Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 19 décembre 2018
Antananarivo | 12h55
 

Documents

Énoncé du programme de mise en œuvre de la politique générale de l’État

samedi 10 mai 2014

Andriamatoa Filoha,

Ramatoa sy Andriamatoa isany Solombavambahoaka

Miangavy antsika rehetra aho mba hiara-hitsangana. Hanokana iray minitra fahanginana ho
an’ireo Malagasy abiaby ianjadian’ny fahantrana.

Misaotra anareo !

Tompokolahy sy Tompokovavy,

Araky ny voalazan’ny Lalampanorenana, andininy 99, dia anjarako, Praiministra, Lehiben’ny Governemanta no manolotra anareo ny fandaharan’asa ho fanatanterahana ny Politika Ankapoben’ny Fanjakana arak’izay nofaritan’ny Filohan’ny Repoblika.

Tena marary ny Firenentsika. Nefa tsy mbola very fanantenana isika.

Inona ary no tsy maintsy atao hitsaboan-tsika malaky ity Firenena ity ?

Mamela ahy ianareo hanohy amin’ny teny frantsay noho ny antony teknika.

Monsieur le Président,

Mesdames et messieurs les députés,

Récemment, un ambassadeur d’une nation amie me disait, les malgaches habitent dans un paradis mais ils ne le savent pas. Nous savons que les années qui viennent de s’écouler n’ont épargné personne, les marmites sont vides et le secteur privé est à genou.

Présenté de manière plus détaillée, ce bilan diagnostic nous permet de voir l’état des lieux d’où nous devons partir pour reconstruire le pays et bâtir cette refondation tel qu’il a été préconisé par Son Excellence, Monsieur le Président de la République.

1. Sur la Gouvernance et l’Etat de droit :

Quelle en est la situation pour que le Président de la République ait souligné avec insistance l’importance des mesures à prendre ? En dépit de l’existence d’un arsenal juridique fourni, la puissance publique malgache ne se soumet pas véritablement au droit. Le non-respect de la hiérarchie des normes devient une habitude, l’inégalité devant la loi comme l’absence de l’impartialité de la justice est monnaie courante.

Le double héritage du système féodal d’un côté et colonial de l’autre comporte l’inconvénient
de ses avantages sur la République. Il continue à nourrir le culte de la personnalité et la pensée unique ce qui entraîne un grave dysfonctionnement des institutions de la République.
S’il faut y ajouter l’incapacité du Parlement à jouer pleinement son véritable rôle, on ne peut qu’admettre qu’il y a défaillance de l’ensemble des institutions politiques. En effet, le pouvoir législatif propose peu ou pas de lois. Et pour des raisons diverses, la qualité des lois votées laisse parfois à désirer ce qui prête parfois à des interprétations des plus contradictoires.

La mauvaise gouvernance est également constatée à travers l’incapacité des organes de contrôle existants à remplir leur rôle (IGE, BIANCO, SAMIFIN...). Bien que créés dans un souci bien louable, leur efficacité est annihilée par la politisation à outrance de l’administration et des forces de l’ordre, l’absence de transparence dans la gestion des finances publiques et la pseudo-indépendance des organes de contrôle.

Par ailleurs, la mauvaise gouvernance y compris le non-respect de l’état de droit se trouve renforcée par l’insuffisance u dialogue social et de la participation citoyenne. Ainsi le manque de redevabilité sociale manifeste constitue le couronnement de la mauvaise gouvernance.

Enfin, le pouvoir resté entre les mains d’une oligarchie confinée dans la capitale bloque la démocratisation et la décentralisation. Il y a ce qui peut être qualifié d’ « appropriation privées de certains services publiques ». La décentralisation est restée une fiction : après 50 ans d’indépendance, 95% du budget national reste géré au niveau central !

Donc la mauvaise gouvernance a fait en sorte que le citoyen n’a confiance ni à ses semblables encore moins à l’Etat c’est-à-dire ni à l’Administration en général ni à la Justice en particulier. A ceci s’ajoute la perte de crédibilité au niveau international.

2. Sur le plan économique :

L’essentiel des problèmes constatés se résume en quatre points : l’insuffisance de la performance économique globale, un commerce chaotique et désorganisé, un environnement des affaires défavorable et la prédominance du secteur informel.

La performance de notre économie est restée faible durant ces cinq décennies d’indépendance. En effet, depuis l’indépendance, alors que le taux de croissance démographique s’établit autour de 3% par an, le PIB croît en moyennent de 2% pendant la même période. Ce qui explique la pauvreté structurelle de la majorité des malgaches. Les années où la croissance du PIB est négative sont plus nombreuses que celles où l’on a pu enregistrer une croissance positive ! Et quand la croissance du PIB se trouvait bien au-dessus de celle de la démographie, aucun impact sur la majorité de population n’a été enregistré.

S’agissant de l’environnement des affaires, il demeure incertain, peu incitatif donc défavorable à l’entreprise privée malgré l’abondance de la main d’œuvre. L’importante réserve de main d’œuvre à bon marché est une réalité. Mais les compétences demandées par le marché de l’emploi ne sont pas dispensées par les structures de formation. S’il faut y adjoindre l’existence d’une corruption qui gangrène l’administration avec l’insuffisance de l’épargne et le difficile accès aux financements bancaires, on peut affirmer que le secteur privé ne peut pas ainsi s’épanouir pour remplir son rôle de créateur des richesses.

A côté d’une industrie embryonnaire mais vieillissante, il existe un immense secteur informel. Il emploie la majeure partie des actifs des grandes agglomérations. Dans l’anarchie totale, il n’est pas connu de l’administration fiscale. Les activités essentielles du secteur informel se trouvent être le commerce. Chaotique et désorganisé, le secteur informel freine le développement.

Dans le monde rural, le développement se trouve également freiné par la technicité trop
limitée des acteurs et l’insuffisance des moyens matériels et financiers disponibles. Alors que la majorité de la population vit du secteur primaire, la croissance de la productivité n’y dépasse presque jamais le taux de croissance démographique. Ce qui explique la pauvreté chronique qui y sévit.

Ainsi le maintien du système, de la structure et du rythme de reproduction sociale actuelle va pérenniser les inégalités sous toutes leurs formes. Madagascar va rester un pays sous-développé, fournisseur de matières premières et perpétuellement dépendant.

3. Sur le développement social et le capital humain

Même si quelques minces succès et parfois instables sont enregistrés, partout, les conditions
sanitaires de la population demeure fragile. L’éducation et la formation professionnelle ne
répondent pas aux besoins du développement. Le secteur Eau, Hygiène et Assainissement se situe bien en deçà du niveau attendu. Le déséquilibre au niveau territorial caractérise l’accès aux besoins sociaux fondamentaux. L’abandon de plus en plus criant des valeurs culturelles ne fait que renforcer la précarité et le déséquilibre de la société.

Si des réponses concrètes et efficaces ne sont apportés face aux urgences sociales et humanitaires, le fossé entre les riches et les pauvres vont se creuser davantage. Pire des catastrophes sociales sont à craindre. Elles peuvent générer des troubles et provoquer des instabilités.

4. Sur l’environnement et le changement climatique

Bien que des efforts aient été fournis depuis les années 90, la dégradation de l’environnement continue, l’écosystème est de plus en plus en danger. Parallèlement, on remarque l’insuffisance d’organisations pérennes contre l’effet néfaste du changement climatique.

Ainsi des catastrophes d’origine climatique nous guettent. Si elles ne peuvent pas être
évitées, leurs effets peuvent être limités grâce à des mesures concrètes de prévention. Parallèlement, nos richesses naturelles, auront totalement disparu.

Monsieur le Président,

Mesdames et messieurs les députés,

Quelles solutions faut-il apporter et quelle démarche adopter ?

Son excellence, Monsieur le Président de la République veut un changement immédiat et efficace. Dans ses orientations, il exige le rétablissement de la confiance. La confiance entre les citoyens par la réconciliation nationale réelle ce qui seule peut conduire à une véritable concorde nationale, garante de la stabilité et de la cohésion. Il nous faut reconstruire la confiance envers l’Administration y compris la justice. Il exige aussi qu’on rebâtisse les conditions de notre crédibilité vis-à-vis du monde extérieur.

Son Excellence, Monsieur le Président de la République ordonne qu’on fasse de manière à ce que la croissance soit accélérée, inclusive et durable. Il exige qu’il soit rétablit un environnement de paix, de concorde et de justice de telle sorte qu’une amélioration sensible des conditions de vie de la majorité de la population soit une réalité rapide. Il nous faut se rappeler qu’avec la même structure et le même rythme de croissance ajustée sur les seules offres d’aide au développement traditionnelle, Madagascar restera un pays sous développé. C’est pourquoi, il nous faut une volonté politique pour parvenir à des objectifs ambitieux en passant par une relance du développement.

Ces objectifs exigent un taux de croissance économique de 7% dès le deuxième semestre
2014 et à deux chiffres en 2015. Pour y parvenir, il faut atteindre un taux d’investissement de plus de 25% du PIB dès 2014, pouvoir créer près de 500 000 emplois à fin 2015. L’incidence de la pauvreté doit être réduite ainsi de 7 à 10 points en 2015.

Monsieur le Président,

Mesdames et messieurs les députés,

Pour une meilleure lisibilité, mon programme de mise en œuvre de la Politique Générale de l’Etat va être présenté sur quatre axes qui se classent de la manière suivante :

  1. Sur l’Amélioration de la Gouvernance démocratique et de l’Etat de droit ;
  2. Sur l’accélération de la croissance inclusive, la promotion de l’emploi et le développement de nos territoires ;
  3. Sur l’amélioration de l’accès aux services sociaux de base et du renforcement du capital humain ; et,
  4. Sur la protection de l’environnement et l’atténuation des effets néfastes du changement climatique.

SUR L’AMELIORATION DE LA GOUVERNANCE DEMOCRATIQUE ET L’ETAT
DE DROIT.

Pour y parvenir, je préconise des mesures qui doivent nous mener vers une justice impartiale et indépendante, des organes de contrôle efficaces et compétents, des médias libres et responsables, un équilibre des pouvoirs, des acteurs politiques conscients de leurs droits et devoirs avec une administration efficace et intègre au service du citoyen.

La gouvernance ne peut être qualifiée de démocratique que quand la population malagasy
dans son ensemble s’épanouit grâce à une décentralisation effective qui lui permet de gérer les
ressources humaines, matérielles et financières nécessaires pour leur bien-être, avec les
dirigeants qu’elle a élus démocratiquement.

Enfin, la bonne gouvernance suppose la restauration et le maintien permanent de la sécurité des biens et des personnes sur toute l’étendue du pays. Ceci ne peut être considéré comme entièrement réalisé que si l’intégrité et la défense du territoire y compris la zone économique spéciale se trouvent effectivement garantis.

SUR L’ACCELERATION DE LA CROISSANCE INCLUSIVE, LA PROMOTION DE L’EMPLOI ET LE DEVELOPPEMENT DE NOS TERRITOIRES

Pour y parvenir, une bonne gouvernance économique en constitue un préalable. La
transparence dans la gestion budgétaire est de règle. L’assainissement et la modernisation de l’environnement des affaires comptent parmi les premières réformes.

Nous devons redynamiser les secteurs productifs notamment agricoles pour augmenter très rapidement les revenus dans le monde rural où se trouvent la majorité de la population. Notre défi n’est autre qu’une croissance partagée. La majorité sinon l’ensemble de la population participe aussi bien aux efforts qu’aux fruits de la croissance.

Une croissance élevée suppose une amélioration qualitative et quantitative des infrastructures : réhabilitations et nouvelle constructions. La croissance par l’augmentation de la productivité doit également être réussie grâce à l’amélioration des méthodes et moyens techniques utilisés. La modernisation et ipso facto la compétitivité de notre économie se conquiert par une transition énergétique notamment par la promotion des énergies renouvelables.

Avec un meilleur cadre légal et une réorganisation appropriée, le secteur minier doit pouvoir trouver un dynamisme pour acquérir sa vraie place de moteur de développement du Pays.

Et pour conforter le rôle essentiel du tourisme dans la croissance et de manière durable, une
réorganisation du secteur s’impose.

Enfin, le développement et la diversification des échanges doivent s’inscrire dans un cercle
vertueux de croissance inclusive et équitable.

SUR L’AMELIORATION DE L’ACCES AUX SERVICES SOCIAUX DE BASE ET LE RENFORCEMENT DU CAPITAL HUMAIN

L’objectif est simple : chaque malgache participe aux efforts de développement et doit pouvoir bénéficier de la croissance. L’enjeu principal consiste à permettre à tous l’accès à des services sociaux de base de qualité (santé, éducation, ...), à renforcer le capital humain, ainsi qu’à mettre en place un environnement favorisant l’épanouissement de l’individu dans la société en passant par de différentes mesures dont la réinsertion et la protection sociales.

L’amélioration de l’accès aux services sociaux essentiels passe par l’ouverture ou la
réouverture des 113 Centres de Santé de Base (CSB). Il nous faut aussi renforcer la sécurité alimentaire et l’état nutritionnel. L’accès aux services des infrastructures du secteur Eau, Hygiène et Assainissement compte naturellement parmi nos priorités. Par ailleurs, au niveau du secteur éducatif, relever le taux d’accès avec celui de rétention à tous les niveaux en constitue un des défis majeurs que mon gouvernement s’est fixé.

En d’autres termes, le renforcement du capital humain passe par une nouvelle approche de l’éducation fondamentale, de l’enseignement secondaire et technique ainsi que de l’enseignement supérieur et de la recherche. L’objectif consiste à donner à nos jeunes un niveau de compétences en harmonie avec la modernisation de l’économie et des besoins du développement.

Enfin, sans la capitalisation des valeurs culturelles, un pilier essentiel du renforcement du capital humain comporterait un handicap majeur. Le dialogue culturel à tous les niveaux rapproche les concitoyens et milite pour une meilleure compréhension mutuelle et la cohésion ainsi que la solidarité nationale. Une réconciliation en profondeur ne peut que mener ce pays vers la concorde nationale et la stabilité.

SUR LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT ET DE L’ATTENUATION DES
EFFETS NEFASTES DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Madagascar est souvent considéré synonyme « Exception environnementale ». C’est pourquoi, afin de préserver notre richesse naturelle, des mesures rigoureuses pour renforcer la gouvernance et la protection de l’environnement sont préconisées. Afin d’éradiquer complètement les trafics des espèces protégées, mon gouvernement va présenter une série de mesures dans les jours et semaines qui viennent. Priver nos descendances de ce dont elles ont droit n’est-il pas un crime ? Ce sera la tolérance zéro pour les trafics de bois précieux dont les bois de rose.

Parallèlement, nous allons mettre en place un ensemble de mesures pour permettre d’atténuer les effets néfastes du changement climatique. S’il n’est pas possible de les éviter, il faut s’assurer de pouvoir rendre les incidences du changement climatique moins graves sur la population.

Monsieur le Président,

Mesdames et messieurs les députés,

Avant de terminer, permettrez-moi de vous présenter, en avant-goût, quelques mesures phares
parmi les centaines d’actions que mon gouvernement a décidées de réaliser.

1- Mettre en place 3 fonds :

  • Un fonds de secours d’urgence et humanitaire,
  • Un fonds de solidarité et d’équité,
  • Un fonds d’insertion et/ou de réinsertion professionnelle

2- Valoriser le concept de « fihavanana » pour servir de levier au dialogue social et de courroie de transmission entre les institutions afin qu’il y ait une cohérence et une synergie entre les actions des départements ministériels ;
3- Consolider et renforcer le processus de décentralisation effective afin que
l’administration de proximité devienne une réalité pour la population aux fins fonds de la brousse qui doivent parcourir plusieurs kilomètres pour accéder aux services publics de base ;
4- Prendre toutes les mesures de manière à résoudre définitivement le problème de délestage dans les trois mois qui viennent ;
5- Intégrer au sein de la fonction publique une première vague d’enseignants FRAM, parmi ceux qui ont la qualification requise ;
6- Mettre fin aux attaques à mains armées sur les principales routes nationales (RN 2, RN 1, RN 4, RN 7, etc.) et démanteler les réseaux de banditisme urbain ;
7- Faciliter la liaison aérienne au niveau régional ;
8- Renforcer le désenclavement en réduisant au maximum l’isolement des localités.
9- Automatiser l’octroi des pensions des retraités

Je résume donc l’engagement de mon Gouvernement en :

  1. UN PACTE D’ETHIQUE ET DE PERFORMANCE AVEC DES OBJECTIFS ET DES INDICATEURS DE RESULTATS.
  2. MESURES URGENTES ET PROGRAMMES DE REDRESSEMENT ET D’ASSAINISSEMENT.

Je mesure toute l’étendue de cette mission oh combien passionnante et prie pour que la ferveur et l’énergie qui nous anime soient chaque jour raffermies pour l’accomplissement avec succès de notre sacerdoce.
Maintenant, nous sommes à votre disposition pour recevoir vos suggestions.

Enfin et non des moindres, j’aimerais vous dire que les membres du Gouvernement que j’ai l’honneur de diriger s’associent avec moi pour vous présenter nos félicitations les plus chaleureuses pour votre élection à l’Assemblée nationale.

Je vous remercie de votre aimable attention.

PDF - 49.5 ko
Discours programme PM

22 commentaires

Vos commentaires

  • 10 mai 2014 à 10:34 | Isambilo (#4541)

    Discours en français.
    Soit il veut s’adresser en priorité à la communauté internationale, laissant au second plan les députés qui n’auraient pas compris la moitié des choses de toute manière.
    Soit ses services n’ont pas eu le temps de traduire le texte qui paraît un peu technique...et vaseux.
    Soit les 2 en même temps. L’essentiel est que les bailleurs aient compris et accepeté le programme.
    Les "nationalistes" vont en être scandalisés.

  • 10 mai 2014 à 11:15 | Vohitra (#7654)

    Bonjour à tous,

    Après avoir lu et relu ce programme de mise en oeuvre de la PGE, on ne peut que constater l’incapacité et le manque de volonté de ce gouvernement à faire plus et mieux que ses prédécesseurs eu égard à la gravité de la situation vécue par les ménages urbains et ruraux actuellement.

    Rien, absolument rien, ne différencie ce programme avec ce qui a été mis en oeuvre auparavant par Tantely Andrianarivo, Jacques Sylla ou le Général Rabemananjara.

    Les 4 axes stratégiques ne different que par les énoncés et les formulations, ainsi que les chiffres des indicateurs de croissance attendu (PIB, taux d’investissement, réduction du taux de pauvreté).

    Aucun engagements fermes et chiffrés, facilement perceptibles par les ménages, aucun engagement sur les changements visibles en fin de quinquenat, aucun engagement ferme sur les service améliorés que l’administration sera capable de fournir aux ménages au bout de 6mois, un an, cinq ans.

    En somme, rien que des déclarations propres aux faux fuyants, des éternels irresponsables, des trompeurs invétérés.

    Quel bénéfice pourrait en tirer les ménages localisés à Iakora, Ejeda, Kandreho, ou ceux vivant à Bekiraro Isotry, Kiangara Ankazobe par exemple ?

  • 10 mai 2014 à 11:18 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    La langue officielle,à Madagascar :
    - Malagasy,
    - français ?
    - anglais ?
    Il faut créer des traducteurs assermentés pour l’AN.
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 11 mai 2014 à 12:22 | jansi (#6474) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Même si le français est aussi langue officielle selon la constitution, le règlement intérieur de AN indique clairement que la langue malgache est la langue de AN sauf présence particulière et circonstancielle d’un invité officiel étranger.
      Mais c’était peut être le cas avec deux étrangers : Kolo et Basile . Lol

  • 10 mai 2014 à 11:53 | Turping (#1235)

    D’accord dans l’ensemble !peut-être quelques oublis ?!
    - Comme si vous allez au restaurant ,on vous propose des menus .A l’annnonce ,ça attire du monde ,des amateurs comme des pros .-----)A la dégustation ,est-ce que les mets proposés correspondent-ils réellement aux ménus annoncés ?

    - Pareil en politique ,est ce que le programme de Kolo va t-il être exécuté dans sa totalité ou s’agit-il seulement d’un simulacre ,d’un prêche dans le désert n’attirant que quelques âmes sensibles ?

    - Le vrai changement ,la rupture avec le passé c’est la stabilité politique ,du dévéloppement pérenne et durable en corrigeant les erreurs du passé (la démocratisation de tout système,la création des institutions fortes en luttant contre kla corruption ,etc, ...Cela fait plus de 40ans qu’on a attendu du concret, des actes tangibles qui ont des effets ,des impacts positifs sur le quotidien du peuple malgache,dans chaque foyer .
    - Il était temps de faire le rapprochement réel entre le peuple et ses dirigeants pour créer de vraie richesse et d’avancement !

    - Bon courage et bon vent. Seul le bilan qui compte !

  • 10 mai 2014 à 13:28 | betoko (#413)

    Du jamais vu à Madagascar , même le feu Tsiranana (paix en son âme) qui est francophile averti n’avait jamais lu ses discours en français
    Je me pose la question , serions nous dans un avenir proche sous protectorat français ? La Gazette de la grande île "KOLO Roger à l’assemblée , Très peu ont compris !
    L’express de Madagascar le seul journal avec le quel j’ai beaucoup d’estime car c’est le seul canard qui est objectif , on peut lire en première page :" Gouvernement , Le programme de Roger KOLO laisse à désirer ". Mais pourquoi avoir pris un imbécile pareil comme premier ministre ?

    • 10 mai 2014 à 14:18 | ASSISE (#1505) répond à betoko

      Il fallait dire : pourquoi LES imbéciles sont rois à Madagascar.

      Vous êtes jamba ?

    • 10 mai 2014 à 16:14 | Isambilo (#4541) répond à betoko

      Madagascar-Tribune appréciera votre jugement sur les journaux à sa juste valeur. Quelle finesse...

  • 10 mai 2014 à 18:08 | Mihaino (#1437)

    MERCI Mme/Mr le MODERATEUR DE BLOQUER et de SUPPRIMER ma réaction !
    Je commence à comprendre votre jeu et votre filtre automatique" antispam !
    Je respecte votre droit de supprimer ma réaction mais la moindre des choses est de respecter aussi le droit de s’exprimer des forumistes !
    Certaines réactions lues dans votre colonne passent comme une lettre à la poste et pourtant elles contiennent des expressions triviales !!! Prière de changer votre logiciel SVP !
    Avec ma totale déception !

    • 10 mai 2014 à 23:37 | Mihaino (#1437) répond à Mihaino

      J’ai révisionné l’ intervention de Kolo R. à l’AN et de Hery R. en tant qu’invité du zoma animé par Onitiana R. sur TVPlus . Des journalistes de RNM/TVM, de Midi Madagasikara, de Ny Antsiva, de l’Express de Madagascar ont posé des questions au PRM Hery pendant l’émission et il a répondu à toutes les interrogations à sa manière .
      J’ai réagi en tant que citoyen lambda et le fameux modérateur a supprimé ma réaction sans insulte ni expression triviale !
      MT.com est un média non clean et filtre les réactions qui ne lui conviennent pas . Dommage car étant fidèle participant depuis plusieurs années , j’ai l’impression que sa ligne de conduite a changé ??!!Pourquoi ? Pour qui et dans quel but ???Vos filtres laissent passer des insultes qui ternissent votre notoriété dans le monde entier .
      Sans rancune et Wait and see ....

    • 11 mai 2014 à 10:42 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Mihaino

      Mihaino,
      OUI ,il y a un petit changement chez Mada Tribune.com mais sans gravité,il reste "LIBRE" mais attention au SPAM..
      Je suis quelque fois victime :
      - Une Malgache de ce Forum m’a écrit une fois et j’ai trouvé le message dans "SPAM".
      On m’a expliqué,après,par suite du prénom :-"Virginie"
      Quelque,les modérateurs n’interviennent pas du TOUT,mais le message est bloqué.
      Il faut refaire votre post,vous allez vous en percevoir qu’il passerait.
      cordialement,
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 11 mai 2014 à 11:30 | Mihaino (#1437) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Bonjour Basile,
      A mon avis un GRAND changement a eu lieu chez Mada Tribune.com. Comparez ses lignes éditoriales depuis le début . Où sont passés Mrs Georges Rabehevitra , Patrick R ???Ndimby intervient très rarement maintenant ??
      Concernant ma réaction supprimée , j’ai voulu insister sur des réponses assez évasives du PRM Hery sur certaines questions et sur son calendrier pour réaliser son programme . Par contre, il a été franc et direct dans ses interventions pendant 1 heure 55 mn ! Mes interrogations ont plus ou moins reçu les réponses !
      Concernant le discours en français du PM Kolo R., j’ai ignoré que nos Députés ne savent ni lire ni comprendre le français ? Une langue (française, malgache, anglaise ...reste un outil de communication !
      Bon dimanche !

  • 11 mai 2014 à 01:00 | Radepy (#7163)

    Nous revenons Quinze années en arrière pour reprendre le PGE de Tantely Andrianarivo. Comme si le temps s’est arrêté depuis 2001 ...

    La question est de savoir si on sera capable de se réorganiser et rétablir l’autorité de l’Etat qui est fondamentale ...

    • 11 mai 2014 à 10:52 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Radepy

      Vous faîtes toujours référence à "TANTELY",il a bien réussi à se caser,à l’international.Point barre !
      Avec toutes les aides versées à Madagascar,depuis notre indépendance,faîtes le "BILAN" de tous ceux qui se sont agglutinés autourdes "POUVOIRS" Malagasy,ils ont tous réussi,en particuliers les étrangers qui ne valent rien dans leur "PAYS d’origine".
      IL FAUT ARRÊTER D’ACCUSER TOUJOURS LES MALGACHES.
      Un exemple :
      - "Maison de Madagascar,==près==des Champs Elysées,devenue ;Maison de la Réunion
      PAR QUEL MIRACLE.????
      Il y a d’autres exemples.
      Bien sûr,quelques Malgaches sont devenus "MILLIARDAIRES" par le "Saint-Esprit".
      - "PAR LES AIDES INTERNATIONALES et LE MONDE DES FINANCES/banques étrangères installées à Madagascar ".Point barre !
      Cordialement ;
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 11 mai 2014 à 14:10 | Mihaino (#1437) répond à Radepy

      Bonjour Radepy ,
      Le temps ne s’est pas arrêté depuis 2001 mais tous les programmes (bons ou mauvais ) restent INACHEVES pour nous sortir de la PAUVRETE !
      Les nouvelles fondations commencent à être mises en chantier d’après le PRM Hery pour REDRESSER NOTRE PAYS ...

      Je profite de cette colonne pour dire que des amis qui ont regardé l’émission THALASSA hier soir sur FR3 ont été agréablement surpris que la plupart de nos compatriotes ( côtiers, haut plateau, vieux, jeunes ...) parlent la langue de Molière . Nos députés bornés de Mapar font semblant de critiquer le PM Kolo R. mais au fond d’eux-mêmes, ils reconnaissent la pertinence de son Programme. LES 80% de la population ont travaillé dans leur champ et n’ont pas écouté ce discours politique . Il appartient aux élus de bien expliquer à leurs électeurs les tenants et les aboutissants de la Politique générale de nos dirigeants .

      Enfin, les députés ( Christine R., Rossy et consorts) qui brillent par leur absence ne doivent pas toucher leur salaire intégral ! L’argent du Peuple ne devrait pas être distribué aux députés qui BOUDENT et une fiche de présence existe à ma connaissance à l’Assemblée nationale .
      Bien cordialement,

    • 11 mai 2014 à 16:42 | Radepy (#7163) répond à Mihaino

      Mais qu’entendez-vous par "nouvelles fondations" ? Expliquez-nous donc ce que cela sous-entend parce que je ne vois rien de fondé ou de "base" dans cette histoire politique d’un Exécutif dépourvu de parti et qui n’a ni queue ni tête. La majorité relative actuelle à l’hémicycle ne garantie pas la stabilité et l’avenir nous le prouvera.

      Quant aux programmes de la période de croissance entre 1998 à 2001, ils étaient tous bons et adaptés à notre pays ou à sa population pour son développement durable que le régime R8 a bien failli ... dont plusieurs en sont restés inachevés jusqu’à ce jour (les archives des projets et ratifications à l’AN en sont les preuves). Mes propos bienveillants sur Tantely et son équipe sont objectivement justifiés ... pour ceux qui en doutent n’ont qu’à aller voir et passer quelques jours au service de la documentation de notre Chambre basse ; point barre !

      La question de la langue officielle est légitime, en sachant que 80% de nos compatriotes sont analphabètes ... leur Droit à l’information est fondamental !

    • 11 mai 2014 à 17:17 | Radepy (#7163) répond à Radepy

      Il faut savoir que le discours du PM présentant le PGE à l’Assemblée nationale est diamétralement opposé à son programme annoncé informellement après sa nomination au palais de la Présidence.

      Il faut comprendre que le PM est revenu sur terre c-à-d au pays après l’interpellation de la Banque Mondiale sous forme de colloque relatif à la protection sociale ... L’UE priorise également le social ... Le PGE est alors le programme de nos bailleurs que Kolo avait l’obligation de lire en langue française.

    • 12 mai 2014 à 08:18 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Mihaino

      Effectivement,des braves dames,d’un certain âge,parlent parfaitzement la langue de molière.
      C’est possible que certains "députés" ne maîtrisent pas cette langue pour une raison simple,ils ont eu leur diplôme "par correspondance",avec bakchiss.
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 11 mai 2014 à 10:17 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Pour tout ce qui doute encore de la "POLITIQUE GENERALE de l’ETAT",SEM Hery RAJAONARIMAMPIANINA a obtenu des financements qui s’élèvent à :
    - 1 500 000 000 à 2 000 000 000 usd
    - (-1,5 à 2 Milliards de dollars américains-).
    A titre de comparaison :
    - Cuba a besoin de 2 à 2,5 milliards de dolars américains d’investissements/an-

    NOUS AVONS DE REPONDANTS avec nos ressources minières et naturelles et la bonne volonté du Peuple à travailler avec l’équipe HR/KR.

    ="LA DEMOCRATIE PARTICIPATIVE"=
    - "Réconciliation Nationale et Redressement économique",sans laisser personne sur le trottoir.
    - Plus de "laissés-pour-compte" sur tout le territoire national
    MADAGASCAR,UNE et INDIVISIBLE.
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 11 mai 2014 à 12:45 | jansi (#6474)

    HR sur Tv + c’était en diffère. Le même soir, il était au bal de la Croix rouge jusqu’à 1h du matin avec quelques ministres dont celui de la culture qui a chanté au cours du bal .

    • 11 mai 2014 à 13:41 | Mihaino (#1437) répond à jansi

      Bonjour Jansi ,
      DECALAGE HORAIRE OBLIGE ! LOL !
      Mieux vaut chanter , danser que de PLEURNICHER à mon avis ! C’est notre tradition malgré la pauvreté depuis belle lurette ! Partout à Madagascar, nous dansons, nous chantons , ....à chaque bonne occasion ! Surtout pour les bonnes œuvres de la CROIX ROUGE ! SOLIDARITE, INSULARITE OBLIGENT ! Personnellement , je ne vois pas le problème si nous avons un Ministre qui chante bien sauf s’il ne suit pas le tempo et qu’il commet de fausses notes dans le rythme du Gouvernement !!!A méditer SVP !!!...
      Cordialement,

    • 12 mai 2014 à 13:35 | jansi (#6474) répond à Mihaino

      Le discours de KR est beaucoup plus subtil sinon ambigu qu’on ne le pense. Il se réfugié derrière les ordres de HR pour établir son programme. Il n’a pas d’idées particulières en matière de développement. KR avance clairement que ce qu’il avance découle des instructions de HR et que pour y parvenir, il faudrait 7% de taux de croissance des cette année et un taux a deux chiffres en 2015. A la limite, ce ne sont donc pas les objectifs de KR, mais ceux de HR. Et que s’il échoué, c’est a cause des ambitions de HR.

      Relisons la portion de discours a ce propos :

      Citations

      " Son excellence, Monsieur le Président de la République veut un changement immédiat et efficace. Dans ses orientations....., Il nous faut reconstruire la confiance envers l’Administration y compris la justice. Il exige aussi qu’on rebâtisse les conditions de notre crédibilité vis-à-vis du monde extérieur."

      "Son Excellence, Monsieur le Président de la République ordonne qu’on fasse de manière à ce que la croissance soit accélérée, inclusive et durable. Il exige qu’il soit rétablit un environnement de paix, de concorde et de justice de telle sorte qu’une amélioration sensible des conditions de vie de la majorité de la population soit une réalité rapide. Il nous faut se rappeler qu’avec la même structure et le même rythme de croissance ajustée sur les seules offres d’aide au développement traditionnelle, Madagascar restera un pays sous développé. C’est pourquoi, il nous faut une volonté politique pour parvenir à des objectifs ambitieux en passant par une relance du développement."

      "Ces objectifs exigent un taux de croissance économique de 7% dès le deuxième semestre 2014 et à deux chiffres en 2015. Pour y parvenir, il faut atteindre un taux d’investissement de plus de 25% du PIB dès 2014, pouvoir créer près de 500 000 emplois à fin 2015. L’incidence de la pauvreté doit être réduite ainsi de 7 à 10 points en 2015." ..... Fin de citations.

      En d’autres termes, KR est entrain de dire que pour atteindre les objectifs fixes par HR, il faut
      - un taux de 7% des 2014
      - un taux a deux chiffres en 2015
      - ne pas se contenter des aides traditionnelles type BM, FMI UE, et autres coopérations bilatérales, mais aussi aller vers les aides non traditionnelles, en d’autres termes les financements parallèles.

      La présence des Holijaona Rabaonarijaonina, Alain Ramanantsoa et Michel Domenicchini dans l’entourage de KR n’y est pas fortuite. Souvenons nous que Les financements parallèles de Zafy Albert ont été réalisés avec des conseillers spéciaux qui s’appellent Holijaona Rabaonarijaona, Serge Zafimahova et Alain Ramaroson.

      KR a posé publiquement la question a HR.
      Si vous voulez que j’atteigne vos objectifs, je dois passer par les financements parallèles.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS