Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 1er décembre 2020
Antananarivo | 17h28
 

Environnement

Mines

Exploitation aurifère de Vohilava : la société civile monte au créneau

mardi 8 septembre | Mandimbisoa R.

L’exploitation aurifère à Vohilava Mananjary continue de faire parler d’elle. Après la manifestation des communautés locales depuis quelques jours pour contester la reprise de ses activités dans cette commune, ce sont les organismes de défense des droits et les organisations de la société civile qui montent au créneau. Dans un communiqué, le Centre de recherches et d’appui pour les alternatives de développement- océan Indien (CRAAD-OI) avec le Collectif TANY et la plate-forme nationale des organisations de la société civile de Madagascar – Voifiraisana exigent l’arrêt définitif de l’exploitation.

Les signataires de ce communiqué interpellent le gouvernement et lui demandent de prendre en considération les demandes légitimes et les droits fondamentaux des communautés de Vohilava. Ce, afin de mettre fin à l’impunité de la société exploitante en fermant définitivement cette exploitation aurifère. Pour ces organismes, cette exploitation minière ne contribue aucunement au développement local de la région. Le CRAAD-OI, le Collectif TANY et Voifiraisana appellent également les dirigeants à agir d’urgence pour que ces communautés ne soient pas victimes de représailles qui pourraient envenimer davantage la situation.

Ils rappellent que la contestation de l’implantation de cette société minière remonte au mois d’août 2018 où les représentants des communautés concernées par l’exploitation avaient adressé une plainte auprès du ministère des Mines. Le site avait déjà été fermé par la police des mines le 30 décembre 2017 à la suite de plusieurs manifestations populaires mais la société a repris son exploitation en toute liberté malgré les effets catastrophiques maintes fois dénoncées de ses opérations sur l’environnement, la santé et les moyens d’existence de la population, déplorent ces organisations.

« La société déclare être en possession de toutes les autorisations nécessaires à cet effet, en dépit du flou qui les entourait en 2018, et des doutes sérieux qui planent encore quant aux moyens par lesquels elles ont été obtenues », s’insurgent ces organisations.

1 commentaire

Vos commentaires

  • 8 septembre à 09:46 | betoko (#413)

    L’information est incomplète , comment s’appelle cette société et qui la dirige ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 

Archives