Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 18 août 2022
Antananarivo | 00h15
 

Culturel

Evénements culturels à Madagascar

Entre la formule sur mesure et le déjà vu, le débat est ouvert

mardi 31 juillet 2007 | Daddy R.

Ces derniers temps, on a constaté une diminution de consommation en matière de loisirs. Pour quelles raisons ?

Depuis l’existence de ces organisateurs évènementiels, on a cru voir une ascension en nombre de spectateurs à chaque manifestation. Puis, il y eut l’existence de ces formules mettant en vedette plusieurs artistes sur la même affiche. Ce qui a donné une autre facette au showbiz local. Seulement, on ne sait pas si le public en a eu marre de ces formules ou avec le pouvoir d’achat qui est très bas, ces derniers ne veulent plus dépenser leur argent autrement.

Les formules se suivent mais ne se ressemblent pas du tout. Depuis le temps où on a essayé de raisonner les artistes ainsi que les producteurs à chercher d’autres formules plus intéressantes, on a constaté que le public « snobe » certaines manifestations. On ne sait pas si c’est un signe de « conscience » ou juste parce qu’il est temps d’économiser avec la hausse de prix qui ne cesse d’étouffer la population ?

Place aux « pros »

Si l’on se réfère aux manifestations qui se sont tenues ces derniers temps, on a constaté que les spectateurs sont mal au point où seule la moitié des endroits est pleine.

Serait-on en train de faire face à un « déjà vu » ? On ne voit que les mêmes têtes à chaque représentation. Bien sûr, d’autres vont dire qu’il n’y a qu’eux pour le moment qui peuvent assurer, mais les gens sont devenus exigeants quand il s’agit de « payer ». Et ils ont raison car il n’y a plus de place pour les « amateurs », laissons les « pro » faire leur travail. De plus, à plusieurs reprises, on ne cesse d’affirmer que le « showbiz » est un outil d’éducation. Ce n’est pas seulement une question de divertissement ni de loisirs, il y a beacoup de messages à faire passer et le public malgache est encore à éduquer. Donc, il faut quelque chose de sérieux et prêt à être consommé pour les satisfaire.

Face à la hausse des prix ainsi que le pouvoir d’achat très bas, on doit faire attention à ce que l’on propose aux spectateurs. C’est pourquoi on ne cesse de prôner pour le « professionnalisme » si on veut avancer dans ce secteur.

La culture sera prochainement sur le même piedéstal que la « religion » si ce système continue. C’est à dire , tout le monde ne va penser qu’à l’argent qui entre dans sa poche, il n’y a plus de place pour les « éducateurs ».

On ne sait pas si les producteurs sont prêts à investir pour rehausser l’image de marque du pays ainsi que la culture en général. Des questions qui restent toujours sans réponse tant que le public n’a pas le choix !

Tellement, le terrain est encore très vaste que tout le monde se croit être « maître » dans leur domaine. Mais une carrière artistique ne se joue pas ainsi. L’expérience y occupe beaucoup de place et il faut le reconnaître. A voir !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS