Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 30 juin 2022
Antananarivo | 02h44
 

Politique

Elections législatives anticipées

La débandade du parti TIM

mardi 28 août 2007 | Alphonse M.

Le choix des candidats aux prochaines élections législatives a provoqué un véritable tollé au sein du parti TIM. Des voix s’élèvent pour dénoncer la décision du bureau politique dont certains d’entre eux ont déjà manifesté publiquement leur désaccord. Certains militants TIM ont une ambition démesurée et mal gérée.

Situation perplexe au sein du TIM après la publication officielle de la liste des candidats en lice aux prochaines élections législatives. Miné par des dissensions internes, tant au sommet qu’à la base, le parti présidentiel semble désormais en mauvaise posture. Visiblement, le parti fondé par l’actuel président de la République, Marc Ravalomanana traverse une phase critique depuis sa création. Au niveau des dirigeants, une partie des membres du bureau politique ont rejoint le Comité de Redynamisation du TIM et qui est devenu par la suite le « Cercle de Réflexion sur » Tanindrazantsika I Madagasikara » ou CRTIM. L’aile dissidente du TIM, conduite par l’ancien ministre de la Fonction publique, du Travail et des lois sociales, Théodore Ranjivason a lancé un défi à l’équipe de Razoarimihaja en présentant des candidats dans 41 circonscriptions dans toute l’île. En dehors des candidats issus de l’opposition, ceux du CRTIM seront des véritables concurrents au TIM.

Pire, le choix des candidats a provoqué un véritable remous au sein du parti gouvernemental. Certains membres actifs du TIM ont haussé le ton et menacent de soutenir des candidats issus du camp adverse.

Ambition démesurée et mal gérée ?

Le TIM sera-t-il ou non majoritaire à l’Assemblée nationale ? La question est de taille à quelques jours de l’ouverture officielle de campagne des législatives.

Le président du parti présidentiel, Solofonantenaina Razoarimihaja a lancé un défi de rafler tous les sièges à Tsimbazaza.

Or, certains élements du TIM affichent des résistances. Selon le sénateur Kolo Rolland, tout le monde se permet de se présenter aux législatives car, il ne sait pas faire taire ses ambitions personnelles.

Il s’agit d’une ambition démesurée et mal gérée, a-t-il indiqué. Une manière de dire que le parti au pouvoir a besoin d’une gestion particulière. Au même titre que l’Arema, le TIM est actuellement victime de sa propre gestion.

Le profil d’un candidat élligible ne fait pas recette au sein du parti présidentiel. Apparemment, le TIM est actuellement au bord de la scission à cause du choix des candidats aux législatives. Peut-on encore parler d’une discipline du parti ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS