#7699)

    un autre « amusement » que de faire « griller » des blancs sur la plage !!!!!!!

  • 17 mai à 18:50 | SNUTILE (#1543)

    Très important que tout le monde participe à la sauvegarde de ces espèces s’ils étaient en nombre suffisant permet une alimentation potentielle même.

Publicité


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 182