Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 29 mai 2022
Antananarivo | 11h44
 

Editorial

Des enseignants spoliés

vendredi 6 juillet 2007 | Randria N.

Rideau sur les épreuves du BEPC. Jusqu’à présent, nul ne sait le sort que va en faire les responsables eu égard aux nombreuses fuites de sujets. Ainsi dans certains centres, l’on a pu constater que presque la moitié d’une salle a pu boucler les épreuves de mathématiques en seulement 15 minutes. De même, ces longues files d’élèves au niveau des cybercafé pour photocopier les sujets ont grandement étonné plus d’un. Mais le plus aberrant, c’est l’inertie des responsables étatiques durant toutes ces journées où l’anarchie totale a régné alors qu’il s’agissait d’un examen officiel. Ainsi, dans ce centre d’examen d’Atsimondrano où le chef de centre s’est vu ordonné « verbalement » par son supérieur hiérarchique de laisser les élèves, pris en flagrant délit de possession de sujet, continuer les épreuves. Et ce même chef de centre était loin d’être au bout de ses surprises quand, le lendemain, un responsable du ministère lui enjoint « verbalement » d’expulser ces élèves contrevenants. Devant cette valse-hésitation des instances supérieures, le chef de centre a préféré « laisser courir », par peur de sanction pour cause « d’excès de zèle », vue la tiédeur des vrais responsables à émettre des notes officielles. « A se demander si quelque part, il a été décidé de "distribuer" les sujets pour faire augmenter le taux de réussite aux examens », a déploré le chef de centre. Quoi qu’il en soit, à moins d’annuler la session 2007et de refaire une autre, ce seront les élèves de cette promotion qui vont en pâtir avec leur BEPC au rabais, un diplôme qui ne vaudra même pas le prix du papier sur lequel il sera imprimé. Toutefois, outre ces élèves à qui l’on ne peut reprocher que d’avoir profité du laxisme des responsables, les plus grands perdants dans cette affaire sont nos pauvres enseignants. En effet, déjà que la qualité de l’enseignement laisse grandement à désirer, malgré tous leurs efforts et avec le peu de moyens dont ils disposent, voilà maintenant qu’on est en train de les déposséder du fruit de leurs années de sacrifices et de labeurs avec cette « distribution » de sujets qui ramène un examen officiel à une suite d’épreuves de copie ou de récitation. Les responsables savent-ils que la plus grande des satisfactions pour un enseignant est de voir ses élèves réussir « honnêtement » son cursus scolaire ? Alors qu’on leur laisse au moins cette joie, somme toute légitime, puisque les autres satisfactions à l’instar d’un salaire suffisant ou un cadre de travail motivant leur sont depuis longtemps, et pour longtemps, interdites.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS