Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 22 mai 2022
Antananarivo | 17h29
 

Sport

Omnisport

Infrastructures sportives : Un don de l’« Olympafrika » cherche preneur !

mardi 6 novembre 2007 | Rata

Incroyable mais vrai ! Sous d’autres cieux les dirigeants se demènent pour offrir aux jeunes des infrastructures sportives valables, ceux de Madagascar semblent traîner les pieds pour en doter les leurs. C’est l’impression partagée par l’assistance à l’issue de la conférence de presse tenue par Thierno Diack, Directeur de la Fondation internationale « Olympafrika », entouré du président Mamy Rakotoarivelo et de quelques membres du Comité Olympique Malgache (Com) au siège de ce dernier hier.

En effet, la Fondation, une des branches du comité international Olympique en Afrique, a accédé à la demande du comité national olympique pour l’implantation d’un centre « Olympafrika » à Madagascar. « Un centre est constitué d’un stade aux normes internationales, une piste d’athlétisme, des terrains multisportifs (basket-ball, volley-ball, hand-ball) et d’un centre d’activités socio-culturelles », explique Thierno Diack. Une trentaine de centres, dont l’objectif est d’améliorer la condition de vie des populations défavorisées, à travers le sport, sont installés en Afrique depuis 1993. Les transactions pour l’acquisition de Madagascar d’une telle infrastructure financée à hauteur de 300 millions Ar. (150.000 Usd) par la fondation et 60 millions Ar. (30.000 Usd) partagés entre les entités locales (Com et Commune), avaient commencé à la moitié de l’année précédente.

La première étape consistait à identifier la commune urbaine susceptible d’accueillir le site. « La densité de population, le nombre important de jeunes dans la circonscription, la possibilité de la commune d’offrir un terrain plat de 3 ha et d’injecter son quote-part de 15.000 Usd, à la réalisation du projet, figurent parmi les critères d’éligibilité », selon Mamy Rakotoarivelo. Le choix du COM et de la fondation s’est porté sur la ville d’Antsirabe, dépourvue d’infrastructures adéquates et qui remplit une grande partie des conditions citées ci-dessus. « Le Maire de la commune urbaine a donné son accord de principe pour implanter le projet sur l’hippodrome. Mais depuis, soit un an et demi, c’est le black-out total », déplore le Président du Com. « Si à la fin de décembre de l’année en cours, la fondation ne reçoit aucune manifestation d’intérêt et d’un dossier viable de la part de Madagascar, elle sera dans l’obligation d’affecter le budget à d’autres pays africains », note le Directeur exécutif de la fondation qui avertit que « le premier arrivé sera le premier servi ». Face à cet ultimatum, la partie demanderesse s’est tournée vers la commune de Miarinarivo. Mais là aussi, quelques problèmes surgissent sur le chemin de la concrétisation. Jusqu’à ce jour, le don de l’« Olympafrika » ne trouve pas encore preneur. L’ occasion en or pour s’approprier d’une telle manne risque de filer entre nos mains. Alors dirigeants communaux consciencieux, levez-vous !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS