Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 25 juin 2019
Antananarivo | 00h26
 

Economie

Mines et ressources stratégiques

Grandes mines et petites mines, des soucis…

samedi 25 mai | Fanambinantsoa

Le secteur mines n’est pas prêt de trouver son chemin. Madagascar demeure suspendu de l’organisation EITI ; le FMI et d’autres institutions internationales ne cessent d’encourager et d’apporter leur soutien technique pour que Madagascar puisse remplir les conditions de réintégration parmi les pays crédibles en matière d’industrie extractive. Les révisions des lois et codes minier et pétrolier sont jusqu’ici restés comme des serpents de mer. Le président de l’Ong Alliance Voaary Gasy (AVG) a été plus explicite. A son avis, l’Etat n’a pas de réelle vision et encore moins de véritable politique minière. Il a déclaré récemment que Madagascar n’est pas prêt d’exploiter ses mines et ressources stratégiques. Pour preuves il évoque les problèmes et manifestations populaires contre les exploitations minières, dont le projet Base Toliara que l’Etat n’arrive pas à résoudre de manière convaincante.

Les responsables gouvernementaux prônent certes le dialogue mais leurs comportements donnent l’impression de grandes hésitations dans leur décision. Le régime fait mariner les problèmes mais c’est sans compter sur la détermination des parties qui se disent victimes et qui sont très bien soutenues par des Ongs d’envergure internationale.

Toujours est-il que le gouvernement Rajoelina-Ntsay ne perd pas le nord. Des « dinika » sont en cours pour améliorer les lois et structures, notamment dans la filière Or où l’Agence nationale de l’or (ANOr) va céder la place à la Centrale de l’Or. Il s’agit de renforcer le contrôle sur l’extraction et les transactions jusqu’à l’exportation. L’entrée d’une compagnie russe dans les mines de Kraoma ferait partie de cette stratégie pour faire de l’Or une source de richesse pour l’Etat. Les grévistes de la Kraoma en tout cas se sont tu.

Mais il n’y a pas que l’Or ou l’Ilménite. L’huile lourde de Tsimiroro ou le gaz de Sakaraha ou le Charbon de la Sakoa, sont entre autres, autant de richesses qui dorment. Le gouvernement est inaudible alors que le pays souffre de manque d’énergie. Les titulaires de permis d’exploitation de ces ressources stratégiques demeurent silencieux face aux actualités touchant les mines. Il y a aussi les petites mines qui sont dans la grande majorité dominées par des exploitants informels. Ils sont difficilement préhensibles car ils exercent ce métier de manière épisodique ou saisonnière : ils sont agriculteurs/éleveurs et en même temps manœuvres, artisans et exploitants miniers.

Le secteur mines est productif selon le ministre des Mines et des Ressources stratégiques. Si les grandes mines sont soumises à des règles de transparence et de redevabilité, les petites mines sont dans leur ensemble anarchique. Le départ des Chinois de Soamahamanina a évidemment ramené la paix sociale dans la région mais a-t-il profité au Trésor public ?

Recueilli par Fanambinantsoa

12 commentaires

Vos commentaires

  • 25 mai à 12:58 | Turping (#1235)

    Selon la projection du FMI ,l’Afrique Subsaharienne et Madagascar devraient connaître une croissance de son PIB aux alentours de 5% cette année.Pourtant ,les investissements notamment dans le secteur des matières premières et minières ne soutiennent que très peu l’activité productive ayant un impact direct sur la consommation et le pouvoir d’achat (parité :PIB/PPA).Le nombre des pauvres extrêmes est considérable car beaucoup vivent encore avec moins de 1,25 dollar par jour .
    Les investissements étrangers venant de tout bord dans les extractions minières , la retombée dont une partie est détournée ne profitent pas directement aux populations locales même s’ils ont augmenté de 5,5% depuis 2012 .
    - Paradoxalement ,ces extractions souvent sauvages qui ne respectent pas les normes environnementales provoquent les tragédies environnementales et sanitaires .
    Sur le plan environnemental:Bon nombre de ces espèces rares et endémiques touchant les faunes et flores ,uniques au monde est directement menacées par le développent des projets miniers et pétroles.Par exemple ,les espèces endémique des lémuriens n’existent pas ailleurs .....
    - La négligence à l’usine Sherrit d’Ambatovy( extraction de chrome et cobalt,uranium ,...) :L’utilisation des pesticides reconnus par le CIRC ,FAO, OMS ,citons par exemple : cypermethrine et deltamethrine sont des perturbateurs endocriniens ayant des effets néfastes sur la productivité et la santé .

    - Sur la productivité : Un baisse en moyenne de 40 % dans l’ensemble car les abeilles jouant le rôle pollinisateur ont disparu dans la quasi totalité .La région du sud est ne produit plus une quantité suffisante pour les malgaches et à l’exportation,...et les eaux polluées touchant les nappes phréatiques,les fleuves .....
    - Sur la santé : les pollutions liées à tous ces produits toxiques ont provoqué des malformations congénitales dues aux mutations génétiques,cancers ,maladies auto-immunes... .Beaucoup d’hommes ont contractés aussi le problème prostatique ,l’impuissance ,stérilité sans s’en rendre compte car tout cela reste un tabou . ..Une maladie issue de la punition divine chez certains ,c’est pathétiques !Récemment ,la fuite de dioxyde de soufre( provenant de l’usine Sherrit) ,toxique à l’inhalation n’est pas sans conséquence à Tamatave sur la santé des plus vulnérables n’ayant pas le moins de se soigner .C’est scandaleux !
    Constatations:Le taux de diminution de la pauvreté est trop faible encore à Madagascar depuis des décennies même si certains ont fait un peu mieux au temps de Tsiranana dans la majorité , Ravalomanana ,Ratsiraka pour certains selon ses constatations.La preuve : Madagascar n’est pas sorti de l’auberge .On s’aperçoit plutôt la nette dégradation depuis 2009 alors que celui qui est au pouvoir actuellement était l’instigateur du mouvement orange ayant provoqué cette décadence ,aidé par son mentor Ratsiraka qui voulait se venger de son rival Ra8.Un retour manqué car la communauté internationale avait décidé autrement en 2013.Rajao n’ pas fait de miracle non plus ....

    Quelle espérance s’attendait -on dans toute cette histoire ; La stabilité politique pour promouvoir l’intérêt collectif et l’intérêt suprême de la nation mais non pas celle de la nation .Fini les "gaboraraka " ,combattons la corruption afin qu’un état de droit puisse naître pour tout le monde .Encourageons l’existence des institutions fortes ,le respect des lois ,etc...
    - Il faut donc accélérer la REDISTRIBUTION des richesses minérales aux citoyens preuves (80% des populations ) et promouvoir l’agriculture (70% de nos concitoyens sont des paysans ,agriculteurs sans moyens ,illettrés,....).Pour ce faire ,il faut mener aussi un grand combat envers les pollueurs : les investisseurs étrangers qui exploitent sauvagement nos terres sans état d’âmes.Il faudrait imposer des règles très strictes (win -win) pour les deals supposons lucratifs .
    - Il faut réinvestir ces richesses dans l’éducation ,la santé ,les infrastructures ,l’emploi,.....
    Remarque : Après l’assassinat de Ratsimandrava le 11Février 1975 ,la catégorie de la classe moyenne n’existe plus au fil des ans .Soit ,on est très riche(minorité ) ,soit très pauvre(majorité ).A côté ,les insécurités sévissent .L’impuissance des autorités locales et gouvernementales à résoudre les problèmes de fonds reste de vigueur .

    • 25 mai à 13:02 | Turping (#1235) répond à Turping

      Rectif ; mais non pas celle de la ration.....

    • 25 mai à 13:04 | Turping (#1235) répond à Turping

      La distribution des richesses aux pauvres (80% des populations ).

  • 25 mai à 13:54 | Turping (#1235)

    Tout simplement ,il faut réviser le code minier afin de respecter l’environnemental ,le rendement agricole, la santé ,....pour créer réellement de richesses humaines( IDH satisfaisant ) et pérenne sur le développement collectif.Sinon la pauvreté ne va cesser de s’accroître ,l’endettement ,...et d’ici 50 ans il ne restera plus que du désert latéritique sur l’ensemble du territoire national dépourvu de ses matières grises.Comparé aux autres pays qui s’en sortent bien ,Madagascar normalement a toutes les potentialités de s’en sortir SAUF la politique qui a été menée successivement pour appauvrir ses populations.

    • 25 mai à 15:27 | Tsisdinika (#3548) répond à Turping

      Beaucoup d’approximations dans tous vos commentaires.

      Avant les grands investissements miniers qui ont tous démarré dans la deuxième moitié des années 2000, les lémuriens ont déjà été en voie d’extinction en raison de la chasse et la perte d’habitat à cause de la déforestation (tavy, bois de chauffe...). Si les Ong environnementales sont présentes ici depuis 40 ans, c’est pas à cause des mines. Les surfaces concernés par les mines en question n’occupent qu’à peine 20.000 hectares alors que des centaines de milliers d’hectares de forêts partent en fumée chaque année.

      C’est de la pure indécence de tout mettre sur le dos d’investisseurs qui ont placé Madagascar sur le carte mondiale des pays crédibles, leurs activités constituent la vitrine du pays quant à la fréquentabilité.

      La pauvreté à Mada ne se résoudra pas à travers les mines. Il n’y a tout simplement pas assez de découverte qui ont été faite ici malgré les raccourcis et les clichés du Madagascar Eldorado minier. Mettre le fardeau de la pauvreté sur le seul secteur minier c’est faire preuve d’un manque d’imagination typique du "manao ariary zato am-pandriana" et du "matoritoria fa hanaterako hena."

