Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 28 février 2021
Antananarivo | 01h41
 

Politique

Dépôt de candidature pour les législatives

Les opposants se plaignent

mardi 14 août 2007

D’après diverses sources de divers endroits du pays, les candidats de la plateforme de l’opposition rencontrent des problèmes dans la mise en oeuvre de leur mot d’ordre de candidature unique de consensus. Mais aussi des problèmes de dépôt de candidature auprès des Commissions d’enregistrement de candidature (CAVEC).

Le défi d’un candidat unique est gagné

Vraisemblablement, le parti TIM couvrira les 114 cironscriptions électorales. Toutefois, à l’allure empruntée par la plateforme de l’opposition, on peut s’attendre à ce que cette dernière arrive à présenter ses candidats dans 80 à 90% de ces circonscriptions. En tout cas, des candidats uniques de consensus ont été trouvés dans quelques circonscriptions. Mais en raison du délai trop court, l’opposition n’a pu faire mieux. L’idée de candidature unique n’a pas eu le temps nécessaire pour convaincre les bases des partis qui composent la plateforme. Il faut en effet tenir compte des réalités et des difficultés à persuader des personnalités et des politiciens locaux qui voici encore quelques mois se regardaient en chiens de faïence. La plateforme de l’opposition était également confrontée avec l’absence d’image réelle du poids de chaque parti dans les districts et communes.

Néanmoins, c’est une première dans l’histoire de l’opposition que d’avoir réussi à se mettre d’accord sur un candidat de consensus de l’opposition. Ils courront sous des bulletins de consensus à l’exemple de ce qui va se passer dans la Région Haute Matsiatra. Ailleurs, les candidats de la plateforme de l’opposition arboreront les couleurs de leur parti d’origine, mais ils seront soutenus et appuyés par la plateforme. Bref, un pas de réalisé pour la course contre la montre et pour la Palais de Tsimbazaza.

En attendant cette échéance, la plateforme de l’opposition déplore les tracasseries dont elle est victime de la part des autorités locales.

Des comportements de juges constitutionnels

Soit par excès de zèle pour faire plaisir au régime, soit par pure incompétence, les candidatures de cette plateforme de l’opposition rencontrent des problèmes trop souvent créés par la CAVEC. Ainsi on leur exige par exemple le certificat de nationalité comme pièce à fournir, alors que la pièce d’état-civil indique clairement que le candidat est de père et de mère de nationalité malgache d’origine. Le décret 2007/724 fait comprendre il est vrai qu’un certificat de nationalité est exigé aux candidats naturalisés ; en clair, les citoyens malgaches de parents citoyens malgaches n’ont pas besoin de fournir le certificat de nationalité ; l’acte d’état civil faisant foi. Heureusement dans beaucoup de cas, les opposants se sont munis de l’extrait de ce décret.Ces opposants dénoncent aussi des comportements des membres de la CAVEC qui s’érigent apparemment en juges constitutionnels, allant jusqu’à refuser ou rejeter le dépôt de dossier des candidats de l’opposition. On nous apprend que certains opposants ont même du menacer de faire appel à un huissier pour constater le rejet ou le refus de réceptionner les dossiers. Pour des politiciens avertis, de tels comportements dès le début du processus électoral ne signifient ni plus ni moins que la peur. « C’est un pouvoir aux abois qui agit ainsi » déclare un chef de parti de l’opposition. Il constate avec amertume que si dès le dépôt de candidature on veut déjà piper les dès, qu’est-ce que le scrutin va-t-il nous réserver ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS