Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 26 septembre 2022
Antananarivo | 00h37
 

Energie

Carburant

Des mesures d’urgence prises pour la RN4 et la RN7

jeudi 18 août | Mandimbisoa R.

Les stocks de carburant pour les stations-service situées sur les axes de la RN4 et de la RN7 sont faibles, a reconnu le ministère de l’Énergie et des Hydrocarbures. « Une compagnie pétrolière (Jovena, NDLR), connait des perturbations d’approvisionnement en carburant », explique le directeur général de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH). Une mesure d’urgence s’impose alors pour tenter de résoudre les problèmes qui risquent de propulser la spéculation.

Une réunion d’urgence a eu lieu hier, entre l’OMH et le ministère, à l’issue de laquelle l’envoi des camions-citernes pour approvisionner les stations-service de ces axes routiers a été décidé. Les autorités malgaches ont par ailleurs lancé un appel aux autres compagnies pétrolières pour qu’elles puissent s’entraider. « Nous parlons avec tout le monde et ainsi nous demandons aux autres compagnies d’aider ceux qui connaissent des problèmes en approvisionnement actuellement », explique Olivier Jean Baptiste, directeur général de l’OMH.

Mardi, l’OMH a publié une note appelant tous les distributeurs à sortir du gasoil auprès des dépôts de la Logistique pétrolière SA (LPSA) de certaines villes desservies par les RN4 et RN7. Ce, même s’ils ne sont pas propriétaires des stocks correspondants. Il va de soi que des compensations seront réalisées lorsque les problèmes d’approvisionnement de la compagnie concernée seront résolus.

Face à cette difficulté d’approvisionnement en carburant, des risques de spéculations sont manifestes. Dans certains endroits de plusieurs régions, le gasoil se vend à des prix exorbitants, jusqu’à 10 000 ariary le litre. Pour faire face à cette situation, l’OMH a décidé de suspendre jusqu’au 25 août la vente de gasoil en jerrican ou dans d’autres contenants mobiles. Cette mesure concerne les stations-service des régions de Boeny, Betsiboka, Sofia, Vakinankaratra, Amoron’i Mania Haute-Matsiatra, Vatovavy, Fitovinany et Ihorombe.

Quoi qu’il en soit, ce problème ne devrait pas durer, selon l’OMH. Le bateau arrivé la semaine dernière au port de Toamasina se dirige actuellement vers Mahajanga et devrait arriver au port de la Cité des fleurs le 23 août pour renflouer les dépôts de cette ville. Néanmoins, le dépôt de Mahajanga dispose encore de 3,6 millions de litres de gasoil, ce qui devrait suffire jusqu’à l’arrivée de la prochaine cargaison au port de la ville. Le dépôt d’Antsirabe, pour sa part, comptait 945.000 litres de gasoil, soit un stock de neuf jours.

13 commentaires

Vos commentaires

  • 18 août à 09:45 | MALIBUC (#9345)

    Donc s’il y a du stock comme le dit l’OMH il n’y a pas de problème.
    Alors d’où vient cette pénurie ?
    Ben.....encore des mensonges....Les caisses sont vides et les citernes aussi.
    Alefa Prézida de mer.da

  • 18 août à 09:59 | arsonist (#10169)

    Il vaut mieux tenir compte de ce que l’on constate de visu et que l’on vit dans la chair !
    Plutôt que de croire le verbe foza.
    Les carburants ne sont pas là où l’on se fournit !
    C’est tout !
    Les foza peuvent délirer .
    Mais les carburants sont introuvables par les consommateurs !

    • 19 août à 10:57 | vatolahy (#11348) répond à arsonist

      Arso -De VOTRE ville Paris vous pouvez donc constater de visu la situation malgache ,c’est fort ,tres fort !

  • 18 août à 10:05 | walesa (#5863)

    Les damnés de Madagascar, aimez vous les uns des autres, aimez vos ennemis, aimez ceux qui vous exploitent et ce jusqu’à la mort qui vous en suis ! Vous aurez votre récompense dans le paradis ;-) !

  • 18 août à 11:04 | kartell (#8302)

    Voilà ce qu’il arrive lorsque veut faire les fiers-à-bras face au monde implacable des compagnies pétrolières : la pénurie et le chaos, rien de plus, mais, rassurez-vous !, pas pour les autorités qui auront toujours un accès privilégié au précieux carburant, mais, pour le petit peuple qui doit supporter une pénurie naissante et un marché noir, fleurissant, à 9000 ar le litre de gasoil !…
    Visiblement, son Excellence s’est une nouvelle fois, raté en voulant faire le gros dur et l’inflexible face à un monde pétrolier qui n’en pense pas moins de ses injonctions de Timonier, auto-proclamé ..
    Faudrait-il lui rappeler que le maître en la circonstance ce n’est plus lui, n’étant qu’un petit obligé, mauvais payeur, de ces compagnies !..
    Annoncée, l’arrivée triomphale d’un mois de carburants ne suffira pas à désamorcer ce sentiment de pénurie prenant à la gorge ces consommateurs avec l’installation, inévitable, d’un marché noir, tout simplement parce que les cuves et citernes sont vides et qu’un mois de consommation, en flux tendu, ne suffira pas à faire tomber la fièvre de cheval vapeur qui s’installe dans un pays qui n’avait pas besoin de cela !…
    Voilà la cerise sur le gâteau dans un contexte où rien ne va plus mais ce qui n’empêche pas la présidence d’avoir bien d’autres sujets à fouetter dont celui, rocambolesque de ses bagages, selfiés : visiblement un crime de lèse-majesté à la Kim Jong-un !..
    On mesure le décalage ahurissant, existant, entre un pouvoir qui se permet tout et un petit peuple qui subit tout !..
    Autre chose ?…

  • 18 août à 12:01 | Shalom (#2831)

    Olivier Jean-Baptiste, Aubert Jean-Baptiste sns…
    dia samy zanak’Atoa Jean-Baptiste lehiben’ny faritany tany Toliary fahiny.
    Ho entina hilazana fa toa resa-pianakaviana foana ny fitondrana ny raharaham-pirenena.
    Nampandroso an’i Madagasikara ve izany ?

  • 18 août à 12:08 | Shalom (#2831)

    Je n’arrive toujours pas à comprendre comment peut-on dire une chose un jour et le lendemain le contraire ?
    Et cela à tous les coups sur tous les sujets !
    Y a-t-il une école pour apprendre ce savoir-faire ?

  • 18 août à 15:59 | lanja (#4980)

    Ny fitondran dRatsiraka no niteraka ny risoriso, fomba iray izay ahafahan olombitsy mifehy ny fiainampirenena sady managona harena haingana , ary navelan ’ ny fitondrana revolisionera niroborobo fatratra tamin izany , nanomboka amin ny vary, ka lasa hatrany amin ny menaka sy siramamy sns...tsy misy tsy mahalala hoe iza ireo ao ambadika tamin ireny, lasa mpanefoefo ary lasa mifehy ny teokarena Malagasy ankehitriny, ... koa satria izy nahazo ity mpitondra revolisionera vaovao ity ho namana, dia mibitaka ary tsy misalasala mamerina ny lalao mahazatra ...namerina ny sahazy azy ny Malagasy, tsy mahagaga io resaka olana gas oil io, fa angaha moa io ihany no olana eto,, iza no tsy nahita ny cinéma natao vao haingana momba ny ciment ?..... atao akory fa izay tsy mahatanty mitsaoka raha mahita haleha , izay tsy afaka dia miaraka mandray ny kihony eto

  • 19 août à 08:44 | dahalo (#8794)

    Il faut arrêter de prendre toute la population pour des ignares. La vérité est tout autre mais on ne nous le dira jamais. Le fait qu’une société couverte de dette qui arrive encore à payer son carburant est louche, il y a forcement un lien entre cette pénurie de carburant et cette société au bords de la faillite qui arrive encore à faire le plein de son materiel, mais on va toujours continuer à nous gaver d’informations aberrantes.

  • 19 août à 09:57 | kartell (#8302)

    De manière très paradoxale, la faillite permanente du pays en fait sa richesse !..
    En fait, elle plonge le pays dans une incertitude constante, celle de savoir qui va boucher les trous, ou mieux, qui annulera les prêts de ses créanciers !..
    Mais, malheureusement, ce mode de fonctionnement n’a qu’un seul gagnant, mais, surtout un éternel perdant : le petit peuple !..
    On le constate aujourd’hui, le pouvoir se doit de réinventer de nouvelles chicanes pour conserver la main-mise sur ce fait-maison parce que les instances internationales mettent la barre, de leurs timides exigences, plus haute, sans pour autant devenir intransigeante puisque tout un peuple de laissés pour compte est en jeu ..
    Les projets pharaoniques en sont la démonstration parfaite qui alimentent un trompe-l’œil d’un prétendu développement qui restera en stand-by parce qu’il doit impérativement débuter par un assainissement drastique des pratiques d’un quotidien, immuable …
    Chacun aura compris qu’en voulant brûler les étapes pour tenter de rattraper son retard, on ne construit rien de durable, mais, on plonge le pays dans une fracturation, plus dramatique encore, d’une société qui veut bâtir en commençant par vouloir acquérir la voiture et l’électro-ménager, avant même d’avoir creusé les fondations, la route d’accès et les branchements à l’eau et l’électricité…
    Car en réalité, ce qui frustre le pouvoir, ce n’est pas la situation actuelle du pays, mais c’est de constater que les pays voisins s’en sortent bien mieux que lui et qu’ils progressent, eux !..
    L’exemple le plus flagrant de ce propos se concentre dans le sport où l’image de la nation, trustant les places subalternes est devenue insupportable pour un pouvoir qui ne lésine pas en petits arrangements pour laver un honneur, tant espéré par une nation, entière, en quête de retrouver une fierté, abandonnée aux affres du quotidien et qui, ici, retrouverait, très furtivement, en cas de victoire, un peu de couleur et de respectabilité..

    • 19 août à 10:52 | vatolahy (#11348) répond à kartell

      situation bizarre __Il est entendu que bien des pays africains ont de meilleurs résultats économiques que le pauvre Madagascar -autrefois l’ile heureuse .La Cote d’ivoire en serait un exemple comme le Sénégal. Et pourtant on apprend que des ivoiriennes et des sénégalaises se transportent au Maroc où elles sont tres mal accueillies tandis que marocains et marocaines migrent en France. Drole de monde !

  • 19 août à 11:43 | observateurtrèslucide (#11344)

    vatolahy et l’arsouillenist
    le manque d’échanges culturels avec les autres pays ,du au caractère insulaire de Madagascar et à la volonté des classes dirigeantes ataviques, est une des principales causes de ce retard !
    Le peuple est ainsi sous informé et aussi sous administré et les idées tournent en rond !
    Peu de nouveauté et d’expérimentation sur de nouvelles méthodes économiques !
    Seule la haute société voyage et se sert des formations de ces jeunes andafy pour dominer encore plus le petit peuple !
    Donc c’est véritablement une vraie révolution contre la classe dominante qu’il faut ,pour sortir de la spirale infernale négative toujours en cours depuis le 26 juin 1960 !
    Des évènements géostratégiques de grandes ampleurs avec des prolongements sur la grande ile pourrait aussi servir de catalyseur ,mais cela est extrêmement hypothétique !
    La maladie est donc interne toutes les bonnes volontés externes ne servent à rien puisque sabotées le plus souvent par le pouvoir !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS