Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 24 novembre 2020
Antananarivo | 12h36
 

Environnement

Trafic de bois précieux

Des rondins de bois de rose saisis à Amparafaravola

mardi 17 novembre | Mandimbisoa R.

Malgré les interdictions, l’exploitation illicite de bois précieux continue. Lundi dernier, 87 rondins de bois de rose ont été saisis à Amparafaravola, dans la région Alaotra Mangoro. Deux personnes ont été arrêtées dont le président du fokontany du village concerné et le gardien de la maison dans laquelle les bois ont été stockés.

Les circonstances de la saisine restent floues, mais des sources concordantes indiquent que les responsables auraient eu vent de la présence de ce stock de bois de rose grâce à une dénonciation, la descente menée après investigation a permis par la suite de mettre la main sur ce stock.

Le 21 octobre dernier lors du conseil des ministres, le gouvernement a annoncé la mise en place d’un réseau de contrôle de circulation des bois au niveau régional, afin justement d’éviter les éventuels trafics. Vers le début du mois, le ministère de l’environnement a rappelé à son tour que toute exploitation et exportation des bois précieux, notamment le bois de rose, le palissandre et le bois d’ébène restent interdites à Madagascar.

En 2019, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a inscrit le bois de rose et le palissandre de la Grande île dans sa liste rouge des espèces menacées. Six ans plus tôt, la Conservation sur le commerce international des espèces de faune et flore sauvages menacées d’extinction (CITES) les a inscrits dans une liste des espèces dont le commerce doit être réglementé voire interdit.

L’exploitation et commerce de bois de rose a notamment commencé dans les années 2000 à Madagascar. L’exportation était encore autorisée jusqu’à ce que la CITES a annexé Madagascar dans cette liste. Mais malgré l’interdiction et la mise en place de certaines mesures restrictives, l’exportation illicite s’est poursuivie. Les investigations menées par le magazine Jeune Afrique, publiées en 2019, révèlent qu’environ 300 000 rondins de bois de rose auraient été déclarés dans les stocks de Madagascar et 27 725 rondins ont déjà été saisis.

3 commentaires

Vos commentaires

  • 17 novembre à 09:36 | nez_gros (#10715)

    On s’occupe de bois, mais on s’occupe pas de KERE, on ne s’occupe pas de trafic d’or, de saphir, de l’océan vidé de toutes ses poissons par la pêche industriel

    Bref en 2050, Madagascar serait un pays sans les Malgaches, mais redevenu complètement vert et plein d’animaux exotique...

    Le remplacement de population est en marche...

  • 19 novembre à 08:43 | GADSDEN_FLAGIVANDRY (#8661)

    Sincèrement ...pour ce qu’on en fait du pays !!!ça serait pas plus mal de se faire remplacer.

  • 19 novembre à 08:47 | GADSDEN_FLAGIVANDRY (#8661)

    D’ailleurs on devrait même mettre en place un programme de regroupement famillial pour les Karanas ,eux au moins prennent la peine d’éduquer leur enfants pour les faire revenir ,et ils fondent des business prospères qui prennent de l’envergure ...et malgré les rumeurs ils payent mieux que les gasy binationaux qui sont chefs d’entreprise.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS