Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 15 juin 2021
Antananarivo | 15h25
 

Divers

Conjoncture

Les criquets ont peur de mourir de faim dans le Sud

lundi 13 septembre 2010 | Ben

Le ministre de l’Agriculture a été, ce samedi 11 septembre 2010, dans le district de Miarinarivo, région Itasy, pour la simple raison que les criquets menacent de prendre d’assaut la capitale ; et ce au moment où cette capitale s’apprête à héberger la conférence nationale considérée par les dirigeants comme une étape décisive pour sortir le pays de son isolement et de la crise. Ainsi, accompagné d’une poignée de journalistes triés sur les volets comme c’est toujours le cas en de pareilles circonstances pour les dirigeants, le ministre Juscelino a prêté main forte aux agents du Centre de lutte anti-acridienne et a par la même occasion essayé de rassurer l’opinion publique et les dirigeants qu’il maîtrise la situation. En tout cas, il a déclaré que des aéronefs de la Base aérienne tactique d’Arivonimamo prendront part aux opérations d’épandage des produits anti-acridiens.

Cette mobilisation soudaine au plus haut niveau étonne plus d’uns alors que cela fait plus d’un mois que ces criquets se déplacent sur des superficies de champs de culture dans le Sud ; et cela fait des mois que les services de lutte anti-acridienne du Sud, comme on dit, se démènent pour prévenir et pour contrecarrer les migrations de ces sauterelles. D’ailleurs quand on entend un haut responsable affirmer que les sauterelles ont quitté le Sud, on croit comprendre qu’elles ont abandonné le Sud car elles ne veulent pas y mourir de faim. À en croire les habitués de ce Sud ou les personnes en mission dans le Sud, c’est la désolation qui frappe le visiteur pour ne pas dire que c’est la famine depuis près de trois ans dans le Sud. Mais à leur avis, on y meurt en silence et dans la dignité. La pauvreté est telle en effet que des tabous ne sont plus observés ; à preuve des femmes qui vendent ou abandonnent leur progéniture soutiennent-ils.

Des bandes de criquets migrateurs larges d’au moins 200 mètres et longs de 1,5 km progressent depuis des semaines depuis les régions du Menabe et du Sud Ouest jusque dans les régions du Bongolava, le Vakinankaratra et l’Itasy. Les criquets ont quitté le Sud pour trouver de quoi se mettre sous la dent, a-t-on compris des propos du ministre qui évoque en même temps des conditions climatiques complexes et favorables à ces criquets migrateurs. Dans la matinée de ce samedi 11 septembre, quelque 20ha de champs de cultures ont été traités dans les environs de Miarinarivo. Les opérations se sont poursuivies dans l’après-midi.

On ne sait pour l’instant ce qu’en pensent vraiment les paysans de ces opérations mais avant qu’elles ne soient déclenchées, les paysans des régions des hautes terres assaillies ont trouvé dans ces criquets, de quoi accompagner leur plat de « vary sosoa ». D’autres par contre se sont plaints car ces criquets migrateurs ravagent les champs de culture en un rien de temps et laissent derrière eux la ruine. C’est sans doute ce paysage de ruine que ces criquets ont dessiné dans le Sud.

4 commentaires

Vos commentaires

  • 13 septembre 2010 à 12:34 | Boum (#3846)

    ohhhh ! Dia ahoana izany ny natao raha tsy nisy pesticide ?

  • 13 septembre 2010 à 15:36 | Tanindrazana (#3224)

    Qu’est qu’on n’a pas vu avec ce pouvoir ? Meme les criquets ont faim ! De plus on veut cacher la verite a la population on disant qu’on maitrise tout. au fonds, on panique de tout cote. Rien ne marche a merveille. dommage pour notre pays.... Vivement un reel changement profond.

  • 13 septembre 2010 à 19:05 | Stomato (#3476)

    Il faudra quand même faire attention a ne pas utiliser trop d’insecticides.
    Il ne faudra pas tuer les cafards, les kalalao pas les politiques, car l’on vient de découvrir que leur tête contient les antibiotiques du futur....

  • 22 septembre 2010 à 08:56 | niry (#210)

    Tout le monde s’en balance du Sud, ce n’est pas un sujet qui passionne les forumistes. Tant pis si les mères sont obligées d’abandonner leur progéniture. Ils sont dignes ? Ils préfèrent mourir en silence ? On voit où ca mène.. L’indifférence est générale pour le Sud. Même Ben est obligé de jouer la provocation pour attirer le lecteur, mais tout le monde s’en fiche..

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS