Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 16 novembre 2018
Antananarivo | 04h01
 

Politique

Tiako i Madagasikara

La Place de la démocratie, un gadget

jeudi 15 janvier 2009 | R. C.

Pour le Tim, « une place de la démocratie est un gadget ». Autrement dit, un jouet politique inventé de toutes pièces par Rajoelina Andry dans son défi contre le pouvoir. Raharinaivo Andrianantoandro, porte parole du parti, en tournée hier à la rédaction du journal, déplore « l’escalade imposée par le maire d’Antananarivo suite à la fermeture de Viva TV, un épiphénomène, une affaire interne à la ville ». Tout en lui reconnaissant néanmoins le droit de disposer des places dans sa commune en tant que premier magistrat de la cité. Pour lui, en tout cas, « la fermeture de cette télévision ne signifie pas absence de démocratie ». « La presse reste libre et non censurée », prend-il en exemple. Ce qui ne l’empêche pas de dénoncer « les multiples provocations lancées par le maire et son équipe notamment à travers la radio lui appartenant, incitant les gens depuis hier à renverser le pouvoir en place » . « Depuis le début, il (Rajoelina Andry) a choisi la logique de l’affrontement, la logique de la provocation », constate le porte- parole du Tim. « Et malheureusement pour lui, il n’a pas mesuré les conséquences de sa démarche parce que nous le tenons pour être le premier responsable de ces événements troublants dans quelques villes du pays », pointe-t-il du doigt.

Sinistres fins

En effet, le Tim croit que « Rajoelina s’est laissé facilement manipulé par ses nouveaux alliés en mettant la barre trop haute. » Et d’ajouter qu’ « il déçoit ses jeunes électeurs parce qu’il s’est fait doubler par ses vieux partenaires ». Pour le parti présidentiel, « la jonction de ces incidents prouve que le maire d’Antananarivo ne maîtrise plus le feu qu’il a allumé et que les opposants se servent de lui pour parvenir à leurs sinistres fins ». Au demeurant, Raharinaivo Andrianantoandro affirme que « le Tim garde son sang froid et que le pouvoir ne panique pas ». Ceci, en réponse à une question sur le forcing de l’opposition avec à sa tête Rajoelina Andry qui prépare les esprits à une descente dans les rues. D’où cet avertissement sous forme de question : « le problème des manifestations de rue est que les organisateurs maîtrisent-ils ou non la foule qu’ils mobilisent ? » En guise de conclusion, le nouveau porte-parole du Tim suggère à l’opposition de « cesser les provocations et les incitations de toutes sortes ».

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 100