Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 28 novembre 2022
Antananarivo | 23h49
 

Economie

Prix du riz

« Les collecteurs dictent les prix »

mardi 30 octobre 2007 | Volana R.

Une variation informelle. D’aucuns n’ignorent la montée du prix du riz sur le marché local. Une croissance qui laisse les ménagères perplexes. Un grossiste affirme que, durant la semaine dernière, le prix a triplé. C’est dire que la petite comptabilité du foyer ne tient plus debout. Aujourd’hui, le riz blanc « makalioka » se vend à Ar. 1200 le kilo.

« Nous vendons le sac de 50 kg à Ar. 60.000, actuellement », explique un commerçant détaillant. « Tandis que le « vary gasy » est écoulé à Ar. 1150 le kilo, soit à peu près Ar. 57.500 le sac. » Les 5 sacs par jour sont devenus un rêve. « Si nous écoulons 3 sacs par jour , c’est déjà beaucoup. » Selon toujours ce commerçant, plus personne n’achète par sac. « Il est très fréquent, dans notre quartier (Anosibe), que les gens n’achètent que ce qui leur est nécessaire au quotidien. J’ai quelques clients « fidèles » qui viennent m’acheter, à tous les coups, un kapoaka de riz. Deux fois par jour, au plus ». Selon ce commerçant, cette hausse est appliquée par les grossistes.
De leur côté, les grossistes insistent sur le fait que ce sont les collecteurs qui mènent le jeu. « Je ne dirais pas qu’ils font la pluie et le beau temps, dit un grossiste. Mais ils nous imposent quand même leur prix de revient ».

Selon le prix de revient du collecteur

De fait, « nous vendons le « makalioka » à Ar.1160 le kilo, le « vary gasy » à Ar.1000 ou 1080 le kilo ». Ce à quoi un des collecteurs évoque la hausse du gas-oil et donc des frais de transport. Ce commerçant grossiste pouvait écouler de 550 kg à 1 tonne par jour.

« Aujourd’hui, cela n’est plus possible. Nous avons du stock qui pourrait tenir jusqu’à la fin du mois de novembre. Plus question d’en acheter d’autres ». En gros, la gestion des stocks, la régulation du prix et le contrôle sur le marché ne seraient encore pas fiables pour arranger le portefeuille de maman. D’autant plus que la hausse de la facture de la Jirama viendra, sous peu, bousculer les comptes. Une hausse de 15%…

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS