Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 20 octobre 2020
Antananarivo | 22h20
 

Politique

« Comité pour la Redynamisation du TIM » (CRTIM)

Des ripostes aux répliques

jeudi 19 juillet 2007 | Eugène R.

« J’ai eu la bénédiction du président fondateur du TIM, Marc Ravalomanana lors de notre rencontre qui s’est tenue à son domicile à Faravohitra ». C’est en ces termes que l’ancien ministre Ranjivason a rétorqué à l’affirmation du chef de l’Etat qui a désavoué publiquement ce dirigeant du CRTim lorsqu’il a déclaré à Ivato qu’il n’a pas donné sa bénédiction aux actions qu’entreprennent actuellement les réformateurs au sein du parti majoritaire. Quant à une autre affirmation du président de la République selon laquelle tout le monde veut être chef au sein du TIM, Ranjivason Jean Théodore a été clair : « Je n’ai pas un problème de leadership avec qui que ce soit au sein du TIM. J’ai été élu lors du congrès national du parti vice-président national du parti pour la province de Toamasina, mais j’ai laissé ma place à une autre personne à la demande du candidat à la présidence du parti, Razoarimihaja Solofonantenaina pour éviter que deux originaires d’Ambatondrazaka siègent au sein du bureau politique ». S’adressant au président national du TIM, Razoarimihaja Solofonantenaina qui a révélé à Ankadikely Ilafy que des anciens ministres n’ont pas payé leur cotisation, l’ancien ministre de la Fonction Publique a rétorqué lors de la conférence de presse du CRTim d’hier qu’il a versé 1.000.000 fmg dans la caisse du TIM de la région Alaotra-Mangoro. Et lui de se poser après la question : Est-ce que Razoarimihaja peut-il m’appporter la preuve qu’il s’est acquitté de sa cotisation ? Selon toujours Ranjivason, c’est le dysfonctionnement au sein du parti qui n’a pas jusqu’à présent son trésorier et ses commissaires aux comptes qui n’a pas permis aux membres de payer cette cotisation.

« Nous voulons être libres »

L’occasion a été hier, pour les réformateurs au sein du parti au pouvoir de réitérer encore une fois que leurs actions entrent dans le cadre de la restructuration du TIM. « Nous ne faisons que nous conformer aux consignes du président fondateur, Marc Ravalomanana, qui veut professionnaliser la politique à Madagascar », a insisté hier le sénateur Joseph Yoland. « Cette ambition de restructurer ne nous empêche pas de garder notre fidélité envers le président Marc Ravalomanana », a encore renchéri Ranjivason. Et lui de souligner : « un parti fort et professionnel, c’est un parti dont les membres sont libres de penser, de parler, de créer et de proposer ». Bref, pour l’ancien ministre Ranjivason, le TIM doit cesser d’être un parti qui n’agit que sur consigne ou ordre de son fondateur. Par ailleurs, les membres du CRTim ont annoncé que faute d’avoir pu trouver le président Marc Ravalomanana, ils ont déposé au secrétariat de ce dernier un exemplaire de la résolution du conseil national d’Andohatapenaka. La même démarche a été effectuée, hier, auprès des 10 membres du bureau politique du TIM dont le président national, Razoarimihaja Solofonantenaina, le président du Sénat, Rajemison Rakotomaharo et le président de l’Assemblée nationale, Mahafaritsy Samuël Razakanirina.

Bref, les membres du CRTim ont réitéré encore une fois, hier, devant la presse qu’ils restent au sein du TIM.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS