Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 23 mai 2018
Antananarivo | 04h25
 

Société

Suspension de solde

Le SSM ira devant les tribunaux

samedi 23 décembre 2017 | Ny Aina Rahaga

Le ministère des Finances et du Budget a commencé sa chasse aux fantômes, afin d’éliminer tous les fonctionnaires fantômes qui ne devraient pas avoir droit à leurs soldes, avantages et autres indemnités. Depuis le début de cette semaine, 5 472 agents de l’État jugés en situation irrégulière ainsi que 1 480 hauts emplois de l’État déjà abrogés selon le ministère des Finances et du Budget (MFB) ont donc vu leurs soldes suspendus. Cette suspension est due ou s’est faite grâce à (c’est selon) au nouveau logiciel AUGURE (Application Unique pour la Gestion Uniforme des Ressources humaines de l’Etat).

La grogne avait donc commencé dans plusieurs corps pour ne citer que la Police nationale où des fonctionnaires loin d’être fantômes se sont vus refuser leurs soldes et ce à l’approche des fêtes de noël et de fin d’année. Face à cela, la Solidarité Syndicale de Madagascar (SSM) a décidé de prendre les choses en main et de mener une enquête. Il en a résulté selon le SSM que plusieurs agents de l’État qui ont travaillé tout au long de l’année sont en majorité les victimes de cette suspension. D’autre part, le SSM affirme également que la faille provient de la mauvaise gestion et de la méconnaissance du logiciel AUGURE par le MFB et la DGGFPE. Etant donné que des chefs hiérarchiques auraient confirmé le fait que ces agents victimes de suspension de soldes ont bel et bien travaillé et sont loin d’être des fonctionnaires fantômes.

Actuellement, le SSM est en train d’élaborer les dossiers nécessaires sur les agents de l’État concernés afin d’intenter une action en justice. Du fait qu’il s’agirait d’une réelle infraction au droit du travail de la part de l’État. Mais avant cela, le SSM appellera à une réunion des fonctionnaires victimes de cette décision du MFB. Toutefois, il est concédé que la fonction publique malgache doit être assainie et que les fonctionnaires fantômes existent bel et bien. Cependant, une suspension de solde brutale basée sur le simple logiciel n’est pas la solution, affirme le SSM. Il faut des mesures et des actions concrètes si l’on cherche réellement à lutter une bonne fois pour toutes contre les fonctionnaires fantômes.

8 commentaires

Vos commentaires

  • 23 décembre 2017 à 10:28 | Turping (#1235)

    On ne voit que la partie émergée de l’iceberg quant au nombre annoncé par le Ministre du travail Jean de Dieu Maharante il y a 3ans se chiffrant à : 50 000 emplois fantômes générant à l’état malgache une dépense mensuelle de 20 milliards d’ariary.
    N.B//Les emplois fictifs concernent aussi les Ambassades.
    Depuis cette annonce où on est t-on avec transparence pour lutter contre ce fléau de non avancement dans l’attente des aides et les gaspillages de nos ressources, les exploitations ne profitant aux populations ? les misères !

    • 23 décembre 2017 à 11:08 | Turping (#1235) répond à Turping

      Lire : où en est -on ? Chiffres en baisse ? ou juste une petite démonstration pour berner l’opinion publique en excluant les sans dents ?!

    • 23 décembre 2017 à 11:31 | RAMBO (#7290) répond à Turping

      Chasse aux fonctionnaires en activité et aux retraités « fantômes »
      vendredi 13 novembre 2015 | Bill
      Quelques 2 250 pensionnés sur un peu plus de 100 000 environ sont « fantômes » ; en plus de quelque 300 hauts fonctionnaires de l’Etat qui sont « fantômes » eux aussi. Mi-juillet 2015, dans le cadre de la mise en œuvre de l’Initiative pour des résultats rapide (RRI) conduite avec l’Union européenne, le ministre de la Fonction publique avait laissé entendre que des vérifications sont en cours sur la situation de quelque 4 000 « fonctionnaires fantômes » dans quatre ministères -les autres ministères n’ont pas encore été impliqués à l’époque dans l’opération.

      Aujourd’hui, le ministère des Finances et du Budget accélère les opérations d’assainissement. Les agents de l’Etat à la retraite et qui perçoivent leur pension doivent changer leur carte de pensionné. Il s’agit de débusquer les « pensionnés fantômes ». Les paiements des pensions de retraite commencent de ce fait à partir du 16 novembre pour ce faire et il leur sera délivré de nouvelle carte. Apparemment, les pensions de retraite sont en train de grever le budget de l’Etat, d’environ neuf milliards d’ariary par mois.
      Voici l’article de Biil quand le régime actuel a déclaré et a commencé cette opération.

      Remarquons que depuis 40 ans aucun régime n’a osé toucher à cette affaire . Il fut une époque (sous Ratsiraka) que les agents du Ministère des Finances et du Budget étaient devenus rapidement les nouveaux riches dans ce pays. Le mécanisme est simple. Les retraités morts continuent à toucher leurs pensions au niveau comptable et les agents n’ont qu’à empocher ces pensions . C’est l’une des explications de l’appauvrissement de l’Etat Gasy....Sans parler des redressements fiscaux par ces agents des impôts qui « sautent » avec des dessous de table.
      Cette opération arrivera à terme gr^ce au PNUD qui prête main forte à l’Etat Gasy pour mettre en oeuvre des outils informatiques adaptés . Et je vous assure que les grognes et les grèves durs ces derniers temps sont surtout provoqués par ces intérêts illicites suspendus. Le limogeage d’Orlando Robimanana qui a provoqué tant de polémique n’est pas étranger dans cette affaire.

    • 23 décembre 2017 à 13:07 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090) répond à Turping

      Rambo,
      Edifiant sur les incapacités notoires de la classe politique et administrative du pays !

      « Remarquons que depuis 40 ans aucun régime n’a osé toucher à cette affaire . »

      Donc 40 ans en arrière cela nous ramène dans les années 1975

      C’est pas a cette époque que vous n’avez plus voulu de l’assistance (certes néocoloniale) de la France !
      Donc depuis cette date (et encore aujourd’hui)des centaines milliards d’ariary « disparaissent »des caisses de l’état au détriment du peuple .
      Ne serait ce pas là l’origine de la fortune de certains ?
      Qui va rembourser le peuple ?
      De plus incapable de gérer ce problème et bien d’autres ,les grands cerveaux instruits m.rn ont besoin de la communauté Européenne et du PNUD !
      C’est étonnant quand on vous observe on vous prendrait presque pour des demi dieux vivants !
      Faut les voir dans leurs réceptions ,manifestations,réunions et autres .
      C’est vrai je sent toujours à ces occasions de très mauvaises odeurs ,ce la doit venir du fait qu’ils pètent plus haut que leurs culs ces kons là .
      Rambo le vrp de la mendicité érigée en politique d’état .
      C’est peut être cela aussi les odeurs ,les clochards ,ça puent en général .
      Faut quand même s’accrocher pour comprendre ces gens là !

  • 23 décembre 2017 à 11:23 | Vohitra (#7654)

    Bonjour à tous,

    Le premier gouvernement de la troisième République avait affirmé à l’époque l’existence d’au moins 20.000 fonctionnaires fantômes au sein de l’administration Malagasy, mais depuis rien de tangible n’a été fait ne serait-ce que pour les identifier et livrer leurs noms à la connaissance du public.

    Il me semble que l’origine de l’existence de fonctionnaires fantômes au sein de l’administration est du à trois facteurs majeurs :

    - les membres actifs au sein de nombreux partis politiques et qui y assurent le fonctionnement en permanence sont des fonctionnaires ; pour la plupart, ils font partie soit du corps des administrateurs civils soit du corps des enseignants soit du corps médical
    ,
    - à chaque fois qu’il y a un changement de membres du gouvernement, les nouveaux ministres nommés opèrent parfois de changement de structure au sein de son département et amènent avec eux une nouvelle équipe au niveau des différents services et directions diverses ; les anciens responsables déjà étiquetés politiquement par ailleurs sont chassés sans ménagement et plus tard ne vont plus occuper ni de fonction officielle ni de responsabilité bien définie au sein de son ministère, et dans de nombreux cas ils sont même dépourvus de bureaux

    - de nombreux fonctionnaires sont détachés pendant longtemps en dehors de leur corps d’origine, et il arrive même que des fonctionnaires travaillent au service du secteur privé mais qui émargent encore mensuellement au sein de l’administration ;

    - il existe des fonctionnaires qui refusent de joindre leurs nouveaux lieux d’affectation pour des raisons diverses, et cela pendant plusieurs années, et ils sont devenus introuvables partout mais ils reçoivent encore mensuellement leurs émoluments au sein de l’administration

    - il existe aussi au sein de l’administration des fonctionnaires qui sont éternellement bénéficiaires de formations diverses que ce soit au niveau local soit à l’étranger, ils sont payés par l’administration à ne rien faire qu’à se former partout et ailleurs (ce sont pour la plupart des membres de la famille de politiciens influents) ; ils sont plus tard bien formé mais manquent cruellement d’expérience professionnelle et sont à l’origine de nombreuses fautes professionnelles pour cause d’incompétence, malheureusement c’est dans ce milieu là que puise les partis politiques qui arrivent au pouvoir ;

    Bref, la réduction de manière significative du nombre de fonctionnaires fantômes ne sera possible et effective sans une dépolitisation à outrance, réelle et marquée, au niveau de l’ensemble de l’administration Malagasy, et bien entendu, une lutte effective contre la corruption lors du recrutement au sein du corps de fonctionnaires de la fonction publique

  • 24 décembre 2017 à 10:38 | Stomato (#3476)

    Manifestement des dysfonctionnements ont eu lieu dans le passé.
    Certains diront encore et encore que c’est de la faute des colons.
    Ces colons qui n’ont pas installé la télévision par satellite dès 1970 afin d’empêcher l’explosion démographique de Madagascar en offrant des distractions autres que les longues nuits tropicales aux habitants. Ce grâce à des téléviseurs 4K alimentés par cellules solaires !

    Ce sera (peut-être) mon dernier message ironique de l’année 2017.

    Je souhaite à mes non-amis Malagasy une bonne année 2018, avec l’évitement du risque majeur que sera l’élection présidentielle.
    Mais ce souhait sera inutile car quel que soit le résultat il sera contesté, et comme toujours l’ombre maléfique de la France et des « frantay » se rependra sur le pays autorisant les malgaches à une fois de plus se défausser sur d’autres de leur inconséquence. Car encore et encore ces kh*ons de vazaha ouvriront le portefeuille.

    Pour mes amis Malgaches qu’ils soient assurés de ma profonde sympathie et des possibilités d’aides disponibles.

    Joyeux Noël et bonne année 2018.

  • 24 décembre 2017 à 13:00 | vatomena (#8391)

    Il est des pays où les gens à minuit mangent et boivent à satiété .Il est d’autres pays où les gens à minuit font les poubelles . Ce pays ,c’est le notre !

  • 26 décembre 2017 à 10:56 | SNUTILE (#1543)

    La définition claire du fonctionnaire fantôme doit être publiée au peuple :
    Ne pas être Fantôme = Ne signifie pas être présent (e) dans un bureau pour travailler sans avoir passé les étapes du recrutement fixées par décret ou loi.


    Le fonctionnaire fantôme n’a pas été recruté selon la loi et le décret en vigueur. Ce fonctionnaire fantôme même s’il va au travail : il ou elle n’est pas dans le budget légal des salariés de l’Etat.


    Comme la fonction publique se doit d’être sans tâche : Si une personne a bien exercé un service sous l’autorité d’un fonctionnaire sensé représenter la loi et décret, le gouvernement et le peuple, il est le plus juste de rémunérer le travail rendu de la personne et de lui appliquer les sanctions en vigueur avec les responsables associés du tord.

Publicité


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 113