Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 14 août 2020
Antananarivo | 13h46
 

Infrastructure

Réhabilitation de routes

Le SeFaFi dénonce une « réfection fantaisiste et anarchique des rues »

vendredi 27 décembre 2019 | Mandimbisoa R.

L’observatoire de la vie publique (SeFaFi) a livré hier ses réactions par rapport aux travaux de réfection de la chaussée dans la capitale. Comme à l’accoutumée, ce membre des organisations de la société civile ne mâche pas ses mots et indique une « réfection fantaisiste et anarchique des rues » à Antananarivo. Mais avant de se lancer dans des critiques, il salue les initiatives en lançant qu’ « il faudrait être de mauvaise foi pour ne pas apprécier les réfections censées assurer une circulation fluide au centre-ville et vers les périphéries. »

Les premiers lots de critiques du SeFaFi vont à l’endroit « des entreprises peu professionnelles » qui emploient des « ouvriers peu qualifiés », habitués aux petits travaux de maçonnerie. En effet, l’observatoire constate que « la qualité des travaux varie d’une entreprise à une autre, d’un quartier à un autre » et que « Les entreprises adjudicataires des marchés et leurs sous-traitants ont tous leur manière de conduire les travaux : très brouillonne pour certaines, plus méthodique et rigoureuse pour d’autres. »

Quelques-unes, adeptes des travaux au moindre cout, ne soucient ni de la qualité des matériaux ni de la performance de leurs équipements. Mais pire, ces entreprises se contentent aussi d’une main-d’œuvre très bon marché, recrutée presque sans critère. « Il n’y a rien d’étonnant si les calendriers n’ont pu être honorés », s’insurge le SeFaFi.

Grands perdants dans ces chantiers, les piétons sont sacrifiés, mais il y a également le cas des handicapés oubliés. Et pourtant, les piétons représentent 95% des usagers de la route, estime l’observatoire de la vie publique. « Dans certaines communes, la largeur des trottoirs n’obéit à aucune norme, quand ils ne disparaissent pas, à l’instar des passages piétons. À Bemasoandro et Andranonahoatra, leur dimension varie en fonction des superficies squattées par les occupants illicites. Les rares cas d’élargissement profitent aux garagistes, aux quincailleries, aux salons de beauté, aux restaurants, aux débits de boissons, aux commerçants ambulants qui ont privatisé les trottoirs. »

« Avant les travaux, les passages piétons étaient rares, établis n’importe où, avec un tracé quasi-illisible. Après, les plus utiles et les plus fréquentés ont été supprimés : ainsi des passages protégés qui permettaient aux citoyens d’accéder à la mairie du IV arrondissement ; non loin de là, le passage protégé menant au marché de Soamanatombo est bien marqué sur la route, mais les quatre bordures de trottoir à franchir n’ont pas été abaissées ! Tout à côté, et en face du Sénat par contre, 50 mètres avant le rond-point d’Anosy, un nouveau passage a été aménagé pour les luxueuses berlines de nos sénateurs, qui n’auront plus à contourner le rond-point… »

Concernant les handicapés, le SeFaFi regrette le fait qu’on n’ait pas aménagé les trottoirs pour faciliter l’accès des fauteuils roulants aux bâtiments publics et aux commerces. Oui, les concepteurs des travaux ne se soucient guère du quotidien de la population, mais ils sont pleins de prévenance pour nos dirigeants. Réjouissons-nos, il semble qu’il n’existe plus un seul handicapé dans l’agglomération d’Antananarivo, ironise l’observatoire.

Dans ce communiqué incendiaire, le SeFaFi n’épargne pas ce qu’il appelle « laxisme juridique et irresponsabilité économique ». « Tout semble permis, puisque chacun fait fi des règlements concernant l’implantation de constructions sur les voies et emprises publiques avec parfois une permissivité étonnante de l’administration », constate-t-il.

« Qui respecte encore les dispositions du code de la route ? », s’interroge-t-il avant de citer les infractions comme les stationnements et arrêts pour déchargement sur les trottoirs, la circulation des charrettes aux roues cerclées de fer et des camions au gabarit inadapté au réseau local... Qu’en est-il également de la canalisation et du système collectif d’assainissement et « comment ne pas évoquer les pertes économiques générées par ces chantiers urbains ? Ailleurs dans le monde, ces travaux se font de nuit ; ce ne sont sûrement pas les ouvriers qui s’y sont opposés, car cela aurait amélioré leur maigre salaire ; d’où vient alors le blocage ? »

En substance, le SeFaFi indique que « L’insuffisante réaction des pouvoirs publics, associée à l’incivisme de la population et à l’amateurisme de certaines entreprises de travaux publics, ne concourent guère à la pérennité des travaux réalisés. Tant que l’on n’aura pas la volonté d’appliquer les textes en vigueur, d’exiger le respect des cahiers de charges, tant qu’on n’aura pas le courage de sanctionner, la réfection des infrastructures routières et des ouvrages d’art demeurera un gouffre financier. Et le fardeau des dettes continuera à hypothéquer l’avenir des générations à venir. »

35 commentaires

Vos commentaires

  • 27 décembre 2019 à 08:50 | rayyol (#110)

    Madagascar c est Madagascar Ni l Europe Ni l Amérique Main d oeuvre mais quelle main d oeuvre formée par qui Il n existe pas de main d oeuvre a Madagascar Essayer de recruter un plombier ou un électricien a Tulear Vous finirez par le faire vous meme Ce sont des métiers inexistants Aucune formation aucun intérêt Aucune école digne de ce nom aucune aide de l etat Tout est a faire dans ce pays Sefafi mon œil sur quelle planète vivent ces gens

    • 28 décembre 2019 à 19:04 | dany (#9907) répond à rayyol

      Oui c’est vrai , la formation pro ne se fait plus essayer en province de trouver un chauffagiste

  • 27 décembre 2019 à 09:00 | rayyol (#110)

    Bye Bye Vive les vacances internet déjà saturer Possible seulement de nuit Pas la peine de perdre son temps

    • 28 décembre 2019 à 18:35 | Ibalitakely (#9342) répond à rayyol

      Ef,a nisy fotoana i Ra8 toa sahy niteny ny Ministry ny Asa vaventy LAHINIRIKO Jean t@ làlana tao Toliary tsy nety tsara, Colas amin’io no mpanamboatra, dia taty aoriana, ny taona 2006, nilatsaka ho fidiana filoha i LAHINIRIKO Jean ka laharana faha telo no nomen’ny Malagasy azy, izay ve ilay atao hoe fahendrena malagasy ???????????????

  • 27 décembre 2019 à 09:21 | Isandra (#7070)

    Ce n’est pas plutôt leur déclaration qui est fantaisiste, aucune donnée technique pour prouver leur affirmation. SEFAFI est il habilité et ayant de la compétence pour juger les qualités de ces travaux ? Ont ils fait l’expertise pour leur permettre de signifier telle déclaration ?

    C’est un critique technique contre des professionnels qui a besoin de données techniques, et de prestations des pros pour l’appuyer.

    A moins que SEFAFI est contaminé la maladie ZDiennes qui ne se basent que sur les supputations et les imaginations pour faire leur analyses.

    De toutes façons, après accusation mensongère de Ketaka contre Rajoelina, cette association politique(ils ne l’avoueront pas ) n’est plus crédible.

    • 27 décembre 2019 à 10:27 | Stomato (#3476) répond à Isandra

      Rayvol à raison !

      Il y a un peu plus de 5 ans, enseignant à Madagascar, l’on m’a demandé d’installer une horloge dans un clocher.
      Le cloché était vide de toute structure pour supporter le mécanisme et les cloches.
      En faisant travailler des menuisiers locaux j’ai très vite constaté qu’ils ne savaient pas lire les plans que j’avais fait.
      Le travail terminé j’ai demandé un rendez-vous au directeur de la CCI locale.
      J’ai exposé mon projet de donner (gratuitement) des cours de dessin industriel aux employés de structures locales et de services de l’état.
      Résultat ? Aucun chef de service, aucun patron d’entreprise n’a daigné envoyer un employé.
      La raison unique ? La peur que des employés aient des connaissances un peu plus avancées.

      50 ans plus tard, Rayvol reconnait qu’il n’y a pas d’ouvriers capables de faire du travail durable, pas manque de formation(s).
      Ah des "cadres" avec des ongles de petits doigt très long il y en a en pagaille...

      Mais vous engluée dans votre sainte politique, ne pouvez vous débarrasser de vos œillères !

    • 27 décembre 2019 à 10:58 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Stomato,

      D’où l’expression vita gasy.

      Mais, pourquoi Colas arrive à construire ici vita vazaha ?

      Mon père, il y a 3 ans de cela, a fait construire un bâtiment à Colas de A à Z, dans un bref délai et aux normes Européennes, aucune porte ne fait de bruit comme la plupart de porte et fenêtre vita Gasy, pourtant, main d’oeuvre 100% Gasy.

      Mais, cela n’autorise pas cette association à faire le travail des experts.

    • 27 décembre 2019 à 13:03 | anhuro (#10667) répond à Isandra

      Bonjour Isandra, que dire de votre aveuglement carpour vous ; mettre de la "simple"terre dans un trou avant le revêtement bitumineux est un"travail" de PRO !!!?.
      Réalisés de cette manière 75%des travaux de réfection durent le temps d’attente pour la réception des vola c’est à dire 10 à 20 jours,Colas réalise des revêtements avec moins de 5cm qui ne résistent pas ni au roulage, pluies, surcharge, charette à zébu, tout en restant correct Mne Isandra soyez sympa SVP ; écrivez sur votre "emploi" mais, ne venez pas me donner votre avis sur certains métiers que vous ne maîtrisez pas ,je dirige une entreprise depuis plus de 20ans que mes employés et moi avons fait grandir avec une reconnaissance nationale et même internationale !.
      Bonne journée, merci de réfléchir d’abord !

    • 27 décembre 2019 à 15:56 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      anhuro,

      Au contraire, je ne peux faire que me réjouir s’il a des Malagasy qui peuvent se mesurer avec ces compagnies internationales,...fierté nationale oblige.

      Toutefois, ce que je vous ai raconté, ce sont des faits vaincus, moi-même, j’en suis témoin, mon père confiait à des entreprises Malagasy pour réaliser des travaux, mais, misy ny indro be,...

    • 28 décembre 2019 à 18:55 | dany (#9907) répond à Isandra

      Bon déja il y a des travaux de réhabilitation des trottoirs , on va pas se plaindre ! et si c’est mal fait faudra comprendre ou cela blesse !!!!

  • 27 décembre 2019 à 10:26 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Bravo à l’expert en travaux finis, un médecin après la mort de trop dans notre société déjà malade des critiques en tous genres n’est-ce pas ?

  • 27 décembre 2019 à 10:49 | Isandra (#7070)

    Je me souviens d’un certain Eric, ancien cadre de cet Association po ???, qui avait interprété l’article 45 de la constitution en faveur de Mapar, mais, quand Rajao a eu l’insolence de le nommer Président de la HCC, malgré cet avis, il a changé d’avis, en interprétant autrement cet article en faveur de HVMTIM, pour y revenir 4 ans après.

    SEHATRA FAKANA FIHINANANA ;...!

  • 27 décembre 2019 à 11:18 | Isandra (#7070)

    Midi, un article avec objectivité :

    "Andry Rajoelina est attendu au tournant. Le délai de grâce prend bientôt fin. Le changement doit être palpable dès l’année prochaine."

    Le délai de grâce, d’autant plus, la plupart des données économiques publiées par le régime précédent ne reflètent guère aux réalités, ce régime a du faire des ajustements sur les projets présidentiels.

    Cliquez ici

    • 27 décembre 2019 à 16:55 | lé kopé (#10607) répond à Isandra

      Des faits vécus ...

  • 27 décembre 2019 à 11:44 | Vohitra (#7654)

    Bonjour à tous,

    De nombreuses rues et artères de la ville d’Antananarivo venaient d’être réhabilités, d’autres sont en cours de finalisation, les usagers ne peuvent que s’en féliciter, des efforts louables pour certains, des initiatives à point nommé et à temps pour d’autres, et cela pour diverses raisons.

    Les rues fortement dégradées et d’une altération avancée ne font qu’augmenter les coûts d’utilisation de véhicule et entrainent des conséquences sociales et économiques en terme de facilité et fluidité des mouvements et déplacements de la population, mais aussi des répercussions négatives sur la sécurité urbaine.

    Ces initiatives étatiques avaient été entamées à partir du début du deuxième semestre de l’année, avec une rapidité inhabituelle ou dans la précipitation, c’est selon, en fonction des interprétations qu’on peut en faire.

    On est actuellement en pleine saison de pluie, une période où les rues et les autres ouvrages de travaux publics seront mis à l’épreuve du temps et la force de la nature, sachant aussi que la plupart des rues réhabilitées sont localisées dans les zones basses sensibles favorables à l’accumulation d’eau et de remontées faciles des eaux souterraines de la nappe phréatique, des faits qui n’avaient pas échappés à la connaissance des anciens et des pionniers fondateurs de la ville depuis au moins quatre siècles déjà.

    On verra la durabilité et la pérennité de ces ouvrages à la fin de cette saison de pluie, il y a les périodes de garanties techniques conférées à ces genres de travaux, les entreprises titulaires des marchés publics de réhabilitation ne pourraient pas s’en défaire, il en est de même du ministère responsable de la mise en œuvre et adjudication des marchés. En ce qui concerne les contrôles et surveillance techniques de la mise en œuvre, les bureaux d’études et autres entreprises en sont responsables, les élus doivent prendre plus tard la responsabilité et devoir de demander à contrôler la conformité avec les cahiers de charge, et la société civile est active et présente pour mettre les élus, de la ville et surtout les législateurs, qui ont aussi comme responsabilité le contrôles des activités gouvernementales, face à leurs devoirs et leurs rappeler leurs missions au bénéfice des intérêts publics…et il est encourageant de constater qu’elle commence déjà dans ses rôles d’interpellations, oui, pour attirer l’attention des responsables étatiques sur les attentes des gouvernés et des contribuables…

    En cas de défaillance technique ou en cas de non-respect des cahiers de charge, ou bien en cas de détériorations avancées en pleine saison de pluie, les entreprises titulaires des marchés seront les premiers concernées et devraient se remettre à nouveau dans la réhabilitation sans nouvelle contrepartie financière car normalement c’est couvert par la période de garantie…

    La société civile, les élus, doivent dorénavant s’atteler dans l’observation et l’analyse des cahiers de charge liés à ces ouvrages, toutes les prescriptions techniques y afférentes ainsi que les engagements contractuels des parties en présence…et les réalisations d’ordre financier par rapport aux ouvrages réalisés.

    Bref, il n’y aura pas d’attribution de certificat de bonne fin de travaux tant que l’ouvrage réalisé est encore sous période de garantie, et que des tranches de financement sont normalement retenues à cette fin jusqu’à la libération de la garantie…

    On verra la suite…chacun de nous aime Antananarivo selon ses manières, il en de même pour les descendants et férus de l’histoire des efforts entrepris par les anciens pionniers fondateurs de la ville, qui n’avaient pas été éduqués ni dans les mensonges ni les vols ni la corruption…à chacun ses prises de responsabilités face à l’histoire…

    • 27 décembre 2019 à 12:21 | Isandra (#7070) répond à Vohitra

      Vohitra,

      Tana est séduite, son coeur bascule vers son Boykely- libérateur de sous le zoug qu’ils nomment Dada.

    • 27 décembre 2019 à 13:30 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Même les gens dans la profession médicale et de l’éducation, les psychiatres et autres psychologues, les pédagogues et sociologues en tout genre, vont finir par s’en laver les mains…

      Effectivement, ce cas peut être désespéré et laissé au temps et à la nature…

      On parle de réfection et de réhabilitation de route, qualités et spécificités techniques ou de design et profilage, et de démarches et procédures de développement d’infrastructures, mais une dépravée bien connue arrive encore à insérer une diversion ciblée…à force de mariner son cerveau dans la vodka, elle ne fait que parler de tout…et de travers.

      La semaine dernière, elle disait que c’est un vendredi magnifique, pour elle, c’est la période de beuverie et abreuvement sans limite dans une forte addiction éthylique…et c’est vendredi aujourd’hui, est-ce un suicide volontaire ou une source d’inspiration journalière, ou un régime spécifique propre à sa personne…compte tenu de ses activités particulières nocturnes…ou une dégénération avancées de ses facultés mentales…ou l’ensemble à la fois.

      Elle tire à boulet rouge sur un spoliateur, et tout le temps, mais elle adoube et vénère un voleur-menteur imbattable de tous les siècles…et encore, en lui vouant une admiration qui frise l’indécence…peut être à cause de sa laideur repoussante et emportée par son fantasme, elle n’arrive plus à se contrôler…

    • 27 décembre 2019 à 15:36 | dahalo (#8794) répond à Vohitra

      Vohitra,

      Juste une petite correction pour que l’idiote de service ne prend pas ses fantasmes pour de la réalité.

      Les gros chantiers de sortie de Tana RN 1, RN 2, RN 3, RN 4, RN 7, Route d’Itaosy ont demmaré au mois de février de cette année, mais les panneaux de chantier indiquent clairement qu’ils ont ont été notifié au mois d’octobre 2018
      Donc boay kely n’a rien à voir avec ces réfections de routes, sauf pour ceux qui ont été faits à la va vite pour la visite du pape

    • 27 décembre 2019 à 17:16 | Isandra (#7070) répond à Vohitra

      Dahalo,

      Cela explique tout, ce cri de ce présumé expert...!

      Je vous donne l’indice, toutes ces arrestations de ce derniers temps, y comprise Claudine.

    • 28 décembre 2019 à 19:58 | dany (#9907) répond à Vohitra

      Je suis ok avec votre analyse de la situation de tana. C’est vrai qu’il y a un temps pour tout , et de réaliser certains travaux en saisons des pluies !!!! bon comme vous le dites si bien , les cahiers des charges doit etre surveillé comme le lait sur le feu. Mais comment on en est arrivé a ce point de dégradation ? Petite vitesse c’est bientot une piste de brousse au train ou on va ! les trottoirs de certains quartiers sont hyper dangereux, imaginons le touriste lambda qui a bu un a deux ou plus rhum arrangé et qui se prend la jambe dans un des ces trous ??? on dit quoi ? Bon maintenant il y a un maire a la barre du navire TANANARIVE et qui se doit de bouger et vite pour montrer qu’il est bien présent avec son équipe. Nos doléances se porte je pense a juste titre sur les chaussées, les trottoirs, l’absence d’éclairage , certaine rues sont totalement dans le noir, le ramassage des ordures ménagères nauséabondes qui s’entassent ici et la. Cela on le voit de suite et cela doit etre traiter de suite. Quand a la qualité pro des différents corps de métiers je vous laisse juge. On est loin mais trés loin d’une quelconque certification en la matière. Apres , l’éducation , le civisme, cela revient au ministère de l’éducation qui a du pain sur la planche.

  • 27 décembre 2019 à 11:52 | FINENGO (#7901)

    Si Le SeFaFi dénonce une « réfection fantaisiste et anarchique des rues »
    Le Ministère dont dépendent les Travaux doit lui aussi s’en rendre compte de ces anomalies.
    Alors une question me revient machinalement : Pourquoi ce Ministère reste t’il silencieux.

    Je pense que ceux qui sont sensés et sincères dans leurs remarques savent le Pourquoi du Comment.
    Quoique l’on puisse dire, les Mauvaises vieilles habitudes, n’ont jamais quittées la scène Politique et se pratiquent autant qu’elles avaient été Pratiquées dans le Passé.
    Alors quand l’ Isandra le Betoko et Patience veulent nous affirmer le contraire, on se rend bien compte des Pourritures qui peuplent la Gouvernance, et que l’on est très loin de l’émergence prônée par le Bac-7.
    Ce Pays côtoye plus la Faillite que l’émergence.
    Rien de bien surprenant, nous sommes à Babakotoland.
    Les autorités Comoriens interdisent la célébration de la Nativité sur leur territoire.
    D’ici 2 à 3 ans le tour de Madagascar arrivera, et le Fanatisme commence à pointé le nez dans l’océan indien et le canal de Mozambique.
    A quand le Terrorisme à la façon Comorienne ou Malgache ???
    A très bientôt me semble t-il.

    24 décembre 2019, une date à oublier pour les chrétiens malagasy vivant aux Comores. Et pour cause, les autorités comoriennes leur ont interdit de fêter le réveillon de Noël. Ceux-ci sont tous les chrétiens, dont certains comoriens, qui ont été ciblés par la note ministérielle sortie, à quelques jours de la Nativité.

    http://www.laverite.mg/societe/item/9270-union-des-comores-r%C3%A9veillon-de-no%C3%ABl-interdit-pour-les-chr%C3%A9tiens-malagasy%C2%A0.html

    • 27 décembre 2019 à 13:40 | kartell (#8302) répond à FINENGO

      Nous sommes très éloignés d’une émergence auto-proclamée novatrice voir futuriste à en croire le projet démentiel de Toamasina, confié aux mains d’un illustre urbaniste hispanique inconnu, dans quelle galère s’est-il engouffré, ce prétentieux ?...
      Là, nous touchons au concret, au palpable, au quotidien entre circulation des charrettes poussées par des tâcherons de la misère, aux confortables 4x4 d’une classe dirigeante usurpée...
      La remise en état des voies de circulation étant devenue une priorité absolue, car même une Cadillac blindée est sujette aux nids de poule, le pouvoir s’est donc impliqué par nécessité dans cette tâche dont on mesure dès aujourd’hui le pataquès d’une telle entreprise !...
      Tout cela ressemble à une absence totale de concertation, de professionnalisme, d’anticipation pour adapter les besoins d’aujourd’hui aux contraintes d’une époque où l’auto est devenue la face visible d’une capitale sans imagination, ni prospective qui étouffe en l’absence d’un visionnaire introuvable.
      Financés avec discrétion par des capitaux islamisants, la république des Comores, aux mains d’un islamisme rampant se devait à ce petit rappel à l’ordre des mécréants installés sur son sol, ce n’est pas une surprise mais une confirmation que ces Comores sont devenues une succursale des pays les plus intransigeants du golfe mais en quémandant et en faisant du zèle .
      Tout cela ne doit pas vous faire oublier que la religion a pris une importance considérable dans les instances du pays...
      Impensable de voir Macron passer Noël au sein d’une communauté religieuse comme Rajoelina l’a osé avec son complice Pedro !...
      A croire que, plus un pays se paupérise, plus la religion se mêle intimement avec les arcanes du pouvoir comme une roue secours saisie à bout de bras par des dirigeants sans scrupule ...
      Confier les clés du camion à un publicitaire qui cinq ans auparavant avait été l’auteur d’un car jacking retentissant en dit long sur une société au bord de la crise de nerf sauf que sa décision est souveraine et que wait and see finit par devenir la pire des choses ...
      Vous êtes là pour nous le rappeler avec force et vigueur....

    • 27 décembre 2019 à 15:13 | rakotoson (#8023) répond à FINENGO

      Analyse bien huilée et qui mérite une large diffusion dans les médias RT les réseaux sociaux.

      J’ ajouterais seulement ceci : De tout temps, à ma CUA - pour la réfection des rues de la capitale - comme à l’ Aménagement du Territoire - pour les routes - les travaux d’ entretien et de réfection se font toujours en pleine saison des pluies.

      Allez savoir ! Pas la peine d’être devin pour comprendre. Les contribuables vont trinquer. Et - d’élection à élection - comme dit la chanson," TOUS LES JOURS C LA MÊME CHOSE "

    • 27 décembre 2019 à 15:14 | rakotoson (#8023) répond à FINENGO

      Analyse bien huilée et qui mérite une large diffusion dans les médias RT les réseaux sociaux.

      J’ ajouterais seulement ceci : De tout temps, à ma CUA - pour la réfection des rues de la capitale - comme à l’ Aménagement du Territoire - pour les routes - les travaux d’ entretien et de réfection se font toujours en pleine saison des pluies.

      Allez savoir ! Pas la peine d’être devin pour comprendre. Les contribuables vont trinquer. Et - d’élection à élection - comme dit la chanson," TOUS LES JOURS C LA MÊME CHOSE "

  • 27 décembre 2019 à 13:05 | Jipo (#4988)

    Bonjour .
    Je ne peux que constater que le Gilet Jaune s’ exporte à merveille, voir fait des émules, en attendant de revendiquer le RIC 😂 .
    Quant aux normes handicapés, à croire que l’ économie et la grandeur d’ un Pays ne peut se faire sans eux, cette "chasse" aux handicapés comme au climat, pour se singulariser et se donner bonne conscience en culpabilisant ceux qui n’ adhèrent pas est d’ un grotesque à l’ image de la théorie du transgenre pour tous et je suis tous charlie : not in my name ...

  • 27 décembre 2019 à 16:11 | lé kopé (#10607)

    Le problème lié au manque de professionnalisme ,et surtout à l’incompétence, est largement répandu dans notre Pays . Qui de nous ,n’a pas fait l’expérience d’un travail mal fait ,que ce soit dans notre demeure, ou tout simplement dans la vie quotidienne. Le pire est le travail de la jirama ,qui n’arrive pas à subvenir aux besoins de la population ,et quand elle est opérationnelle , le résultat se fait par intermittence au détriment des produits électroménagers , et la salubrité est incertaine , au niveau de l’eau qui arrive à compte-gouttes .
    Quand au niveau de la main d’oeuvre ,les réalisations laissent perplexes , par manque d’établissements scolaires adaptés .(Lycée technique ,professionnel et agricole )
    A croire que le foisonnement des Universités dans toute l’île n’a pas atteint l’objectif escompté . Apparemment ,il ya une dichotomie flagrante entre l’offre et la demande . A part les informaticiens , qui trouvent preneurs dans le monde entier , nos intellectuels sont obligés de se rabattre sur des emplois qui ne correspondent pas à leurs diplômes .(chauffeurs de taxi , guide touristique ...)Il est urgent de revenir sur terre et de s’attarder sur les bases et les fondamentaux qui manquent à nos compatriotes .

    • 27 décembre 2019 à 16:42 | ANTICASTE (#10704) répond à lé kopé

      Lé Kopé,
      Un travail mal fait,mal exécuté est surtout un travail mal commandé !
      Quand on étend cela a tout le pays ,par déduction on s’aperçoit que c’est bien l’élite Malgache (mrn en majorité )qui ne fait pas ou mal son travail !
      Etre chef à notre époque ,ce n’est pas se pavaner et jouir de son statut par la corruption ou l’affairisme !
      Dans les pays plus avancés l’élite travail dur pour maintenir ses positions !
      Est ce le cas dans la très grande majorité des cas en se pays !
      Non bien sur ,le chef ,en général ,dans ce pays joue des coudes ,joue le chef mais ne fait pas ou pas bien son boulot par tradition tropicale !
      Le peuple Malgache a prouvé ,notamment sous la colonisation, que bien dirigé il est capable de faire de grande chose (la perle de l’océan indien )
      Malheureusement le retour aux méthodes ancestrales ,donne ce qu’est re devenu Madagascar !
      En effet avant la colonisation ce pays n’était déjà pas géré ou très mal ,ce qui explique aussi la colonisation facile par les Francais !

    • 27 décembre 2019 à 17:07 | vatomena (#8391) répond à lé kopé

      certes les fondamentaux manquent à nos compatriotes.Ils ont été perdus au fil des ans.La rupture avec l’enseignement colonial a été fatal. Il n’y a pas eu de relève. ; Depuis longtemps les "anciens ’ sont à la retraite où ont disparu.Que faire ? Faire revenir les Coopérants ou laisser aller ?rester à vivre dans le monde ancien .Ce n’est pas demain que Madagascar aura son énergie atomique ’’ cette énergie qui fait rever dame Isandra

    • 27 décembre 2019 à 17:10 | vatomena (#8391) répond à lé kopé

      Kopé___ Qui a dit ; ; un pays est colonisé quand il est colonisable

    • 27 décembre 2019 à 17:26 | ANTICASTE (#10704) répond à lé kopé

      Pour ma part et pour le mapar aussi ,j’ai déjà préconisé ,afin de remédier à ce problème de l’élite ,un épisode à la grand timonier, à savoir une révolution culturelle !
      Cela a consisté en Chine , notamment, à rééduquer l’ensemble de l’élite chinoise par le travail agricole !
      De grands camps furent construit pour que cette "main d’oeuvre " réapprenne l’humilité et l’efficacité par les travaux agricoles de bases !
      Bien sur un endoctrinement sévère était également au programme !
      Cela à parfaitement fonctionné ,malgré quelques milliers de morts dans les camps de redressement, et c’est ainsi que la chine à atteint son niveau actuelle !
      Elle est parfaitement adaptée a ce pays cette solution ,c’est sur c’est cela qu’il faut faire !
      Une liste est déjà pré établie ou y figure tous les dirigeants actuels et passés !
      Enfin un progrès malgache

  • 27 décembre 2019 à 19:36 | Stomato (#3476)

    Le 27 décembre à 10:58 | Isandra (#7070) répondait à Stomato,
    >>Mais, pourquoi Colas arrive à construire ici vita vazaha ?<<
    Peut-être parce que les chefs de chantier sont vazaha expatriés, et que les petiotes mains malgaches ont peur du vazaha !

    >>Mon père, il y a 3 ans de cela, a fait construire un bâtiment à Colas de A à Z, dans un bref délai et aux normes Européennes, aucune porte ne fait de bruit comme la plupart de porte et fenêtre vita Gasy, pourtant, main d’oeuvre 100% Gasy.<<

    Je suis près à parier que votre père surveillait les travaux pendant la période de A à Z !
    Il s’agissait de SON argent et il remplissait son rôle de client !
    Chose qui n’est jamais faite pour des travaux commandés par l’état et payés par les étrangers, étrangers auxquels l’état indépendant et souverain interdisait toutes formes de contrôle !

    >>Mais, cela n’autorise pas cette association à faire le travail des experts.<<

    Vous utilisez une merveille de formulation à la Malgache.
    La formulation normale serait : Mais cela n’autorise pas cette association à contrôler et examiner le travail fait.

    Ne criez pas, il est connu et reconnu que l’ADN malagasy interdit de reconnaître une erreur et d’en accepter une car tout se passe comme si une erreur commise par un/une malagasy était une erreur de la nature.

  • 27 décembre 2019 à 19:43 | Stomato (#3476)

    Le 27 décembre à 11:52 | FINENGO (#7901) écrivait :

    >>Les autorités Comoriens interdisent la célébration de la Nativité sur leur territoire.<<

    Il est amusant de constater que la diaspora comorienne salariée qui travaille légalement (ou pas) en France ne refuse pas les gratifications salariales de fin d’année, Noël et Saint Sylvestre.
    Dieu et Mammon ne font pas bon ménage selon la Bible.
    Le coran lui ne dit rien à ce propos.

  • 27 décembre 2019 à 20:26 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    L’eau et le goudron ne font pas bon ménage donc une canalisation adéquate pour évacuer l’eau de ruissellement est indispensable au même titre que l’entretien des nids de poule à chaque fois qu’ils se présentent sans attendre qu’ils deviennent des nids de dromadaire pour les réparer.
    Le SEFAFI ne publie que des critiques au ras des pâquerettes pour exister.

  • 27 décembre 2019 à 22:05 | lancaster (#10636)

    Le ministère des travaux n’est pas à la hauteur. Si tels sont les problèmes constatés en ville, mieux à Tana, qu’en est-il de la conduite et la qualité des travaux en rase campagne ?
    Le ministre HAJO n’est pas dans le bon ministère. Peut être devrait-il être affecté au ministère de l’industrie ou du commerce ? Ou pourquoi pas venir au cabinet du président comme conseiller politique ou sénateur ?

  • 27 décembre 2019 à 22:06 | lancaster (#10636)

    Le ministère des travaux n’est pas à la hauteur. Si tels sont les problèmes constatés en ville, mieux à Tana, qu’en est-il de la conduite et la qualité des travaux en rase campagne ?
    Le ministre actuel n’est pas dans le bon ministère. Peut être devrait-il être affecté au ministère de l’industrie ou du commerce ? Ou pourquoi pas venir au cabinet du président comme conseiller politique ou sénateur ?

Annonces

Filazana manjo

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS