Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 26 septembre 2018
Antananarivo | 08h10
 

Politique

Haute Autorité de la Transition

« Empêcher les autorités légales »

lundi 16 mars 2009 | Rakotoarilala Ninaivo

Pour la deuxième fois, le « premier ministre du gouvernement de transition », Monja Roindefo Zafitsimivalo, a été au palais d’Etat de Mahazorivo. Samedi 14 mars 2009, vers 10 heures 30, escorté par des militaires lourdement armés, Monja Roindefo y a fait une conférence de presse, après avoir lu la résolution prise par la « Haute Autorité de Transition » (HAT) pour sortir Madagascar de la crise qu’elle traverse actuellement. L’absence du Premier ministre Charles Rabemananjara a facilité la séance médiatique de « déclaration de déchéance des autorités légales ».

« L’Assemblée nationale, le Sénat et le Gouvernement se trouvent actuellement incapables d’exercer normalement les attributions qui lui sont dévolues par la Constitution et qu’ils sont largement contestés par l’ensemble de la population qui ne leur reconnaît plus aucune légitimité ». Telle a été la déclaration faite par la HAT dans sa résolution.

Démission

Pour ce qui est du chef de l’Etat, « le président de la République a manifestement manqué à ses obligations constitutionnelles et a commis des actes rentrant en violation même du serment prêté devant la nation » selon la résolution de la HAT. Une résolution dans ce sens a été déposée auprès de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) dans la matinée de samedi 14 mars, lui demandant de constater l’empêchement du président de la République.

Sur la place du 13 mai, grande a été la surprise pour les partisans de Andry Rajoelina en voyant le président de l’Assemblée nationale Jacques Sylla monté sur l’estrade avec Andry Rajoelina. Et de surprise en surprise, maître Jacques Sylla a déclaré que le président de la République, Marc Ravalomanana, doit déposer sa démission dans l’intérêt de la nation. Douze (12) magistrats de premier grade sont montés sur le podium sur la Place 13 mai.

Andry Rajoelina a été escorté par des éléments de l’armée.

10 commentaires

Vos commentaires

  • 16 mars 2009 à 06:12 | Pseudo (#1063)

    EMPÊCHER, verbe trans.

    A. Vx. Gêner, embarrasser physiquement quelqu’un. En vain, toute la nymphe énorme et continue Empêche de bras purs mes membres harassés (VALÉRY, Charmes, 1922, p. 153).

    B. Faire obstacle, s’opposer à.
    1. Empêcher. [L’obj. dir. désigne une pers. ou une chose] Empêcher la guerre, un mariage. Synon. gêner, contrarier ; anton. permettre.
    Il faut souffrir ce qu’on ne saurait empêcher (RESTIF DE LA BRET., M. Nicolas, 1796, p. 86). Empêcher le relèvement économique (MALRAUX, Conquér., 1928, p. 173). À ton âge, on aime de s’amuser et ce n’est pas moi qui t’empêcherai (AYMÉ, Jument, 1933, p. 199) :

    1. Sans doute, le cours de la vie, la médiocrité et la fatigue des besognes quotidiennes nous empêchent, et nos chétives aventures sont moins fécondes en réflexions que la magnifique détresse de Faust et de Pascal.
    BARRÈS, La Grande pitié des églises de France, 1914, p. 88.

    Emploi abs., rare. La loi permet (...) la loi empêche (Code civil, 1804, art. 289, p. 55). Il y a des séparations, des poteaux, des filets pour empêcher (FLAUB., Corresp., 1853, p. 290).

    Emploi pronom. à sens passif. Ça aurait pu s’empêcher, il aurait suffi d’un peu de discipline... (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 523).

    Au passif. Être empêché. Être retenu par un obstacle (maladie, obligations) qui ne permet pas d’être présent. J’ai été empêché à la dernière minute (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 254).

    Rem. On rencontre l’emploi rare et vieilli. Empêcher qqc. à qqn. Le lui défendre, le lui interdire. Des scrupules suffisent à nous empêcher le bonheur (GIDE, Journal, 1893, p. 42).

    • 16 mars 2009 à 18:57 | fandresena (#299) répond à Pseudo

      rehefa tena natao ny fandinihana dia sylla no tena tao an-damosin’io rehetra io ; tonga izy rehefa handaka baolina hamono ao anaty but ! merci sylla !

