Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 30 juin 2022
Antananarivo | 02h44
 

Enseignement

Autonomie des universités

Le ministère de l’Enseignement supérieur propose une solution

samedi 28 mai | Mandimbisoa R.

Dans une démarche de recherche de solution par rapport à la crise au sein de l’Université et du bras de fer opposant le syndicat des enseignants chercheurs et des chercheurs enseignants (SECES) et la Haute cour constitutionnelle (HCC), le ministère de l’Enseignement supérieur lance une proposition incitant les enseignants à « soumettre une nouvelle proposition de loi » sur l’autonomie des Universités et des établissements d’enseignement supérieur.

« Il s’agit, selon le ministère d’une solution pour apporter l’apaisement », précise le ministère dans un communiqué publié dans la soirée du jeudi. La ministre, Pr Elia Béatrice Assoumacou a en effet rencontré les membres du Syndicat des enseignants chercheurs et des chercheurs enseignants dans la journée du mardi pour aborder le sujet. Les deux parties cherchent ainsi par tous les moyens à « trouver des solutions par rapport au désaccord sur le texte ».

Faut-il rappeler qu’une première proposition de loi sur l’autonomie des universités a été adoptée par les deux chambres du Parlement en 2021. Mais la Haute cour constitutionnelle (HCC) a déclaré en février qu’elle est non conforme à la Constitution. Une décision qui a suscité la colère des enseignants chercheurs syndiqués qui depuis plusieurs semaines mènent un mouvement « Universités et centres de recherche morts ».

Reste à savoir quand cette proposition de loi va être présentée devant les deux chambres législatives qui sont en session parlementaire ordinaire.

41 commentaires

Vos commentaires

  • 28 mai à 11:02 | Isandra (#7070)

    Entre les prof, voulant faire le forcing, passer outre la loi, habituant à mettre les étudiants en otage,...et la HCC intransigeant, gardienne et jalouse farouche de la constitution, le régime soucieux de l’avenir des étudiant, la future génération n’a un choix que trouver les solutions.

    Comme nous sommes dans un pays démocratique et la liberté, même si les autorités ont de moyen entre leur mains pour faire les pressions, il préfère le dialogue pour résoudre le conflit, méthode light.

    • 28 mai à 16:00 | lé kopé (#10607) répond à Isandra

      Comment voulez vous négocier avec des Dirigeants dont la plupart ne connaît même pas le cursus Universitaire ? D’après vous , revendiquer ses droits c’est faire un forcing ? Et les Etudiants qui n’obtiennent même pas leurs bourses , et qui vivent moins bien que les chômeurs à l’Etranger , ou les plus démunis , sont ils l’otage des profs ou du régime en place ? Savoir situer le nœud du problème fait partie d’une partie de sa résolution , ce qui n’est pas le cas pour vos alliés . Vous avancez toujours l’argument de notre éloignement du Pays , pour dire des mensonges , mais je viens de recevoir de la famille qui a quitté Madagascar il y a une semaine , et la réalité est pire que ce que vous prétendez . Purgatoire l’a mentionné en long , en large et en travers .Pour aller à Toamasina , certains ont mis ...douze heures , voire 14h d’horloge et pour Fianar , 10H. C’est cela votre TGV ??? D’après lui , votre Calife fera moins bien que les 8% de l’Expert Comptable pour les prochaines élections .Dites lui de ne plus faire des promesses à l’aveuglette. Dommage pour nos compatriotes . Salut les Copains .

    • 28 mai à 16:34 | lé kopé (#10607) répond à Isandra

      La Banque Africaine de Développement Stratégie Pays à Madagascar 2022-2026 a proposé deux points saillants pour sa contribution :
      - Le développement des Infrastructures d’Energie et de Transport pour une croissance Inclusive - -La transformation de l’Agriculture pour l’obtention des produits manufacturiers (plus value).
      C’est bien dommage que malgré les Elites qui forment ce gouvernement , aucun d’eux n’a pu fournir les documents nécessaires pour bénéficier de ces aides extérieures . Pire , la Banque Mondiale a même demandé au régime actuel de revoir sa copie pour octroyer ces fameuses aides , ce qui a été fait , mais avec l’aide de...consultants Etrangers . Alors que le Laitier , avec le Document stratégique pour la résolution de la pauvreté (DSRP) , a pu bénéficier sans difficulté de ces fonds alloués pour le développement du Pays .Cherchez l’erreur.
      Qui a hurlé sur tous les toits qu’il ne serait pas plus nul que RA8 ; maintenant les preuves sont là , et on n’a jamais eu des Dirigeants qui n’arrivent même pas à avoir des routes praticables sur tout le territoire , et je ne parle pas des autres problèmes qui minent le Pays .Alea Jacta est !!!

  • 28 mai à 11:20 | purgatoire (#11152)

    14 mai dernier jour à NOY BE demain nous allons sur TANA avec un vol Tsaradia pour ensuite rejoindre le lendemain TAMATAVE par un autre vol TSARADIA ... On arrive pas à avoir la correspondance pour TAMATAVE pour quelques dizaines de minutes ... pourquoi faire simple alors que l’on peut faire compliquer ... on passera donc une nuit à TANA ... Petit déjeuner à l’hôtel toujours autant de monde ... nous remplissons notre sac pour pouvoir distribuer en route (il faut quand même préciser que s’agissant d’un service à table il n’y a pas pléthore de choses nous optons avec mon épouse pour des fruits et nous emmenerons le pain et les viennoiseries) Notre chauffeur est la ... Super notre taximan quand on voit dans quelles conditions il vit et la façon dont il s’habille proprement respect pour ce Monsieur ... Comme pour la plupart des malgaches qui vivent d’ailleurs avec beaucoup de dignité malgré la misère ... Respect que même ISANDRA n’a pas envers ses concitoyens ... dès la sortie de l’hotel nous distribuons aux enfants ce que nous avons chipé à l’hôtel Première étape nous descendons vers la mer je me souviens plus du nom du village par contre la route je m’en souviendrai longtemps ... Quel désastre ... Arrivé dans ce village on sent le vide on entend le silence pesant ... Rien n’est entretenu ... une pancarte sur un hôtel en mauvais état et pourtant en bord de mer signale qu’il est à vendre ... Par curiosité nous allons voir si l’on peut avoir des renseignements ... On passe par la plage ... Pas un chat c’est vrai qu’il n’est que 10H 30 nous dira ISANDRA et que les milliers de touristes envahissent les plages beaucoup plus tard exténués par les nuits folles de NOSY BE ... 100.000 euros c’est ce que demande le propriétaire qui a un autre hôtel à vendre ... Nous repartons en direction du village ou réside Nini Doniah ... Je passe la rencontre dans un village musulman ou nous avons rencontré un prêtre qui exauce les voeux ...

    • 28 mai à 19:07 | Ibalitakely (#9342) répond à purgatoire

      « Il s’agit, selon le ministère d’une solution pour apporter l’apaisement » : est-ce une bonne solit° véritable pour les universités qu’il faut ou tjrs & tjrs rien que de la pommade ?? Comme le tip top pour réparer nos routes en pleine ville *[1] ou sur les RN ??
      * [1] & la CUA actuellement au lieu de bien réparer les rues de la capitale pour diminuer les embouteillages préfère supprimer des ronds point & faire faire des détours qui ne fait qu’entraîner d’autres bouchons.

    • 28 mai à 19:29 | Ibalitakely (#9342) répond à purgatoire

      Si on comprend d’après les explicat° du président du SECES, ils sont en grève non pas pour leur propre revendicat° comme à l’accoutumé (primes, heures sup, ..., mais cette fois-ci c’est pour la bonne cause de l’enseignement supérieur dans les jours à venir.

    • 30 mai à 12:02 | Ibalitakely (#9342) répond à purgatoire

      Mais l’on se demande actuellement si le parti Taoka Gasy Voretra trouvera encore des alliés en 2023 [las avi, leader fanilo, mmm, adn & autres particules] ??

  • 28 mai à 11:22 | purgatoire (#11152)

    Pour accéder au village de Nini Doniah de nouveau il a fallu se cramponner pas une seule route vraiment valable dans cette ile ... Par contre endroit magnifique gens charmants malgré la pauvreté nous décidons de manger sur place ... Je paie ma tournée de THB (en fait on fera bien 5 ou 6 tournées mais c’est super) Repas délicieux poissons frits pour mon épouse et le chauffeur calmar à l’ail pour moi trop bon !!! On est bien ... avec l’alcool la parole se libère ... Le Président n’aura pas beaucoup de voix dans ce village tellement il ne l’aime pas ... On sent la grogne monter de minutes en minutes ... On verra le résultat dans un an mais s’il l’emporte c’est qu’il y aura eu quelque chose de louche ... Bizard dirait ISANDRA ... On a pas envie de repartir tellement les gens sont gentils ... Troisième étape la plage d’Andilana juste avant l’arrivée nous stoppons sur la route pour voir des peintures ... La dame nous expliquent qu’ils ont interdiction d’aller sur la plage du coup ils se mettent sur la route ... On passe bien entendu devant la construction du futur hôtel du Président ... Tout est dans la démesure ... Je m’interroge comment peux t il faire des choses comme cela ... Si Macron devait se construire un cinq étoiles dans la baie de ST TROPEZ en expulsant les commerçants que se passeraient ils ?? Le gens sont tellement sympas que nous changeons de programme nous reviendrons manger dans une gargotte en bord de mer avec le chauffeur et il nous emmenera direct à l’aéroport (il est trop content) plutot que de rester à l’hôtel ... En rentrant on passe devant le RAVINTSARA hôtel d’un ancien président (décidément c’est une tradition malgache que les Présidents deviennent propriétaires de beaucoup de biens immobiliers ??),Dernier repas en solitaire on aura pas vu beaucoup de touriste pendant 5 jours a part les vieux et leurs minettes ... Que penser de cette ile magnifique avec autant d’atouts paysagers et en face une population au bord de l’asphyxie ?? Demain la plage d’Antilana et ses italiens et français Tout un programme X

    • 28 mai à 11:44 | vatomena (#8391) répond à purgatoire

      La suite vite !

  • 28 mai à 11:45 | Isandra (#7070)

    Evénement, qui marque la reprise économique et le pouvoir d’achat des gens :

    N’oubliez pas que des millions de gens visitent ce genre d’événement :

    "Après deux années d’interruption à cause de l’épidémie de Covid-19, l’évènement commercial de référence reprend ses droits. Pour son grand retour, la grande Braderie de Madagascar a déménagé au Stade Barea Mahamasina. L’événement a débuté jeudi et va se tenir jusqu’à dimanche, jour de la Fête des mères.
    Comme à chaque édition et comme son nom l’indique, les produits proposés à la Grande Braderie de Madagascar sont bradés avec des remises de 15% au moins imposées par les organisateurs.
    Pour ce grand retour, plus de 150 exposants participent à l’évènement proposant des articles variés allant de l’habillement, à la cuisine en passant par la décoration ou la cosmétique. Un évènement idéal pour ceux qui sont en quête de cadeau pour la fête des mères."

    Purgatoire va penser encore que juste 150 visiteurs, qui arrivent dans cet endroit.

    • 28 mai à 12:23 | Shalom (#2831) répond à Isandra

      Voici une réponse intelligente de la part de l’intelligence foza :

      "Purgatoire va penser encore que juste 150 visiteurs, qui arrivent dans cet endroit."

      Purgatoire a-t-il décrit qu’il a rencontré personne sur ses routes ? Non, en revanche il a précisé bien qu’il n’a pas croisé tant de touristes que ça.
      Et les foza confondent "visiteurs" d’une braderie et "touristes".
      Ah ! Je n’ai pas compris, cette braderie en fin de compte c’est une braderie internationale où des exposants de tous les pays viennent y assister : "l’exposition universelle" en quelques sortes !
      Ah ! Les esprits foza, j’en conviens ils ont l’intelligence à part. C’est nous qui avons mal compris !

    • 28 mai à 12:27 | purgatoire (#11152) répond à Isandra

      À Chambéry (France) (59.600 habitants) nous avons deux braderies par an une pour le printemps et une pour l’automne c’est toute la ville qui ces jours là sont envahis par des professionnels et des amateurs (on compte les stands par millier) les gens dorment même la nuit du samedi au dimanche pour avoir leurs places tellement c’est prisé et c’est toute la Savoie et les départements périphériques qui se donnent rendez vous pour cette journée … vu l’insécurité et l’insalubrité qui règnent dans tana (1.275 millions d’habitants) je vois en effet qu’il y aura 150 exposants confinés dans le stade … généralement les gens se baladent mais pour avoir moi meme tenu un stand pour vider mon grenier peu de gens achètent en tous cas je ne vois pas en quoi c’est un signe de reprise économique et de pouvoir d’achat mais comme ISANDRA aime bien les comparaisons avec la France la foire de Paris accueille chaque année plus de 500.000 visiteurs et 1700 exposants et la foire de Chambéry accueille 85.000 visiteurs pour 350 exposants … mais attendez ISANDRA je suis resté deux jours à tana les 21 et 22 mai et je me permettrai de vous indiquer mon ressenti sur cette ville que vous n’arrêtez pas de vanter dans vos commentaires hi hi hi

    • 28 mai à 15:23 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Shalom,

      C’est comme ça, que ça donne quand on s’invite aux échanges aux quels vous n’êtes pas sonné et n’avez pas suivi tout.

      C’est ridicule et à coté de la plaque,...! Peut être, Purge aurait le temps pour lui expliquer.

    • 28 mai à 15:31 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Purgatoire,

      Bonne visite à cette capitale, qui est en train de se métamorphoser grâce

      1° Aux actions de Ingahy maire, qui est en train d’y apporter de révolution, laquelle rend les réacts, et les jaloux fous furieux,..

      2° Aux projets présidentiels, Rova mirehitra Jiro étant trano haolo, Stade de Mahamasina, si je ne cite que cela, à long terme,...Téléphérique, train urbain, nouvelle ville,...(Imaginez tout cela, mijoalajoala en 2023).

  • 28 mai à 11:50 | Isandra (#7070)

    Miasa mafy koa ny Kaomina Antananarivo :

    "Mihamaivana ny fitohanan’ny fifamoivoizana eny amin’ny faritra Atsimo, izany hoe ny lalana mihazo an’Ankadimbahoaka sy Anosibe, taoriana ny fanavaozana maro samihafa izay napetraky ny kaominina Antananarivo Renivohitra, hoy ny tatitry ny Tale misahana ny fitaterana sy ny fivezivezena an-drenivohitra, ny Commissaire Ainanirina Albert Estel.
    Taorian’ny teo Andohan’Analakely, nosokafana koa ny lalana avy eny amin’ny Sainte Famille Mahamasina mihazo ny “tunnel Ambohidahy”, mba hahafahan’ny fiara roa mifanena dia ny miakatra sy ny midina.
    Mbola hisy ny fanatsarana sy fijerena ny lesoka ary ny fametrahana paikady vaovao ho an’ny fifamoivoizana eny amin’iny faritra iny, hoy hatrany ity tomponandraikitra ity. Rehefa vita ny fandrindrana maro samihafa dia hiroso amin’ny fanavaozana lalana eny amin’ny faritra hafa indray ny Kaominina.
    Nanamafy ny fanentanana ny mpampiasa lalana sy ny mpandeha an-tongotra ny tomponandraikitra eo anivon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra mba samy handray ny andraikitra tandrify azy ho fiaraha-mientana hanatsarana ny fifamoivoizana eto an-drenivohitra." Dêpeche Taratra.

    • 28 mai à 16:09 | vatomena (#8391) répond à Isandra

      Isandra —Serez vous la première à monter dans une cabine du téléphérique ? Moi pas !

    • 28 mai à 16:32 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Vatomena,

      Ah bon ! Vous êtes en train de mépriser le savoir faire français, pourtant, on a plutôt choisi Paoma et Colas la qualité de leurs oeuvres,...

  • 28 mai à 12:29 | purgatoire (#11152)

    À Chambéry (France) (59.600 habitants) nous avons deux braderies par an une pour le printemps et une pour l’automne c’est toute la ville qui ces jours là sont envahis par des professionnels et des amateurs (on compte les stands par millier) les gens dorment même la nuit du samedi au dimanche pour avoir leurs places tellement c’est prisé et c’est toute la Savoie et les départements périphériques qui se donnent rendez vous pour cette journée … vu l’insécurité et l’insalubrité qui règnent dans tana (1.275 millions d’habitants) je vois en effet qu’il y aura 150 exposants confinés dans le stade … généralement les gens se baladent mais pour avoir moi meme tenu un stand pour vider mon grenier peu de gens achètent en tous cas je ne vois pas en quoi c’est un signe de reprise économique et de pouvoir d’achat mais comme ISANDRA aime bien les comparaisons avec la France la foire de Paris accueille chaque année plus de 500.000 visiteurs et 1700 exposants et la foire de Chambéry accueille 85.000 visiteurs pour 350 exposants … mais attendez ISANDRA je suis resté deux jours à tana les 21 et 22 mai et je me permettrai de vous indiquer mon ressenti sur cette ville que vous n’arrêtez pas de vanter dans vos commentaires hi hi hi

  • 28 mai à 12:40 | Observateurlucide (#11307)

    Sandra ne fait que mentir a chacun de ses post !
    Son but,pour ses commanditaires, est de dissimuler la vérité sur la gravité de la situation à Madagascar, aux Andafy et aux étrangers en général !
    Pour les locaux pas besoin de dissimuler quoique ce soit ,ils vivent cette situation catastrophique de l’intérieur et personne ne semblent se préoccuper de leurs sorts !
    Si une étincelle se produit pour une raison banale ,l’embrasement se fera très rapidement ! Isandra et les autres ,s’ils sont encore sur place ,auront peu de temps pour s’enfuir ! :

    • 28 mai à 12:57 | purgatoire (#11152) répond à Observateurlucide

      En effet je vous raconterai les discussions que nous avons eu à Tamatave avec un élu politique …

    • 28 mai à 13:33 | Rainingory (#11012) répond à Observateurlucide

      J’avoue que, sur une étincelle, ça a observé lucide.

      Isandra, tiens-le pour dit.

  • 28 mai à 12:42 | Besorongola (#10635)

    NI LE COVID NI LA GUERRE EN UKRAINE N’EMPÊCHE CERTAINS PAYS AFRICAINS D’AVOIR UNE CROISSANCE À PLUS DE 5 %.

    Mise à jour le 26/05/2022 à 18h31 Publié le 26/05/2022 à 18h30 Par Moussa Diop

    La BAD a présenté son rapport sur les « Perspectives économiques en Afrique 2022 ». Le PIB du continent devrait croître de 4,1% en 2022 et 2023, contre presque 7% en 2021, sous l’effet du Covid-19 et de la crise russo-ukrainienne. Certains pays se détachent du lot.

    Après une croissance de 6,9% en 2021, le PIB du continent africain devrait ralentir à 4,1% en 2022 et 2023. Le Covid-19 et, surtout, la crise russo-ukrainienne vont impacter négativement la croissance des économies africaines cette année. C’est ce qui ressort du rapport « Perspectives économiques en Afrique 2022 » de la Banque africaine de développement (BAD), publié en marge des Assemblées générales de l’institution panafricaine qui se tiennent depuis le 23 jusqu’au 27 mai à Accra, au Ghana, sous le thème « Favoriser la résilience climatique et une transition énergétique juste pour l’Afrique ».

    L’invasion de l’Ukraine par la Russie et les sanctions prises contre cette dernière ont été une source de coûts et de volatilité pour l’économie mondiale, transmis par trois canaux principaux : les prix des produits énergétiques et non énergétiques, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et les marchés financiers. Ceux-ci ont des conséquences directes et indirectes sur les économies africaines », souligne le rapport de la BAD.
    Cette croissance de 4,1% en moyenne cache toutefois de fortes divergences aussi bien au niveau des ensembles régionaux que des pays. Au niveau des régions, c’est l’Afrique de l’Est qui devrait afficher la meilleure performance (4,7%), devant l’Afrique centrale (4,6%), l’Afrique du Nord (4,5%), l’Afrique de l’Ouest (4,1%) et l’Afrique australe (2,5%).

    Ces moyennes régionales cachent aussi des inégalités de croissance importantes. Ainsi, au niveau de la région Afrique du Nord, la croissance moyenne de 4,6% est portée par l’Egypte, seconde puissance économique africaine derrière le Nigeria en termes de PIB, dont l’économie devrait croître de 5,7% en 2022. Le Maroc devrait afficher la plus faible croissance de la région à cause de la sécheresse aigue qui frappe le pays et qui a fait tomber la production agricole à 30 millions de quintaux, impactant très négativement la croissance du PIB (1,8%)
    Du côté des pays, en 2022, la meilleure performance devrait revenir au Rwanda, comme ce fut le cas en 2010 (si on exclut la Libye avec une croissance de 177,3%) avec une hausse de son PIB de 10,0%, en affichant une croissance de 6,9%. La croissance de ce petit pays enclavé, portée par les services qui ont contribué à hauteur de 48% du PIB en 2021 et qui sont devenus le socle de l’économie rwandaise, devant l’agriculture (24% du PIB en 2021) et l’industrie (20% du PIB en 2021). Pour les années à venir, en plus des services, le gouvernement rwandais mise sur l’industrie et l’agriculture et leurs chaines de valeur pour booster l’économie du pays. Ce qui devrait porter la croissance à 7,9% en 2023, selon les estimations de la BAD.

  • 28 mai à 12:43 | Besorongola (#10635)

    ... Suivant le Rwanda, c’est le Niger qui devrait afficher des croissances de l’ordre de 6,5% en 2022 et 7,2% en 2023. Le pays devrait surtout bénéficier de la flambée des cours du baril de pétrole coïncidant avec la hausse de sa production. Il devrait aussi voir ses exportations d’or croître fortement grâce à l’oléoduc de 1.980 km qui reliera les champs pétroliers du pays au terminal pétrolier dans le port de Sèmè-Kraké du Bénin. Ce qui lui permettra de faire passer sa production de 20.000 barils par jours à plus de 120.000 à l’horizon 2024.

    Derrière ces deux pays, Maurice (6,2%), la République démocratique du Congo (6,2%), le Bénin (6,1%), la Côte d’Ivoire (6,0%), le Kenya (5,9%), le Togo (5,8%) et l’Egypte (5,7%) afficheront aussi de très bonnes performances. L’Egypte est la seule puissance économique continentale à afficher une croissance solide. Le pays des pharaons tire profit de ses importantes découvertes de gaz dont la production ne cesse d’augmenter, mais aussi de l’attractivité de son économie grâce à la dévaluation de sa monnaie qui favorise les arrivées touristiques et les investissements directs étrangers, de ses secteurs exportateurs diversifiés…

    En 2023, c’est le Sénégal qui devrait afficher la meilleure croissance du continent avec un PIB en hausse de 8,2%. L’économie sénégalaise, qui devrait afficher une croissance de 4,6% en 2022, devrait voir son PIB augmenter de 8,2% en 2023 grâce notamment à son entrée dans le cercle des exportateurs d’hydrocarbures (pétrole et gaz), au développement de projets d’infrastructures (port, autoroutes, énergie…) et à l’agriculture. Le pays devancera le Rwanda (7,9%), le Niger (7,2%), le Togo (6,8%), la Côte d’Ivoire (6,7%), la RDC (6,5%), et l’Ouganda (6,2%).
    Reste que plusieurs facteurs continueront à peser sur la croissance des économies africaines en 2022 et en 2023. Ce sont les conséquences de la pandémie de Covid-19, le conflit russo-ukrainien, les niveaux d’endettement élevés de nombreux pays africains qui limite leur capacité à augmenter les dépenses et le financement de la reprise post-Covid-19, les retombées potentielles du resserrement des conditions financières mondiales induit par le risque substantiel d’inflation dans les économies avancées, les préoccupations climatiques (sécheresse, cyclones, inondations…), etc.

    https://m.le360.ma/afrique/maroc-cote-divoire-senegal/economie/2022/05/26/38181-afrique-voici-les-pays-qui-afficheront-les-plus-fortes-croissances-en-2022-et

    • 28 mai à 12:46 | Besorongola (#10635) répond à Besorongola

      2, 5 % DE CROISSANCE ÉCONOMIQUE POUR MADAGASCAR CETTE ANNÉE 2022 ET MÊME EN 2023 CE CHIFFRE NE DÉPASSE PAS 5 %.

      Pour Madagascar dans ce contexte de crise mondiale , les projections de croissance pour 2022 ont été revues à la baisse et ramenées à 2,6 % (contre 5,4 % précédemment), ce qui implique que le PIB par habitant stagnera et restera inférieur d’environ 8,5 points de pourcentage aux niveaux d’avant la crise.
      La croissance devrait s’accélérer en 2023 pour atteindre 4,2 % et 4,6 % en 2024, les contraintes structurelles et le ralentissement de la demande extérieure empêchant un rebond plus rapide. Le potentiel de croissance de l’économie a subi l’impact négatif de la détérioration du capital humain, de l’investissement privé et de la gouvernance du secteur public pendant la crise et ne devrait pas dépasser 4 % à court terme. Dans ce contexte, le taux de pauvreté devrait rester bien au-dessus des niveaux d’avant la crise. La reprise attendue de l’activité économique se traduira par une baisse progressive du taux de pauvreté, qui passera d’un sommet historique de 81 % en 2020 à 78,8 % en 2023 et 77,9 % en 2024, restant ainsi au-dessus des niveaux d’avant la crise.

  • 28 mai à 20:45 | Besorongola (#10635)

    LE CANDIDAT QUI RAFFLE LA MISE À TANÀ TOAMASINA ET ANTSIRABE LES 3 VILLES LES PLUS PEUPLÉES DE MADAGASCAR SERA ÉLU EN 2023 !

    1. Antananarivo, la capitale
    Antananarivo aussi nommée « la ville des mille » est la ville la plus peuplée du pays. La ville des mille compte 3 209 933 habitants.

    2. Toamasina, ville touristique par excellence
    Toamasina de sa signification « ce qui semble salé » abrite 411 933 habitants.

    3. Antsirabe, la troisième plus grande ville de l’île
    La ville d’Antsirabe abrite 338 986 d’habitants et c’est à ce titre qu’elle occupe la troisième place dans le classement des plus grandes villes de Madagascar.

    4. Mahajanga, l’une des villes les animées de l’île
    On dénombre 244 279 habitants dans la ville de Mahajanga. Aussi nommée la ville des fleurs,

    5. Fianarantsoa, l’une des plus grandes villes de Madagascar
    Fianarantsoa est une ville historique bâtie au 19ème siècle. Elle se situe sur la partie Sud-est de Madagascar et compte 200 482 habitants. La signification de son nom est un « Endroit où apprendre le bien ». Elle a toujours été un centre culturel et un centre universitaire.

    6. Antalaha
    Antalaha se retrouve dans la partie Nord-est de l’île. Ce capital mondial de la vanille dénombre environ 186 500 habitants. La ville est historiquement réputée pour sa grande production de vanille et ce bien avant les années 40.

    7. Tuléar
    Située au Sud-ouest de l’île, Tuléar est le meilleur représentant du climat chaud de Madagascar. La ville dénombre 170 194 habitants. Le début de son histoire est marqué par la venue des trois tribus Masikoro, Bare et Antadavaka. Mais son nom actuel n’a été créé que vers 1970.

    8. Antsiranana
    Antsiranana ou Diego-Suarez est une ville malgache réputée pour son charme sans égal. Ses 125 103 habitants se répartissent sur une superficie de 42 km2. Les navigateurs Diego Diaz et Fernand Suarez ont été à l’origine du nom de la ville. Son histoire est liée étroitement à la période coloniale. Cette ville portuaire est le troisième port le plus important de Madagascar.

    9. Morondava
    Morondava, cette ville qui est le centre économique de la région de Menabe compte plus de 70 000 habitants. Il faut faire près de 700 km depuis Antananarivo, la capitale pour découvrir ce bel endroit touristique. La ville existe depuis plus de cinq siècles. Elle se distingue par son port et ses nombreux pêcheurs qui définissent l’économie de la région.

    10. Manakara
    L’appellation Manakara vient du grand rocher qui borde la région. Située à la partie Sud-est de Madagascar, la ville abrite plus de 40 000 habitants. Il s’agit du capital économique de la région Vatovavy-Fitovinany.

    • 29 mai à 10:29 | MALIBUC (#9345) répond à Besorongola

      Antalaha 186 500 habitants ?
      Non, c’est le district entier, certes c’est la capitale de la vanille mais à Antalaha il y a environ 50/55 mille Hab.
      Désolé de te contredire.

    • 29 mai à 13:09 | lé kopé (#10607) répond à Besorongola

      Malgré toutes les démonstrations que vous aviez énoncées , l’ancienne Province de Fianarantsoa , la ville où l’on apprend le bien , et berceau de " l’Intelligensia" Malagasy, est la localité qui a fait basculer les régimes de tout temps .Car selon les statistiques , 40% des électeurs viennent des côtes , 40% de la Capitale et de ses environs , et le 20% restants viennent de la région du Betsileo , et de tous ceux qui ont formé la Province . Ce n’est pas par hasard que tous les futurs Dirigeants courtisent cette population ...à chaque élection . Ce sont des faits historiques que l’on ne pourra pas occulter , car c’est de cet endroit que sont parties les premières salves des révoltes qui se sont succédé . Après la répression dans le Sud du Pays en Avril 1971, et la mort de 3000 paysans qui ont lutté contre la famine ( la fille de Monja Jaona , chercheur à l’Université de Tuléar), historienne de formation , mais témoin de la vie de son père , est rarement consultée), la mort de l’Etudiant Modeste Randrianarisoa d’Ambalavao, et les tirs à balles réelles des FRS sur les Etudiants ont déclenché la grève de 1972. En 1991, les revendications des Herivelona Rasalama , et Rabearivelo , ont mis le feu aux poudres pour destituer le Flibustier . Et Manandafy Rakotonirina , originaire de la Province de Fianarantsoa , avec Zafy Albert et Richard Andriamanjato en ont été les grands Instigateurs . Sans compter la crise de 2002, où Pety Rakotoniaina , l’enfant terrible du Betsileo , a permis au laitier de prendre le pouvoir grâce à ses mercenaires , qui n’avaient pas eu froid aux yeux , et qui ont délogé le gouverneur Militaire de l’Epoque (Emilson) , avec l’Armée, de sa résidence officielle à Andohanantaddy (ville haute). Encore en 2009, c’est la femme de l’ancien Maire de la capitale du Betsileo , qui a pu mener son combat contre le laitier à... Fianarantsoa , et qui a pu réintégrer son mari dans le fauteuil de premier Magistrat de la ville , alors qu’il sortait tout droit de la prison de Tsiahafahy . Ainsi donc , malgré toutes les participations des toutes les entités concernées par la misère dans le Pays , il ne faut pas mépriser l’apport de la population de cette localité . Surtout qu’avec l’arrivée d’Internet , les informations arrivent en temps réel. Le seul obstacle qui bloque cette marche en avant , est la présence de quelques personnalités originaires de Fianar , au sommet de l’Etat , et des hautes Institutions de ce Pays , qui pour garder leurs privilèges , continuent de perpétuer la division, pour régner . Salut les Copains .

  • 28 mai à 20:59 | Besorongola (#10635)

    LA FRANCE CIBLE FAVORITE DES PRO POUTINE EN AFRIQUE.

    Guerre en Ukraine : l’Afrique est-elle pro-russe ?
    Rares sont les pays africains à avoir officiellement pris position sur la guerre en Ukraine, se refugiant dans un silence prudent.

    Article rédigé par

    franceinfo Afrique
    France Télévisions Rédaction Afrique
    Publié le 02/03/2022 16:35
    Mis à jour le 02/03/2022 16:35

    Des manifestants brandissent des drapeaux russes et maliens à Bamako, lors d’une manifestation contre l’influence française dans le pays, le 27 mai 2021. (MICHELE CATTANI / AFP)
    Des manifestants brandissent des drapeaux russes et maliens à Bamako, lors d’une manifestation contre l’influence française dans le pays, le 27 mai 2021. (MICHELE CATTANI / AFP)
    La scène se passe à Genève le 1er mars 2022. Au moment où la Conférence du désarmement diffusait le discours du chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, de nombreuses délégations, dont les pays occidentaux, ont quitté ostensiblement la salle en solidarité avec Kiev. Seuls quelques diplomates sont restés. Parmi eux, les délégations algérienne et tunisienne. Officiellement, ces deux pays se sont bien gardés de se prononcer sur le conflit, comme de nombreux pays africains, à l’exception notable de l’Afrique du Sud qui a exhorté la Russie "à retirer immédiatement ses forces d’Ukraine". Pourtant, Pretoria et Moscou entretiennent des liens diplomatiques qui remontent à l’apartheid. Les deux pays sont membres des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud).

    "L’Ukraine n’existe pas"

    Il est difficile de mettre en avant l’Ukraine et sa situation de guerre dans une Afrique australe très favorable à la Russie, historiquement perçue comme un rempart contre la colonisation et l’apartheid, a expliqué l’ambassadrice d’Ukraine à Pretoria, qui s’emploie à imposer son pays dans le paysage. "L’Ukraine n’existe pas pour les Sud-Africains", explique Liubov Abravitova. "Ils sont reconnaissants à la Russie et oublient que quand l’URSS se mobilisait contre l’apartheid, l’Ukraine en faisait encore partie", fait-elle valoir auprès de l’AFP. Après 1991 et la dissolution de l’Union, "nous étions occupés à bâtir notre pays, notre économie. L’Afrique n’était pas notre priorité et puis les Russes y étaient déjà implantés", dit-elle. L’Ukraine comptait 16 000 étudiants africains, précise-t-elle à l’AFP. A la frontière polonaise, certains "ont été mal traités" dans de longues queues épuisantes, sans eau ni nourriture, dans le froid. Ils ont évoqué du racisme, affirmant que les Ukrainiens étaient mieux reçus qu’eux..

    • 29 mai à 13:51 | arsonist (#10169) répond à Besorongola

      Pourquoi la Russie [il fut un temps où on l’appelait Union Soviétique]
      ne pas suscite pas trop ,
      à tort ou à raison ,
      l’hostilité de la plupart des pays africains ,
      surtout ceux qui sont anciennement colonisés ?

      Parce que
      (i) il n’y a jamais eu de pays africain colonisé par les Russes
      (ii) après la Deuxième Guerre Mondiale et pendant la "guerre froide" , la Russie trouvait de bonne guerre [pour ses intérêts personnels] d’encourager , de soutenir diplomatiquement et même d’armer certains pays colonisés de l’époque pour se libérer (même par les armes donc) de leurs puissances colonisatrices respectives [l’exemple la plus connue en Afrique est le cas de l’Algérie ; mais il existe d’autres cas plus discrets (par exemple "mon cas à moi perso : la Mozambique" , n’est-ce pas l’ "anticaste" , vil colonialiste attardé ? ]

      On peut dire presque la même chose de la Chine .
      À la différence près que des individus Chinois sont présents presque partout sur tous les continents .
      Ce qui n’est pas le cas des Russes .

      [Des "Indiens" (originaires de ce l’on appelait jadis "les Indes" : Inde , Pakistan , Bengladesh , Sri Lanka...) sont présents aussi presque sur tous les continents ! Et leurs influences sur la qualité de vie des autochtones des régions où ils se sont implantés sont très diversement appréciées]

  • 28 mai à 21:00 | Besorongola (#10635)

    "Cessez-le-feu immédiat"
    Au premier jour du conflit, l’Union africaine (UA) a condamné l’invasion russe en Ukraine et appelé à un "cessez-le-feu immédiat", estimant que la situation risquait de dégénérer en "un conflit planétaire". Le président actuel de l’UA, le président sénégalais Macky Sall, et le président de la Commission de l’organisation Moussa Faki Mahamat, ont déclaré dans un communiqué conjoint qu’ils étaient "extrêmement préoccupés" par l’invasion russe. Ils ont appelé Moscou à "respecter le droit international, l’intégrité territoriale et la souveraineté nationale de l’Ukraine". Plusieurs pays africains ont commmencé à rapatrier leurs ressortissants depuis les pays limitrophes de l’Ukraine.

    Au Sahel, Vladimir Poutine "le libérateur"
    Si Vladmir Poutine est isolé par l’Occident, il est loin de l’être au Sahel. Pour de nombreux pays, il incarne "le libérateur". Depuis quelques années, la Russie grignote peu à peu le pré carré français. Jusqu’à son éviction du Mali par une junte, qui ne cache pas son admiration pour le président russe. Tout comme à Bangui, où Moscou entend prendre la place de Paris. Le sentiment anti-français au Sahel n’est pas créé par la Russie mais instrumentalisé par Moscou qui s’appuie sur le groupe paramilitaire Wagner pour étendre son influence. Le Mali et la Centrafrique ont confié une partie de leur sécurité à la société dirigée par un oligarque proche de Vladimir Poutine. "La base centrale de Wagner est en Afrique, dans le sud de la Libye, c’est là que transitent tous les avions avant d’être transférés vers la Centrafrique, vers le Mali. Nous avons vu des traces de vols, quatre par semaine, à partir de début janvier, vers la Syrie et ensuite vers l’Ukraine", assure Alexandra Jousset, autrice-réalisatrice du documentaire Wagner, l’armée secrète de Poutine.

  • 29 mai à 11:44 | kartell (#8302)

    Le pouvoir a peur et cela se voit, comme le nez sur la figure, au quotidien, et de manière crescendo, cette hantise, mal dissimulée, de voir une opposition prendre de la vigueur et de l’importance ..
    Oh, Dieu, sait !, si tout cela reste bien modeste,et artisanal, mais tout frémissement de contestation des prophéties du pouvoir est considéré comme étant une atteinte à la sécurité publique, enfin, surtout celles du maître, estimant le pouvoir, comme sa propriété, exclusive et non contestable..
    Rien de neuf ou plutôt si, la confirmation, indéniable, que le pays est désormais pris en otage par l’engrenage d’un système qui s’auto-congratule dans ses inaugurations, plus ou moins futiles, et qui fait du culte de la personnalité de son dignitaire, l’homme providentiel que le pays implore de ses vœux, mais qui voit rien venir !..
    A ce stade avancé de la mystification, il devient évident, et surtout essentiel, que tous les moyens seront utilisés pour s’accrocher au pouvoir, et ceci, en naviguant entre mauvaise foi et bilan tronqué, voir peut-être un recours au maintien de l’ordre si la situation l’imposait, plus tard, au sein d’une société endémique qui va traverser des moments d’instabilité politique dont elle a le secret, immergée dans une conjoncture, fortement dégradée..
    Aujourd’hui, le temps n’est plus à espérer le promis, mais à celui de se demander de quelle manière, on pourrait se sortir de cette emprise implacable qui métamorphose l’élu, démocratique en potentat, sans entrave …
    A force de répétition du phénomène, les gens sont devenus d’éternels récidivistes en constatant, toujours un peu tard, les effets collatéraux occasionnés par leur vote, tee-shirts, en se donnant, de la sorte, le bâton pour se faire battre …
    Sauf qu’aujourd’hui, plus rien ne ressemble, de près ou de loin, à une société telle qu’elle est vantée par un système démocratique, digne de ce nom ..
    Les exemples du quotidien sont innombrables qui prouvent à quel point, le chacun pour soi est devenu un comportement de survie qui pille le peu qu’installe un état, grâce aux aides extérieures..
    Sans maîtrise de quoique ce soit, tant au niveau démographique, économique que social, le pays est devenu ce bateau ivre qui poursuit sa dérive en attendant jusqu’au bout de la nuit, son Messie qui enterrera définitivement un système, qui, même à bout de souffle poursuit encore son chemin bulldozer !..

    • 29 mai à 13:16 | lé kopé (#10607) répond à kartell

      L’interdiction de la tenue de la redynamisation du Part TIM , à Antsirabe hier , Samedi , est une preuve flagrante de la peur qui hante ce régime depuis le coup d’Etat de 2009. Car bien que le Laitier n’ait plus aucun pouvoir , le Calife et ses sbires ne cessent de le harceler . Selon les observateurs avisés , ce comportement enfantin est le comportement des Dirigeants aux abois (Tsipaky ny miala aina).

    • 29 mai à 14:28 | lé kopé (#10607) répond à kartell

      Le messie que vous attendez se profile à l’horizon sous la forme de troisième voie , ou d’Alliance Démocratique... Les têtes pensantes de ces entités multiplient les concertations avec les corps... Diplomatiques de ce Pays , mais aussi avec ce qui restent de figures emblématiques dans le lutte populaire . Espérons que l’entêtement de ce régime moribond , n’entraînera pas les belligérants dans une guerre fratricide , digne du Rwanda . Les déclarations du bureau politique du TIM , demain matin , seront pour la population , le début d’une prise de conscience , qui pourra sonner le glas des dérives perpétrées par les tenants du régime . Mon éloignement du Pays ne pourra pas arrêter cette marche en avant .

  • 29 mai à 13:50 | Isandra (#7070)

    Lekope,

    Loin, vous n’êtes pas au courant de la réalité, et gobez tout ce que les manonjana vous raconte.

    La réalité : Le TIM avez eu l’intention organiser un meeting politique au centre ville d’Antsirabe, au jour du marché de cette ville où l’affluence y est double de celle d’habitude. Pour éviter les troubles et le chamboulement, la préfecture propose un autre endroit que le TIM a refusé, qui voulait y rester pour leur selfie,...

    • 29 mai à 14:12 | arsonist (#10169) répond à Isandra

      Je trouve que c’est de bonne guerre
      de demander officiellement l’autorisation de faire des meetings
      apparemment populaires ,
      mais dans des circonstances
      inacceptables pour le pouvoir en place !

      Et dans le cas où
      le pouvoir en place interdit le meeting
      ou bien le transfert dans un endroit autre que celui choisi par les demandeurs ,
      de faire semblant quand même d’aller tenir le meeting à l’endroit indiqué dès le départ dans la demande ,
      pour pousser le pouvoir en place d’utiliser ses "moyens" pour empêcher la foule d’aller à l’endroit indiqué dans la demande !

      Cette façon de faire a le mérite
      1.de titiller les nerfs du pouvoir en place
      2.de pousser à la faute le pouvoir en place

      Plus pareilles manoeuvres se multiplient ,
      plus le pouvoir en place risque de perdre ses nerfs .
      Et plus il risque de disjoncter.

      S’ils ne sont même pas capables de faire face à pareil harcèlement , ils n’ont qu’à quitter le pouvoir !

    • 29 mai à 14:15 | lé kopé (#10607) répond à Isandra

      Vous êtes toute excusée , car vous remplissez votre rôle de "flagorneurs de La République". Sachez simplement une chose , qu’il vaut mieux être haï par les Dirigeants que haï par le peuple . Gardons chacun notre place , et laissons la volonté du peuple suivre son cours .
      Pour la fête des mères de tous les Pays , je souhaite une bonne fête quelque soit nos divergences politiques et je vous dédie la chanson de Rotsy Ralaiv... sur Youtube , Embona qui honore sa mère disparue...Paix à son Âme.

    • 29 mai à 15:49 | bekily (#9403) répond à Isandra

      Isandra
      *organiser un meeting politique est LEGITIME en démocratie...rien à voir avec les organisateurs de putsch(2009)
      Il n’y a que les dictatorions qui les interdisent comme Rajoelina , le singe de Poutine

    • 29 mai à 16:42 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Maison-Joany,

      Les gens connaissent maintenant la méthode machiavélique de dirigeants TIM. 

      Ils se vantent de ne rien avoir peur, et déclarent haut et fort que sans ou avec autorisation, le meeting aura lieu, alors que quand le jour J arrive, ils volatilisent et laissent les 300 moutons comme sans berger.

      C’est pourquoi, ils n’arrivent plus à attirer les gens, à chaque fois, ils les appellent à descendre dans le 13 mai,...

    • 29 mai à 18:41 | Shalom (#2831) répond à Isandra

      Quelqu’un peut-il me rappeler qui a dit à la place du 13 Mai un jour de février 2009....
      "Je vous donne ma bénédiction pour aller à Ambotsirohitra ..." et le mec qui a dit ça, il est parti ailleurs laissant ces manifestants sous les balles de Lillson et compagnie.
      Pauvre crétin, on lui rappellera ces choses le moment venu.

  • 29 mai à 14:58 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum
    L’autonomie des universités serait un sujet intéressant si ses tenants et aboutissants peuvent contribuer à résoudre les maux qui les gangrènent n’est-ce pas ? Autrement c’est une bataille d’arrière garde de trop n’est-ce pas ? Il s’agit donc ni plus ni moins que d’un objet de controverse n’est-ce pas ?

    • 29 mai à 15:45 | bekily (#9403) répond à plus qu'hier et moins que demain

      je ne suis pas sûre que les régions gagneraient en qualité...il y aura favoritisme, INEGALITE DE CHANCES , pression politique pour les affectations des enseignants ....les moyens suivraient ils vraiment ???
      Même en l’état le désastre est incroyable
      Mieux vaut définir des facultés de référence sans distinction du lieu spécifique , toutefois accompagnant à 100% les étudiants , faciliter les bourses aux PLUS MERITANTS SELON LEUR DOSSIER SCOLAIRE
      Que l’université ne se transforme pas en scolarité prolongée pour éviter le chômage ....
      Commencer par le commencement :
      ==> soutenir le BUDGET DE L’EDUCATION NATIONALE , en comprenant que c’est un INVESTISSEMENT INDISPENSABLE pour l’évolution du pays.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS