Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 24 juin 2018
Antananarivo | 06h36
 

Politique

Politique

Élections présidentielles et législatives : La Ceni précise de plus en plus les dates

vendredi 8 juin | Ny Aina Rahaga

La nomination du nouveau Premier ministre en tant que Premier ministre de consensus rapproche de plus en plus le pays vers une sortie de crise. Laquelle sera sans aucun doute par les élections notamment les présidentielles et les législatives. Aussi, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) par son vice-président Thierry Rakotonarivo a cette fois donné une date précise pour la réalisation de ces élections.

Selon ce dernier, il serait opportun de faire le premier tour de l’élection présidentielle le 17 octobre prochain, soit dans 5 mois. Le vice-président de la Ceni d’expliquer que cette date du 17 octobre résulte entre autre du fait de respecter le délai de 90 jours pour la convocation des électeurs prévu par la loi. D’autre part Thierry Rakotonarivo de préciser que les éléments techniques, matériels et financiers sont toutefois déjà prêts à ce jour pour réaliser ces élections. Une date possible pour les élections législatives a également été avancée par le vice-président de la Ceni à savoir le 20 mars 2019.

Toutefois, la confirmation de ces dates ainsi que la décision n’appartient pas uniquement à la Ceni. La décision de la Haute Cour Constitutionnelle sur la requête à fin de déchéance du président de la République a en effet précisé que la date sera arrêtée par la Ceni et le gouvernement de consensus. Gouvernement qui ne tardera pas à voir le jour selon Christian Ntsay, Premier ministre.

Question de lois

Par ailleurs, malgré les esquisses de dates données par la Ceni, la question se pose toujours de savoir si les lois organiques relatives aux élections qui ont été votées au parlement et qui sont à l’origine de cette crise politique seront celles utilisées pour les prochaines échéances. La déclaration du Premier ministre lors de sa passation de service selon laquelle « il est désormais urgent de transformer notre volonté en action et de publier les textes règlementaires relatifs aux élections » semble confirmer que ces lois seront bel et bien celles utilisées. Entre autres, il est maintenant question des décrets d’application et non de revoir les lois électorales promulguées par le président de la République.

De l’avis d’un juriste, voter de nouvelles lois électorales pouvant satisfaire l’un et l’autre des protagonistes actuels ne ferait que rallonger la crise et éloigner les élections. La session ordinaire actuelle qui ne pourrait pus suffire pour accoucher d’une nouvelle loi entrainerait une autre session extraordinaire. Ceci alors que les députés auraient pu faire une proposition de loi durant cette session ordinaire afin de suppléer aux textes actuels.

Selon les observateurs, le jeu politique l’aura emporté sur la question juridique étant donné que ce qui préoccupe maintenant les députés est le fait d’entrer dans le gouvernement et de s’attribuer certains ministères, et non plus les lois électorales qu’ils disaient bancales et qui les ont menés sur la place du 13 mai.

8 commentaires

Vos commentaires

  • 8 juin à 11:06 | SNUTILE (#1543)

    Pourquoi avoir choisi un jour ouvrable Mercredi, qu’un jour férié Samedi ou Dimanche pour l’afflux aux urnes plus sereinement ?

    • 8 juin à 14:55 | Tsix (#10296) répond à SNUTILE

      Peut importe si c’est un jour ouvrable ou non car la vie de l’Etat malagasy dépende de cette date historique et peut être inoubliable dans l’histoire de Madagascar.

    • 8 juin à 15:47 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090) répond à SNUTILE

      Tsix ,
      Date historique ,inoubliable ,tiens donc et pourquoi ?
      Vu ce qu’ont donné les élections depuis 45 ans ,il n’y a pas de quoi pavoiser !

  • 8 juin à 15:30 | tojo (#10300)

    Il faut préciser ce date le plus vite possible car l’élection est la seul solution pour sortir du crise. Il faut bien organisé et y procéder.

  • 8 juin à 15:36 | harena (#10295)

    après la nomination du premier ministre et ses gouvernements, la deuxième choses important pour sortir de la crise est l’élection présidentiel. Ce que nous devons savoir c’est qu’il faut sortir de cette crise créer par le TIM et Mapar encore. Nous devons tous conscient que peu importe le céni dit il cherche la porte pour sortir de la crise.

  • 8 juin à 15:37 | komi (#10299)

    la suite de la vie du pays dépend de cette date d’élections, alors que c’est évident par le CENI de lui amène sa calendrier électoral pour préparer cette élections que se soit présidentielle ou législative

  • 8 juin à 16:54 | Christianna (#10313)

    c’est par l’éléction qu’on constate l’opinion du public de ce qui va prendre le pouvoir

  • 8 juin à 16:58 | Toutoun (#10298)

    Peu importe que la date sera dans le jour ouvrable ou week-end. Il est temps de passer à l’action plutôt que de bavarder et critiquer. Avancer ensemble et tout se passera bien.

Publicité



Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 96