  • 16 mars 2009 à 06:15 | Pseudo (#1063)

    EMPÊCHEMENT, subst. masc.

    A. Ce qui empêche (quelqu’un de faire quelque chose ou quelque chose de se réaliser). Synon. obstacle.

    1. [L’empêchement est physique] [J’] essayai de travailler, mais avais comme un empêchement dans la tête. Un obstacle presque physique (BARB. D’AUREV., 2e Memor., 1838, p. 331). La neige nous bloque, mais je ne me souviens pas d’avoir jamais vu son empêchement si épais (GIDE, Symph., pastor., 1919, p. 884).

    2. [L’empêchement est moral] Popinot avait alors vingt et un ans, Birotteau s’était marié à cet âge, Anselme ne voyait donc aucun empêchement à son mariage avec Césarine (BALZAC, C. Birotteau, 1837, p. 74).
    DR. CIVIL et CANONIQUE. Empêchement de mariage. Absence d’une condition mise par la loi au mariage. Empêchement dirimant*, prohibitif*. Il y a empêchement, lever tous les empêchements (Ac. 1835-1932). Le mariage ne peut être conféré qu’à des personnes non liées par des empêchements dirimants (Dict. théol. cath. t. 14, 1re part., 1938, p. 636).

    3. En partic. Obstacle physique ou moral à la réalisation d’un projet, à une présence. Ses visites [à Eulalie] qui avaient lieu régulièrement tous les dimanches, sauf empêchement inopiné (PROUST, Swann, 1913, p. 70). « Je vais téléphoner que j’ai un empêchement » (MARTIN DU G., Thib., La Sorell., 1928, p. 1147).

    B. P. méton. Fait d’être empêché. Synon. incapacité. Être dans l’empêchement, dans un grand empêchement (Ac. 1932). Les pierres elles-mêmes, dans leur empêchement grossier, (...) n’étaient pas dénuées de toute participation à la parole universelle (SAINTE-BEUVE, Volupté, t. 1, 1834, p. 225). Le dommage causé pour la récolte des fruits, l’empêchement de labourer (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 1, 1870, p. 11).

  • 16 mars 2009 à 06:20 | Pseudo (#1063)

    « Empêcher les autorités légales » ?

    « constater l’empêchement du président » ??

    Destituer, destitution.

    Déchoir, déchéance.

    Non ?

  • 16 mars 2009 à 06:59 | za mpijery (#1064)

    grande famille ridiculous ! la honte ! mahonena tellement ils sont ridicules les gens !

  • 16 mars 2009 à 08:32 | Andry bekonetaka (#1068)

    Voilà, c’est fait nous sommes la risée du monde entier, sauf peut être la France,
    Autoproclamation, prise de pouvoir par la force, terroriste, refus de référendum, ..... c’est lamentable et digne des républiques bananières,

  • 16 mars 2009 à 09:38 | nofy (#668)

    C’est la loi de la jungle qui règne dans notre pays,chacun se nomme comme il veut(HAT, premier ministre,etc...)et voilà qui arrive aussi Mr Sylla qui veut bien avoir son siège ! mais il n’y aura pas assez pour tout le monde ! est ce qu’ils ont demandé l’avis du peuple avant toutes choses ? non !et l’histoire continnue, c’est ça la démocratie à Madagascar, c’est une honte, on se croit en Afrique. A vrai dire le peuple c’est juste un outil pour avoir le siège,et le pouvoir c’est pour avoir l’honneur et remplir sa poche, pauvre peuple !

    • 16 mars 2009 à 10:51 | neutre (#674) répond à nofy

      bien dit nofy ! très bien dit ! merci.

    • 16 mars 2009 à 18:08 | rainidimy (#340) répond à nofy

      Rien à ajouter ! sauf que ce n’est pas une république bananière mais république TGV ( Toaka Gasy sy Vinany )

    • 16 mars 2009 à 18:55 | fandresena (#299) répond à rainidimy

      NON PAR LA FORCE , NON PAR LA FORCE , NON PAR LA FORCE
      Merci odon merci andry nanapotika tanteraka an’i madagasikara ary manolotra azy eo an-tanana’ny vazaha !
      tsy azo resena anefa ny marina ary ny amrina tsy maty fa aleo hitohy ny tantara !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 331