    • 28 mai à 12:07 | sarah (#4600) répond à Turping

      Juste par rapport à l’environnement pour les grandes mines, vos informations ne sont pas complètes. Si vous avez le temps, vérifiez et allez sur site. Elles ont beaucoup fait et même plus par rapport aux autres ONG de protection de la nature. Chaque taxa a fait l’objet de programme de biodiversité, suivi par l’autorité.

  • 25 mai à 16:19 | Turping (#1235)

    Tsisdinika ,
    Si vous approfondissez un peu mes commentaires en répondant au sujet de ce jour ; : grandes mines et petites mines ,soucis,..... plutôt c’est vous qui faîtes de raccourcis avec de raisonnements sans intérêts ;

    Primo : Je parlais les impacts négatifs liés aux extractions minières,les exploitations sur l’environnement,la productivité .Ce qui n’est pas négligeable si au moins vous aviez la capacité de faire un peu de recherche là-dessus .La société SHERRIT à Ambatovy selon les études avait commis des négligences sans que les autorités locales s’en soucièrent dont la conséquence a un effet négatif se chiffrant à moins de 40% sur le rendement agricole ,l’extinction des espèces endémiques ,les abeilles ,etc......à l’appui ,je pourrai vous envoyer des liens vous démontrant la véracité si nécéssaire.

    Secundo :Hormis les activités minières , il y a aussi le problème lié aux activités humaines ,les mauvaises habitudes .Récemment ,il y a eu un sujet sur le réchauffement climatique ;les émissions de gaz à effet de serre .Ce qui démontre également que les activités humaines en quelques sortes sont aussi responsables (dérèglement climatique )provoquant l’insuffisance des productivités .
    CONCLUSION/ ; plusieurs facteurs sont là pour expliquer la pauvreté de Madagascar hormis les gabegies de nos politicards ,les détournements ;.....le manquement réel pour promouvoir les intérêts collectifs .Donc ,vos allégations en défendant uniquement l’extraction minière sans impact négatif ne tient pas la route.
    Le sujet du jour nous démontre que les activités minières n’avaient réellement encore fait prospérer l’ensemble des populations sinon on l’aurait su ( Madagascar fait partie des pays plus plus pauvres ,le moins avancé ,personne ne le contredira ° .Le contre exemple : La Tanzanie en la matière a fait beaucoup mieux concernant les réglementations en respectant les normes .
    J’ai déjà lu vos commentaires sur ce sujet il y a quelques temps en disant que : les investisseurs ont investi à perte notamment en parlant du SHERRIT .Je dirais ,ils n’ont qu’à plier leur bagage s’ils étaient venus que pour contempler les beaux yeux des malgaches en subissant des pertes colossales sans rendement . Pourquoi venir polluer les terres fertiles des malgaches alors SANS prendre aucune mesure pour protéger l’écosystème ,l’environnemental même si très peu de gens sont sensible sur ce sujet ? Notre ami reviv en est conscient !

  • 25 mai à 16:36 | Turping (#1235)

    Tsisdinika ,
    Donc ,la pratique des tavy ,brûlis ,déforestation etc,....sont aussi des facteurs aggravants .
    Les ONG se sont occupées de la reforestation ,bien sûr !
    Je réitère encore ; L’extraction minière a aussi des conséquences négatives sur la santé ,l’environnemental ,la productivité . Je vous ai démontré une étude approfondie mais non pas sur l’approximation d’un événement qui vous dépasse ; C’est la réalité !

  • 27 mai à 12:04 | bema (#828)

    Il est grand temps de prendre en main tout ce qui est secteur Minier car ce fameux Code minier n’est qu’une coquille vide. C’est le devoir de l’ETAT car il est le seul HABILITER à gérer. Le reste c’est du Blabla.... A qui profite cette situation ? et quelque soit la faute ou l’erreur commise, il est grand temps de montrer notre capacité de gouverner ce pays comme il se doit.Misaotra Tompoko.

  • 27 mai à 15:05 | Milaza (#10526)

    Le gouvernement Malgache a besoin de faire la révisions des lois et codes minier et pétrolier parce secteur mines est productif pour Madagascar si les grandes mines sont soumises à des règles de transparence et de redevabilité

  • 28 mai à 12:11 | sarah (#4600)

    Il faut vraiment agir avec les petites mines informelles. Contrairement à ce que l’on pense, ce ne sont pas les miniers qui gagnent mais les intermédiaires. Ils peuvent être malagasy ou srilankais ou thailandais, sans oublier les complices dans l’administration. La question qui se pose est comment procéder pour formaliser le secteur ? pour qu’il y a respect de l’environnement ? pour que les conditions de vie de ces miniers et de leurs familles s’améliorent ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS