Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 15 juin 2021
Antananarivo | 15h44
 

Divers

Le Rova d’Ambohimanga

En état de négligence

mercredi 6 octobre 2010 | Lucius

Une cinquantaine d’hectares de forêt de type primaire, rajoutée à 425 ha de zone tampon : tout cela constitue le site classé « patrimoine mondial culturel » qu’est la colline d’Ambohimanga Rova. Ce joyau patrimonial n’est pas épargné par la crise que traverse le pays depuis 2009. La haute valeur de ce vohitra au regard de la mémoire merina tient au fait qu’il a été le point de départ de l’unification de l’Imerina enintoko. Ambohimanga est, et demeure la capitale politique et religieuse de l’Imerina. Tout comme le pays secoué par une convulsion socio-politique, le Rova d’Ambohimanga a été emporté par un courant similaire depuis l’année dernière.

Au niveau de la gestion, le flou règne : depuis le début de la Transition, le ministère responsable n’arrive toujours pas à sortir le décret de nomination de la personne qu’elle désigne comme nouveau conservateur. Il en résulte qu’au niveau des employés, il n’y a plus de supérieurs hiérarchiques clairs envers lesquels rendre compte ; d’où des interprétations selon leur entendement sur les tâches incombant à chacun d’entre eux. Au bout du compte, tout le monde veut être guide-accompagnateur car c’est la tâche où l’on arrondit gracieusement son maigre salaire d’ECD (Employé à courte durée). D’où : salles négligemment nettoyées, nettoyage des allées réduit à l’essentiel où les visiteurs jettent regard, gardiennage du site pris à la légère. Bref, le laxisme dans toute sa splendeur.

À part ce problème au niveau de la direction, la crise touche ce site de par la baisse considérable du nombre des visiteurs, notamment étrangers. Ainsi, l’OSCAR (Office du site culturel d’Ambohimanga Rova), organisme rattaché au ministère de la Culture et du patrimoine ayant la charge de la gestion, est nettement réduit en moyen financier vu qu’il fonctionne essentiellement avec les recettes des visites. En second lieu donc, le Rova se trouve de surcroit dans l’impossibilité d’investir en matériels d’entretiens tels que cire, brosse, balai, et autres. La recette d’entrée, en effet, suffit à peine à s’acquitter du salaire des employés.

Par-dessus toutes considérations toutefois, le Rova d’Ambohimanga, classé « patrimoine mondial culturel » est le seul qui le soit dans la Grande île. Au même titre que le Tsingy du Bemaraha et la forêt zafimaniry classés eux « patrimoines mondial naturel », la colline d’Ambohimanga fait partie des biens de l’État malagasy.

Au rythme où se trouve la négligence, l’éventualité de déclassement de la colline d’Ambohimanga plane. Effectivement le classement « patrimoine mondial culturel » n’est pas un acquis figé. Des sites déclassés suite à de la négligence, il y en a eu. Ce serait une belle bévue, si jamais...

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS