Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 26 août 2019
Antananarivo | 00h51
 

Editorial

Sortie de crise

Et si le blocage venait de la religion ?

vendredi 17 août 2012 | Miary
JPEG - 46.4 ko
Dessin Guido sur ettoc.hautetfort.com

L’actualité met en avant le FFKM comme un des acteurs que sollicite la SADC. Le FFKM ou Conseil Oecuménique des Églises Chrétiennes de Madagascar est auréolé de certains de ses succès. On lui a attribué dans le temps un rôle non négligeable dans le dénouement de crise à Madagascar et donc on (la Sadc) s’attend à ce qu’il mette ses talents au service du pays dans l’imbroglio actuel. Pourquoi pas ? Mais est ce si sûr ?

Ce n’est pas la première fois qu’un appel du pied lui a été fait depuis presque 4 ans que durent les conflits à la tête de l’État. Il y a là matière à réflexion. Surtout de la part d’une institution dont la vocation est la recherche de la paix sur terre et la félicité de ses ouailles au-delà. Une explication à cette situation est sa difficulté à se situer dans ce conflit. Ses fidèles lui reprochent de se mêler de politique. Il a été souligné que certain dignitaire penche pour un des protagonistes tandis que tel autre penche pour l’autre protagoniste.
On dit que le catholique est proche de ... tandis que le protestant FJKM de proche tel responsable. Ce qui n’est pas totalement faux. S’ajoute à cela le fait que Monseigneur Razanakolona Odon, bien qu’à la tête de l’Église Catholique à Tana ne représente pas le sommet de la hiérarchie catholique : il n’est pas Cardinal et le Président de la Conférence des Evêques est une autre personnalité en dehors de Tana.

Ce n’est certainement pas une position confortable pour représenter l’ensemble des fidèles catholique. On verra que du côté FJKM le schéma n’est pas plus brillant.

La FJKM, l’autre acteur important au sein du FFKM, (branche protestante réformée) tient actuellement pour une semaine son grand Synode à Manakara et attend pour le 22 de ce mois les élections de son Président pasteur et de son Vice Président laïc. Les précédents responsables ont été élus il y a 4 ans à Ambatondrazaka : l’un se nomme Lala Rasendrahasina et l’autre Marc Ravalomanana. On estime, sauf coup de théâtre, que Marc Ravalomanana qui ne réside pas à Madagascar ne pourra pas être candidat. Lala Rasendrahasina sera très certainement candidat à sa propre succession. Mais, car il y a un mais, un certain nombre d’électeurs, dont le nombre sera connu après le vote, ne digère pas le retour de la politique au sein de l’église. Ils voudraient donner leur voix à quelqu’un d’autre que Lala Rasendrahasina comme président. À la vice-présidence on soupçonne Untel d’être acoquiné avec le pouvoir et tel autre partisan de l’ancien.

On murmure avec insistance que des valises d’argent font partie des bagages de certains. Et les travaux de couloir sont intenses. Ce n’est plus la sérénité et l’innocence des élections dans le temps. On imagine facilement l’indignation de ceux qui sont encore innocents face à ce qu’ils appellent la dérive et l’oeuvre de Satan. On a envie de leur suggérer de prendre l’argent et de voter en leur âme et conscience. Attendons le 22 du mois.

Le FFKM ne peut prendre de décision quant à la proposition de la SADC qu’à l’issue de ces votes. C’est du moins l’opinion de plusieurs.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS