Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 25 juin 2022
Antananarivo | 11h12
 

Politique

Bureau permanent de l’Assemblée

Les « Tiko boys », écartés !

jeudi 25 octobre 2007 | Eugène R.
Le 1er vice-président, Emile Rakotomalala ; le Questeur I, Mamy Rakotoarivelo et le rapporteur général, Mahazaka Clermont Gervais. Aucun d’eux n’est un ancien du groupe Tiko.

La constitution du bureau permanent de l’Assemblée nationale a-t-elle mis fin au règne des « Tiko boys » ?

Un bureau permanent sans « Tiko boys ». C’est le constat qui s’impose après l’élection des sept (7) membres du bureau permanent de l’Assemblée nationale. Mardi dernier, le président de la République a préféré Me Jacques Sylla, l’un des 15 avocats qui avaient défendu sa cause en 2002, à Yvan Randriasandratriniony, un « Tiko boy » qui figure parmi ses rares hommes de confiance et qui a été bien placé pour accéder au perchoir. Hier, lors de l’élection des autres membres du bureau permanent de la Chambre basse, aucun « Tiko boy » n’a été présenté par le TIM alors qu’il y a les Razoarimihaja Solofonantenaina, Raharinaivo Randrianantoandro, Ramamonjisoa Benjamin. Bref, des personnalités du parti au pouvoir qui méritent de sièger au sein de ce bureau permanent. Le TIM a fait appel aux fonctionnaires comme l’administrateur civil, Rakotomalala François Emile (1er vice-président), l’ingénieur Zafilaza (2ème vice-président), le docteur vétérinaire Tsitohery Avison André (3ème vice - président), l’expert-comptable Mamy Rakotoarivelo (Questeur I), l’administrateur civil, Mme Raharimampionona (Questeur II) et l’administrateur civil, Mahazaka Clermont Gervais (Rapporteur général).

Des choix explicables

Deux « Tiko boys » ne sont pas donc reconduits dans le nouveau bureau permanent de l’Assemblée nationale, à savoir Razoarimihaja Solofonantenaina (ancien vice-président) et Raharinaivo Randrianantoandro (ancien Questeur I). A propos justement de ce dernier, élu dans le district d’Amboahidratrimo, il aurait été candidat aux dernières heures à sa propre succession au poste du Questeur I. C’est à dire que Mamy Rakotoarivelo n’aurait pas eu l’investiture du parti que trois heures avant le début de la « réunion spéciale » d’hier matin. Le nouveau président Jacques Sylla a -t-il eu son mot à dire sur le choix de ces candidats du TIM ? En tout cas, des explications peuvent être apportées à certains choix. Celui de Rakotomalala François Emile peut s’expliquer par le fait que cet administrateur civil a fait preuve de sa compétence au moment où il était à la tête de la délégation spéciale de la province d’Antananarivo. Quant à l’ancien ministre de la Population, Zafilaza, sa présence au sein du bureau permanent de la Chambre basse lui permettra d’affronter dans la SOFIA le président national du CRTim, Jean Clément, actuellement vice-président du Sénat. En ce qui concerne les Tsitohery Avison André, Raharimampionona et Mahazaka Clérmont Gervais, ils sont respectivement les tombeurs de Jean Lahiniriko à Betioky Sud, du poulain de « Tambatra » de Pety Rakotoniaina à Ikalamavony et de Saina Michel à Fénérive Est. Leur élection au sein du bureau permanent de l’Assemblée nationale peut être donc interprétée comme une récompense.Bref, si les « Tiko boys » étaient toujours privilégiés dans la répartition des places au sein de ce régime fondé par l’ancien PDG du Groupe TIKO, Marc Ravalomanana, ce n’était pas le cas lors de la constitution du bureau permanent de l’Assemblée nationale. Le chef de l’Etat commence-t-il à douter de la compétence de « ses » hommes ou est-il en train d’adopter une autre politique ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS