Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 9 août 2022
Antananarivo | 08h17
 

Economie

Loi de Finances pour 2008

L’Etat mise sur les grands projets miniers

jeudi 8 novembre 2007 | Eugène R.
Le nouveau ministre des Finances et du Budget, Hajanirina Razafinjatovo.

Les objectifs macro-économiques de l’année 2008 sont définis dans le projet de loi de Finances pour 2008 alors que le MAP connaît actuellement un problème de financement.

Le projet de loi de Finances pour 2008 est débattu depuis hier, à l’Assemblée nationale. Tout a commencé par la présentation par le ministre des Finances et du Budget, Hajanirina Razafinjatovo des grandes orientations macro-économiques pour l’année 2008. Les objectifs macro-économiques ont été annoncés : atteindre un taux de pression fiscale à plus de 11%, maîtriser le déficit budgétaire pour un niveau près de 3% du PIB à la fin de 2008, limiter les dépenses en tenant compte des prévisions des recettes et atteindre un financement des dépenses en capital à environ 30% du PIB en 2012. Par ailleurs, le gouvernement s’est fixé l’objectif d’atteindre en 2008 un taux de croissance de 7,3% si la prévision était de 5,6% dans la loi de Finances 2007. Selon le ministre Hajanirina Razafinjatovo, cette croissance sera essentiellement tirée par l’expansion de l’investissement et le développement de l’exportation. Pour ce faire, les stratégies du gouvernement porteront sur le développement des secteurs porteurs tels que les industries textiles et les agro-industries par l’intégration de Madagascar dans la zone COMESA et SADC et par la poursuite des projets et programmes comme le MCA (Madagascar Challenge Account) et le PIC (Pôle intégré de croissance), la mise en place des antennes de l’EDBM (Economic development board of Madagascar) dans les villes stratégiques comme Fort-Dauphin et Nosy Be et la mise en œuvre du programme de redressement de la Jirama.

QMM et Sherrit International

Dans ce projet de loi de Finances pour 2008, qui est examiné dès hier après-midi au niveau de la commission des Finances et du Budget, l’accent est surtout mis sur l’apport des investissements privés à l’atteinte de ces objectifs macro-économiques. Dans ce cadre, les grands investissements miniers du projet Nickel-Cobalt d’Ambatovy et du QMM de Fort-Dauphin sont mentionnés. D’autres grands projets, mais qui portent sur l’exploitation énergétique sont également cités : le projet « éthanol » qui débutera cette année à Mahajanga et à Ambilobe, le projet « Energie éolienne » dont la ferme d’exploitation sera installée à Antsiranana et les projets d’extraction de biodiesel à partir du jatropha qui seront lancés dans les régions Boeny, Alaotra-Mangoro et Vakinankaratra. Quoi qu’il en soit, la réalisation du
« Madagascar Action Plan » (MAP) dont l’objectif est de faire un saut qualitatif dans le processus du développement, ne trouve pas jusqu’à présent de financement nécessaire. D’ailleurs, c’est la raison d’être de ce fameux « dialogue présidentiel » qui se tient depuis ce mardi au Palais d’Etat d’Iavoloha. Cette rencontre a pour but de faire le marketing du MAP et attirer ainsi le financement des bailleurs. Mais, ce n’est pas facile, car pour certains analystes économiques et d’après les observations de la récente mission des parlementaires de l’Union Européenne à Madagascar, ce programme quinquennal du président Ravalomanana comporte des incohérences qui rendent réticents les bailleurs.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS