Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 13 avril 2021
Antananarivo | 16h47
 

Sport

MJS-Com

En attendant la 2ème manche

samedi 27 décembre 2008 | Rata
Le Ministre du sport, Jean Louis Robinson. (au centre)

Alors que bon nombre croyaient à un temps de répit à la bataille entre le Ministère du Sport et le Comité Olympique Malagasy (COM), il n’en fut rien. Au contraire, elle s’est déplacée sur le terrain juridique où le camp d’Ambohijatovo vient de marquer un point en remportant la première manche. Mercredi, soit la veille du jour de Noël, le Conseil d’Etat qui a traité la demande de suspension introduite par le C.O.M., a rendu un verdict défavorable à ce dernier. Celui- ci a, en effet, adressé une requête auprés de la juridiction afin que l’exécution de l’arrêté ministériel et de la note circulaire concernant les élections au niveau du groupement sportif et des associations soit suspendue. Une demande rejetée par le conseil d’Etat. Dans la pratique, les associations sportives peuvent entamer le processus électoral, élaboré par le Ministère.

Requête en annulation

" Cette requête a été déposée dans l’intérêt du sport malagasy. On ne cherche en aucune manière à entrer en conflit avec le ministère", précise Liva Rambeloson, porte parole du COM, président de la Fédération de lutte et non moins membre du barreau. D’après lui, le Comité National Olympique, face à ses responsabilités, est obligé d’emprunter cette voie pour éviter que la foudre des instances sportives internationales ne tombe sur le milieu sportif de la Grande île. "Bien que certains ne croient pas à une quelque sanction du C.I.O., elle existe pourtant et plane au-dessus de nous", affirme l’avocat. A part cette demande en suspension, le C.O.M. a introduit également une demande en annulation pure de ces dispositions prises par le ministère. Cette requête en annulation, actuellement en cours de traitement, constitue la seconde manche de la longue bataille juridique opposant les deux parties.

Une bataille qui ravive dans la mémoire celle ayant mis aux prises récemment, la Fédération Malagasy de Football et le ministère du Sport, à l’époque de Patrick Ramiaramanana, suite à la décision de celui-ci de dissoudre l’association nationale du ballon rond. Déboutée à la première manche, la FMF a obtenu gain de cause à la seconde et a été réhabilitée dans son droit. Une guerre de perdue pour le COM et une de gagnée pour le Mjs. Mais la bataille est encore loin de se terminer et c’est vraiment dommage.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS