Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 20 septembre 2019
Antananarivo | 22h36
 

Enseignement

Université Toamasina

Les étudiants réfractaires toujours prêts à en découdre

mercredi 3 septembre 2014 | Léa Ratsiazo

Le Président de l’université de Toamasina Velo Jérôme persiste et signe : tous les étudiants résidents du campus de Barikadimy Toamasina doivent quitter le lieu et enlever toutes leurs affaires. « Les vacances universitaires sont prolongées et le campus doit être vidé et réhabilité  » selon le Président de l’Université. De même, il s’agit d’une occasion pour restructurer à fond le système d’attribution des logements universitaires. Car dans tous les campus universitaires de Madagascar, un certain pour ne pas dire bon nombre de résidents ne sont pas des étudiants ou ne sont plus de étudiants depuis des lustres, mais continuent à occuper les logements. D’ailleurs, on trouve toutes sortes d’activités économique dans les cités universitaires : salons de coiffure, épiceries, cabinet de médecins, vente de médicaments… Ces occupations abusives de logements universitaires associées aux « vols » de courant électrique et de l’eau de la Jirama font des campus des zones de non-droit ; il faut y mettre fin. Mais les dirigeants successifs, pour des raisons politiques notamment, n’ont pas osé aller jusqu’au bout des réformes nécessaires. Si bien que certains étudiants ne comprennent plus que les bourses d’études ne sont pas des droits mais des privilèges en contrepartie en principe de résultats pédagogique.

Dès l’annonce de cette décision, certains étudiants ont déjà fait part de leur résistance et projettent de manifester à la fin de cette semaine. « Nous venons de loin, expliquent-ils, soit l’État nous paye le voyage de retour pour notre région d’origine, soit nous restons au campus pendant les vacances ». Les dirigeants de l’université, prévoyant ce genre de réaction ont déjà déployé les forces de l’ordre au campus. Evidemment, les étudiants crient au scandale et à l’illégalité de la levée de la franchise universitaire.

Les riverains de Barikadimy et la population en général craignent déjà des échauffourées et tout ce qui s’ensuivent. Beaucoup ont encore en tête la grève des étudiants de Mahajanga qui s’est soldée par des pillages des commerçants de la ville des fleurs.

Les actuels dirigeants de l’universitaire de Toamasina arriveront-ils au bout de la réforme indispensable à l’enseignement supérieur ? Car il est inquiétant de constater que des jeunes censés être des « futurs dirigeants » cassent tout et pillent les travailleurs qui triment nuit et jour comme à Mahajanga.

23 commentaires

Vos commentaires

  • 3 septembre 2014 à 10:53 | manga (#6995)

    Comme s’il n’est plus d’usage d’évacuer le site pendant les vacances. Les étudiants se substituent en faiseur de loi que le rectorat se devra de soumettre. Voilà comment on a mené ce pays, le système éducatif pourrit dans sa forme et en son fond. Que dommage pour l’avenir de ce pays...

  • 3 septembre 2014 à 11:22 | leclercq (#4410)

    Bonjour
    J ’ai eu l’occasion de visionner l’état de délabrement de l’Université de Taomasina , franchement il y a vraiment de quoi se mettre en rogne quand on voit ça, comment peut -on étudier correctement dans de telles conditions ??? bien sûr loin de moi l’idée de cautionner les violences et autres dégradations qui sont soi-disant perpétrées par nos étudiants , mais n’y aurait -il pas plutôt derrière tout ça des envoyés spéciaux provocateurs pour les discréditer (rappelez-vous des "dahalos" qui se sont multipliés à vue d’oeil pour justifier des tueries ) bref si n’est rien fait et rapidement , une émeute équivalant à" MAI 68 "est à craindre , alors là seulement on peut parler éventuellement de "PROVOCATION ". mais ce sera trop tard .
    Bonne journée quand même

    • 3 septembre 2014 à 11:33 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à leclercq

      Bonjour,

      Les slogans GOUVERNER C’EST PREVOIR et petit à petit l’oiseau fait son nid (Jirama/Air mad/maître FRAM/ étudiants, etc..) ne font pas peur à nos dirigeants actuels.
      Wait and See.

  • 3 septembre 2014 à 11:43 | herim (#8498)

    Il faut savoir que la date de la rentrée universitaire a été affichée officiellement depuis longtemps. Aussi, les étudiants venant des autres localités ont déjà pris leurs dispositions et ont rejoint le campus. Ce n’est qu’arrivés là-bas qu’ils ont pris connaissance du communiqué les invitant à quitter les lieux. Il est tout à fait normal, à mon humble avis, pour ceux qui sont en règle de demander réparation, car soit ils doivent retourner chez eux, soit ils doivent louer un studio en attendant la nouvelle rentrée.

  • 3 septembre 2014 à 13:12 | Maserda (#7461)

    La solution est simple et si quelque autorité découvre ce que je vais dire, j’espère qu’il trouvera qu’il s’agit d’une bonne idée et que le résultat sera sa mise en application (Amen !).
    Les éléments sont :
    -  Réhabilitation indispensable
    -  Faux étudiants et ceux qui ont fini leurs études, qui n’ont rien à faire ici
    -  Comprendre que, en effet, les étudiants qui se sont basés sur les dates données et sont donc revenus n’ont pas à subir le changement de la donne (en laquelle ils ne sont nullement responsables) : ils ont déjà assumé les frais de leur retour et se font piégés à l’arrivée
    -  Une certaine anarchie : c’est une cité universitaire ou une ville dans la ville ?
    -  Octroi de bourse considérée comme un droit et en plus se faire fi de l’obligation de résultat qui y est lié
    A mon avis, voila comment il faut procéder :
    1/ En premier , urgent, lister réellement les vrais étudiants et expulser immédiatement tous ceux qui n’ont rien à faire dans ces logements
    2/ Prévoir la réhabilitation par tranches. Loger temporairement les étudiants réels dans les logements prévus en dernière tranche : ils emménageront dans les logements refaits au fur et à mesure qu’ils seront prêts.
    3/ Enquêter, démasquer et punir les personnes qui manipulent, organisent tout ce qu’il faut pour semer le trouble, trouver « ce » qui se cache derrière……..Ces meneurs pénalisent les étudiants.
    4/ Faire le « grand nettoyage » parmi tous ces petits commerces (certainement totalement illégaux). Définir ceux qui sont logiquement utiles sur place aux étudiants, cela justifiant leur présence proche, et faire partir les autres. Obliger à ceux ayant le droit de rester de passer dans la légalité immédiatement, de se déclarer officiellement comme tout commerce devrait l’être.
    5/ Exercer un contrôle rigoureux sur leur façon d’avoir de l’eau et de l’électricité………..A normaliser aussi.
    6/ Revoir cette « histoire » de franchise universitaire, trop sujette à abus (on se cache derrière un peu pour tout). Cela doit être recadré, très précisément et très clairement afin de ne pas laisser le moindre petit flou que bon nombre exploiteront en déviant sur des interprétations à leur avantage (n’oublier surtout aucun point !)
    7/ Faire une petite campagne d’information pour remettre les choses à leur place : conditions de bourse et non un droit mais une aide

    • 3 septembre 2014 à 15:11 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Maserda

      Les avantages à l’Université sont les allocations chômages à la mode malgache pour les BAC + : Faire ce que vous proposer c’est comme demander aux dirigeants Français de supprimer les allocations chômages (c’est bon pour la finance publique mais pas pour la stabilité de l’état).

    • 3 septembre 2014 à 15:20 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      lire...vous proposez

    • 3 septembre 2014 à 16:13 | bbernard (#6880) répond à plus qu'hier et moins que demain

      En aucun cas il ne suggère de supprimer les bourses aux vrais étudiants. Tous les points qu’il a listés sont logiques et coulent de source. Seulement le laxisme et la corruption ont empêché à ce jour leur mise en place. Seul le point 6 demande explication. Effectivement, il est de règle que les forces de l’ordre n’ont pas le droit d’investir les locaux universitaires. Toutefois, cette "franchise" ne s’applique pas quand il y a infraction notoire aux règles et source de troubles. Nous sommes dans ce cas de figure. Une poignée de voyous qui se prétendent étudiants et qui sont manipulés par des organismes mafieux à la solde de certains dirigeants empêche les vrais étudiants de bénéficier de locaux dignes de ce nom et de conditions de travail correctes. Il est donc du devoir du président de l’Université de les chasser manu militari si nécessaire.

  • 3 septembre 2014 à 13:12 | Jipo (#4988)

    C ’est bien au " ministre " de l’ éducation, et son ministère à régler ce problème, si les cycles des étudiants, les attributions de bourses comme de logement sont suivis comme le reste, on n’ est pas sorti de l’ auberge, dj / hery même combat, à compétence égale pour le devenir des générations futures et avenir du Pays .
    Pas un pour racheter l’ autre !

  • 3 septembre 2014 à 14:06 | DRFX (#8499)

    L’effort du nouveau Président est remarquable,et louable , mais je pense que pour résoudre les problèmes légués depuis une dizaine d’année, il faut aller par étape et d’une manière progressive.

    • 3 septembre 2014 à 14:10 | Jipo (#4988) répond à DRFX

      Vous devriez etre ravi de sa parcimonieuse et claivoyante méthodologie ...

    • 3 septembre 2014 à 14:26 | DRFX (#8499) répond à Jipo

      Alors je souhaite bon vent pour cette démarche,et je souhaite autant pour tous les 06 universités de Madagascar,pour que les futurs étudiant retrouvent les conforts des étudiants des années 70 à 80,

    • 3 septembre 2014 à 15:22 | Jipo (#4988) répond à DRFX

      Pour votre souhait prévoyez un délai certain , vous etes au pays du moramora, sortir de cette situation moins, mais ya pas l’ feu au lac ...

    • 3 septembre 2014 à 16:51 | leclercq (#4410) répond à DRFX

      bonjour
      Puisqu’il est si LOUABLE et fort REMARQUABLE , comme vous le dites mais je vous conseille tout de même de mettre des lunettes et surtout des bonnes car vous devez certainement avoir une mauvaise vue ou alors vous avez dû manquer des épisodes bref , sil est ainsi selon vous dans ce cas : qu’il saute ses étapes quelque soit la manière mais qu’il se grouille , il y a urgence et aussi qu’il mette un terme à toutes les sorties externes stériles et de cesser de fêter toutes sortes d’ inaugurations inutiles avec coupures de ruban suivies de festivités qui coûtent une fortune , le pays ne peut se le permettre , ensuite nous pourrons vérifier à tête reposée si effort il y a eu avec objectif à défaut de bonne vue

    • 3 septembre 2014 à 18:43 | Jipo (#4988) répond à leclercq

      ☛CLAP CLAP CLAP ☚ ☺

  • 3 septembre 2014 à 15:38 | Maserda (#7461)

    « Les avantages à l’Université sont les allocations chômages à la mode malgache pour les BAC + : Faire ce que vous proposer c’est comme demander aux dirigeants Français de supprimer les allocations chômages (c’est bon pour la finance publique mais pas pour la stabilité de l’état). »
    Vous faites un amalgame/mélange et il en découle que la comparaison que vous faites est à coté de la plaque : en France, chômage et bourse sont 2 choses totalement distinctes et qui n’ont aucun lien ni rapport.
    En France donc, un jeune en études supérieures coûtent très très cher à la famille. Soit elle en a les moyens, soit elle en a les capacités en partie (et elle demande une bourse accordée ou refusée suivant de nombreux critères ou enfin, la famille ne peut vraiment pas et dans ce cas il n’y a même pas de demande de bourse vu que le jeune ne pourra pas poursuivre ses études, faute de moyens.
    Ceux qui vont en université en France doivent tout assumer : loyer, électricité/eau (gratuit ici !), assurance spéciale étudiant (obligatoire),….. Alors, pour joindre les 2 bouts ou avoir un peu moins la corde raide, certains d’entre eux se trouvent des petits boulots en dehors des cours ou se débrouillent avec des copains qui les suivent pour rattraper.
    RIEN A VOIR AVEC LE CHOMAGE !!!!!!!

    • 3 septembre 2014 à 17:50 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Maserda

      Les avantages : logement, eau et électricité gratuits mais pas les bourses (basé sur la présence effective au cours et à la réussite à l’examen).
      C’est juste un parallèle mais pas une comparaison.

    • 3 septembre 2014 à 18:51 | Jipo (#4988) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Non ce n’ est pas la volonté de ouakbar.
      Une descente en règle dans les logements, avec recensement des occupants, appel dans les amphi , serait suffisant, assurément trop demander à ces pleurnicheurs patentés, vraiment payés à cela et rien d’ autre, depuis le temps que l’ ondemande un devoir de résultat, dans ces ministères, il y a vraiment de quoi se taper la tête contre les murs faute de taper les leurs , voir leur botter le ℆ !

  • 3 septembre 2014 à 19:56 | Maserda (#7461)

    Point 6.
    bbernard, que voulez vous comme explication ? Je ne dis pas qu’il faut la supprimer mais la revoir. Quand quelque chose n’est pas bien cadré, les débordements et interprétations arrivent immédiatement. Justement, dans ce cadrage nécessaire, il faudrait être clair sur le domaine « forces de l’ordre », par exemple « intervention qu’à partir de tel niveau d’importance de troubles, de mise en danger de certains,… ». La clarté s’impose dans tous les domaines et ainsi chacun connaîtra les limites à respecter, donc attention si on déborde.

    « plus qu’hier », vous jouez sur les mots parce que vous ne voulez pas reconnaître que vous avez bel et bien fait une comparaison en disant « c’est comme demander aux…. ». Ne soyez pas mauvais joueur !!!

    En attendant, il y a quelque chose qui m’étonne et je suis surpris que personne n’en ai encore parlé :
    Les étudiants ont eu de grandes vacances et c’est quand ils sont revenus qu’on leur dit de dégager. Non seulement c’est plutôt fort mais pourquoi cette rénovation n’a-t-elle pas été prévue bien avant et débuté dès leur départ ? Dans ce cas, on les aurait prévenu de vider leurs affaires, on aurait trouvé une solution en anticipant.
    Alors POURQUOI ? Les travaux ont commencé ? Quand et pour combien de temps ? (durée estimée ?) Est’ce la VRAIE raison du report de la date de rentrée ?.....

  • 4 septembre 2014 à 09:47 | herim (#8498)

    Je crois qu’on se focalise trop sur les étudiants. N’oublions pas que ce sont les responsables du département social ou équivalent de l’Université, qui décident en premier de l’octroi de logements, avec ou sans consultation des dirigeants d’associations estudiantines.
    Pour assainir un campus, ne devrait-on pas, en priorité, voir ce que l’on pourrait faire de ce côté ? Selon les informations collectées à Toamasina, pour avoir droit à un logement au campus, il faut payer pas moins de 400 000 Ar à ces "décideurs"... à part les loyers mensuels normaux selon les tarifs en vigueur dans chaque Université.
    Par ailleurs, si de tels commerces existent, ce sont les responsables d’université qui ont failli à leurs missions car ils n’ont pas su (voire pas voulu) interdire et expulser des cités U, dès que les "anomalies" sont apparues, les contrevenants.
    Aussi, une réforme de fond sur le volet social de chaque campus est primordial, afin de pouvoir mettre en place des Universités "manara-penitra".

    • 4 septembre 2014 à 12:33 | Maserda (#7461) répond à herim

      Oui herim, votre vision est bonne mais dites moi pour ces 400.000 Ariary minimum, si ce n’est pas de la corruption vous appelez ça comment ? Ou alors, comme je suis ignorant sur ce point, je veux bien apprendre la justification réelle de ce versement (caution sur le logement en cas de dégradation par exemple).
      Merci pour votre éclaircissement.

    • 4 septembre 2014 à 14:42 | herim (#8498) répond à Maserda

      C’est, effectivement de la corruption. Cette somme va directement dans la poche de ceux qui octroient les logements.

    • 5 septembre 2014 à 12:55 | Maserda (#7461) répond à herim

      TOUT EST DIT .........
      C’est comme ça que "marche" le pays et ce dans tous les domaines, tout le monde le sait si bien.......alors ?
      A se demander si le moramora n’a pas modifié sa formule en...somnifère !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS