Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 30 juin 2022
Antananarivo | 02h44
 

Editorial

Hors catégorie

vendredi 2 novembre 2007 | RAW

Finalement, c’est Hery Rafalimanana qui est officiellement déclaré comme candidat du TIM pour la course à la mairie de la capitale. Il aura donc à poursuivre les travaux déjà en cours et à concrétiser la modernisation de la cité pour une ville verte et respectueuse des normes internationales observées dans les grandes métropoles. Sachant que la capitale est la vitrine du pays, mais surtout l’expression à l’échelle d’une ville d’un projet de société, Hery Rafalimanana aura à dessiner dans sa circonscription, la société souhaitée par le régime. La force et les avantages de ce candidat à sa propre succession à la mairie d’Antananarivo sont certes connues par tous. Mais il aura d’abord à affronter les urnes et, pour ce faire, convaincre les électeurs et battre ses concurrents qui sont partout, même dans les rangs du TIM. Ses concurrents ne sont certainement pas moins agressifs. Ils ne manquent ni d’atouts, ni de punch. Ce sont presque tous des « lahy fotsy » originaires de l’Est. La clientèle n’est pas non plus aussi légère qu’on le pense, surtout après les tergiversations du parti TIM ou le temps qu’il lui a fallu pour rendre public cette candidature naturelle du président de la Délégation spéciale, Hery Rafalimanana.

À beaucoup d’égards, le processus d’investiture de Hery Rafalimanana comme candidat du TIM ressemble à celui traversé par l’actuel président de l’Assemblée nationale, Jacques Sylla, au perchoir de l’Assemblée nationale. Aucune des instances du parti, fut-il le Bureau Politique, n’a osé avancer de nom, ni décider de quoi que ce soit. C’est le fondateur du parti et chef de l’Etat qui a donné le dernier mot étant donné le poids et l’importance des postes à pourvoir. Dès lors, il fallait trouver des oiseaux rares pour en faire des candidats hors catégories.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS