Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 27 janvier 2022
Antananarivo | 14h53
 

Diplomatie

Discours du président de la HAT, Andry Rajoelina à l’ONU

samedi 24 septembre 2011

Monsieur le Président,
Monsieur le Secrétaire Général,
Mesdames et Messieurs les Chefs d’État et de Gouvernement,
Honorables Délégués, Mesdames et Messieurs,

Après trois ans de crise politique et après trois ans d’absence, Madagascar est aujourd’hui fier de retrouver sa place, ici parmi vous, dans le concert des Nations.

Au nom de mes compatriotes, je suis particulièrement honoré de participer à ce débat général, axé sur « le rôle de la médiation dans le règlement des différends par des moyens pacifiques ». En effet, les crises qui se sont succédé à travers le monde, et tout récemment dans le Nord de l’Afrique, démontrent l’importance et l’actualité de ce thème !

Madagascar en a traversé, qui vient de connaître justement une étape décisive, grâce au concours de la médiation internationale, qui a permis aux Malgaches de trouver entre eux un consensus porteur d’espoir.

Aussi, permettez-moi tout d’abord de rendre un vibrant hommage à Son Excellence, feu Dag Hammarskjöld, ancien Secrétaire Général de cette grande organisation, pionnier de la diplomatie préventive et architecte du concept de maintien de la paix, dont nous venons de célébrer le 50ème anniversaire de sa disparition tragique.

Durant son mandat, il n’a cessé d’œuvrer pour renforcer la légitimité de l’Organisation des Nations-Unies dans la résolution pacifique des différends internationaux. Et maintenant encore, nous lui devons en grande partie, la reconnaissance universelle des vertus de la médiation pour résoudre les tensions, voire les conflits.

Nous venons de commémorer les évènements tragiques du 11 septembre 2001 qui ont ébranlé cette ville de New York et même le monde entier. Nous sommes aussi à dix ans de l’ « Année des Nations Unies pour le dialogue entre les civilisations », une année durant laquelle le dialogue des cultures et la culture du dialogue ont été promus sur la scène internationale afin de combattre le choc des civilisations.

Mais quand on parle de « conflits », on se réfère à deux idéologies différentes qui ne défendent pas les mêmes valeurs. Cela peut concerner deux pays, ou deux régions, ou encore un Gouvernant et son peuple.

Dans ce dernier cas, lorsque l’un ne respecte plus l’autre, cela engendre un soulèvement populaire qui aboutit à un conflit, conduisant à une crise, d’où l’importance du rôle de la médiation pour régler les différends par des moyens pacifiques.

C’est en ce sens que toute médiation devrait recueillir les informations à leurs sources, et constater de visu, les réalités prévalant sur le terrain du conflit, avant de proposer une solution qui serait durable et acceptable par tous.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

L’histoire nous a montré que des actes démesurés d’un dirigeant, en utilisant la force, engendrent des conséquences graves à son pays, qui peuvent le ramener au chaos, et coûter la vie à des dizaines, des centaines, voire des milliers d’innocents. Et c’est tout un peuple qui en subit malheureusement les graves conséquences.

Pourquoi ? Souvent, l’apport de vraies solutions se fait trop attendre, ce qui fait plonger une grande partie de l’humanité dans la pauvreté. Car aux souffrances, à l’angoisse, au désespoir, nous devons avoir une réponse. Nous voulons changer et nous allons changer !

Afin de mieux illustrer mes propos, permettez-moi de vous parler du cas de mon pays : Madagascar.

Vous savez tous, autant que moi, que la Grande île de l’océan Indien a vécu, depuis la fin de l’année 2008, une crise politique.

Le peuple malgache s’est soulevé avec détermination pour rompre avec un passé caractérisé par une mauvaise gouvernance, le non-respect des principes démocratiques, des droits de l’homme et de l’état de droit – engendrant une paupérisation généralisée, une misère sociale insoutenable au quotidien et une frustration grandissante ressentie par la majorité de mes compatriotes.

C’est ainsi que le peuple malgache a revendiqué une vie meilleure et la mise en place d’un véritable changement tout en se confortant au respect des principes universels.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

À un moment où la recherche d’une sortie de crise passe par les principes d’une gestion consensuelle et inclusive d’une Transition, et au moment où ce consensus s’avère difficile à obtenir, des efforts louables de médiation entre les protagonistes malgaches ont été déployés, aussi bien par des organisations de la société civile malgache que par des partenaires bilatéraux et régionaux de la Grande Ile ainsi que par la Communauté Internationale.

Je me permets de citer ici et de saluer fortement les efforts inlassables et patients de l’équipe de médiation de la Communauté de Développement de l’Afrique Australe (dite la « SADC »), structure régionale mandatée par l’Union Africaine ; et également les initiatives sans relâche, effectuées par d’autres entités telles que l’Organisation des Nations Unies, l’Organisation Internationale de la Francophonie et la Commission de l’Océan Indien.

L’implication de tous les acteurs concernés dans la médiation a été indispensable, afin de répondre à une logique d’efficacité et de pragmatisme, c’est-à- dire être à la hauteur de l’urgence ainsi que des impératifs vitaux de la population, et de l’économie malgache qui aurait été fragilisée, si la crise et les négociations perduraient encore.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Le Peuple Malgache a été patient et a fait preuve d’un courage sans pareil dans la résolution pacifique de la crise politique, et ce, d’une manière exemplaire, malgré toutes les restrictions économiques et sociales, ainsi que l’absence d’aide internationale dont il a souffert durant ces trois dernières années.

La feuille de route de sortie de crise pour Madagascar proposée par la SADC, paraphée le 9 Mars 2011, a été signée par les Groupements Politiques, constituant la grande majorité des parties prenantes malgaches, le 17 Septembre dernier.

La grande famille politique malgache est désormais résolue à aller de l’avant et à s’engager à œuvrer de concert dans l’intérêt supérieur de la Nation, pour le bien-être, la paix et la sérénité du peuple dans son ensemble.

Une étape extrêmement importante vient d’être franchie. Mais les efforts à entreprendre et qui suivent restent nombreux. Il convient, dès lors, de les concentrer en premier lieu vers la mise en application des dispositions de la feuille de route, par pur respect des premières aspirations populaires, menant vers l’organisation d’élections libres, crédibles, justes et transparentes – seule issue définitive à la crise et au retour à la normalité constitutionnelle.

Nous sommes parvenus à trouver finalement un accord consensuel, reflété par le sens du compromis dont nous sommes particulièrement fiers en raison de la culture profonde du « Fihavanana », un concept de vie en société qui anime les Malgaches depuis la nuit des temps, qu’on pourrait résumer aux principes de : « Fraternité, Solidarité, Respect mutuel, Tolérance, et Sagesse ». Ainsi, nous exprimons notre détermination à aller vers la reconstruction et le développement de notre société.

Pour ma part, je ne ménagerai aucun effort et ferai tout mon possible pour que les actions aboutissent pleinement aux résultats attendus et qu’elles soient rapidement couronnées de succès.

Dès lors, je lance un appel solennel à la Communauté Internationale, à apporter sa contribution individuelle et/ou regroupée, nécessaire à leur mise en œuvre.

J’attire particulièrement l’attention des Nations Unies sur l’action qu’elle doit entreprendre dans l’évaluation des besoins électoraux de Madagascar, afin qu’un calendrier électoral établi dans un cadre crédible, neutre, transparent et indépendant, fondé sur le respect des droits fondamentaux et des normes internationales, puisse être fixé dans les meilleurs délais possibles.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

L’histoire nous enseigne que même après l’usage de la force, toute guerre et tout conflit se terminent toujours autour d’une table. Cela démontre clairement que la médiation peut être choisie comme une alternative aux armes.

Nous sommes contre l’utilisation de toute forme de répression quelle qu’elle soit. Il est tout-à-fait possible de résoudre des différends par des moyens pacifiques comme c’est le cas de Madagascar, en recourant à un procédé plus efficace comme le dialogue.

Le monde évolue, le monde change, et nous tous dirigeants ici voulons un monde meilleur pour nos peuples respectifs ! Oui, Mesdames et Messieurs, c’est possible et nous pouvons le réaliser !

Je vous remercie de votre aimable attention.

26 commentaires

Vos commentaires

  • 24 septembre 2011 à 13:38 | moicoquillage (#266)

    Je crois qu’il y a une faute de syntaxe dans le troisième paragraphe, première partie de la phrase.
    Pour le reste, il faudrait écrire le livre "De l’art de faire gober des couleuvres et comment malgré tout rester droit dans ses bottes ". On pourrait aussi faire une analyse psychiatrique, l’intéressé prononçant le discours étant visiblement atteint de schizophrénie dans les modes déni de la réalité et dédoublement de la personnalité.
    Sinon, c’est un discours bateau qui présente très peu d’intérêt pour tout le monde...

    • 24 septembre 2011 à 18:04 | betoko (#413) répond à moicoquillage

      Jaloux , fasciste que vous êtes "moicoquillage" Andry Rajoelina a lancé un pic à l’adresse de Marc Ravalomanana sans le nommé ,
      Commencez à lire le 6éme paragraphe " Le peuple malgache s’est soulevé pour rompre avec un passé caractérisé par une mauvaise gouverance ......jusqu’ à la phrase "une frustation grandissante ressentie par la majorité de mes compatriotes "
      Sans intêret bien sûr pour les pro dictateur , NO COMMENT

    • 25 septembre 2011 à 08:38 | Tanindrazana (#3224) répond à betoko

      Vous croyez qu’avec Rajoelina, c’etait une bonne gouvernance ???? C’etait pire comme gestion de l’etat. tous les indicateurs etaient et sont tournes a zero puis au negatif.....un discours sans portee.

    • 25 septembre 2011 à 09:45 | betoko (#413) répond à Tanindrazana

      Non seulement ROMOTRA mais devenus jaloux , Tanindrazana , vous osez parler d’économie négative , tous les indicateurs étaient et sont tournés à zero puis au négatif ? n’est ce pas normal quand on n’a pas reçu de l’aide venant de l’extérieur depuis presque trois ans , sans parler du sabotage de Marc Ravalomanana, lequel a encouragé les américains de nous fermer la porte de l’AGOA ,sans parler des désinformations à outrance adressées aux africains , Où est la patriotisme de Marc Ravalomanana , Comparons ce qui est comparable ,mais dés que les aides vont arrivées , beaucoup de choses vont changer , et saoyez sans crainte à moins que les des saboteurs en mal de vengeance décident autrement, mais nous serions vigilants autant sur les gabegies que sur les saboteurs tels les pro-Ravalomanana .
      En tout cas si j’avais un DADA voleur,arrogant , imbus de lui même,parvenu , vaniteux, prétentieux , qui se comporte comme un roitelet et saboteur comme celui là , je raserai les murs et je me ferais tout petit . Les chiens aboient la varavane passe

    • 25 septembre 2011 à 10:46 | elena (#3066) répond à betoko

      Il y a eu Tikoland,puis Fozaland maintenant on a le merveilleux pays de Disneyland.
      A près le Grand Méchant Loup,on a le grand Méchant Mou avec M comme Mickey car tout n’est que Fitiavana et Fihavanana grâce à notre Rajolena,le bien-mouillé,pardon le bien- aimé.
      Lui,au moins quand il ânonne son discours,il parle bien le français,pas comme ce francophobe de Ravalo avec son accent "tropical" comme disait un journaliste français.
      Il y a de quoi être jaloux,non ?Devant tant de bonheur !

    • 25 septembre 2011 à 13:39 | betoko (#413) répond à elena

      ELENA , son accent tropical , ça va encore , c’est du racisme même si Marc Ravalomanana est francophobe, mais c’est son français aproximatif qui me fait honte , combien de fois j’ai entendu ceci " dis donc , c’est ce mec votre président de la république ? il est préfèrable qu’il parle en malgache en public et qu’un interprete fasse le boulot en bon français , ma réponse , " vous savez , il a quitté le banc de l’école en classe de troisiéme car monsieur avait envie de se marier, et veuillez lui pardonner, fou rire parmi l’assistance

    • 25 septembre 2011 à 16:49 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à betoko

      betoko,

      il est temps d’aller rase le mur.

      RAVALOMANANA Marc sera de retour.

      Basile RAMAHEFARISOA

      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 27 septembre 2011 à 19:11 | moicoquillage (#266) répond à betoko

      Je crois Betoko que vous ne connaissez évidemment pas le sens du mot fascite, qui pour vous aiguiller un peu, n’est pas du tout synonyme de raciste. puisque j’ai l’impression que vous l’employez dans ce sens. Pour vous aiguiller encore, je connais un système qui répond bien à la définition du fascisme, un système dirigé par un ancien animateur de soirées...

  • 24 septembre 2011 à 14:12 | niry (#210)

    moi, je suis en deuil. En ce moment, un usurpateur sankalité veut représenter tout un pays sans en avoir reçu le mandat officiel.. je suis triste, snif !

    • 24 septembre 2011 à 15:59 | tovo (#3909) répond à niry

      "...sans en avoir reçu le mandat officiel..." Vous avez d’être triste, c’est votre problème, mais votre mauvaise foi vous égare. Donc selon vous, Ban-Ki-MOON s’est fait avoir et tous les autres qui ont salué la signature ne sont que des abrutis. Première nouvelle

    • 24 septembre 2011 à 16:00 | tovo (#3909) répond à tovo

      erratum : je voulais dire : vous avez le droit d’être triste.

    • 24 septembre 2011 à 17:04 | Jipo (#4988) répond à tovo

      Monsieur est trop bon .

    • 24 septembre 2011 à 17:33 | eranova (#6012) répond à tovo

      Ben il a raison. Apparemment Ban ki Moon a eu pitie de notr pauvre ile qu’il a du accepter ce usurpateur de prendre parole a la reunion. Mon ami, des gens comme vous,votre aveuglement va vous conduire au fond d’un goufre.

    • 24 septembre 2011 à 18:21 | betoko (#413) répond à eranova

      N’importe quoi , ce n’est pas du tout BAN KI MOON qui décide qui doit prononcer un discour,il n’ a pas ce prérogative , c’est la décision de tout le conseil de sécutité de l’ONU .
      Quel usurpateur, que faites vous devant votre ordinateur , pourquoi vous n’êtes pas aller au siége de l’ONU et de le dire en face du monde entierque c’est un usurpateur , , qui a demandé à Marc Ravalomanan de démissionner , et on connait la suite,encore une mauvaise foi des GTT

    • 25 septembre 2011 à 16:52 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à betoko

      betoko,

      ne mélangez pas les pédales :

      - conseil de sécurité,

      - assemblée générale de l’ONU

  • 24 septembre 2011 à 17:48 | lanja (#4980)

    Question pour 1000 ar,
    quel est le pays le plus pauvre de la planète dirrigé par UN DISK JOCKEY et grand producteur de bois de rose

    • 24 septembre 2011 à 18:13 | betoko (#413) répond à lanja

      Quel est l’île de L’Océan Indien plus grande que la France et Le BENELUX réunis qui était dirigé par un petit laitier sans envergure , inculte , imbus de lui même , despote , dictateur et arrogant.
      Un disk Jockey que Marc Ravalomanana n’a pu acheter ,qui a un savoir vivre , plus cultivé que lui , et qui ne s’est pas arreté en classe de troisiéme de l’enseignemen secondaire, mais qui a fait de la gestion et de la communication ,Romotra ny zanak’i DADA ,
      Le plus grand producteur de bois de rose c’était Marc Ravalomanana et sa famille ,avez vous oublié ce qu’on a découvert dans son usine à Sambaina Manjakandrina et de que qu’on déclaré les chinois en ce terme " Nous traitons directement avec le président de la République Malgache, c’était en 2007 , Andry Rajoelina n’était pas encore président de la HAT

    • 24 septembre 2011 à 18:56 | bema (#828) répond à lanja

      lanja, la réponse est :" l’ancien maire de la capitale qui a été plébiscité par la population tananarivienne lors du municipal en battant haut la main le candidat TIM". Pour votre info, Disk Jockey n’ est qu’ une passion parmi tant d’autres.Misaotra Tompoko.

    • 25 septembre 2011 à 08:11 | bema (#828) répond à bema

      miala tsiany : lanja, la réponse est Madagascar qui est dirigé par :"... ." Misaotra Tompoko.

    • 25 septembre 2011 à 08:43 | Tanindrazana (#3224) répond à lanja

      C’est l’Ile RAjoelina....

  • 24 septembre 2011 à 21:20 | Lefona (#4584)

    niry, eranova, lanja : des foza tay au su ou à "l’insu de leur plein gré", tellement dopés à l’anti-transitionnine !
    Jipo...quantité négligeable, vu que qualité = malgachophobe (sauf la jupe).
    C’est le "malin jupée" de MT !!
    "Aiza ny rekonesansy e ?"...supportez le PDF en lien et parlez à ma main !!

  • 25 septembre 2011 à 13:32 | Fanoro (#1962)

  • 25 septembre 2011 à 16:46 | Basile RAMAHEFARISOA (#417)

    Logement social (pendant la transition...???)

    - Fiche de renseignement concernant le demandeur

    1-Nom et Prénom

    2-Date de naissance

    3-Nationalité (???malgache ou double nationalité)

    4-Situation matrimoniale

    - régime matrimonial :

    - bien commun,

    - séparation des biens

    5-Nombre d’enfants en charge ( 7 comme chez piédro)

    6-n° CIN.....délivrée à ...(avec un backchich de ??)

    7-Fils de...ert de....

    8-Profession

    9-Etablissement employeur

    10-Adresse

    CONJOINT (e)

    01-Nom et Prénom de conjoint (e)

    02-Date de naissance

    03-Nationalité

    04-n°CIN....délivrée à ....

    05Fils de...ou fille de...

    06-Profession

    07-Etablissement,

    08-Revenu

    09-Adresse

    10 ...Etes-vous propriétaire d’un terrain OUI ou NON

    11-...Etes-vous propriétaires d’un logement OUI ou NON

    - Si OUI

    - LOCALITE

    12-Nom et Prénom du Garant,en cas de décès ou d’invalidité

    13-Etes-vous titulaires d’un contrat d’emprunt (avez-vous contracté un prêt)

    - si OUI,

    - Etablissement

    Début et fin de contrat

    14-Avez-vous la possibilité :

    - de verser deux (02) mensualités à l’adhésion à cette opération ?? OUI ou NON

    - ou régler un acompte de :

    - 50 % (cinquante%)

    - 30 % (trente %)

    - 20 % (vingt %)

    - 10 % (dix %)

    — -OU REGLER PAR MENSUALITE—

    3 (trois) pièces

    de 54 m2

    à 15 (quinze) Millions ariary (environ 5 600 euros)=sans frais de notaire ou frais d’agence

    Arrêtez toutes ces histoires de "MORA"...Mora...,c’est de la démagogie totale.

    Parlons tout simplement d’opération immobilière.Point barre !

    Basile RAMAHEFARISOA

    b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 25 septembre 2011 à 20:26 | Jipo (#4988) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Opération immobilière ??? à ce stade , c ’ est de l ’ inquisition !

  • 26 septembre 2011 à 07:43 | Foxtrot (#6003)

    Il ne doit pas parler au nom de ses compatriotes puiqu’il n’a pas été élu par les urnes. Cela ne veut rien dire s’il a parlé à la tribune de nations Unies. Ce qu’il faut savoir c’est combien de personne y avait-il dans la salle pour écouter son discours qui loin d’intéresser les délégations des autres pays, encore moins lui. Il ne faut pas que nos compatriotes se laisse berner par le fait il a fait son petit discours à la tribune des nations Unies. Cela ne veut rien dire ça, rien, rien de chez rien.

  • 27 septembre 2011 à 08:29 | mihemotra (#4567)

    Bonjour M. Basile ,
    Je vous invite de ne pas discuter avec ceux qui ne veulent pas avancer , ils ne gardent que leurs intérés personnels. Ceux sont des "Mpamadika palitao" ils ne cherchent que des sièges . Si vous pouvez, donner juste des informations à eux. L’objectif du DJ est atteint je pense qu’il a bien réflechi avant de faire son discours et l’avenir de son pays avec la récession considérable chanté par l’ UDRC comme bonne gouvernance .

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS