Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 9 août 2020
Antananarivo | 08h53
 

Editorial

Impasse

jeudi 22 janvier 2009 | R. C.

Le gramme est-il plus lourd que le kilo ? Avec les mille unités séparant les deux mesures. C’est pourtant le miracle que veut faire croire le maire d’Antananarivo dans son bras de fer avec le pouvoir central. En voulant opposer la rue à l’Exécutif, toujours dans son va-tout contre le gouvernement, c’est comme s’il va lâcher l’arme atomique pour punir un administré qui n’a pas jeté ses déchets ménagers dans l’un des bacs à ordures de la commune. Certes, l’image est saisissante voire provocatrice mais apparemment, il n’existe aucune métaphore pouvant expliquer clairement l’extrémisme adopté par Andry Rajoelina depuis le début de cette tempête dans un verre d’eau. Au demeurant, le bourgmestre a fait montre de beaucoup de fougue pour pratiquement pas grand-chose. Même si c’est touchant et rassurant de voir qu’un jeune comme lui s’éprit d’idéaux démocratiques ! Sa démarche aurait été beaucoup plus intéressante s’il a su faire table rase d’une partie de son entourage composé pour beaucoup de politiciens véreux et très peu démocrates. Et s’il s’est entouré d’individus au passé moins lourd !

Incertitude

En réalité, en écartant les autres recours et en adoptant l’épreuve de force comme unique stratégie, Andry Rajoelina s’est engagé dans un cul de sac, dans un sens unique. Dans une impasse. C’est pourquoi, le tombeur de Hery Rafalimanana ne dispose d’autres solutions que de faire tomber le pouvoir en place. Car entre le premier et le second, il existe un millier de différences et autant d’étapes à franchir. C’est là donc qu’il a manqué terriblement de vision ! C’est là qu’il a fait preuve de peu de maturité non seulement politique mais aussi et surtout d’éducation. Et c’est là que l’attitude de ses alliés est condamnable pour avoir laissé en pâture ce jeune homme pourtant encore plein d’avenir. Lequel se conjugue aujourd’hui avec incertitude et énormément de doute. En effet, le maire d’Antananarivo, contrairement à Ravalomanana Marc, ne détient qu’une seule arme qui est celle de mobiliser la rue en sa faveur. Ce qui n’est pas à la portée du premier venu aussi beau, aussi séduisant, aussi riche soit-il. Ce qui est également à la portée du camp adverse !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS