Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 16 juillet 2019
Antananarivo | 07h02
 

Coopération

Agriculture et énergie

La BAD débloque plus de 85 millions de dollars pour Madagascar

mercredi 6 mars | Arena R.

Visiblement, tous les partenaires techniques et financiers de Madagascar se mobilisent pour apporter leur soutien au développement de la Grande île. Après la Banque mondiale, quelques jours plus tôt, voici que la Banque africaine de développement (BAD) s’active. Elle allouera une somme de 20 millions de dollars au programme national d’entrepreneuriat pour les jeunes malgaches, « Fihariana ». C’est ce que la présidence a indiqué dans un communiqué relatif à la visite d’une délégation de cette institution financière du vieux continent au président de la République à Ambohitsirohotra hier. Ce financement sera alloué plus particulièrement aux projets relatifs à l’agriculture et de l’élevage.

La BAD apportera également son appui sur la restructuration de la Jirama, à travers le projet « Centrale solaire et hydroélectrique de Sahofika » dont le financement permettra de produire 192 MW d’hydroélectricité au profit de la Jirama dans un horizon de 4 ans, ainsi que d’autres sources d’énergie renouvelable dont l’éolienne. L’objectif étant d’accroître l’accès à l’énergie qui, visiblement, est encore très faible à Madagascar.

D’ici 2023, la centrale solaire et hydroélectrique de Sahofika devra être productive. La finition des travaux est prévue un an plus tard. 95% des énergies produits par cette centrale feront partie des énergies dites renouvelables. Ce projet devrait ainsi contribuer à la réduction jusqu’à 25% du coût de l’électricité à Madagascar. Le déplacement et relogement de la population habitant les zones d’installation de ce central font également partie de ce projet.

65 millions de dollars

L’équipement en « kits solaires » des foyers malgaches a également été discuté lors de la rencontre du Chef d’Etat malgache avec la délégation de la BAD conduite par Amadou Hott, Vice-président de la Banque et Lior Keinan, ambassadeur israélien en charge de Madagascar, résidant à Pretoria, en Afrique du sud. Andry Rajoelina s’est inspiré de l’aide dans ce sens effectué par la BAD au Togo et à Rwanda en distribuant 1 million de kits solaires pour chacun de ces pays. Au vu des besoins colossaux des consommateurs malgaches, la demande pourrait être beaucoup plus importante.

Concernant la sécurité alimentaire, la BAD envisage d’appliquer à Madagascar les « Technologies for African Agriculture Transformation » (TAAT) qui a déjà fait ses preuves dans d’autres pays d’Afrique. Cette vision repose notamment sur le principe selon lequel l’agriculture et l’élevage servent à la fois de levier de développement économique et de création d’emplois.

Le projet Bas Mangoky qui a déjà commencé avec le régime précédent continue. Après avoir injecté 250 millions de dollars pour la réalisation du barrage dans cette zone, la BAD s’apprête également à débloquer 65 millions de dollars pour la construction d’un pont dans cette zone. Mais les représentants de la banque ont notamment insisté sur la protection foncière de la population concernée par ce projet et au renouvellement du code de la propriété foncière ainsi que le code minier à Madagascar pour qu’ils soient adaptés à la réalité actuelle.

A part cela, la Banque africaine de développement a également alloué une enveloppe de 1,5 million de dollars pour Madagascar dans le cadre de l’ « économie bleue » et a insisté sur la nécessité de développer le tourisme, notamment le tourisme vert à travers la bonne gestion des aires protégées qui attirent davantage des touristes.

Amadou Hott qui projette de promouvoir davantage le partenariat public-privé, régi par un partage équitable des profits, a expliqué que cette visite à Ambohitsirohotra fait suite à une rencontre entre le Président de la République de Madagascar et le Président de la BAD à Addis-Abeba. Lors d’une rencontre avec le Chef du gouvernement à Mahazoarivo, il a entre autres rappelé l’importance de la coopération entre Madagascar et la BAD d’où l’existence des différents projets soutenus par cette banque, et en particulier au niveau du secteur énergie.

46 commentaires

Vos commentaires

  • 6 mars à 09:08 | elena (#3066)

    Après la Banque Mondiale, la BAD, que de sous, que de sous, n’en jetez plus !!! Hery n’a pas eu ce privilège, ça a été au compte goutte.
    Comme cela a déjà été écrit : il faut souhaiter que ce soit vraiment la population qui en profite.
    Mais malheureusement, trop pauvres (sauf la minorité ploutocrate, et plutôt crade qui nous gouverne bien sûr) nous en sommes réduits à n’être que des mpangataka.

    • 6 mars à 15:16 | punchline (#9673) répond à elena

      On ne veut plus les FMI, BM, BAD, on sait comment et où cela commence, mais surtout on ne sait jamais comment cela se termine.
      la preuve : l’endettement de l’amérique latine aux années 70/80, les investissement à outrace de Madagascar et des pays d’afrique aux années 70/80

      Bien sûr il y avait la corruption des dirigeants locaux, mais il y a surtout la fourberie de certains dirigeants donateurs au seins de ces institutions

    • 6 mars à 17:31 | vuze (#918) répond à elena

      Quand on présente un projet (IEM), écrit et rédigé avec un site internet à l’appui, les banquiers ont confiance.

      Ce qui est écrit reste, les Kabary s’envolent...

      Hery a tenté, lui aussi, de sortir un projet quand il a vu ce que Andry commençait à rédiger mais trop tard, le TGV était déjà parti...

      On verra les résultats très bientôt...

  • 6 mars à 10:26 | Isandra (#7070)

    Les étrangers sont prêts à donner les mains à notre président pour faire émerger notre chère nation, plus forte raison que tous les Malagasy, sans distinction.

    C’est un rêve, les frustrés et haineux ne savent faire que montrer leur maladie.

    • 6 mars à 12:19 | rayyol (#110) répond à Isandra

      Sans etre fruste ou haineux Si l on se rapporte au pratique du passe et ce sans exception Le peuple n a jamais meme recu les miettes de ces aides La facon de gagner la confiance c est de dire exactement a quoi ces argents vont servir avec preuve a l appui de la transparence a date ceci n a jamais exister il serait temps de commencer
      Et pour votre gouverne le tout a été acquis par Hery . A Cesar ce qui revient a Cesar Hery a preparer le terrain pendant 5 ans
      Voyons voir ce que Andry va faire il profite des acquis de son adversaire et de la preparation que celui ci a fait
      C est vrai qu il a été c-cu (Hery) sur toute la ligne en ce qui concerne le reste
      Mais quand on connait l heritage que lui avait laisse Andry l on comprend mieux ses chances était de Zero
      Voyons ce que le chevalier a l armure encore étincelante va réussir a faire Maintenant qu il est bien assis légitimement sur le siege Royal
      Avec sa nouvelle équipe qu il va bientôt avoir toute dédié a sa gloire
      Au lieu d essayer de lui faire mordre la poussière a chaque jour comme dans le cas de Hery Pour qui subsister une journée de plus représentait un défi continuel jour après jour

    • 6 mars à 12:20 | rayyol (#110) répond à Isandra

      Et Isandra Je rit depuis hier Depuis que vous m avez associe avec Ravalo mon meilleur ami ah ah

    • 6 mars à 14:38 | lanja (#4980) répond à Isandra

      mba vakio kely aloha ny message eo alohan ny anao, raha tsy misy miresaka na mampiseho haine eo , afaka mandinitena ianao hoe iza tokoa no marary ka miresaka izany tsy misy farany... ary samy manana ny fombany ny olona rehetra, mety misy angamba ny mihorakoraka sy miogaoga raha vao maheno sorabola na mahita vola .....fa misy koa ny mandinika aloha ny @ fitantanana madio, te ahafantatra tsara aloha ny fomba tena hampiasana ny fanomezana na ny fomba hamerenana ny trosa sy ny zanany.

    • 6 mars à 17:12 | Tsisdinika (#3548) répond à Isandra

      Isandra,

      Tous ces crédits alloués sont pour la plupart des tranches débloquées suite à des accords datant d’au moins trois ans, à l’époque où on ne parlait même pas d’émergence ni de fisandratana d’ailleurs. Le prezida n’y est absolument pour rien.

      Pour ce qui concerne le projet de barrage de Sahofika par exemple, piloté par Eiffage, les études, auxquelles j’ai indirectement participé, a commencé depuis l’année dernière. Que Rajoelina ou Ravalo voire Dadafara ait été élu président, celà n’aurait rien changé au plan vu que le problème de la Jirama était et reste au centre des préoccupations amenant à ce projet que la BAD va partiellement financer.

  • 6 mars à 10:29 | Vohitra (#7654)

    Bonjour a tous,

    A deux semaine de la demission de l ancien President de la Republique qui avait choisi de demander par la voie des urnes un deuxieme mandat, plusieurs accords de credit ont ete vote et approuve par l Assemblee Nationale.

    Le regime actuel, toujours emporte par des campagnes de communication, tente de nous faire croire que ces credits alloues sont les fruits et produits de leur capacite de negociation et confiance manifeste a son egard rien qu au bout de deux mois de leur arrivee au pouvoir.

    Et ces credits debloques font partie de ces accords negocies par l ancien regime.

    Ce fut le cas aussi lors de l arrivee au pouvoir de Ravalomanana en 2002 : tous les credits utilises pendant le premier mandat de Ravalomanana avaient ete negocie par Tantely Andrianarivo , pour dire que le regime des MAPAR ne fait qu assurer la continuite de l Etat et reste sous engagement avec les partenaires techniques et financier avec lesquels l Etat Malagasy etaient endettes.

    Avec les memes pratiques et les memes conditions et les memes directives....

    Qu est ce qu on n a pas entendu dire durant la derniere campagne des presidentielles ?

    " nous avons de quoi financer nos promesses, nous avons des amis de bonne foi, nous allons exploiter nos richesses, pendant la transition on a pu trouver de l argent pour creer des infrastructures et payer nos dettes, et si vous avez confiance en moi, je trouverai de l argent..."

    Alors la maintenant, c est le changement....dans la CONTINUITE

    • 6 mars à 10:45 | Maxim (#5960) répond à Vohitra

      Bonjour,

      la continuité de l’état oblige, actuellement l’espérance de malagasy n’est que l’impact direct de ces dollars qui tombent dans leurs assiettes et l’amélioration des niveaux de vies.

    • 6 mars à 11:09 | Isandra (#7070) répond à Vohitra

      Vohitra,

      "Ce fut le cas aussi lors de l arrivee au pouvoir de Ravalomanana en 2002 : tous les credits utilises pendant le premier mandat de Ravalomanana avaient ete negocie par Tantely Andrianarivo".

      Wouah ! J’ai cru que grâce à ce kapoaka de négocier qu’il obtenait tous ces crédits,...Alors là, vous allumer la fureur des ZD étant déjà frustrés, non encore consolés, on peut citer Hafatse et Puyout,....

    • 6 mars à 11:42 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Isandra,

      Ici dans ce forum, chacun de nous participe a un debat virtuel, on respecte la liberte des uns et des autres de pouvoir exprimer leurs opinions...et leurs choix.

      Du temps de Deba, avec le representant resident local de la Banque Mondiale Hafez Ghanem, des pluies de dollar etaient deversees dans le pays mais produisant des resultats loin des attentes et aspirations de la population, il en est de meme avec James Bond du temps de Ravalomanana, et des l election de Rajaonarimampianina au pouvoir au debut de 2014, Carolie Gevers disait qu un milliard de dollars seront disponible a titre d appui pour la lutte contre la pauvrete dans le pays mais malheureusemt, cette pauvrete reste encore apparemment endemique chez nous, et Dame Carolie est la toujours presente.

      De tout ce qui precede, soit c est nous les Malagasy, les dirigeants bien entendu, ne savent pas definir nos priorites, soit que les credits avaient ete detournes a des fins non utiles pour le pays, soit les deux a la fois.

      L essentiel, c est de ne pas crouler le pays sous le fardeau de la dette si on est pas capable de l utiluser de facon efficiente.

      Sachant pertinnement que la lecture de l IEM ne pourra jamais remplir les assiettes et alleger le cout de la protection sociale des couches vulnerables de la population dont le nombre tend a augmenter ces derniers temps

    • 6 mars à 16:10 | Isandra (#7070) répond à Vohitra

      Vohitra,

      L’IEM n’a pas cette ambition, et personne ne l’a jamais dit, par contre, nous sommes surs que sa mise en oeuvre fera sortir Madagascar dans la pauvreté.

      L’ obtention de bons points(avis favorable) de nos bailleurs traditionnels est en quelque sorte une attestation de crédibilité de nos projets pour les autres bailleurs, ils leur rassurent. Ceux-là ne nous servent en fait que tremplin, mais, leurs aides et financements ne nous suffiront jamais pour faire sortir notre pays dans la pauvreté.

  • 6 mars à 10:47 | Turping (#1235)

    Les aides coulent à flot comme si quatrains prophétiques de l’IEM nous apporteront des changements colossaux .....
    - Dans l’état actuel des choses l’inflation bat son record ,tous les prix des PPN ont augmenté sans augmentation de salaire .
    - Remarque : certains défenseurs de ce régime disent qu’il faudrait attendre encore avec un peu de patience pour se remplir d’abord les poches.
    Ce ne pas les aides pour réduire un pays dans un état de mendicité ,d’assistanat , d’endettement ,....sont les plus urgents mais plutôt la mise en œuvre d’un programme transformé en action .
    rapide.
    Le financement de l’IEM si le dixième sera exaucé se repose sur les investissements étrangers (FMI,BAD, FED,...) .Quoi de neuf ? C’est un rituel !
    Il n’y a rien sans rien derrière ( ressources naturelles ,...).
    Conclusion : Il ne reste plus qu’à attendre les résultats de 8 % de croissance alors ? Madagascar ne figurera plus parmi les PMA ,les plus pauvres.Rendez- vous dans un an !

    • 6 mars à 10:58 | Maxim (#5960) répond à Turping

      nous avons un point zéro (le 19/01/19), on attend le résultat. En attendant les défenseurs de ce régime peuvent profités au maxi leurs effets de com.

    • 6 mars à 11:44 | Isandra (#7070) répond à Turping

      Turping,

      La majeur partie des financements de projets présidentiels passent par le 3P, à l’instar de Diamniadio de Dakar, tout en maintenant tous les accords de financements déjà signés avec les bailleurs traditionnels.

      L’Etat fait déjà sa part de choses en rendant disponible les terrains.

    • 6 mars à 11:57 | Vohitra (#7654) répond à Turping

      Isandra, Isandra...

      Savez vous que des sa conception, il a ete defini que l emergence au Senegal ne serait atteinte qu a l horizon 2035 ?

      Deja dans sa phase 2, elle necessitera la mobilisation de plus de 3 milliard d euros que le pays n arrive pas encore a trouver actuellement ?

    • 6 mars à 13:16 | Turping (#1235) répond à Turping

      Lire ; Ce n’est pas les aides ,.....

  • 6 mars à 11:14 | kartell (#8302)

    @ spliff

    Les premières heures d’un pouvoir, quel qu’il puisse être, sont toujours heureuses et séduisantes en donnant aux promesses de campagne une insolente vérité rythmant avec ce goût de l’éphémère dont l’homme politique détient le mode d’emploi....
    Jouera-t-il son propre rôle ou s’est-il attaché à endosser les habits d’un président programmé au cours de son exil préparatoire ?.....
    La question serait de savoir où tout cela pourra nous mener car au delà de ces premières mesures enivrantes se cache un président suractif imposant son tempo d’homme pressé tout azimuts au risque de mener vers une direction imposée qui pourrait en cacher une autre qui rappellerait celle d’hier....
    Ce tsunami d’aides financières décaissées en urgence n’est ni le fait du pur hasard, ni celui pour excuser un stand-by passé mais il semblerait plutôt provenir de discussions antérieures du candidat en exil adoubé par son parrain fort bien introduit dans les coulisses d’un FMI, aujourd’hui prêteur à la tête du client....
    Car convaincre à la seule force d’un programme électoral ne suffirait pas à provoquer un tel état des lieux, mais il faudrait plutôt chercher parmi les appuis stratégiques détenus par Rajoelina pour faire cracher au bassinet le FMI d’une dame Lagarde spontanément généreuse suivie comme son ombre par ses autres collègues argentiers....
    Aujourd’hui les vents de l’espoir soufflent dans la bonne direction et même plus fort que prévu néanmoins il ne faudrait se réjouir trop à l’avance d’un pareil état des lieux car l’embellie du jour est sujette à une utilisation adéquate de l’argent, véritable talon d’Achille d’une société qui lorgne en coulisse cet arrivage miraculeux....
    La promesse d’une insécurité domptée et d’une corruption maîtrisée devront suivre impérativement s’il ne veut pas voir s’évanouir ses projets de renouveau dans une société où l’urgence n’est ni dans le sensationnel, ni dans le spectaculaire...
    L’état de grâce de ce quinquennat va bientôt prendre fin, il faudra changer le registre flatteur de la com et attendre les premiers réalisations de terrain pour pavoiser l’authentique renouveau...
    Mais son plus grand défi n’est pas celui engagé avec l’international conciliant mais sur le plan national pour imposer à cette société où les repères n’existent plus ses directives pour une corruption encadrée et une insécurité minimale tout en oubliant pas que l’on est rarement prophète en son pays .....

    • 6 mars à 21:19 | spliff (#5871) répond à kartell

      Effectivement, nous voilà face à un moment de vérité kartell.
      On verra bien si cette équipe a en tête autre chose que l’ostentation pour investir ses cartouches...
      Mais l’argent peut-il « tout » ?...
      Ntsay n’en semble pas convaincu pour l’insécurité...

  • 6 mars à 11:15 | Isandra (#7070)

    Après les inondations(naturelles) qui ont frappé le pays(mauvais temps) voilà, un autre inondation qui nous arrive(BM(150 Millions), BAD(85 Millions), what else,...)(Beau temps).

    Est ce que c’est ça le velirano Hihihi ?

    • 6 mars à 12:31 | rayyol (#110) répond à Isandra

      Votre naivete va vous enterre si vous n y faite pas attention Vous vous dirigez droit vers un gouffre Croyez moi que ce serait mon plus cher desir de voir tout vos reves se realiser
      Mais il vous manque juste une petite dimension qui s appelle la realitee Realiser vous que tous nous sommes éveilles Et avons passer l age de croire aux miracles Un seul petit regard et la situation telle qu elle apparait nous interpelle tous sans exception Etes vous capable d analyser Ne faites que lire les journaux Malgaches a chaque jour et vous allez vite comprendre l ampleur de la tache

  • 6 mars à 11:37 | vazaha (#9399)

    Un projet financé par la BAD, la BM, AFD ou UE nécessite l’accomplissement de toutes les étapes du cycle du projet. L’identification , les études de faisabilité et la pré évaluation , l’evaluation et la négociation des crédits Ont été généralement accomplies du temps des ministères de l’ex. Cela a dû durer environ 18 mois y compris les délais d’appel d’offre des firmes chargées des études, les autres étapes ayant été conduites par des missionnaires des bailleurs venus de leurs sièges (Washington, ABIDJAN , Paris ou Bruxelles etc...)
    Si les autorités viennent voir ANR pour annoncer ces divers projets, avec leurs montants respectifs, cela ne veut pas dire que toutes les phases de maturation aient été réalisées en 30 jours par le gouvernement de Ntsay2.
    Il s’agit à présent de démontrer que le régime de ANR est capable de réaliser (implémenter) ces différents projets. Ce qui ne sera pas simple mais faisable. D’où la prudence dans l’execution Du spoil system dans les ministères car il faut des cadres d’experience Pour réaliser ces projets Tout en respectant les procédures et en bonne connaissance des rouages des administrations étrangères à faire cohabiter avec ceux de notre administration nationale.
    Par ailleurs, il faudrait noter que les remarques faites hier à l’occasion des 150 millions $ restent valables pour la BAD qui fonctionnent avec les mêmes normes et les mêmes buts de profit.
    La tâche de ce nouveau régime est non seulement de bien réaliser ces projets déjà bien avancés mais également d’attirer les IDE (investissements directs) par des opérateurs privés locaux et internationaux.

  • 6 mars à 12:23 | Jipo (#4988)

    Tsunami de dollars / l’ ile mena !
    De quoi afficher un râtelier à en faire pâlir d’ envie notre honoris causa de la kon-tabilité ...
    Les Malgaches en attendant les premiers résultas peuvent déjà se réjouir et continuer de copuler pour offrir à leur progéniture un avenir assurément endetté et donc radieux !
    Devant une telle catastrophe, une aide exceptionnelle devrait être débloquée rapidement par tous ces organismes pour venir en aide à ces victimes exposées à l’ overdose de tant d’ argent coulant à flot soudainement, avec risques de noyades en perspective .
    De planter des crédits à cette ampleur, je vois déjà les hectares de dettes concurrencer le déboisement du paradis tant souhaité et bientôt retrouvé, les générations à venir ne pourront qu’ etre reconnaissantes d’ une telle clairvoyance et vouer aux ancêtres le culte qu’ ils méritent ...😱

  • 6 mars à 12:48 | punchline (#9673)

    Le BAD n’existe pas:1)tous les Pays Africains sont lourdement endettés, avoir une banque qui prête alors qu’on est m^me endetté est une aberration monétaire.
    2)Les soi-disant plus riches ont le CFA, et le CFA est fabriqué ou imprimé par la banque de FRANCE
    (ce n’est pas parce qu’on mette un arabe et un africain sur la photo que cela rendrait les choses réelles)
    3)L’Etat malgache est en transition, pas de deputé pour controler les destinations de cet argent.
    Maintenant je vais essayer de vous l’expliquer :
    sur ce 85 millions :
    1er debloquage : 45 millions pour les salaires des experts et et pour les commissions divers
    2è deblocage : 20 millions pour le remboursement des dettes et des intérêts des dettes anciennes de la BAD
    3è deblocage : 10 millions, pour être détournés en commissions, séminaires , montages de dossiers , infrastructures bidon et surfacturés, etc... par les autorités locales
    4è deblocage : RIEN, car le projet n’a pas encore commencé, il n’y a pas suffisament d’argent, le 10 millions restants ne suffit pas,
    Par contre vous devez rembourser ce 85 millions, vous , sinon vos enfants, ou vos petits enfants

  • 6 mars à 13:00 | Vohitra (#7654)

    Hier lors de la remise des lettres de creance des nouveaux representants diplomatiques dans le pays, j ai pu voir que nos pelerins partis en Grece sont deja de retour parmi nous.

    Et quels sont les fruits de ce voyage au juste ?

    Et les pelerins partis pour Barcelone, comment ca s est passe la bas ?

    C est grace a nos impots que vos voyages avaient ete paye, non ?

    Alors, la redevabilite, c est quoi au juste ?

    • 6 mars à 13:47 | Jipo (#4988) répond à Vohitra

      Encore une idéologie mythique importée des calendes Grecques ...
      Ah ces vazahas quand ils n’ en ont plus ils en inventent & tellement incompatibles avec les fombas endémiques ...
      La redevabilité comme le retour d’ ascenseur, encore eusse-t-il fallu qu’ il y ait du jus : sans délestaze
      Kézako , C pas Malagasy ça 🤔 ?

  • 6 mars à 15:27 | vazaha (#9399)

    Si on veut vraiment changer les choses, le gouvernement devrait pouvoir identifier lui même les projets à faire financer par les bailleurs qui a leur tour financent comme dhab les études de faisabilité en priorisant les experts privés et les firmes nationales afin que les ponctions en devises sur le financement soient réduites.
    Cela permettrait au pouvoir de présenter aux bailleurs des programmes inscrits dans IEM. En effet, rien ne dit avec ces financements que les projets retenus soient conformes à IEM.

    • 6 mars à 16:19 | punchline (#9673) répond à vazaha

      le gouvernement n’avait rien presenté de serieux, les Bailleurs n’ont rien exigé de concret

      C’est un POKER FACE mon cher vazaha

      TGV a seulement dit : je vais faire cei, je vais faire cela.

      Donc pour eux (les bailleurs et les Pro-MAPAR) une promesse est un programme

      Cherchez l’erreur

  • 6 mars à 15:30 | vazaha (#9399)

    Petite remarque . Les fauteuils et canapé du salon présidentiel sont en cuir de couleur orange. Rien de mal. Juste une remarque. Lol

    • 6 mars à 17:40 | Turping (#1235) répond à vazaha

      Vazah,
      Au palais , certainement ils roulent sur l’or .
      Même depuis la création du Bretton Woods, les comptes bancaires sont bien garnis en Europe les paradis fiscaux,.....Ceci dit ,une bonne partie de ces aides sous forme d’emprunt détournées reviennent aux pays emprunteurs.

  • 6 mars à 18:24 | diego (#531)

    Bonjour,

    Il faut faire attention.

    Le pays n’est pas déjà dans une phase de redressement économique. Malheureusement, nous sommes encore vers la fin des processus électoraux ; les élections législatives vont avoir lieu.

    La CI a donné, me semble-t-il, le feu vert aux Institutions Financières Internationales, ni plus ni moins, de faire campagne pour le parti politique de Rajoelina afin d’obtenir une majorité confortable à l’Assemblée Nationale.

    Il me semble que notre système politique est basé essentiellement sur le multipartisme, je me trompe ? Par définition, le parti unique ouvre la porte à la dictature, .....le parti unique n’a pas duré à Madagascar.

    Bien la preuve, s’il y en faut encore, que Madagascar n’est plus du tout un pays souverain.

    La CI annonce des millions d’aides au régime au beau milieu des processus électoraux. On verra bien si le parti politique de Rajoelina va mieux faire, au delà des 2.5 d’électeurs aux législatives.

    Et un petit rappel, l ‘État et les Institutions malgaches ne se sont pas devenus fiables, solides et riches au bout des quelques semaines !

    Pour améliorer la situation dans le pays, il faut commencer à réformer et solidifier l’Etat et les Institutions.

    La caisse de l’Etat est vide. Le gouvernement en est conscient, d’où cette tentative de tripoter la TVA.

    Si l’Etat n’a pas d’argent, le régime ne pourra venir en aide des ses pauvres citoyens.

    Je ne me lasse pas de le répéter mais il faut que le gouvernement dépense des millions pour subventionner la vie quotidienne des pauvres citoyens, ils sont plus de 80% de la population, autrement dit, il y a une situation humanitaire très grave dans la Grande Île.

    Le régime va le regretter............s’il n’évoque pas cette situation à la CI.

  • 6 mars à 18:39 | vazaha (#9399)

    Pour améliorer le social, il faut créer des emplois qui visent le grand nombre afin que a croissance profite à la majorité de la population. Ce partage de la croissance nécessite des IDE à outrance. Jusqu’à présent et depuis 40 ans , les projets BM et les financements fmi n’ont pas créé les emplois attendus. Raison de l’échec des ajustements structurels sous toutes leurs formes genre IPPTE.
    Pour faire venir les IDE, il faut un véritable état de droit avec des institutions fortes. C’est ce qui manque aux investisseurs pour les rassurer et protéger leurs mises. Si les jeux sont clairs et les règles respectes, les IDE viendront s’installer et accepteront le statut de partenaires.

    • 6 mars à 20:04 | Turping (#1235) répond à vazaha

      Vazaha,
      Bien sûr il faut créer des emplois.
      - Logiquement, pour qu’il y ait création d’emplois,il faut qu’il y ait une croissance soutenue sur le long terme .Une croissance supérieur au taux d’inflation sinon ,il n’y a pas d’intérêt ni impact positif sur l’amélioration du quotidien des malgaches et de tout le monde y compris les étrangers qui résident sur place.
      - Le retour à l’état de droit s’accompagnant des institutions fortes ne peuvent être à l’ordre du jour que si tout le monde ne se mette à contribution en commençant par la lutte contre la corruption hiérarchisée .On dit toujours , l’exemple vient d’en haut pour qu’il y ait transparence dans la gérance étatique .
      Certes,les 70% des populations malgaches ont moins de 30ans et sont des paysans qui ne produisent pas assez pour améliorer les rendements agricoles.A côté ,il y a le problème sécuritaire grave à résoudre car produire n’est pas une devise nationale.
      Voilà ,les secteurs agro-alimentaire,les élevages , piscicultures ,etc....tous ces domaines présente nt des déficiences flagrantes.
      Rappel : les bailleurs traditionnels ne sont pas des institutions politisées pour garantir leur probité .Donc ,les bailleurs n’ont pas à se soucier quant à l’utilisation de l’argent par l’emprunteur.
      Erratum : sur mon précédent mail : rapport entre l’emprunteur et prêteur.

    • 6 mars à 20:16 | Behantra (#9165) répond à vazaha

      vazaha

      Des millions de malagasy vivent dans le secteur de l’informel , terme que je trouve dégradant

      Ce sont des gens qui inventent leur emploi , les pratiquent un peu partout , dans la rue , dans les quartiers , à la campagne

      C’est le self -employement et ils répondent directement à la demande

      Je vends des bijoux , je fais la cuisine pour les gens du quartier , je retouche les habits usagés , je prends soin de moi-mème et de ma famille , en inventant mon activité

      Ce secteur n’est jamais encouragé , au contraire on l’entrave avec des règlements , des patentes , des impots

      Etat de droit dites vous , avec des institutions fortes ... c’est ce qui manque aux investisseurs et j’ajouterai : pour la réalisation des bénéfices aux dirigeants et actionnaires

  • 6 mars à 18:44 | Behantra (#9165)

    Ô ry nandra a !

    Ndrko zany any dokafana dia manitsa t.a.y !!!

    • 6 mars à 19:34 | ETHAN (#9769) répond à Behantra

      Hello
      Turping - vazaha - Behantra - diego

      si je me permets ...

      Le plus important est de savoir investir intelligemment et de façon pérenne.
      Madagasikara doit industrialiser structurellement les secteurs d’activités porteurs, afin d’inculquer une approche endogène de son development.
      Celui qui maîtrise la Governance des matières 1ères assoira une souveraineté économique pérenne.

      Je vous donne 2 principales raisons de cette exigence de Governance, si non l’Afrique / Madagasikara n’évoluera jamais dans ce domaine.

      1)) Les producteurs africains de cacao restent toujours pauvres pour plusieurs raisons :
      = > Mauvaises Organisations comme /
      °°° la déforestation,
      °°° le travail des enfants,
      °°° l’inégalité entre les sexes,
      °°° les violations des droits de l’Homme et de nombreux autres défis sont une réalité sociétale de ce fléau.
      = > L’Afrique assure environ 65% de la production mondiale des fèves de cacao.
      = > Pourquoi ces producteurs Africains n’ont capté que l’équivalent de 6% du chiffre d’affaires réalisé par l’industrie chocolatière au cours de l’année 2017 ??
      = > Pourquoi le prix du chocolat ne cesse d’augmenter quand celui du kilo de fèves ne cesse de baisser ??

      2)) Au nom de l’intégration financière globalisée par les Multinationales qui font la pluie et le beau temps des cours des matières 1ères, même les Agriculteurs européens sont obligés de recourir au Forward Market du Stock Exchange (Bourse).

      D’où :
      Autre industrialiser et moderniser son mode de production (agricole), une autre solution pour l’Afrique ou pour Madagasikara (un jour quand il aura des excédents exportables), = > c’est qu’une alliance africaine des matières 1ères doit être conçue sous forme de Cartel, à l’instar de l’Organisation comme OPEP.

    • 6 mars à 20:30 | Turping (#1235) répond à Behantra

      Ethan salut l’ami,
      - L’industrialisation de Madagascar est un sujet non contradictoire , plutôt contributif au développement ,le paradigme !
      - Vous avez bien énuméré en disant : pourquoi le prix du cacao ne cesse de baisser alors que le paquet de chocolat en Europe ,pays industrialisés paradoxalement ne fait qu’augmenter !?
      - Pour répondre à cette question : car les pays africains n’arrivent pas à imposer leurs prix d’exportation alors que l’esclavage est encore de l’ordre du séjour sans considération humaine.
      - Dans certains secteurs ,il y a les réseaux mafieux.Par exemple l’exportation des crevettes n’est pas sous l’égide de l’état pour renflouer les recettes fiscales.C’est un richissime karana qui est derrière cette exploitation sans partage...
      Revenons sur le sujet principal :
      L’investissement intelligent dont vous parlez malheureusement ne profite qu’un groupuscule d’individus mais non pas la masse populaire .A côté ,il y a le problème sécuritaire à résoudre car produire beaucoup n’est pas une devise car les actes barbares sévissent partout . Même chez les agriculteurs de vanille , beaucoup ont été raclettes par les forces de l’ordre même.Donc ,de ce côté là ,ce n’est pas encore gagné pour mettre de l’ordre et de réglementations strictes.
      - Vous avez fait allusions à la Corée du Sud en comparant à la Côte d’Ivoire.
      C’est vrai qu’il y 50 ans la Corée du Sud était beaucoup moins riche comparée à la Côte d’Ivoire.
      - Conclusion : les dirigeants Coréenne du Sud ont une politique dynamique , d’ambition à faire évoluer les intérêt collectifs , d’ailleurs comme leurs asiatiques.La différence pragmatique totale !Valeurs que beaucoup de dirigeants africains n’en n’ont pas avec patriotisme depuis l’indépendance octroyée sous dépendance. .
      Have a nice day !

    • 6 mars à 20:40 | Turping (#1235) répond à Behantra

      Ethan,.
      Beaucoup ont été rackéttés ,...mais non pas" été raclettes " au fromage hi hi.......les intérêts !
      Désolé ,le dico électronique envoie dès fois des erreurs.

    • 7 mars à 13:16 | NTMO (#10005) répond à Behantra

      « Le prix du cacao ne cesse de baisser alors que le prix du chocolat ne cesse d’augmenter ». C’est faux. Faites quelques recherches. Il y a des fluctuations mais la courbe lissée indique une pente positive pour le cacao.

      « 6% du prix du chocolat revient aux producteurs de fèves de cacao » C’est vrai, mais ce n’est pas choquant. Le producteur de blé en France reçoit une part encore plus faible sur le prix de la baguette qui elle est pourtant faite à 97% de farine de blé (en faisant abstraction de l’eau).

      Vous ne pouvez convaincre personne avec ce genre d’argumentaire.

  • 6 mars à 19:53 | vazaha (#9399)

    Dans çe cas, privilégier le marche intérieur par le développement de l,agriculture vivrière. Les produits de rente comme le cacao ou la vanille peuvent en effet suivre la marche que vous indiquez.

  • 6 mars à 20:17 | lysnorine (#9752)

    @ Vohitra 6 mars à 11:42 |répond à Vohitra ^
    « Isandra,
    « De tout ce qui precede, soit c est nous les Malagasy, les dirigeants bien entendu, ne savent pas definir nos priorites, soit que les credits avaient ete detournes a des fins non utiles pour le pays, soit les deux a la fois. »

    Ce ne sont ni les dirigeants Malagasy ni les hauts fonctionnaires et ’’techniciens’’ Malagasy qui définissent les priorités et projets d’investissements pour Madagascar . Comme vient de le rappeler un poste récent que nous avons commenté, ce qui les DICTENT sont les PROFITS DES ENTREPRISES ET SOCIÉTÉS, leurs PROMOTEURS RÉELS des projets et VÉRITABLES BÉNÉFICIAIRES FINALS des EMPRUNTS contractés par l’État Malagasy auprès du groupe de la BANQUE MONDIALE [à REMBOURSER par les contribuables Malagasy] :

    « vazaha 5 mars (2019) à 09:54, La Banque mondiale octroie 150 millions de dollars pour améliorer l’accès à l’éléctricité, https://www.madagascar-tribune.com/La-Banque-mondiale-octroie-150-millions-de-dollars-pour-ameliorer-l-acces-a-l.html

    « « En général les HEUREUX [VÉRITABLES] BÉNÉFICIAIRES de tels PROJETS [dont ils sont les INITIATEURS] sont connus avant l’annonce officielle. Filatex de Abdourassoul, Axion de Hiridjee , Fraise, etc...

    « Fraise est omniprésent. Il se fait bien voir auprès du pouvoir. Il prête son avion aux autorités.

    « Les deux KARANA règnent sur les groupes électrogènes qu’ils louent ou vendent à la jirama [cf également FRAISE et Caterpillar]...

    « Ils sont à la fois opérateurs dans les énergies hydraucarbures que dans le solaire. [FOURNISSEURS DE LA JIRAMA à qui l’on fournit de l’argent de poche pour les payer régulièrement]. C’est dire qu’ils n’ont pas de ligne de DÉVELOPPEMENT claire, sauf la leur, LEURS POCHES . »...

    « Les VAHINY vont s’adjuger tous les PROJETS car ils auront accès aux financements. »
    [Mais ça a toujours été le cas d’autant plus qu’ils en sont les INITIATEURS RÉELS. Les dirigeants Malagasy ne sont que de simples CHAMBRES D’ENREGISTREMENT...+ INAUGURATEURS DES TRAVAUX FINIS]

    Isandra rappelle d’ailleurs, avec franchise, en quoi consiste le rôle de l’ÉTAT : la concession de terrains aux « investisseurs », c’est-à-dire FACILITER leur ACCAPAREMENT DES TERRES, par l’expropriation manu militari (pour utilité PRIVÉE !) des familles de paysans producteurs qui y sont installés, aggravant ainsi la DÉPENDANCE ALIMENTAIRE par des importations soutenues et durables, profitables aux « opérateurs .[Le projet ETHANOL relève d’ailleurs de la même « Économie Politique »]
    « Isandra 6 mars (2019) à 11:44 répond à Turping ^ ,
    ’’L’Etat fait déjà sa part de choses en rendant disponible les TERRAINS’’.

    Sana aucun doute, ces « concessions » de terrains englobent le privilège de l’exploitation des ressources de son sous-sol. Notons sur ce point que c’est, évidemment, la principale raison du dépeçage de la région VATOVAVY-FITOVINANY [Superficie :19 605 km² ; Population : 1,500,000 environ] en vue de la création d’une 23e région, berceau de l’ÉMERAUDE de Madagascar à côté d’autres pierres précieuses et richesses minières. L’exploitation de la 23e région constituera probablement une des contreparties et garanties offertes aux « investisseurs » dans les projets de l’ « IEM ». Pour approfondir la question de l’émeraude et autres, voir par exemple :

    ’’Mananjary emerald District, Mananjary District, Vatovavy Fitovinany, Madagascar’’, https://www.mindat.org/loc-27799.html. On remarquera, notamment la découverte en 2007 dans la mine de MORAFENO, commune d’ANDONABE, d’un specimen d’une des plus grosses pierres d’émeraude dans le monde :

    ’’ One of the world’s largest emerald specimens, a 536-kilogram specimen named "Heaven’s Gift Emerald" was mined by the Société ORGACO of FRANCE mined the 536-kilogram in 2007. "

    Rappelons également l’importance des mines d’émeraude dans cette zone située à 30km au sud de la ville de MANANJARY en la matière :
    ’’Morafeno emerald mine, Andonabe Commune, Mananjary District, Vatovavy Fitovinany, Madagascar’’, https://www.mindat.org/loc-27842.html

    ’’It is located 30 km S of the town of Mananjary and 8 km south of Irondro in the Mananjary district in the Eastern part of Madagascar. It is the largest mine in the southern zone of the Mananjary emerald district. From 1993 to 1990 it produced SEVERAL THOUSANDS Kgs OF EMERALD of different sizes and quality.’’

    Bien entendu les « KARANA » sont toujours présents (mais pas les « investisseurs » Malagasy apparemment)
    Par exemple : la Madagascar Generaal (sic) Resorce (sic) ; Corporation (MGRC) ; http://mgrcorporation.com/mgrcmining.html

  • 6 mars à 21:13 | vazaha (#9399)

    En Malaisie, une loi a été votée il y a 30 années de cela instituant que dans tout investissement sur le sol national, seuls 45% reviennent aux opérateurs étrangers. Le reste revient aux nationaux public ou privé. LEUR PÉTROLE A ÉTÉ EXPLOITÉ SELON CE PARTAGE SANS DISCUSSION. De plus la Malaisie a décidé de se séparer de la BM et du fmi.
    À Mada, il appartient aux Malagasy et à l’etat d’evaluer le terrain et la ressource naturelle concernée (minerai, pétrole, gaz etc...) qui seront traduits en part d’action. Ce qui est tout à fait légitime car aujourd’hui on a tendance à gober les arguments des investisseurs étrangers qui sous évaluent la valeur des ressources naturelles à exploiter, à tel point que R8 a cede le contre-partie malgache à 1% dans l’operation Sherrit. Un véritable scandale qu’on a découvert en 2010, alors que l’auteur des méfaits était en exil en RSA.

    • 6 mars à 22:16 | Turping (#1235) répond à vazaha

      Enfin ,le pire est à craindre car les gouvernants actuels ne sont pas à la hauteur pour estomper ce désastre.

  • 6 mars à 21:56 | Turping (#1235)

    Vazaha ,
    L’opération SHERRIT sous R8 est un désastre écologique pour les autochtones .Bien sûr sans avantage à des retombées économiques .Problèmes de santé ,absence de précautions liée à l’extraction ...
    Lien : https://mcmparis.wordpress.com/2014/07/20/ambatovy-accaparement-de-terres-et-mort-lente-de-la-population/

  • 7 mars à 00:05 | diego (#531)

    Bonjour Ethan,

    À mon sens, il ne faut pas se tromper d’analyses. Madagascar et les pays africains sont des pays sous-développés, sauf, peut-être, l’Afrique du Sud.

    Comment allez-vous industrialiser des pays qui n’ont même pas des infrastructures, surtout énergétiques, routières, éducatives et de santé ?

    Et vous devez savoir les fondamentaux pour conduire un pays vers l’émergence économique :

    - État fort, des Institutions solides et fonctionnelles et le pays est juridiquement fiable et stable.

    Autrement dit, les élections ne déstabilisent pas la stabilité politique et la solidité Constitutionnelle du pays.

    L’économie n’est pas comme la couture où il faut penser la ou les tendances dans six mois et l’année d’après.

    Et un détail qui est très important, majoritairement, les pays africains et Madagascar sont plutôt des pays « Marchands », autrement dit, ils ne sont pas et n’ont pas vocation, à devenir des pays industrialisés.

    Ce qui n’empêche pas les pays africains de diversifier leurs économies. Il faut faire le contraire d’un pays comme le Venezuela par exemple, ou l’Algerie, etc....à la moindre baisse des prix des barils ou de gaz, leurs économies risquent de s’effondrer, c’est le cas au Venuezela.

    Il faut réformer l’Etat et les Institutions.

    Il faut que l’Afrique et Madagascar cessent de croire que les élus et les dirigeants pourraient à eux seuls enclencher le développement, la lutte contre la pauvreté et contre la corruption et l’insécurité :

    - vous n’allez pas pouvoir labourer la terre les mains nues.

    L’Etat et les Institutions malgaches doivent être solides, fiables et fonctionnels, sinon, l’instabilité politique, la crise Constitutionnelle vont s’installer durablement.....c’est le cas en Afrique depuis l’indépendance.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS