Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 16 novembre 2018
Antananarivo | 06h28
 

Editorial

De 2002 à 2009 : l’omelette des coups d’états

lundi 25 février 2013 | Ndimby A.

Transmises par mail par un ami qui voulait avoir mes commentaires, ces lignes ont été copiées de la page Facebook d’un magistrat [1] : « Il y a 11 ans de cela (exactement le 22-02-2002), des magistrats ont participé activement à la Révolution du peuple malagasy (celle des Ombrelles) qui ne voulait plus d’une dictature marxiste-léniniste qui n’avait que trop duré. Mahamasina était plein comme un oeuf ce jour là et la Magistrature à l’honneur d’avoir contribué à cette aspiration populaire du moment d’une manière active. En ce moment, la question se pose de savoir : que reste-t-il de « NOS AMOURS » ? comme dit la chanson ».

N’étant pas lié avec ce monsieur sur Facebook, je ne puis donc avoir le privilège de commenter sur sa page, ni même lire les commentaires de ses amis. Mais l’occasion faisant le larron, cela me donne l’inspiration pour un éditorial au sujet de ce fameux 22 février 2002, quand deux jours après avoir été proclamé vainqueur de l’élection présidentielle du 16 décembre 2001 par son directeur de campagne, Marc Ravalomanana se faisait investir par une clique de magistrats. Ce qui était à l’époque présenté comme une investiture « légitime » (pour maquiller l’absence totale de légalité) se révélera ensuite n’être qu’une forfaiture : les observateurs, la communauté internationale, et même plus tard les anciens alliés de Marc Ravalomanana au sein de son comité de soutien (KMMR) reconnaîtront que celui-ci n’avait jamais gagné au premier tour, même si un curieux recomptage des voix par la Haute cour constitutionnelle en avril 2002 confirme cette illusion.

Par conséquent, dire que le 22 février 2002 n’était pas un coup d’État mais la validation d’une victoire électorale est une stupidité, qui n’a d’égale que le fait de qualifier le coup d’état du 17 mars 2009 de révolution légitime, de démission volontaire de Ravalomanana ou autres arguments attrape-écrevisse. Comme j’aime à le dire, « quand les mots perdent leur sens, les gens perdent leur liberté » (Confucius). Par conséquent, soyons précis dans le sens des mots utilisés pour assurer la qualité des débats, et ne pas nous complaire à commenter le doigt qui montre la lune pour noyer le poisson du vrai sujet, suivant la théorie de Sirob.

Pour en revenir au post Facebook cité plus haut, il est terrifiant de constater qu’un magistrat soit capable de prendre autant de liberté avec la vérité des faits et des concepts. Quand on veut noyer son chien, on dit qu’il a la rage. Quand on veux garder sa poule, on dit qu’elle pond de l’or. Quand on voit donc à quel niveau de manipulation certains magistrats n’hésitent pas à s’abaisser pour donner raison à leurs raisons, on ne s’étonne plus de la situation de la justice dans ce pays.

« Marxisme-léninisme »

Parler de marxisme-léninisme en 2001 est une affabulation, depuis le virage libéral depuis la seconde moitié des années 80. Qualifier le régime Ratsiraka de 2001 de marxiste-léniniste juste pour le plaisir d’utiliser ces mots n’est pas seulement une malhonnêteté intellectuelle, mais en plus dénote un manque flagrant de culture générale. Comme si en 2013, on s’évertuait encore à parler « du régime d’apartheid en Afrique du Sud », ou qu’on expliquait le démarrage des voitures par l’emploi d’une manivelle.

« la Magistrature à l’honneur d’avoir contribué à cette aspiration populaire » (...) « un changement par une frange de la population »

Dans ma compréhension d’humble profane, je pensais que les magistrats avaient pour rôle de faire appliquer la Loi et le Droit, et non de se poser par bricolage en législateurs de fortune, de plus pour le bénéfice d’intérêts particuliers. Sauf si je me trompe sur ce point, parler d’honneur de la part des magistrats qui ont traficoté l’investiture du 22 février est inapproprié.

En outre, à partir de quel seuil « une frange » a-t-elle la capacité et le droit de s’exprimer au nom de toute la chevelure, ou au moins de sa majorité, et lui imposer sa volonté ? Je serai donc bien curieux de lire une quantification raisonnable des partisans de cette « aspiration populaire ». À partir de combien de personnes en dehors des urnes peut-on dire que la quantité de personnes sur une place publique, un parc ou un stade, peuvent s’exprimer au nom du peuple malgache ?

« que reste-t-il de NOS amours ? »

La question se pose autrement, à l’intention des politicards et de leurs griots, aussi bien les acteurs et partisans du 22 février 2002 que ceux du 17 mars 2009 : que reste-t-il de VOS amours pour les coup d’états. La réponse est simple, l’héritage de 2002 est ce que nous vivons actuellement, et ce que nous allons continuer à payer à l’avenir : « Structures politiques qui rassemblent des divisions socio-politiques et des normes politiques destructives qui sont exploitées pour des gains à court terme, ce qui crée un processus cyclique d’instabilité » [2]. Le coup d’état du 22 février 2002 a ouvert la porte à la désacralisation des institutions (qui n’étaient déjà pas bien sacrées avant 2002), et également à la conception que le pouvoir peut se gagner par le bluff et les armes. Le coup d’état de 2009 n’est donc que le fruit d’un système enclenché grâce à cette conception très discutable de l’honneur chez certains magistrats et militaires, car n’oublions pas le rôle joué par le général Mamizara et sa clique en 2002. Comme je l’ai souvent écrit, la crise de 2009 n’est que la fille de la crise de 2002, car Rajoelina n’a fait que surfer sur les rancoeurs et les séquelles héritées de 2002, mais également sur les mécanismes utilisés pour accéder au pouvoir qui continuent à se payer maintenant.

2002 et 2009 : ni-ni, mais cependant...

Dès le début de la crise en 2009, j’affichais dans ces colonnes mon opposition au coup d’État dont Rajoelina avait lancé le processus fin janvier 2009, d’une part par le principe républicain qui veut que le pouvoir se gagne par les urnes et non par les armes ou les gros bras, et d’autre part parce qu’il était évident que l’ex-DJ n’avait ni la formation, ni l’expérience, et encore moins la sagesse pour diriger le pays. Il suffit de voir les chiffres relatifs à l’économie, à la corruption, au chômage, à la liberté de la presse, à la fragilité et autres pour s’apercevoir que je n’avais pas tort. Sans oublier que la persistance de la crise, 4 ans après ses débits, montre que j’avais aussi raison, n’en déplaise aux griots qui vont encore chanter hihan hihan en coeur pour prétexter que ce sont les sanctions internationales et le jeu des trois mouvances qui ont empêché Rajoelina d’exprimer son talent.

Je suis désolé de le dire, mais un dirigeant talentueux aurait tenté de faire des choses plus intelligentes dans le contexte de crise socio-économique que des stades et des hôpitaux tape-à-l’oeil, qui n’apportent de la valeur ajoutée qu’à celui qui peu s’enorgueillir de dire « c’est moi qui l’ai fait », à ceux qui ont profité de ces marchés, et ces dizaines de personnes qui en profitent. Et dans le même temps, les factures impayées obligent le rationnement de l’oxygène.... Quant aux centaines de milliers de chômeurs qui ont perdu leur emploi à cause de la mégalomanie de Rajoelina et de l’envie de vengeance de ceux mis sur la touche par Ravalomanana, ils pourront toujours attendre.

Au nom de ce principe républicain cité plus haut, je réprouve autant le coup d’état de Ravalomanana (22 février 2002) que celui de Rajoelina (17 mars 2009) [3]. Toutefois, il y a quand même trois grandes différences entre les deux derniers coup d’états de 2002 et de 2009. Primo, il y avait un contexte post-électoral qui au moins servait de prétexte. On dira ce que l’on voudra contre le Président Ravalomanana, mais au moins il a eu le courage d’affronter le Président Ratsiraka dans une élection. Monsieur Rajoelina ne peut pas en dire autant. Secundo, la crise de 2002 a duré un peu plus de six mois, même si la reconnaissance de l’Union africaine (dont on aurait pu bien se passer) n’est venue qu’un an plus tard. La capacité de l’appareil diplomatique à convaincre la communauté internationale était de loin bien meilleure chez Marc Ravalomanana que celle qui patauge lamentablement depuis quatre ans entre les mains de Rajoelina. Tertio, il y avait derrière le Président Ravalomanana en 2002 un réel et large espoir sur sa volonté et sa capacité à apporter le changement dans ce pays. Malheureusement pour lui et pour le pays, il a déçu cet espoir. Je me demande bien quel espoir sérieux pouvait-on placer en 2009 sur Monsieur Rajoelina, au vu de son cursus. À moins de faire partie des badauds de Place publique ou des griots de forum qui continuent aveuglément et à 10.000 kms de voir en lui le soleil de l’Océan indien.

Certes, je suis d’accord sur le fait que le régime Ratsiraka devait être mis à la porte en 2002, mais je ne suis pas d’accord avec la manière utilisée. J’ai également déjà écrit que les dérives de gouvernance du Président Ravalomanana méritaient qu’il soit recadré. Mais encore une fois, tant pour 2002 que 2009, je réprouve la méthode de coup d’état utilisée. Bien entendu, on trouvera toujours un abruti pour tenter de nous dire que « On ne fait pas d’omelette sans casser les oeufs ». Le résultat accumulé de l’action de tous ceux qui ont pensé ainsi en 1972, 1991, 2002 et 2009 est visible comme le nez au milieu de la figure. À force de casser ces oeufs fragiles sur lesquels il faut marcher, tels que le sens du civisme et de la citoyenneté, la croissance économique, la stabilité de l’armée, il est temps de leur demander : alors, quel goût a l’omelette ?

Notes

[1Le magistrat en question, à l’époque membre du Conseil supérieur de la magistrature, a eu son heure de gloire pendant le déroulement de la crise de 2002, et a ensuite été bien récompensé par Marc Ravalomanana à travers un poste de diplomate.

[2Citation tirée d’un livre de Blazek sur les crises politiques malgaches, publié en 2010 aux États-Unis.

[3Cependant, n’oublions pas que le processus commence fin janvier 2009, quand le 31 janvier 2009, Andry Rajoelina se déclare en charge des affaires de l’Exécutif et ordonne que les forces de l’ordre prennent désormais leurs ordres de lui.

71 commentaires

Vos commentaires

  • 25 février 2013 à 08:24 | nael (#6935)

    J’allais faire la reflexion suivante : même si on admet que 2002 a été également un coup d’Etat, je ne pense pas qu’il afut l’alligner sur celui de 2009. Heureusement que plus loin dans votre analyse vous avez ajouter un « mais » sur 2002. Merci pour votre objectivité dans votre analyse.

    • 25 février 2013 à 11:31 | zaka (#1418) répond à nael

      - La thematique du jour , si j’avais bien compris le raisonnement de notre éditorialiste est la complaisance de la magistrature au bénefice du vainqueur du jour : ce fut un coup d’état réel et indiscutable, concernant Andry Rajoelina (coup d’état longuement préparé, comportant un soutien logistique et militaire indiscutable). Concernant l’élection de Ravalomanana,, on peut évoquer le terme de tricherie à l’occasion . Mais l’aura et le charisme de Marc Ravalomanana ont débordé le cadre d’une simple magouille électorale. L’ex président des USA ainsi que La Suisse n’ont-ils pas été les premiers à reconnaitre la « légitimité » du président dit « auto proclammé », à l’époque.
      - Les USA qui sont très sensibles à la triche , n’auraient jamais reconnu une auto proclamation de Marc Ravalomanana. L’Amérique pressentait en Ravalomanana un authentique « président élu »,, nonobstant la revendication de la magistrature dans sa montée à la magistrature suprême. Prétendre donc qu’il y ait un lieu commun entre les deux évènements avec pour trait d’union l’action de la magistrature est à mon avis un exercice de style très peu crédible.
      - De nombreux facteurs ont contribué à l’explosion du phénomène Ravalomanana en 2002 : il a été maire d’Antananarivo, l’industrie « Tiko » a fait sa publicité dans tout Madagascar,, il suffisait d’ajouter un « a » à Tiko, pour que tout que Madagascar se rallie à son panache blanc,, l’église protestante malgache et ses prolongements extra territoriaux et en particulier en France étaient tout acquis à la cause du futur président « auto proclamé » Ravalomanana… Dire dans ce cas que la magistrature malgache a « fortement contribué » à l’évènement Ravalomanana en 2002,, évènement opportunément assimilé à un « coup d’état »… C’est un peu prétentieux de la part d’une institution, dont la complaisance et la tendance à la corruption sont légendaires. Les magistrats malgaches sont les fonctionnaires les plus corrompus des agents de l’état. Le président Marc Ravalomanana ne le sait que trop , il a fait de la corruption son principal cheval de bataille.. Les panneaux invitant à la lutte contre la corruption ont fait leur première apparition dans les tribunaux à Anosy.
      - Je regrette qu’il y ait dans la tonalité de cet éditorial, un côté lapidaire qui nuit au raisonnement d’ensemble. Notre éditorialiste utilise des formules tranchantes qui peuvent malheureusement agacer. L’analyse de cette thématique aurait plus gagné dans une approche plus souple et plus pondérée. Ce ne fut pas le cas hélas !! Ndimby a énuméré quelques distinguos entre les deux évènements (2002 et 2009),, mais en définitive , il a conclu ; je cite :
      « Mais encore une fois, tant pour 2002 que 2009, je réprouve la méthode de coup d’état utilisée. »
      Il est resté sur le principe du coup d’état concernant les deux évènements. Il y a quelque part une contradiction par rapport aux nuances qu’il a avancées plus haut dans son éditorial.

    • 25 février 2013 à 12:08 | rakotofiringa (#7126) répond à nael

      2002 n’est pas un coup d’état constitutionnellement parlant car il y avait bel et bien une élection présidentielle mais après cette élection R8 avait forcé ( première tour de vita ) la proclamation de résultat à sa manière dans ce sens il y avait vraiment coup d’état

    • 25 février 2013 à 14:47 | Tsisdinika (#3548) répond à zaka

      Je rebondis sur cette« complaisance de la magistrature au bénefice du vainqueur du jour ».
      Il ne faut pas que l’éditorialiste oublie le fait qu’en 2002, c’est justement à cause des juges de la HCC que tout a commencé. Souvenez-vous qu’après le premier tour, Ratsiraka a envoyé par hélicoptère les juges constitutionnels à Mantasoa pour y siéger au lieu de leur lieu habituel de travail. C’est ce qui a mis le feu aux poudres vu qu’il y avait tentative évidente d’influencer sur le résultats de élections.
      Donc, les magistrats sont bel et bien à blâmer, mais pas nécessairement ceux que Ndimby pointe du doigt dans cet édito.

    • 25 février 2013 à 15:35 | Radepy (#7163) répond à rakotofiringa

      J’ai fait la campagne pour le candidat Didier Ratsiraka qui a échoué dès le premier tour. Ravalomanana avait bel et bien gagné l’élection de 2001. Soyons honnête et je peux vous rassurer que je le suis ! Forcément les KMMR d’aujourd’hui vous diront le contraire, le retournement des vestes ... leurs intérêts sont désormais avec la HAT ...

    • 25 février 2013 à 17:30 | Dadafara (#6135) répond à Tsisdinika

      La HCC représente t-elle la magistrature dans son ensemble ? De même les 7 magistrats qui officiaient la journée du 22-02-2002 en tant que HCC improvisée ni nommés ni élus par personne c’est à dire auto proclamés eux même comme le Président qu’ils allaient investir peuvent ils eux aussi être considérés comme représentant tous les magistrats dans l’ensemble ? L’auteur n’a jamais fait une généralisation dans ce sens je crois et il a bien illustré en bas de page la promotion exceptionnelle que le magistrat parmi ceux ayant accepté d’être manipulé cette journée là a bénéficié plus tard. Ce qu’il faut retenir je crois c’est l’instrumentalisation de la justice par les politiciens à cause d’un système constitutionnel qui la leur permet. Généraliser à l’ensemble des magistrats ou de la magistrature les resultats de manipulations quelconque faites à une juridiction (la HCC) ou la perversité de quelques magistrats véreux (HCC auto proclamée) ne me semble pas avoir été parmi les interets principaux de l’auteur en écrivant cet edito et nous enduirons toujours en erreur que blâmer les magistrats n’est pas la solution si nous voulons avoir une justice crédible, efficace, non influençable et non corrompue mais plutôt en réformant l’ensemble par l’instauration d’une justice indépendante.Inscrire les principes et les gros du mécanisme dans la Constitution devrait être le 1er étape...bien dommage que nous n’y pensons pas et nous précipitons de suite vers la présidentielle.Une fois élu le nouveau président changera la Constitution mais il va prendre soin 2 bien la taillée à sa mesure !Et le cycle reprendra ....

  • 25 février 2013 à 08:25 | LillumiNEZ (#5654)

    Monsieur Ndimby A.,

    La lecture des nuances dont vous saupoudrez votre prose est une délicieuse gymnastique matinale appréciée par mes vieux neurones sevrées en endorphines ! Merci...

    Puisse la chevelure, enfin, accéder au tasting (...et en exprimer son dégoût, par suffrage universel) de ces omelettes !

    L’inconnu(e) attend son heure...

  • 25 février 2013 à 08:31 | rasoulou (#4222)

    Ndimby :

    Je suis du même avis que vous, il est très difficile de faire le distinguo entre Révolution,aspirations populaires,et Coup d’Etat, surtout lorsqu’on est passionné et partisan.
    Mais le plus simple est de dire que toute révolution par la rue n’est que Diktat,les réformes se font à l’Assemblée Nationale,censée représentée le Peuple mais pas.........dans la rue, le système mafieux devient un cercle vicieux : « Tsy ny tody no misy, fa ny tao no miverina ! »
    72,75,91,2002,2009 tous le temps des coups d’Etat, c’est à quand la stabilité à Mada qui permet la croissance économique ?

    • 25 février 2013 à 08:53 | betoko (#413) répond à rasoulou

      Si j’ai bien compris Rasolo, quand un président de la république dépose et annonce sa démission , cela devient un coup d’état ? Surtout ne dites pas que Marc Ravalomanana est arrivé au pouvoir en 2002 par un coup d’état , vous risquez d’avoir des ennuis avec les GTT

    • 25 février 2013 à 09:09 | betoko (#413) répond à rasoulou

      Madagascar sera stable et pour des années si ....
      1- Le future président de la république ne se comporte plus comme un roitelet
      2- Qu’il respecte scrupuleusement la constitution et ne la modifie pas en sa faveur
      3- Qu’il y ait des institutions stables et fortes pour que la démocratie ne sera plus un vain mot pourqu’il n’y aurait plus de corruptions , de clientélisme et d’intérêt personnel . Est ce une utopie ?

    • 25 février 2013 à 10:57 | Isandra (#7070) répond à rasoulou

      La stabilité politique ?

      Si l’on suit le raisonnement de Dimby, si seulement Ra8, était « un dirigeant talentueux, il aurait tenté de faire des choses plus intelligentes », afin d’éviter la crise 2009 :
      Il aurait dû procéder la vrai réconciliation nationale, au lieu de faire la chasse aux sorcières,
      Il aurait dû laisser une opposition forte(contrepoids d’un pouvoir) se créer, au lieu d’empêcher son sérieux adversaire rentrer au pays,
      Il aurait dû laisser les jeunes créer des nouvelles entreprises, au lieu de tout accaparer...,

      La liste est longue....,des choses qu’il aurait dû entreprendre, pour que le pays ne tombe pas dans la situation où il est actuellement,

    • 25 février 2013 à 16:58 | rasoulou (#4222) répond à rasoulou

      Erratum :Lire « Ny tody tsy misy fa ny atao no miverina ! »

  • 25 février 2013 à 08:50 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    - « Commentaires très intéressants »,c’est Ndimby A « pur ».
    Merci pour le passage :
    - « A moins de faire partie des g..... de forum qui continuent aveuglement et à 10 000 Km de voir en LUI,Andry Nirina RAJOELINA,le soleil de l’Océan Indien ».
    - « J’avoue,j’ai confiance à Andry Nirina RAJOELINA malgré cette petite histoire de sans salaire (-sel-) ».Je suis triste quand certains intello le traitent de « BAC-3 »,sans valeur etc...Par dessus tout,la majorité de cette critique vient de « la nationalité étrangère ».
    Content de vous.Pas d’autres commentaires .
    Bonne continuation Ndimby A.
    Cher Ami Ndimby A.
    Andry Nirina RAJOELINA et Marc RAVALOMANANA ont le même conseiller pour accéder au POUVOIR,c’est l’HOMME D’ETAT Lala Norbert RATSIRAHONANA que j’ai de l’admiration et de l’estime.
    Bref,je souhaiterais que les deux protagonistes se parlent et se « PARDONNENT »,s’il le faut.
    Madagascar a besoin de tous ses enfants.
    Pour souder la « FRACTURE »,à Madagascar ,il faut que ces deux leaders montrent au Monde entier qu’ils aiment leur PAYS,MADAGASCAR et que les bisbilles des deux clans soient au placard,pour de bon.
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa gmail.com

