Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 8 avril 2020
Antananarivo | 23h00
 

Culturel

RAVINA MAINA

Les premières projections ce week-end

samedi 9 mai 2009 | Arena R.

Espace Production se fait une place dans le cinéma malgache. Au moment où quelques maisons de production ne se faisaient plus entendre, à l’instar d’Iriela Production, Maxi Studio ou encore Avoko Production, cette toute nouvelle maison de production annonce la projection de son premier film, pour ce week-end dans la capitale. « Ravina maina » sera projeté pour le public ce samedi et dimanche, au cinéma Ritz à Analakely, lance Nirina R., le jeune producteur.

Malgré la profusion des produits pirates, et le niveau du cinéma malgache qui ne s’est pas vraiment amélioré ces derniers temps, nous avons décidé d’entrer dans le cercle, même s’il est souvent vicieux, à cause de la passion et du devoir pour le cinéma, explique le producteur.

« Ravina maina » est un long-métrage de format James Bond, c’est-à-dire, long de 130 minutes. Il évoque le périple d’un surnommé Mikdary, un détenu ayant pu s’évader de la prison. Il rejoint par la suite un gang qu’il dirigera plus tard. Malgré la hiérarchie, ses amis commencent à douter de lui, à cause surtout de son différend avec son beau père policier. Les choses deviennent ainsi compliquées pour le héros…

Contrairement à ce que le titre laisse entendre, ce film n’a rien à voir avec la drogue la plus connue de Madagascar, le cannabis ou maina, précise le producteur. C’est un film éducatif, sensationnel, inspiré surtout du proverbe malgache, « Ravinkazo nanintsana, maina, ny sisa no ampanirina » (Une feuille tombée, séchée, on fait pousser les autres). Ainsi, il contient un message d’espoir, il est aussi distractif et classé dans la catégorie de film « action policière ».

La plupart des tournages ont eu lieu dans la capitale, sur le By Pass, à Ampasika où l’équipe a effectué une belle cascade, dans un quartier de Tanjombato où tout un fokontany a prêté main forte à l’équipe de production en jouant gratuitement le rôle de figurants. Ce choix s’explique ainsi par le fait que le film a été inspiré de la violence urbaine, confie le producteur.

Le personnage de Mikdary est incarné par Zo Nandrianina, réalisateur et également scénariste. Hormis les figurants bénévoles, 17 autres acteurs ayant déjà joué dans des théâtres radiophoniques participent également dans la réalisation de « Ravina maina ». Et l’homme à tout faire et vedette du film de souligner que l’un des atouts de ce long-métrage, c’est l’expérience des acteurs dans le petit cercle de l’art dramatique.

« Nous avons également tenu compte des erreurs des autres producteurs et des défauts des autres films malgaches pour améliorer la qualité de nos produits », confie Zo Nandrianina. « Des soins méticuleux ont été apportés au niveau du son et des images », dit-il. « C’est d’ailleurs pour cela que nous avons par exemple dû refaire trois fois le tournage de quelques séquences du film », poursuit-il. Le public pourra-t-il alors s’attendre à un film de qualité ? On verra bien, rétorque le producteur.

La préparation du film a duré plus de cinq ans. Nous avons commencé à l’étudier depuis 2003, confie le réalisateur. Les séances de tournages et de montage n’ont par contre duré qu’environ cinq mois. Et voilà, le film est déjà fin prêt, à consommer.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS