Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 5 mars 2021
Antananarivo | 13h46
 

Région

Toamasina

Le premier atelier EITI

lundi 28 juillet 2008 | Gilbert R.

Le premier atelier EITI vient de se dérouler à Toamasina le vendredi 25 juillet dernier. EITI est le sigle de « Extractive Industry Initiative Transparency », et consiste en un processus de mise en place, de suivi et d’évaluation de la transparence dans la gestion efficace des ressources extractives. Comme indiqué aussi dans le MAP (engagements 1 et 6), il s’agit d’instaurer une gouvernance responsable dans la réalisation d’une forte impulsion À l’attention de l’économie nationale pour une croissance accélérée et durable, dans le secteur minier. Cela veut dire assurer une répartition équitable avec large impact, des richesses produites par les différentes industries extractives. Cela passe par la reconstitution transparente du capital naturel « extrait », non renouvelable, en une forme de capital partageable à la plus large part de la société civile et permettant de générer de la croissance économique durable.

Transparence

Trois groupes d’acteurs concourent pour mettre le processus EITI en œuvre : la société civile, le secteur privé et les institutions publiques. Les industries extractives publient en totale transparence et en toute exhaustivité toutes les recettes qu’ils encaissent, à tous les niveaux de décentralisation, la société civile a pour rôle d’observer et d’évaluer les impacts effectifs sur l’environnement et la vie des ménages vivant dans et autour des zones d’extraction, mais aussi de faire le suivi de la mise en œuvre de la transparence des paiements/recettes. Au niveau de la Région Atsinanana, un comité régional EITI sera mis en place dans 6 semaines pour jouer ces rôles. Mais il y a 5 étapes à franchir : 1- la déclaration d’engagement, 2- l’établissement du groupe de travail, l’élaboration et la publication du plan de travail, 3- l’identification et l’élimination des obstacles, renforcement des capacités, 4- élaboration de supports de mise en œuvre et audits, 5- validation des rapports.

Plusieurs grands exploitants miniers installés à Madagascar ont déjà déclaré vouloir mettre l’EITI en application dans leur fonctionnement. Il s’agit de QMM, du Projet Ambatovy, de Madagascar Oil, d’Exxon Mobil, de Kraoma. Le Chef de Région, Andriamorasata Julien, s’est pour sa part félicité que cet atelier ait été organisé pour la première fois à Madagascar dans la Région Atsinanana qui est une grande région minière. Il s’est félicité d’autant plus que toutes les structures directement concernées par le suivi de la transparence souhaitée, y compris le Bianco, les sociétés civiles et les représentants des collectivités décentralisées ont tout de suite profité de l’atelier d’information sur le processus régional de l’EITI.

Annonces

Filazana manjo

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS