Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 9 août 2020
Antananarivo | 07h04
 

Editorial

Démocratie

lundi 26 janvier 2009 | R. C.

Rajoelina Andry remplit par deux fois le jardin d’Ambohijatovo. Et descend dans l’euphorie sur l’Avenue de l’Indépendance, sans son épouse, faut-il le préciser. Mais aussi et surtout sans être inquiété ni arrêté. Sans autorisation non plus. Tout en proférant un discours complètement « hors la loi ». C’était samedi. D’ailleurs, les forces de l’ordre et de la sécurité se sont fait discrètes et les moins visibles possible, se postant seulement dans les endroits stratégiques. Leur premier objectif étant de protéger les biens et les personnes qui ne sont pas forcément engagés dans ces mouvements de rue. Deuxièmement, elles étaient là en vue de dissuader toute tentative de débordement. Ce qui s’est passé ce jour-là était une manifestation de la démocratie à son plus bas niveau : la rue. Proche de l’insurrection. En tout cas, c’est ce qui arrive quand certains des protagonistes ne sont pas à la hauteur et n’arrivent pas à défendre leur point de vue sereinement, et dans le calme. A monter dans la classe supérieure.

Comportements responsables

C’est pourquoi, il était écrit ici que la démocratie sera là quand il y aura de vrais démocrates aptes à l’animer par des comportements responsables. La démocratie ne se décrète pas, certes, mais elle ne sort pas non plus de l’anarchie. Elle sera là quand le pays sera mûr pour elle. Les diplomates présents dans le pays dans ces moments difficiles –où il faut précisément se montrer démocrates- l’ont rappelé à juste titre samedi : dans une démocratie, il faut être capable de dialoguer, de débattre et de discuter. Ils auraient dû dire, pas nécessairement sur la pavé ou le macadam. De toutes manières, la communauté internationale, plus précisément, la communauté des bailleurs de fonds n’est pas disposée à discuter avec un quelconque pouvoir issu de la rue ou né d’un coup d’Etat quelle que soit sa forme. Son appel s’adresse au camp de TGV qui est convié à respecter l’ordre constitutionnel et la légalité républicaine.

Il était plus que temps !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS