Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 25 février 2020
Antananarivo | 18h51
 

Culturel

Remaniement sans ministère de la Culture

L’Etat est vraiment à côté de la plaque

vendredi 2 mai 2008 | Daddy R.

Suite au dernier remaniement qui s’est effectué dans la soirée du mercredi ( la veille d’un jour férié, comme d’habitude, pour qu’il n’y ait pas trop de commentaires), on annonce la suspension de la ministère de la Culture et des Sports. Pour une raison ou une autre, pour la première fois, il existe une nation qui n’a pas son ministère de la Culture. La culture qui est le capital idéal et matériel d’une société.

  • Quelle valeur pour la Culture malgache ?

Si la culture, n’importe quelle culture, disparaît, c’est tout un trésor du patrimoine humain universel qui disparaît avec elle, toute une façon de se représenter la nation, de la vivre et c’est bien là que réside l’importance de la valeur culturelle, qui n’est peut-être pas claire pour l’Etat ou les dirigeants actuels. Logique si la population n’est au courant rien.

A plusieurs reprises, on n’a cessé de se poser la question, est-ce que le pouvoir en place qui devrait être un modèle pour toute une population est conscient de cette valeur culturelle malgache ? Car, la culture s’hérite, c’est un modèle sur lequel on peut agir. Une raison confirmant que la culture est un moteur de développement à ne pas négliger. La culture est cette traversée par l’histoire, en perpétuel changement, tout en restant elle-même, constituée de noyaux forts qui structurent les éléments qui la composent.

  • Pour une histoire de « foot »

Voulant s’esquiver à propos de ce choix, le président Marc Ravalomanana n’a pas mâché ses mots pour répondre que la culture n’est pas prioritaire actuellement. « Le secteur socio-économique est prioritaire, et donc devait avoir plus d’importance », a-t-il martelé. Suite à l’incident qui s’est produit à Mahamasina lors d’un match de foot, le milieu du sport est pénalisé et comme la culture a été sous tutelle du même ministère, elle doit supporter les conséquences de cette « histoire ». Déjà, la culture est un secteur qui est toujours mis de côté, voici qu’on ose encore la briser pour le pire en suspendant sa « tête ».

Et l’on se demande pourquoi la mentalité ne change jamais ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS