Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 9 août 2022
Antananarivo | 13h34
 

Sport

Omnisport : Ministère des Sports

La touche Ramiaramanana !

lundi 31 décembre 2007 | Rata

Patrick Ramiaramanana, le ministre des Sports post- Jeux des îles, se diffère de ses prédécesseurs en matière de management.

Au lendemain de sa nomination, le nouveau ministre s’est plié à une conférence de presse impromptue au cours de laquelle il a livré les grandes lignes de « sa mission ». Mise en place d’un partenariat ministère- régions- fédérations nationales, dotation de chaque région d’un terrain mixte, table ronde avec les instances dirigeantes sportives de la Grande île afin de cerner leurs problèmes quotidiens et d’en trouver les solutions adéquates. Cette nouvelle approche a eu un écho favorable auprès des dirigeants sportifs, du moins ceux qui étaient déjà passés à la place Goulette à savoir le sport Roi, l’handisports, la pétanque, la boxe et l’haltérophilie. « L’oreille attentive d’un ancien dirigeant de club omnisports (ndlr : allusion aux équipes de la commune urbaine) a facilité l’entrevue » résume le responsable d’une discipline jadis délaissée, à l’issue de la réunion. « Une entrevue avec chaque fédération s’avère judicieuse car les disciplines ont chacune leur spécifité et leurs problèmes » renchérit un autre dirigeant dont le passage au sein du ministère des Sports se limite au traditionnel « tsodrano » du maitre des lieux avant un quelconque déplacement des athlètes. Apparemment, le style Ramiaramanana a fait mouche.

Dans sa cuisine interne, il a également apporté la touche d’une personne moulée dans le secteur privé et non des moindres. La réhabilitation du patrimoine du ministère des Sports, dont en premier lieu celui d’Ambohijatovo, figure parmi les faits d’armes de Ramiaramanana, un « Tiko Boy’s » pur. « On travaille désormais dans un environnement propre et attrayant » selon un employé du ministère proche de la retraite. Par ailleurs, le nouveau ministre essaie de cultiver à son personnel, la notion d’appartenance. Une fierté qui doit se manifester par le respect des horaires de travail, condition imposée par le nouveau venu quant à la restauration de la discipline au sein du ministère.
En deux mois de règne, l’ancien maire de la capitale a pu jeter les bases du développement du sport malgache. Un milieu qui aspire, à moyen terme, de gôuter avec l’initiateur les fruits du projet.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS