Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 27 septembre 2020
Antananarivo | 23h12
 

Société

Confinement

Des employés d’une zone franche textile à Ivato ont manifesté

mardi 21 juillet | Fano Rasolo

Les impacts de la crise sanitaire sur l’économie des entreprises est en train d’engendrer une crise sociale au niveau des employés notamment dans les entreprises franches textiles où leur situation déjà précaire bien avant l’épidémie ne fait qu’empirer.

Envoyés en chômage technique ou obligés de prendre des congés suite à la diminution des commandes à cause du coronavirus, les simples ouvriers sont les premières victimes de la crise dans ce secteur.

Le secrétaire général du de la confédération chrétienne des syndicats malgaches (SEKRIMA), Rémi Henri Boutoudi, affirme avoir reçu plusieurs plaintes d’employés. Hier, une entreprise sise à Ivato employant environ six mille (6 000) personnes a envoyé en chômage technique son personnel. Une autre du côté de Tanjombato a envoyé ses 1113 employés en congé annuel forcé.

Malgré les interdictions de rassemblement, des milliers d’employés mécontents ont envahi hier la cour d’une entreprise textile à Ankadindravola Ivato pour manifester leur opposition contre la cessation des activités de la société où ils sont employés.

« Nous réclamons nos préavis si l’entreprise veut nous congédier. Nous étions au chômage technique depuis le 5 juillet. Maintenant, ils cherchent à couper nos salaires. On nous a fait revenir ce jour. Nous avons espéré percevoir nos paies mais ce n’était pas le cas. Nous sommes très inquiets car des rumeurs circulent que notre entreprise va fermer définitivement, cela va être difficile car la vie est déjà assez en cette période de confinement  », confie un employé.

Une autre employée de l’entreprise affirme qu’après une rencontre entre les délégués du personnel et la direction de l’entreprise, ce dernier a promis le paiement partiel des salaires et un retour au travail le 3 août prochain.

Il y a quelques semaines, le président du GEFP (Groupement des entreprises franches privées), Herilanto Rakotoarisoa a affirmé craindre la faillite de certaines entreprises franches suite à la fermeture des frontières avec l’Europe. Il a confié qu’environ 150.000 employés de l’industrie textile malgache étaient touchés par le chômage et les impacts de la situation actuelle

Un plan de relance économique afin d’alléger les impacts de la crise sanitaire et venir en aide aux entreprises les plus affectées par les mesures de restrictions imposées par les autorités depuis le début de la crise sanitaire a été établi. Une série d’aides devaient être ainsi octroyées aux entreprises du secteur privé mais jusqu’à ce jour ni le montant ni la nature des aides n’ont pas encore été actés.

1 commentaire

Vos commentaires

  • 21 juillet à 12:18 | Shalom (#2831)

    Ho avy ny fipoahana ara-sosialy …
    Rehefa tsy manana vaha-olana ny fitondrana, fa dia tena sarotra ve ny manome sy mandamina ny fahamehana eto amin’ny tany sy ny firenena ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS