Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 30 octobre 2020
Antananarivo | 01h18
 

Sport

MJS - COM

Les points à revoir !

samedi 17 janvier 2009 | Rata

Copie à revoir ! C’est sans doute les termes appropriés qu’aurait employé le Général Palenfo, Président de l’ACNOA, concernant le décret pris par le ministère du Sport. Mais fin diplomate, tout comme les protagonistes d’ailleurs, il s’est contenté d’user du mot « aménagement ».

D’après les indiscrétions, même les murs ont des oreilles, quelques articles du fameux décret 2008-1061 doivent -être rectifiés pour être en conformité à la charte olympique.

Les non conformes

Figure parmi ces articles jugés non conformes l’art 6 qui donne la prérogative au ministère de convoquer une assemblée générale des Fédérations. Toutes interventions de l’Etat dans la vie d’une fédération sportive membre ou reconnue par le comité international olympique n’est pas, en effet, toléré. Ainsi la supervision du ministère du Sport des assemblées générales à tous les niveaux, ordinaires et/ou extraordinaires, stipulée dans l’article 10 devrait également disparaître. Ainsi, même en cas de vacance de poste d’un Président de fédération ou des membres du comité exécutif, le ministère n’a aucun droit pour convoquer une A.G.E (art 21 et 32). Concernant l’A.G. élective ou extraordinaire des groupements, elle sera toujours présidée par le Président sortant ou en exercice, mais pas par le Doyen de l’assemblée Générale (Art 12).

La limitation de mandat du Président à, un, deux ou trois mandats (art 22) ne respecte également pas l’esprit olympique. « Le CIO limite le sien dans la mesure où les membres du comité exécutif y travaillent à plein temps et sont rémunérés », explique un membre du Comité olympique National. D’ailleurs, selon lui, il faut éviter de faire l’amalgame entre le CIO et les fédérations internationales.

Dernière chance

Autres points à revoir également, le quitus annuel et le dépôt des candidatures auprès du ministère ou de ses démembrements. Un vote de quitus ne devrait être effectué qu’à la fin du mandat olympique et non plus à chaque exercice écoulé, comme auparavant. « C’est le président de l’ACNOA lui-même qui a fait cette remarque », d’après une source proche du dossier. Néanmoins, selon celle-ci, le CIO attend encore les explications du ministère sur tous les articles dans lesquels il s’est fourvoyé. Une dernière chance pour défendre sa cause est ainsi offerte au ministre et à ses conseillers techniques, officiels et occultes.

Etant donné ces fautes, soulignées en rouge à l’école, il s’avère que leurs tâches sont loin d’être aisées.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS