Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 17 octobre 2018
Antananarivo | 17h40
 

Société

Toliara Sands

La société civile pointe du doigt la déclaration d’autorité publique abusive

lundi 23 juillet | Ny Aina Rahaga

Le dernier Conseil des ministres en date du 11 juillet dernier avait décrété une expropriation pour cause d’utilité publique des terrains et immeubles touchés par l’exploitation de Toliara Sands. Aussi, les procédures d’expropriation des propriétaires touchés par l’exploitation devraient-elles commencer dans les semaines à venir. Ces propriétaires avaient alors exprimé leurs inquiétudes concernant notamment le paiement de leurs indemnités. La question posant toujours des problèmes aux populations qui se font expulser au profit d’exploitations minières.

Des organisations de la société civile se sont également prononcées sur ce cas en dénonçant une utilisation abusive de l’autorité de l’État à travers l’expropriation. Dans un communiqué transmis à la presse hier, le CRAAD-OI et l’Association MA.ZO.TO, la CRAAD-OI, le Collectif pour la défense des terres malgaches – TANY, l’association Tafo Mihaavo, le KMF-CNOE, le WWF Madagascar, Ilontsera, l’association FENASOBE et le Réseau pour la Transparence et la Redevabilité Sociale à Madagascar (RTRSM) ont dénoncé l’usage de plus en plus abusif de la Déclaration d’Utilité Publique au bénéfice des intérêts privés étrangers des opérateurs du projet Toliara Sands, et au détriment des membres des communautés concernées qui seront obligés de quitter des terres qui étaient leur propriété́ et leur moyen de subsistance traditionnel.

« Nous attirons l’attention des responsables étatiques concernés sur le caractère inacceptable de l’éviction forcée de centaines de milliers d’occupants des terres qu’ils s’apprêtent à faire au moyen de cette Déclaration d’Utilité Publique, et qui aura des conséquences désastreuses sur les droits civils, politiques, fonciers, économiques, sociaux et culturels fondamentaux de ces occupants, que ce soit individuellement ou collectivement. Il est intolérable que la protection des investisseurs étrangers justifie la destruction de ce que les victimes des évictions forcées prévues ont travaillé à édifier pendant des dizaines d’années, et la disparition de leurs moyens d’existence, de leur vie culturelle, communautaire, familiale, et de leurs foyers mêmes. Nous rappelons aux autorités qu’elles sont les premières responsables du respect et de la protection des droits des communautés concernées, et qu’en tant que membres de la société civile, nous assumerons pleinement nos rôles de veille et d’interpellation à cet égard », ont-ils déclaré.

De nombreuses manifestations villageoises se sont tenues depuis l’établissement de la société Toliara Sands Sarl dans cette région de l’ile. Ces groupes de population avaient déjà exprimé le refus de ce projet d’extraction d’ilménite et de métaux lourds précieux. Malgré cette opposition exprimée notamment dans un mémorandum en date du 5 novembre 2014 par les représentants de 17 fokontany des communes d’Ankilimalinike, de Milenake, de Tsianisiha, de Marofoty, d’Ankililoaka, et de Manombo Sud qui ont pris la parole au cours de l’audience publique du 19 octobre 2014 à Toliara, ce projet minier destructeur de l’environnement et des moyens d’existence des communautés locales a reçu son permis d’exploitation en juin 2016. Au mois de décembre 2017 et février 2018, la communauté des pêcheurs Vezo a organisé des manifestations publiques conjointement avec l’Association MA.ZO.TO. pour s’opposer catégoriquement à la construction du port nécessaire au projet Toliara Sands sur la plage d’Andaboy qui constitue non seulement leur unique aire de loisirs mais aussi un site cultuel important pour la communauté Vezo. La procédure veut qu’en matière juridique, la nécessité publique doit être légalement constatée pour que soit exigée l’expropriation, sous la condition d’une juste et préalable indemnité.

13 commentaires

Vos commentaires

  • 23 juillet à 10:31 | zean-ba (#10000)

    Manao akory e,
    Ici on pointe la corruption et le laxisme du pouvoir, pret a sacrifier sa population contre quelques cacahuetes jetés par les multinationales ... moins le pouvoir est fort, plus c’est facile l’accaparement les terres, et tres justement souligné , la question environnementale. Mais ca les rambo s’en battent le coules, ils se frottent les mains avec les dessous de tables.

  • 23 juillet à 14:09 | Gérard (#7761)

    l’auteur de cet article confond autorité publique, et « utilité publique » qui autorise à passer outre le droit de propriété pour « exproprier »....
    pas grave.... personne ne lit et encore moins comprennent !

    • 23 juillet à 15:07 | Ibalitakely (#9342) répond à Gérard

      Gérard,
      c’est vous qui ne devriez pas lire en diagonal car là vous ressemblez à ces gens dans les rues qui regardent seulement les premières pages [à la une !!] des journaux exposés à la vente & de commenter une fois arrivées à une destinat° qcq. Car justement ici l’auteur n’a par erreur dit « autorité publique » que dans le titre seulement, alors pas grave.... personne ne lit et encore moins comprennent !

    • 23 juillet à 15:09 | Ibalitakely (#9342) répond à Gérard

      lisez bien sir Gérard :
      - « …Le dernier Conseil des ministres en date du 11 juillet dernier avait décrété une expropriation pour cause d’utilité publique … ».
      - « …ont dénoncé l’usage de plus en plus abusif de la Déclaration d’Utilité Publique au bénéfice des intérêts privés étrangers… ».
      - « Nous attirons l’attention des responsables étatiques concernés sur le caractère inacceptable de l’éviction forcée de centaines de milliers d’occupants des terres qu’ils s’apprêtent à faire au moyen de cette Déclaration d’Utilité Publique,… »
      - « …La procédure veut qu’en matière juridique, la nécessité publique doit être légalement constatée pour que soit exigée l’expropriation, sous la condition d’une juste et préalable indemnité. ».

    • 24 juillet à 09:41 | Gérard (#7761) répond à Gérard

      à ibali....
      bien sûr, rien n’est jamais grave ici !
      constatez vous même ou ce continuel à peu près conduit....

  • 23 juillet à 14:54 | Ibalitakely (#9342)

    Ny zavatra tena mampalahelo dia ireto atao hoe mpanao pôlitika malagasy izay saribakolin’ny vazaha ireto. Ny endry hono mitsinjo alavitra fa izy ireo dia tsy mahita hafa tsy ny tendronoriny, ny paosy na ny paoketra na ny malety ihany no fantany any ka tsy mijery ny ho avin’ny taranaka mihintsy na dia kely aza. Dia ny zavatra mahagaga koa anefa dia raha firy isan-jatony ny velaran’ny Madagasikara [590 000 km²] no babagôna tsy misy mitoetra no eny amin’ny efa misy olona no tsy maintsy esorina ireo mponina ho trandrahan’ny vahiny, sa izay baikom-bazaha dia tsy maintsy tanteraina ??

    • 23 juillet à 17:10 | Toutoun (#10298) répond à Ibalitakely

      Amin’izao dia manenjika mihitsy ny vahiny @ fanambakàna maro ! ny vahoaka ny mizàka ny tsy eran’ny aina manoloana izany Tsy manana an’iza hantenaina nefa izy reo afa tsy ny fanjakàna izay efa nametrahany ny fitokisany

  • 23 juillet à 14:54 | Solo-solo (#10356)

    Aoka tsy atao sorona ny vahoaka madinika. Misy ireo foto-drafitrasa iarahana manantateraka sy eken’ny be sy ny maro. Aoka mba ho tombotsoa iraisana hatrany no tanterahina. Aoka ihany koa isika vahoaka tsy ihaino ny siosion-dresaka milaza zavatra tsy marina fa ahay hamakafaka tsara. Miantso ihany koa ireo manam-pahefana mba handray ny andraikitra tandrify azy.

  • 23 juillet à 15:03 | Tsix (#10296)

    I Madagasikara dia an’ny Malagasy fa tsy an’ireo vazaha. Mila mihetsika isika mba ahay hitrandraka ny aren-tsika fa tsy ny vazah hatrany no ho loha lalana amin’io resaka io.

  • 23 juillet à 15:09 | Toutoun (#10298)

    Maro ireo mpanao politika eto amintsika no manao zavatra tsy ampiheverana ka lasa manimba ireo tetik’asa maro izay tokony hitondra vokan-tsoa ! ilàna fanaraha-maso akaiky izy ireny mba tsy hisian’ny gaboraraka sy baranahiny

  • 23 juillet à 15:46 | komi (#10299)

    aoka mba tsy tombotsoa hoan’olom-bitsy no hibahana eto fa ny tombotsoa ny vahoaka malagasy rehetra no ho hita taratra manoloana ny olana tahak’izao

  • 23 juillet à 16:04 | tsirah (#10314)

    efa fantatra fa tany tsy nisy nampiasa anie io eee ? dia tsy hoe tananà no asorona ka tena tsy mety fa tany no ilaina hanasoavana sy hampanodrossoana ny vahoaka eo aminy ihany.rehefa mandeha io projet io anie mino aho fa hahazo asa daoly ny vahoaka manodidina eee

  • 23 juillet à 18:04 | Jipo (#4988)

    « Utilité publique », qu’ est ce qui à Madagascar n’ est pas d’ utilité publique ???
    C ’est un peu comme la souveraineté ça dépend d’ ou vient le vent , à voile & à vapeur ...

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 310