Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 13 avril 2021
Antananarivo | 16h27
 

Société

Conjoncture

Du jamais vu !

mardi 5 août 2014 | Valis

Du jamais vu ! Des commerçants refusent de vous vendre leurs marchandises ; ils préfèrent vous reprendre les marchandises et vous retournent votre argent. Ils vous font comprendre qu’ils n’ont pas confiance en votre argent car vous les payez en billets de banque qui sont bizarres ou qui seraient de faux billets. Des billets de banque recouverts de film ou de plastique sont en circulation ces derniers jours sans qu’il n’y ait eu au préalable aucune information officielle à ce propos. Plusieurs sources confirment cependant que c’est officiel et que la Banque centrale a pris ces mesures pour protéger ces billets de banque de l’usure rapide dont ces billets sont victimes. On aura donc tout vu car des billets de banque de 500 ariary et de 2000 ariary sont effectivement recouverts de fin film plastique. Dans le temps, à l’époque coloniale, on parlait de « vola baoritra » ou de bons d’achat officiels en quelque sorte à la place de billets de banque. Et l’indigène savait que ce mode de paiement était dû au fait que la métropole était en difficulté financière et monétaire. Aujourd’hui, doit-on parler de « vola plastika » ? Cette méfiance des commerçants à l’égard de ces billets de banque plastifiés traduit un certain désarroi dans les esprits des acteurs économiques. La dépréciation de l’Ariary est de plus en plus inquiétante. Le doute plane dans le monde micro-économique au vu des faux billets de banque en circulation tant et si bien que les usagers sont toujours sur le qui-vive devant des billets de banque tout neuf. Mais ce comportement traduit aussi le manque de confiance entre les dirigeants et les administrés ; le manque de garantie dans les activités économiques sans doute par insuffisance de communication officielle.

Parce que votre billet de banque ne lui inspire pas confiance, il vous dit d’aller vous faire servir ailleurs ; et cela au détriment du développement des affaires. D’ailleurs, cette attitude est quelque part encouragée par les pratiques de certaines boutiques franches dans quelques quartiers de la capitale où les prix s’affichent en euros ou en dollars, c’est-à-dire en devises étrangères. Ici on ne veut pas entendre parler d’Ariary ; et ce quand bien même vous demandez à payer l’équivalent en monnaie locale. En tout cas, même les opérateurs qui évoluent dans ce secteur des marchandises destinées à une clientèle aisée n’ont pas confiance en la monnaie locale. Ils ne sont pas convaincus de la politique monétaire appliquée dans le pays.

Et puis l’État a-t-il jamais eu de vraie politique dans les autres secteurs ? Le ministre de l’Éducation nationale vient d’avouer que le gouvernement n’a pas de programme officiel en matière d’éducation et d’enseignement. Chaque établissement conduisait son programme scolaire et chaque région faisait à sa guise alors que les épreuves du BEPC et du baccalauréat sont des examens nationaux. C’est le mois d’octobre prochain seulement que le ministère prévoit d’organiser avec les organisations de la société civile, les enseignants, les éducateurs et les bailleurs de fonds, une concertation nationale pour élaborer la politique en la matière et confectionner les programmes communs. Les partenaires techniques et financiers sont prêts à nous aider techniquement, déclare le ministre de l’Éducation nationale, par exemple dans la confection des manuels scolaires si on a bien compris.

Une telle concertation est nécessaire pour définir la langue d’enseignement, les objectifs et les résultats attendus après les différents cycles d’enseignement : primaire, premier cycle du secondaire et après le baccalauréat.

Pour l’observateur, il est clair que le gouvernement n’a pas de politique scolaire et n’a pas de vision précise de ce qu’il pense de l’éducation et de l’enseignement. C’est sans doute le cadet des soucis des politiciens qui s’étaient présentés à la présidentielle. C’est aujourd’hui seulement, installés au pouvoir, qu’ils vont chercher qu’est-ce qu’ils vont faire et comment y arriver ? Du jamais vu !

24 commentaires

Vos commentaires

  • 5 août 2014 à 09:20 | zaho (#699)

    Tout d’abord, c’est inadmissible de la part de la Banque centrale et du Gouvernement en général et du ministère des finances en particulier de ne pas avoir informé la population malgache de la mise en circulation de ces billets plastifiés et je trouve inadmissible que des commerçants "gros ou petits" de refuser la monnaie locale car on n’a pas confiance en l’ARIARY. Le gouvernement doit sévir et les consommateurs doivent porter plainte contre ces commerçants. J’espère que suite à votre article, des mesures seront prises contre ces commerçants qui refusent la monnaie du pays dans lequel ils vivent et font des affaires.

    • 5 août 2014 à 14:54 | Isandra (#7070) répond à zaho

      C’est comme ça que se passe quand on a affaire avec des apprentis et amateurs,...médiocrité généralisée sur tout le plan,...commencer par la comm.

  • 5 août 2014 à 09:54 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    - "Les commerçants ont raison de refuser vos billets de banque".
    .Aux autorités monétaires de rassurer la "POPULATION".

    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 5 août 2014 à 10:03 | Jipo (#4988)

    A repoblik bananière monnaie de singe , nous pouvons faire mieux que les komba ...

  • 5 août 2014 à 10:43 | jansi (#6474)

    Pour l’observateur, il est clair que le gouvernement n’a pas de politique scolaire et n’a pas de vision précise de ce qu’il pense de l’éducation et de l’enseignement. C’est sans doute le cadet des soucis des politiciens qui s’étaient présentés à la présidentielle. C’est aujourd’hui seulement, installés au pouvoir, qu’ils vont chercher qu’est-ce qu’ils vont faire et comment y arriver ? Du jamais vu !

    Les mêmes amateurs que pendant la Transition. Le même échec. Les mêmes rejets de la population.
    HR devrait absolument penser a changer de gouvernement.

    • 5 août 2014 à 12:51 | betoko (#413) répond à jansi

      NON Jansi , comparons ce qui sont comparable , le gouvernement de transition n’avait pas le même pouvoir que ce gouvernement , mais ce gouvernement gouverne à l’aveuglette , au jour le jour , et le pire il n’a pas de responsable en communication , à se demander si pour eux la comm n’est que du gadget
      Hier 1euros= à 16 6000 Ar= 83 000 fmg , c’est très bon pour les exportateurs et les touristes , mais pour la population , où va ce pays ? Certains auditeurs sur des radios libres disaient que c’était mieux du temps de la transition que maintenant , Il y a une chose que j’ai pas compris , comment se fait il que Hery Rajaonarimampianina n’est pas accompagné par le ministre du commerce à Washington et pourquoi il est accompagné par le ministre des armées ? Est ce que nous allons acheter des armes aux américains ?
      Une caricature que j’aime bien sur L’Express de ce jour, Jean Max Rakotomanmonjy président de l’assemblée nationale brandit une feuille en disant " Selon les règlements ANTERIEURS A MON ELECTION , seule la présence des députés MAPAR est obligatoire " NO COMMENT

    • 5 août 2014 à 15:07 | el che (#344) répond à betoko

      Hier 1euros= à 16 6000 Ar= 83 000 fmg , (betoko)


      l’euro est à environ 3020 ariary. vous faites un grosse bourde betoko

    • 5 août 2014 à 17:24 | betoko (#413) répond à el che

      ah oui , mille excuses c’était 16 600 FMG , l’erreur est humaine
      merci de m’avoir corrigé

    • 5 août 2014 à 17:26 | betoko (#413) répond à betoko

      et c’est 3320 AR

    • 5 août 2014 à 21:24 | jansi (#6474) répond à betoko

      Vous êtes donc le porte voix de Radio Frree FM. Lol

  • 5 août 2014 à 11:46 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalamo alaikoum

    Voilà ce qui arrive lorsque les dirigeants pensent trop à se servir au lieu de servir : la charrue avant le bœuf est notre nouvelle mode de gouvernance.
    C’est le pilotage à vue dans tous les domaines et on veut faire croire encore à tous le monde (au pays comme à l’extérieur) que tout va bien (pour le mieux) alors que c’est le contraire qui sort ces griffes (la haine à la place de la réconciliation nationale, ect..).

  • 5 août 2014 à 12:03 | tsimahafotsy (#6734)

    Les événements donnent raison à Georges Rabehevitra quand il qualifiait HERY de FERY VAOVAO.
    On n’est pas sorti de l’auberge !

  • 5 août 2014 à 12:05 | jaongaly (#6709)

    Bonjour,
    En ce qui concerne la circulation des billets de banque, je suppose que c’est encadrée par la législation ; donc il suffit d’appliquer celle ci. S’il n’y en a pas, c’est le travail de nos députés.
    Par rapport à l’enseignement, permettez moi de dire que le programme n’a pas d’importance car notre enseignement actuel ne produit que des diplômés improductifs, une fois le diplôme acquis, la plupart ne sait pas quoi en faire ; il serait plutôt judicieux de penser à mettre à jour la méthode d’enseignement. Si nous voulons former des citoyens actifs (pour lui et pour la société). Les Etats Unis, l’Allemagne, les Japonais et d’autres l’ont fait depuis un siècle.
    Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Surtout au point où on en est.

  • 5 août 2014 à 12:35 | Isandra (#7070)

    "C’est aujourd’hui seulement, installés au pouvoir, qu’ils vont chercher qu’est-ce qu’ils vont faire et comment y arriver ? Du jamais vu !"

    Cela s’appelle, improvisation,...

    En effet,...nous ne pouvons pas espérer grande chose, dans cet état actuel de chose, car Hery, lui-même, il est un produit d’improvisation,...faute de candidature de Rajoelina,...pire, il a choisit de continuer dans cette longue marche d’improvisation,...en adoptant une nouvelle équipe des apprentis, laquelle n’a pas été préparée, ni formée à gouverner toute seule, d’où cette absence de programme préétabli, ou projet de société,...Nous ne savons pas, quel rang de Madagascar sur le plan mondial Hery rêve,...

  • 5 août 2014 à 12:44 | kakilay (#2022)

    Et voilà que l’on découvre que toute transaction entre les hommes repose sur la confiance. Paramètre que certains diront subjectif, donc de peu de valeur, car l’homo œconomicus serait par magie, objective. Mathématiser l’économie pour échapper au subjectif, ne fait pas vérité. Le facteur psychologique était reconnu par Keynes, le marketing suivra la tendance.
    L’argent, un média comme le chèque, repose sur la confiance. Pour peu que l’un des opérateurs nie sa validité ou sa valeur, alors la transaction n’a pas lieu : l’argent n’a plus de valeur.
    Au lendemain du discours d’investiture de herypt, malgré le copier-coller de ce dernier, était venu pour investir à Mada. Après cinq ans de mierda, cela ne pouvait que changer. On pourrait faire confiance à cette nouvelle équipe. Mais il n’avait pas tout à fait confiance car il venait d’abord pour tâter l’ambiance. Mais il avait quand même une certaine confiance, mais pas une confiance certaine, car il a payé son billet d’avion et ses frais d’hôtel... Et il est reparti, en perdant le peu de confiance qu’il avait en ce nouveau pt.
    Et ce qui est désolant dans cette équipe, c’est qu’elle ne comprend même pas quand bien même est important le facteur psychologique. Au lendemain de l’élection de Ra8, la mairie de Tana était submergé par les citoyens qui voulaient payer les impôts. On faisait la queue : du jamais vu !
    En 7 mois, le peu de crédit et d’état de grâce, sont réduits en lambeaux de chair par herypt. Le socle se léquéfie qu’on a même droit, est-ce une question de Droit ?, à une loi crétine, votée en catimini, signée par contre par toute la hiérarchie, non reconnue par des responsables non responsables, par cette même hiérarchie.

    Qui sont donc ces gens qui nous gouvernent et dirigent ?
    Méritent-ils la confiance comme le respect ?
    Car les vraies questions : Quoi mérite respect et qui mérite respect ?
    Oui ! pour une culture du mérite et de l’excellence...
    A bas le mérite mora ! : on a déjà donné...

    Des gouvernants fôpla, comme une monnaie peut sonner fausse. Mais s’il vous arrive de l’entendre comme telle, il ne faut pas le dire : cela vous coûtera en vraies monnaies, et de vrais séjours en prisons. On les appelle : les vrais faux-ssoyeurs... ou les vrais fosse-monnayeurs !

    • 5 août 2014 à 18:45 | Inglewood (#6780) répond à kakilay

      C’est un Président de pacotille avec son équipe de nabots.

  • 5 août 2014 à 15:18 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Le monde a certes évolué mais pas les hommes car rien qu’à travers ces citations d’avant et d’après JC, on voit bien que l’homme est égal à lui-même depuis la nuit du temps :

    « Les maux qui dévorent les hommes sont le fruit de leurs choix ; et ces malheureux cherchent loin d’eux les biens dont ils portent la source » Pythagore.

    « Les avares amassent comme s’ils devaient vivre toujours ; les prodigues dissipent comme s’ils allaient mourir » Aristote.

    « Les hommes sont comme les vins : avec le temps, les bons s’améliorent et les mauvais s’aigrissent » Cicéron

    « On a conscience avant, on prend conscience après » Oscar Wilde.

    « Quand il s’agit d’argent, tout le monde est de la même religion » Voltaire.

    • 5 août 2014 à 18:26 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Au fait ange ou jansi , connaissez vous ce monsieur Zouzar Bouka , PDG de la société VIMA (ste immobilière) , qui est avec Hery , actuellement aux states ???

    • 5 août 2014 à 18:35 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Rakotoasitera Fidy

      Tout ce qui concerne la quincaillerie appartient en majorité à la communauté Bohra donc Mr ZOUZAR B pourrait faire partie de cette communauté.

    • 5 août 2014 à 20:27 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Bizarre , ange ... à part ce monsieur , aucun opérateur malagsy n’est du voyage .. bizarre bizarre

  • 5 août 2014 à 20:14 | Doumé (#7704)

    Il faut mépriser l’argent,surtout la petite monnaie. (O.de Kersauson)

  • 5 août 2014 à 22:21 | Zafimaro (#3479)

    Robert T. Yamate, Nominee for Ambassador to the Republic of Madagascar and the Union of the Comoros, Department of State
    Robert T. Yamate, a career member of the Foreign Service, Class of Minister-Counselor, is an Assessor at the Board of Examiners in the Bureau of Human Resources at the Department of State (DOS), a position he has held since 2013. Previously, he served as Deputy Chief of Mission at the U.S. Embassy in Dakar, Senegal from 2010 to 2013. He was a Multifunctional Officer in the Bureau of Intelligence and Research at DOS from 2008 to 2010, and a Management Counselor at the U.S. Mission to the United Nations in Geneva, Switzerland from 2006 to 2008. He also served as a Management Counselor at the U.S. Embassy in Abidjan, Côte d’Ivoire from 2004 to 2006. Mr. Yamate was a Management Counselor at the U.S. Embassy in Harare, Zimbabwe from 2002 to 2004, and a Management Officer at the American Institute in Taiwan in Taipei, Taiwan from 1999 to 2002. He was Deputy Executive Director in the Executive Office of the Bureau of Personnel at DOS from 1997 to 1999 and Chargé d’Affaires at the U.S. Embassy in Apia, Western Samoa from 1994 to 1996. Mr. Yamate received a B.S. at California Polytechnic University at Pomona, an M.A. from the University of LaVerne, and an M.B.A. from the University of Pittsburgh.

  • 5 août 2014 à 23:15 | diego (#531)

    Bonjour,

    Personne, personne ne fait confiance à Mr R. Hery. Bien sur il y a ses partisans et les gens qui ont voté pour lui en espérant que l’expert comptable allait nous surprendre :

    - je n’y ai jamais cru.

    Et voici pourquoi :

    - Dans un pays en désordre, il faut avant tout que les politiciens créent une sorte d’institution dans laquelle ils vont évoluer, jusqu’à l’organisation des élections qui donneraient des élus, des nouveaux législateurs.

    Cette approche donnerait de confiance non seulement aux politiciens, mais surtout aux électrices et électeurs. Le pays retrouverait vite une sérénité. Hélas les politiciens ne font pas le même diagnostic du maladie visible de loin comme le soleil dont leur pays souffre depuis 12 ans.

    Je n’ai jamais cru à Mr R. Hery ou un autre à sa place, le constat était trop simple :

    - aucun des candidat n’avait un partis politique susceptible de former une majorité pour gouverner le pays....Ravalomanana, Zafy, Ratsiraka, ni les jeunes ni les politiciens qui voulaient accaparer l’Arema le Tim etc... Pas un seul parmi ces homme pouvait avoir suffisamment d’élus pour animer les débats post élections, aucun. Alors imaginer sortir de crise avec Mr R. Hery sorti de nul part était revingadra Gasy.....peu mieux faire....

  • 6 août 2014 à 09:33 | LE VEILLEUR alias L’EVEILLEUR (#1331)

    - Les effets P-Hery-very s’accumulent dangereusement ou quoi ?
    - Le Tsip-Hery Fery est-il une solution pour nous faire avaler le piment ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS