Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 16 juillet 2018
Antananarivo | 17h18
 

Société

Affaire Houcine Arfa

Les agents pénitentiaires, des boucs émissaires ?

jeudi 18 janvier | Ny Aina Rahaga

« Dans ce genre d’affaire, les pénitentiaires servent toujours de boucs émissaires alors qu’ils ne font que suivre les ordres venant d’en haut. Nous demandons une liberté provisoire aux trois agents pénitenciers qui ont accompagné Houcine Arfa lorsqu’il s’est évadé de la prison à Tsiafahy. Par ailleurs la prison de Tsiafahy n’est pas destinée à des personnes qui n’ont pas encore été jugées. » C’est en ces termes que les deux syndicats des agents pénitenciers, le SPAPM et le SNIAP se sont exprimés hier lors d’un point de presse. En effet, trois agents pénitenciers sont placés sous mandat de dépôt à Tsiafahy depuis le 4 janvier dernier. Ils sont accusés de complicité dans l’évasion de Houcine Arfa.

Selon toujours les deux syndicats, les trois agents pénitentiaires qui avaient accompagné Houcine Arfa auraient été battus et ne seraient pas complices de son évasion contrairement aux déclarations faites par le principal concerné. Ces faits se sont passés alors que Houcine Arfa devait être emmené à l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona à cause d’un soi disant souci de santé.

Réactions

Le ministère de la Justice pour sa part n’a pas encore réagi, dans cette affaire. La seule réaction du pouvoir est venue du ministre de la Communication Rahajason Harry Laurent, ce porte-parole du gouvernement est intervenu dans une radio privée de la Capitale. Selon Harry Laurent Rahajason, « sans qu’il y ait même besoin d’analyser les propos, diffamatoires et outrageants, tenu par cet individu sur des médias français, le bon sens indique à tout esprit sain d’accepter que toutes les accusations, faites par celui-ci, ne sont que purement fantaisistes et dénuées de tout fondement et de toutes preuves ». Niant donc en bloc les accusations portées par Houcine Arfa contre la ministre de la Justice ainsi que plusieurs responsables au sein de l’Administration. L’incohérence de certains détails livrés par Houcine Arfa tendrait dans ce sens. Le régime attend toujours une réponse de l’Etat français sur la demande de coopération judiciaire dans cette affaire bien que la loi française ne prévoit aucune extradition pour ses ressortissants.

8 commentaires

Vos commentaires

  • 18 janvier à 09:32 | Bena (#494)

    Il y a un avocat du diable en chef ?
    L’affaire devient plus simple, que les agents pénitentiaires démontrent seulement les preuves qu’ils ont reçu des ordres et l’enquête remontera jusqu’à la source.

  • 18 janvier à 11:34 | Vohitra (#7654)

    Des syndicalistes qui s’improvisent acteurs amateurs désirant produire sur scène une pièce permettant de remplir le tranompokonolona Isotry ou Analakely qui n’arrive plus à drainer les spectateurs d’antan friands de théâtre pouvant toucher les émotions et sentiments...
    Comme il est déjà loin l’époque où les Troupes Jeannette et Rabarinjaka Henri avaient fait des ravages parmi les fans...à moins que leurs descendants et héritiers acceptent de remonter sur scène...

    • 18 janvier à 13:23 | akam (#7944) répond à Vohitra

      - T’as bien le ministre des AE qui a des iens de parente avec l’un des chefs de troupes que t’as evoques !
      - Sinon c’est quoi l’evolution d’un pays quand on se bat encore avec du tippex liquide dans les bureaux (solution interdite pour cause de snifferie par les addicts) alors que des bandes correctrices ou des stylo-effaceurs existent ! He ben quand une top-bourde de ce genre est commise au babakoutoland, c’est le subordonne qui trinque d’office. Rien de surprenant. L’histoire de ce pays a revele cela des les premieres heures de la colonisation et cela perdure jusqu’à nos jours.
      - Dans les pays democratiques, les medias sont libres et traitent ts les sujets. Les journalistes aiment les scoops du genre Harfa et sont payes pour les reveler. Ts sont supervises aussi bien par des organes specialises comme le CSA, leurs patrons et leurs collegues. Donc ils sont mal places pour traiter des mensonges de haute volee contes par des chalatans. La transparence est l’arme pour lutter contre le mensonge et notamment la corruption. Aux points ou l’affaire Harfa a fliques il n’y a aucun doute qu’il a bien bosse dans les hautes spheres de l’etat. Aux pretendants PRM 2018, ts sont avertis. C’est le peuple qui elit et donc il faudra rendre des comptes a ce peuple souverain.

  • 18 janvier à 13:34 | Isandra (#7070)

    Houlalala ! Les agents pénitentiaires gasy copient leur collègues french,...montent le ton, j’espère qu’ils ne vont pas jusqu’à bloquer les prisons,...mettre les feus,...!!!

    Donc, les agents pénitentiaires voulaient nous dire qu’ils exécutent les ordres sans mandats écrits,...Ce n’est pas du tout rassurant, tout ça,...!!!

    • 18 janvier à 14:19 | che taranaka (#99) répond à Isandra

      AKORY LAHALY

      Le contrat d’HOUCINE avec RAJAO est verbal

      les agents en général illettrés exécutent sans ordres écrits est dans la même logique..WHAT ELSE....?!

    • 18 janvier à 14:28 | FINENGO (#7901) répond à Isandra

      @ Isandra.
      Tu as raison de dire que : Ce n’est pas rassurant, tout ça.
      Car pour être franc avec toi, rien ne peut être rassurant au Pays.
      On se méfie, même de sa propre Famille.
      Et je n’invente rien, c’est malheureusement la réalité.

  • 18 janvier à 18:54 | Jipo (#4988)

    A partir du moment ou la corruption règne en maitre absolue dans toutes les institutions, pourquoi voudriez-vous que les prisons en soient exemptées, sachant qu’ à l’ image des douanes ou de la justice, les exemples viennent d’ en haut .
    De toutes façons quand on veut exfiltrer quelqu’ un les examens de santé sont le meilleur prétexte, pour ensuite sortir du Pays, l’ herbe, comme les analyses : étant plus vertes chez les voisins ...

  • 18 janvier à 19:34 | kartell (#8302)

    Comme dans toutes les organisations mafieuses, les contrats sont verbaux, « ta parole contre la mienne ! », aux risques et périls des deux parties sauf, qu’ici, il est évident que le commanditaire peut se permettre tous les abus !...
    Cet aspect financier présente quelques zones d’ombre dont celle qui impose à un tel contrat, en république bananière, de s’accompagner d’un paiement sur place, agrémenté d’un versement offshore, sécurisé, de manière à ce que le barbouze ne se retrouve pas le bec dans l’eau comme on voudrait nous le faire croire, ici !…
    Les 17 000€ seraient-ils que la partie visible de l’iceberg ? en tout cas, on peut être assurés de la discrétion absolue du clan présidentiel qui, visiblement ne s’attendait pas à une telle publicité, de la part du fuyard !….
    Aujourd’hui, les dessous de verre sont inquiétés, la routine d’une affaire que le pouvoir voudrait faire oublier en faisant, de ses troisièmes couteaux, de service, les responsables désignés d’une évasion qui a engraissé le clan présidentiel, en toutes quiétude et impunité !….

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 353