    • 25 février 2013 à 12:33 | rakotofiringa (#7126) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Basile qu’ ils règlent leur guéguerre politique dans un lieu intime mais M/ar n’ a pas besoin d’ impunité

    • 25 février 2013 à 13:24 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à rakotofiringa

      Dès qu’on parle de « guéguerre politique »,c’est nationale,n’est-ce pas ?
      Vous parlez d’impunité alors ne parlez pas d’AMNISTIE.Point barre !
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa gmail.com

    • 25 février 2013 à 13:41 | rakotofiringa (#7126) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Oui les guéguerres politiques peuvent bien être nationales mais les affaires d’état ne sont pas des affaires personnelles d’une ou de deux personnes .Si on doit parler crime il faut accepter qu’ il y ait crime , ce que je viens d’écrire ci-dessous c’est qu’ il y ait des délits ( politiques) amnistiables et il y a des crimes non amnistiables , désolé vous mélangez tout .Il nous faut avancer sur la proclamation officielle des amnistiés

    • 25 février 2013 à 16:56 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à rakotofiringa

      Non amnistiables :
      - génocide,
      - crime de guerre,
      - crime contre l’humanité...
      qui relève du tribunal international

  • 25 février 2013 à 09:29 | Isambilo (#4541)

    Est-ce qu’il n’est pas temps de réfléchir sérieusement sur la conception malgache du pouvoir et sa traduction au XXIe siècle ? Jusqu’à maintenant nous n’avons fait que transposer, tropicaliser les institutions européennes. Il ne pouvait en être autrement puisque ce sont des constitutionalistes français qui ont fait le travail sans consulter les malgachisants, eux aussi français, ne parlons même pas des Malgaches qui pouvaient quand même avoir une petite idée sur la question !.
    La démocratie européenne est fondée sur l’individu autonome et laïc. La société malgache a une conception « austronésienne » de l’individu et du pouvoir : l’individu est inséparable de ses ancêtres et de son « fianakaviana » qui n’a rien à voir avec la famille nucléaire. La conception malgache du pouvoir a un contenu religieux. Ce qui explique, en partie, la focalisation sur la personne détenant le pouvoir et jamais sur son programme ni sur les forces qui soutiennent ce pouvoir. Nous avons reporté sur le président de la république le « hasina » du mpanjaka . Et quand le mpanjaka n’est pas bon, on le tue physiquement ou symboliquement, il n’y a pas d’autres procédures, on revient à la réalité en ignorant ce qui est prévu sur le papier, dans la constitution.
    En résumé, nous continuons depuis 50 ans à nager entre deux eaux, à jouer sur deux tableaux. L’état démocratique dans sa conception européenne de la société et de l’individu avec sa constitution d’une part. D’autre part, la perception « religieuse » de la personne détenant le pouvoir et une conception « sociale » de l’individu. Des chercheurs malgaches travaillent la dessus, on pourrait peut-être demander leur avis. Il n’est pas interdit non plus d’apprendre l’histoire des royaumes merina et sakalava, comment se faisaient les successions et comment se prenaient les décisions.

    • 25 février 2013 à 11:42 | jansi (#6474) répond à Isambilo

      Isambilo,
      J’ai bien lu votre post qui me semble bien pertinent.
      Vous dites :
      CITATIONS
      "Est-ce qu’il n’est pas temps de réfléchir sérieusement sur la conception malgache du pouvoir et sa traduction au XXIe siècle ? Jusqu’à maintenant nous n’avons fait que transposer, tropicaliser les institutions européennes.
      Nous avons reporté sur le président de la république le « hasina » du mpanjaka . Et quand le mpanjaka n’est pas bon, on le tue physiquement ou symboliquement....
      En résumé, nous continuons depuis 50 ans à nager entre deux eaux, à jouer sur deux tableaux. L’état démocratique dans sa conception européenne de la société et de l’individu avec sa constitution d’une part. D’autre part, la perception « religieuse » de la personne détenant le pouvoir et une conception « sociale » de l’individu. (FIN DE CITATION).

      COMMENTAIRES
      Vos propos me font rappeler la remarque de plusieurs amis qu’en 2013, il faudrait dorénavant remplacer le « fanjakana » par le « fitondrana ».

      Les chercheurs et stratèges français ainsi que les hommes politiques n’ont jamais oublié cette perception malgache du tenant du pouvoir. Voilà pourquoi, ils ont toujours joué ce jeu. Trouver l’homme, l’adouber et le faire adouber ensuite. La suite n’est que formalité. Cela a marché avec Tsiranana en 1958, raté avec Ratsiraka 1 en dec 1975 qui s’est rattrapé en 1997 (Ratsiraka 2 devenu « écologiste et humaniste »), sans oublier Zafy, oublié du bataillon avant son forcing de la place du 13 mai et de la marche sanglante du 10 aout 91.

      Apres la parentèse de l’électron libre Ravalomanana qui a pourtant emprunté le même chemin du pouvoir du macadam, de « l’homme-messie et pas le programme limité au simple »minoa fotsiny ihany", les politiciens français reviennent avec Rajoelina reconnu 4 ans plus tard comme un produit d’un mauvais casting. La reussite en affaires n’est plus un gage de reussite en politique.

      Et pourtant, dès 2009, les députés (UMP) français étaient à la d’un « monarque républicain » pour remplacer Rajoelina dont la mission aurait du se limiter à « évincer » Ravalomanana, trop connu pour son penchant anti-français.
      Ce fameux « monarque républicain » devrait être le « bon candidat » à la future élection présidentielle. Ce candidat n’aura pas besoin d’un programme de société car il n’aura pas le choix : ce sera l’occidentalisation de monde économique et social. Mais il aura besoin qu’on lui forge une bonne « image » qui n’est pas nécessairement liée à son physique, critère devenu secondaire.

      Tout cela pour vous dire, Isambilo, que vous avez pointé avec justesse le sujet sur (ou contre c’est selon) lequel nous devons faire tres attention.

      Voilà pourquoi, lors de la future élection, je me méfierai beaucoup plus des candidats qui ne feront que danser sur les podiums, distribuer des gadgets, et faire chanter par la foule une hymne prévue à sa gloire. Souvenons nous bien. Tsiranana (pisodia izahay mandrakizay), Ratsiraka (ao anaty boky mena), Ravalomanana (je ne m’en souviens plus de son chant de guerre mais il en avait une) et Rajoelina (iny làlana iny) ont tous procédé de la sorte. Zafy n’avait peut être pas de bons compositeurs de chants militants, mais son chapeau de paille était tout un programme (de reconnaissance de sa présence).

      Révolutionner (pour l’éliminer) cette perception messianique du dirigeant me semble tres difficile tant que la majorité de la population reste sans éducation, analphabète. Mais cela nécessite aussi une véritable refondation du monde politique malagasy pour que le patriotisme prenne la place trop envahissante (sièges et enrichissement) de l’égoisme.

      Apaisement, guérison, état de droit, avant toute élection, au risque de se retrouver avec un nouveau monarque supposé républicain sur qui on reportera le hasina du mpanjaka mais qu’on abattra queqlues temps après en cas de besoin via le macadam (toujours le macadam du 13 mai car ce grillage devant l’Hotel de ville ne résistera pas à la fureur d’une foule d’excités). On a tous compris les causes des crises cycliques.

    • 25 février 2013 à 12:39 | basyvava (#4699) répond à jansi

      Très bonne analyse d’Isambilo, suivie de commentaires pertinents de Jansi. J’aimerai bien qu’on continue ce genre de débats sur le forum et laisser un peu de côté les Andry, Marc, Didier et Albert, qui font déjà partie du passé.

      Il est temps de réfléchir ensemble sur l’avenir du pays et cesser de se focaliser sur ces personnalités.

    • 25 février 2013 à 12:48 | maso (#2264) répond à Isambilo

      Excelente analyse qui suplante de loin et ce n’est pas coutume, celle de Ndimby.

      Comment tout un peuple, ayant connu et vécu sous le choc violent de la colonisation, pourrait se reconnaître et se projeter, par la suite, dans une démocratie instauré par l’arrivée de la puissance colonial et laissé comme une des conditions de son départ.
      Même si celle si peut lui convenir, les conditions de sont institution ne méritent elles pas de s’en méfier ?
      La colonne vertébral d’une démocratie c’est sa constitution, et celle si doit être écrite pour un peuple bien identifier.
      Lors de la rédaction de cette constitution, si les personnes, instruites qui la rédigent ne sont pas très attentif sur le fait qu’ils l’écrivent, au nom de tout un peuple qui lui l’est beaucoup moins.
      Alors cette constitution viendra rejoindre toutes celles écrient sans croire à la possibilité d’une vrais démocratie mais à l’élitisme cette forme moderne de la loi de la jungle.

      Je voudrais aussi rapporter quelques éléments à l’analyse de Ndimby sur les élections de 2001.
      Le premier est qu’ en nombre de voix, et avant que D Ratsirakala et ses lieutenants, n’ai compris la situation, et partent dans les campagnes, tout les chiffres indiquaient la victoire de M Ravalomanana.
      Avant l’élection celui si était donné perdant par la totalité des observateurs.

      On peut raisonnablement penser qu’au vue de la capacité du camps adverse à inverser les résultats sur le tard, le candidat Ravalomanana est considérer que sa seul chance de devenir président était sans accepter un second tour.

      Il n’est donc pas devenu président face à la légalité, mais bien président par démocratie.
      Ce point m’apparaissant comme essentiel pour comprendre son camp.

      L’ entrave juridique n’en reste pas moins un précèdent qui à été depuis réutiliser, mais surtout instrumentalisé.

      Le candidat M Ravalomanana c’est retrouvé président de Madagascar sans que la France ne l’ai prévu, c’est la raison pour laquelle elle sera un des dernier grand pays à reconnaître cette élection.

      La crise de 2009 ressemble plus à des méthodes de la franceafrique.

      Si c’est le cas, M Ravalomanana rejoindra un jour ce petit clan des présidents africain déchu ou mort pour avoir voulu être avant tout nationaliste.

    • 25 février 2013 à 12:55 | rakotofiringa (#7126) répond à maso

      face à la démocratie dites -vous ? la règle démocratique veut qu’ il n’ y a que les élections qui peuvent VALIDER une ou des personnes au pouvoir

    • 25 février 2013 à 13:08 | rakotofiringa (#7126) répond à Isambilo

      Vous me fais penser d’une émission hebdomadaire de ma tv intitulant « madagascar ho an’ ny fanjakana andriana » . On est sous la RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE malagasy pour vous dire qu’ il n’ y a qu’une seule règle à respecter : ÉLIRE LES GOUVERNANTS PAR LES GOUVERNES .Point barre !

    • 25 février 2013 à 13:27 | maso (#2264) répond à rakotofiringa

      Non la démocratie c’est que le peuple soit souverain.
      Ses représentants pourraient très bien etre tiré au sort.
      C’est la constitution qui en fixe les règles.
      L’ élection était donc, à mon analyse, bien démocratique mais anticonstitutionnel.

    • 25 février 2013 à 13:29 | rakotofiringa (#7126) répond à jansi

      Jansi je suis d’accord avec vous sur quelques points , dorénavant M/ar a besoin de ses enfants disait Basile , mais QUI pourrait nous conduire et nous faire sortir de cette impasse interminable ? J’ai bien peur que d’ici quelques temps , il y aura éventuellement un nouveau soulèvement populaire pourquoi parce que nous ne sommes pas arriver jusqu’ au jour d’aujourd’hui à mettre un point sur :
      la proclamation OFFICIELLE des calendriers
      les amnistié
      les candidats
      la constitution ..........

    • 25 février 2013 à 14:16 | rakotofiringa (#7126) répond à maso

      démocratie ( le pouvoir vient du peuple par les URNES ) en dehors de la constitution c’est anticonstitutionnel et qui dit anti constitutionnel dit coup d’état

  • 25 février 2013 à 09:46 | niry (#210)

    En effet, depuis 4 ans Rajoelina et Ratsirahonana pataugent. C’est tout ce qu’on retiendra de leur passage. Vu que tout ce qui semblait être manarapenitra ne l’est même pas ! Ca ne survivra même pas à leurs auteurs.. (et détrompez vous Betoko, ceci n’est pas une menace de mort.. - Il faut vraiment tout vous ré-expliquer à chaque fois)

  • 25 février 2013 à 10:38 | Parole (#2602)

    La façon d’accéder au pouvoir est une chose, la façon de l’exercer en est une autre. Certes, l’une influe sur l’autre mais rien ne garantit qu’un président bien élu fasse son boulot correctement ni qu’un président mal élu le fasse mal.
    Entendons-nous bien : je ne suis pas en train de dire que les élections comptent pour du beurre. Je dis seulement que la religion des élections cache mal un vide des idées. D’ailleurs, si cette passion commune pour le vote avait inspiré aussi bien les croyants de 2002 que les aventuriers de 2009, ils seraient prudemment restés chez eux, pour leur plus grand bien...et le nôtre.
    Votons donc et nous verrons après !

    • 25 février 2013 à 12:49 | rakotofiringa (#7126) répond à Parole

      je n’ ai pas fréquenté la place de 13 mai pour une seule question de principe :
      celui ou ceux qui accèdent au pouvoir via coup d’état sera tôt ou tard renverser de la même manière, les victimes ( innocentes ) resteront toujours des victimes , des martyrs pour rien sauf que depuis quelques temps les putschistes ont pu allouer certaines sommes ( modiques fussent-ils) aux victimes

  • 25 février 2013 à 11:06 | alamino (#809)

    C’est Didier Ratsiraka en 1975 qui a commencé le coup d’état chez nous. Latsabato avec l’instauration de son Etat bidon qui a mis notre pays dans le BORDEL institutionnel .
    ZAFY n’a rien compris en politique.
    Ravalaomanana non plus car pas assez formé et avisé en politique Institutionnel.
    Andry est l’aboutissemnt de cette incompétence en mtière de principe Institutionnel et compétence politique .

    Voilà pourquoi il est grand temps de faire une vraie rupture avec l’ancien régime qui perdure en révolution de palais !

    • 25 février 2013 à 12:07 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à alamino

      Etant à l’extérieur de Madagascar,en 1975,je ne partage pas l’idée que c’est l’Amiral Rouge Didier RATSIRAKA qui a commencé le coup d’Etat chez NOUS,les Malgaches.
      Il a essayé le « SOCIALISME ».
      Dans la théorie « marxiste »,le socialisme est la période de transition entre l’abolition du capitalisme et l’avènement du communisme,avec la disparition de l’Etat.
      Pendant cette période,la dictature du prolétariat (- demandez à ...-) s’exerce par l’intermédiaire de l’Etat sur l’ensemble de la « SOCIETE ».
      Après l’assassinat du Colonel RATSIMANDRAVA,il y a un essai du socialisme,voué à l’échec du « COMMUNISME » à Madagascar.Point barre !
      Mettre tout sur le dos de l’Amiral rouge Didier RATSIRAKA,c’est trop facile.
      Est-ce pour ça qu’un certain JIPO court toujours derrière Didier RATSIRAKA ???
      - Rien à cirer de JIPO-
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa gmail.com

    • 25 février 2013 à 20:00 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Votre obstination à défendre l’ ignominie , comme votre ratsy - hiraka est comme vous & le Père Noël : une or - -re , détritus serait encore un compliment .

      Oui il est entièrement responsable de la m - - de dans laquelle Madagascar est depuis qu’il s ’est barré comme vous en y laissant ses étrons . /

      Avec l’ éloge que fait de vous et de votre apprenti navigateur d’ eaux saumâtre , pirate et voleur comme spécialité , l’ Ami Ndimby vous dote d’ un costume plus propre & relooké à la hauteur de vos prétentions , n’ ayant que faire de vos contestations, ( comme le reste ) totalement injustifiées & irrecevables . /
      Le déni de vérité arrange assurément votre narcissique entêtement , pour ne pas dire bêtise, mais n’ enlève rien à la réalité des faits & leur vérité , dommage qu’ elles ne vous trouent pas ( comme l’ est votre piteuse cervelle ) : le c-l .

    • 25 février 2013 à 20:49 | Turping (#1235) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Basile,
      Cela fait honte un peu de votre part quand vous essayez de protéger ,Ratsiraka ,Rajoelina et Ravalomanana.Pourquoi pas Zafy non plus ?
      car il vous a mis une ligne rouge à l’Ambassade pour téléphoner ?
      Votre ignorance malgré votre âge fait honte.
      Les 23 ans du règne de Ratsiraka au pouvoir n’était pas un essai comme l’expérimentation des cobayes ,les malgaches en particulier.
      L’essai d’un socialisme marxisme -Lénisnisme avec des nombreux morts,des assassinats n’est pas une chose hasardeuse surtout si on s’est réfugié en France après sa chute.
      Rappelez-vous qu’il était ministre des affaires étrangères sous le gouvernement de Ramanantsoa en mettant fin avec les accords de coopérations avec la France ,l’Israel ,etc....causant le départ des français ,les colons ,etc,....
      Je ne suis pas contre l’indépendance de Madagascar ,justement le contraire.
      Ratsiraka est à l’origine de tous les chamboulements à Madagascar car les autres ont hérité les racines du mal.
      Ce qui explique les 38 ans d’ingérence suivi des corruptions.
      Je ne dis pas non plus que les autres sont des innocents mais les 23ans de règne sans partage était un mauvais exemple.
      Il aurait fallu l’évincer ,suivi d’un mouvement populaire pour partir.
      Ravalomanana était élu dès le premier tour qui était contesté par Ratsiraka.
      Une sorte de semi-coup d’état de sa part suivi d’un vrai coup d’état de 2009 par Rajoelina.
      Voilà la vérité Monsieur Basile .
      Et sachez aussi qu’autour de l’assassinat de Ratsimandrava tourne un grand doute où Ratsiraka était l’un des commanditeurs potentiels.
      Il essayait de faire disparaître des documents important comme l’incendie du palais du premier ministre Andafiavaratra,la mort de Joel Rakotomalala, Sibon Guy ,Rakotonirainy Alphonse dans les accidents d’avion ....car il allaient révéler les choses.

    • 25 février 2013 à 21:04 | Turping (#1235) répond à Turping

      .....des documents importants...

    • 26 février 2013 à 08:10 | gasylahy gasykara (#6978) répond à Turping

      Oadrayiii !
      Laingatsaralahatra, tonga ianao !!!
      Feno tsikafokafona toa ranon’Anosy izy izany an...(Turbo : "...maty ah’ fa ts’ izany ho’ ah’ !>>>marina any izanyiii ! ; voay e !> oie !)
      Fa sao dia misy ifandraisany ary ity fanonganana sy ny 50 taona ampamoaka ara-tantara ???!?

  • 25 février 2013 à 11:10 | gasy_kely (#439)

    A quand une réelle aspiration populaire où chacun fait son travail dans les règles de l’art. Le magistrat applique le droit, le prof enseigne la civilité et partage le savoir, le médecin soigne tout le monde !! Et surtout, que tous nous comprenons que le respect se gagne par le travail !!

    Je rêve, n’es-ce pas ?

    Gasy kely tsy mahay !!

    • 25 février 2013 à 11:40 | ni3tzsche (#6884) répond à gasy_kely

      Oui, vous rêvez ! Mais nous faisons les mêmes rêves !

    • 25 février 2013 à 11:45 | alamino (#809) répond à gasy_kely

      Après qarante ans de Fieritreretana et aussi des années d’études politiques , nous devons accepté ces MAGOULNS sévir dans notre pays !
      Ce bordel est arrivé car la politique est devenue un simple moyen de faire son business à deux balles !

      Aucune formation requise , un formé pour doit obéir à des rigolos !

      Je ne serai jamais Mistre des MARGOLINS !

      Voilà pourquoi les cancres dirigent et les bons doivent céder à cause de la violence qui devient un moyen d’accéder et de se maintenir au pouvoir dans mon propre Pays !

      Triste bilan non !

    • 25 février 2013 à 12:13 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à alamino

      - « Voilà pourquoi les cancres dirigent et les bons doivent céder à cause de la violence qui devient un moyen d’accéder et de se maintenir au Pouvoir,à Madagascar ».
      - Drôle de conception,en politique, pour « alamino »,pour Madagascar.
      Madagascar a besoin de tous ses enfants.
      MADAGASCAR AUX MALGACHES.
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa gmail.com

    • 25 février 2013 à 12:48 | alamino (#809) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Actuellement, les bêtisiers sont admis chez nous ...ces MARGOULINS nous empêchent de RECONSTRUIRE LE PAYS !

      Vous avez pigé oui ou non ?

    • 25 février 2013 à 13:36 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à alamino

      Dîtes-vous « MARGOULINS » :
      - petit patron,petit détaillant,
      - commerçant malhonnête ;individus peu scrupuleux,
      - spéculateur sans vergogne,
      - personne manquant de compétence ou de sérieux dans l’exercice de sa fonction,en particuliers « mauvais ouvrier ».
      Vous avez le choix,alamino.

    • 25 février 2013 à 13:58 | maso (#2264) répond à alamino

      Si l’on parle de démocratie, alors rien dans une democratie ne veut que soit des personnes fomés spécialement dans des écoles qui dirigent.

      C’est meme plutot le contraire pour les assemblées qui doivent représenter le peuple, se qui donc par principe ne peut s’apprendre.

    • 25 février 2013 à 21:13 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      « Voilà pourquoi les cancres dirigent « C ’est pour ça que vous êtes tous les jours / le pont , depuis 70 ans vous n’ avez pas eu la preuve que votre cas est désespéré, puisque pour votre » genre 100 % pur race & dégénéré " : ça ne marche pas . / ...

  • 25 février 2013 à 12:19 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Bonjour et Bonne journée à tous,

    Condamner un coup d’état est certes louables mais faire en sorte qu’il ne se reproduise plus dans notre pays serait mieux.
    En faisant un clin d’œil à MAMADOU CISSOKHO lors de l’émission « point de vue » de la RTS1 (RADIO TELEVISION SENEGALAISE) qui a affirmé qu’un président de la république ou le palais présidentiel n’est pas suffisant pour résoudre le problème d’un quartier. Dans ce sens il a avancé que la résolution des problèmes d’un pays dépend surtout des rôles et des responsabilités de ses citoyens.

  • 25 février 2013 à 12:47 | LAZALAZAO (#7189)

    Votre réflexion ressemble bien à celle du roi des mensonges Andry Rajoelina, qui affirme qu’en 2002 Ravalomanana n’a pas gagné au premier tour et que seul à Antananrivo il y a eu contestation.... Ceux qui se ressemble s’assemble.
    A ce moment-là, Les politicards et les ratsirakistes voulaient bien faire un second tour. D’ailleurs préconisé par les accords stupides de Dakar II. Sauf que vous et ceux qui pensent comme ne voulez pas admettre que les 25+4 ans de Ratsiraka au pouvoir ce n’était plus supportable ( régime communiste, affaire Kung Fu, la mort de Ratsimandrava, Joël Rakotomalala, Sibon Guy, la francafriaque.....) on en avait plus qu’assez. Mais vous menez le combat sur le terrain politique. Là où, les malgaches brillent par sa nullité disant que le 02-22-2002 est un putsch.

    Rions un peu d’abord vos propos :« Certes, je suis d’accord sur le fait que le régime Ratsiraka devait être mis à la porte en 2002, mais je ne suis pas d’accord avec la manière utilisée. »

    Donc on stoppe Ratsiraka par quoi ? Par la théorie des « intello » malgaches qui ont fait leurs études en France, et ne saisit jamais la réalité malgache ?
    Qu’elle manière suggérez-vous ? Celle qu’on a pas fait ? C’est bien cela le théoricien formé à la française à Madagascar...

    Vous le comparez au putsch de mars 2009. Donnez-vous la même gravité les 25 ans de régime Ratsiraka , au 7 ans de régime Ravalomanana. Faut-il vous rappeler que le régime Ratsiraka poussait tout le monde a être contre lui. Tandis que le régime Ravalomanana 4 ans après sa chute beaucoup disent ancré AVERENO DADANAY.
    Vous prétendez que seules les élections peuvent vérifier si c’est vraiment le peuple, alors que Ravalomanana est déjà hors course pour les élections ?
    Mais là, vous dites une fois de plus ce qui est impossible pour justifier votre point de vu.
    D’abord vous dites..en 2002 « oui » mais pas la manière, et maintenant, c’est « oui » mais avec les élections ..en sachant pertinemment que Ravalomanana n’est pas dans la course... Bref c’est le théoricien typiquement formé à la française C-a-d une opposition systématique en critiquant toujours de ce qui n’a pas été fait ou ce qui aurait dû être fait. Comment ça se fait que vous voyez toujours ce qui n’a pas été fait ou ce qui ne se fera pas. Manque total de réalisme ? Ou parler pour parler ?

    A mon avis, certains intellectuels contribuent gravement aux misères de Madagascar, ne serait-ce que par leurs plaisirs de se satisfaire intellectuellement et de rendre par la même, une vision (de ses lecteurs) encore plus négative et fataliste qui aggrave la situation.

    • 25 février 2013 à 13:50 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à LAZALAZAO

      - « Une part de vérité,chez les Malgaches, dans votre dernier paragraphe ».
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa gmail.com

    • 25 février 2013 à 15:18 | Mihaino (#1437) répond à LAZALAZAO

      Bien dit LAZALAZAO ! Bienvenu au club des forumistes qui participent depuis 2009 pour chercher une issue de secours à notre crise . Des idées, des critiques, des propositions fusent de la part de nous tous en tant que citoyens malgaches et même émanant des personnes d’ailleurs qui aiment notre Pays . Les idées divergent mais je trouve nos échanges très instructifs et enrichissants sauf qqs écarts et des bourdes des passionnés & fanatiques de tous bords ?!
      J’ avoue que je rejoins entièrement Ndimby sur sa position concernant la prise du pouvoir par la force , par un coup d’état car l’homme fort n’existe que provisoirement, transitoirement et qu’il sera battu , humilié tôt ou tard par un autre homme plus puissant que lui (cf David & Goliath etc...).Mea culpa si je me trompe !
      Par ailleurs, j’ajouterai un distinguo entre popularité et populisme car à mon humble avis, tous nos dirigeants successifs,à qqs exceptions près, ont été populistes et non populaires et surtout intéressés par les gros sous !
      Enfin, Madagascar cherche un homme ou une femme , sans casseroles derrière, sans amnistie, ayant les compétences requises pour diriger notre Pays. Puis-je rappeler la règle d’or dictée par un de nos proverbes :« Ny fitondrana olona tahaka ny fotaka : fihinina mafy miporitsaka, atao baranahiny mivaroraka ; kenakenaina no ahatanana azy » liitéralement signifie ( Conduire les hommes équivaut à tenir de la boue dans ses mains : quand on les presse trop ; ils s’échappent lestement, quand on les tient lâchement, ils coulent ; il faut les tenir avec soin et tact).
      Vivement les élections de 2013 !
      Wait and see...
      PS : Tous mes encouragements et ma solidarité aux sinistrés de Toleara !

    • 25 février 2013 à 15:39 | Boris BEKAMISY (#4810) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      NDIMBY A, je l’ai répété a plusieurs reprises , affiche des contradictions sur contradictions , il est de plus en plus complètement déboussolé comme ces pauvres membres de la CI qui nous gouverne ....

      Depuis son SPECTACULAIRE MEA CULPA .....ndimby a. est complétement désorienté ne sachant plus sur quel pied dansé et sur quel saint se vouer...

      Lazalazao , la, a craché une certaine vérité sur la pauvreté intellectuelle de nos pauvres membres de DIASPORA que NDIMBY incarne en lui tout seul.....

      VOILA EN FAIT LA VÉRITABLE CAUSE DE L’INCAPACITÉ POLITIQUE DES INTELLECTUELLES MALGACHES , leur mode de raisonnement bref leur mentalité

      Le vendeur ambulant d’yaghourt ou un DJ et autres Remenabila ont encore des beaux jours devant eux au sommet de l’État pour le prochain 50 ans a Madagascar

    • 25 février 2013 à 15:47 | Rakitoza (#689) répond à LAZALAZAO

      Ahoana koa izany kajy izany leiroa ?

      Ratsiraka :
      1975-1993 = 18
      1997-2002 = 5
      18 + 5 = 23

      Avy aiza rangaha no mahita 25+4 ?

    • 25 février 2013 à 17:19 | Ndimby A. (#444) répond à Boris BEKAMISY

      (...) ne pas nous complaire à commenter le doigt qui montre la lune pour noyer le poisson du vrai sujet, suivant la théorie de Sirob.

      C’est qui Sirob ? (ah oui, c’est vrai, il faut lire le nom à l’envers)

    • 25 février 2013 à 17:35 | Rakitoza (#689) répond à Boris BEKAMISY

      Lasa fanina tanteraka ianao ka nipitika ny visy, ka lasa ni-manky visy i Bekamisy... Ela ny ela, foza be hiringiriny no lasa manohana ny hevitray zanak’i dada nambaran’i Lazalazao momba ny lahatsoratra. Izay ny porofo fa tsy mamaky akory ilay BB fa faly mandray antendrony sy mipetsopetsona.

    • 25 février 2013 à 22:15 | Turping (#1235) répond à LAZALAZAO

      Lazalazao,
      Je reprends votre phrase :
      A mon avis, certains intellectuels contribuent gravement aux misères de Madagascar, ne serait-ce que par leurs plaisirs de se satisfaire intellectuellement et de rendre par la même, une vision (de ses lecteurs) encore plus négative et fataliste qui aggrave la situation.Copier/coller

      L’adage dit : Au pays des aveugles les borgnes sont rois.
      Vous savez ,le fait « d’être un intellectuel » à Madagascar où les gens sont formés en Europe ou USA ou ailleurs ne donne pas une garantie systématique de s’intégrer dans une société quand les alentours où baigne la population de requin le menace afin qu’il suive les autres sinon il sera écarté .
      Certes ,x ,y ,z sortis de HARVARD ,ayant fait les sciences- po à Paris ,expert-comptable.... trouvent une bonne place mais après ils resteront isolés et marginalisés par rapport au système corrompu à Madagascar.

      Pour que la société change réellement ,dans un état où chacun fait ce qu’il veut(la jungle),il faudrait qu’il y ait un groupe d’individus fort ou associations fortes composées d’élites malgaches pour faire pression et contrôler les dérives. Et cela ne devrait pas suivre systématiquement les modèles étrangers mais à nos façons de le faire sans être réprimé.

      Je suis au courant à lire votre post d’être plutôt pro-Ra8 (je vous respecte).
      S’il était vraiment très fort à vouloir mener le combat tout seul sans écouter même ses conseillers dans les moments les plus durs ,il ne serait pas évincé .
      D’accord ,qu’il a eu le sens des affaires Ra-8,un autodidacte riche sans avoir suivi les études sup ,etc...il y a eu des choses concrètes faites de sa part mais aussi beaucoup de maladresse .Tout ce qu’il a fait n’était pas le parfait non plus car il y a eu des lacunes ailleurs .
      On ne confondait pas les affaires de l’état à ses affaires personnelles.Cela a créé des ennemis et des « mpialona »
      Surtout après après avoir hérité le régime dictatorial de Ratsiraka ,on devait se montrer beaucoup plus souple en restant ferme,le rapprochement auprès du peuple.
      Vu qu’il était francophobe en le montrant ,cela créait un autre adversaire,la France qui garde toujours les emprises envers les pays ex-colonies et la région de l’Océan Indien.
      L’Empereur Hiro Hito c’était tout le peuple qui était derrière lui même pendant la 2ème guerre mondiale.
      Si les malgaches ne retrouvent pas une identité nationale pour des valeurs communes et des intérêts communs pilotés par des dirigeants entourés de très bonne équipe très solide ,on peut toujours rêver !!!

    • 26 février 2013 à 10:41 | LAZALAZAO (#7189) répond à Rakitoza

      Misy diso tokoa fa diso iray taona, 26 fa tsy 25 taona satria 1972-1975 : minisitry ny raha raharaham-bahiny tao @ governemanta Ramanatsoa. (Tao koa ry Zafy Albert sy Rasimandrava).

    • 26 février 2013 à 10:54 | LAZALAZAO (#7189) répond à Mihaino

      « Madagascar cherche un homme ou une femme , sans casseroles derrière, sans amnistie »
      Donc vous devez être d’accord, alors, à la proposition selon laquelle tous ceux qui ont participé au putsch et à cette collaboration, maladroitement appelée « transition » ne devraient plus se présenter à l’élection présidentielle voire législative .. On aura ainsi un renouvellement de la classe politique.

      Si vous en êtes d’accord battons tambours ensemble, pour que le message passe.

    • 26 février 2013 à 11:17 | gasylahy gasykara (#6978) répond à LAZALAZAO

      misy ny midokatena ho ’mat-sup’...
      fa ny anao ity ry namana Lazalazao tena betsaka ny mila miofana vao afaka mandramby azy ka ! hihiih
      >>>sady efa natombo iray ny ila, no mbola misy tsy fantapiaviana ihany !!!

  • 25 février 2013 à 15:24 | Substit (#7219)

    Avant d’attaquer d’omelette des coups d’états,il faudrait d’abord jeter un oeil sur les régimes primitifs d’une république bananière.
    S’il n’y a pas de moyens légaux pour rectifier les dérives des gourvernants, il ne faut pas s’étonner des ... coups bas.
    S’il y avait une vraie démocratie avant je serais le premier à utiliser le mot coup d’état.

    • 25 février 2013 à 19:48 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Substit

      Bienvenue à MT.com
      - « De prime abord (-au premier coup d’oeil-)vous dîtes »République bananière".
      - La notion de République bananière est employée dans un but polémique,pour qualifier des faits supposés de corruption ou d’abus de pouvoir.
      C’est prometteuse comme « pas-de-porte » pour MT.com
      - Le terme de République bananière désigne à l’origine un Pays peu développé,dont l’industrie repose typiquement sur la seule production de bananes,et dirigé par une petite ploutocrate (-personne qui tire sa puissance,son pouvoir politique de l’argent-) autoritaire.
      Elle a été appliquée aux Pays d’Amérique centrale et de la mer des Caraĩbes.
      L’appareil étatique ,corrompu à tous les échelons,permet à une caste détenant tous les Pouvoirs de s’y maintenir indéfiniment par divers moyens,en général toujours les mêmes :
      - prévarication (-manquement d’un responsable aux devoirs induits par sa fonction-) sur le bien public ;
      - détournement ou captation des revenus économiques par appropriation ou sur-taxation ;
      - maintien des populations dans la terreur grâce à une Police,une Milice ou une Armée au service exclusif du Pouvoir ;
      - élections truquées assurant aux caciques leur réélection quasi-automatique ;

      Certes,vous allez employer assez souvent ce terme « République bananière » pour dénigrer Madagascar.Il est de mon devoir de faire du copier/coller pour sa « VULGARISATION ».
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa gmail.com

    • 26 février 2013 à 10:32 | Substit (#7219) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Merci pour la réponse BR, à priori ai on continue comme ça on n’ aura pas de débat contradictoire.
      Par contre ce que j’ai toujours pensé c’est que les intéllectuels malgaches sont déphasés par la réalité (dès fois mody fanina). Ils ont honte vis à vis de leurs homologues de l’étranger de ces soit disant coups d’états (comme dans mon premier commentaire, je ne suis pas certain que ça soit le bon terme). Ils pensent que leur pays ne méritent pas ce genre de pratique parce que eux ils vivent dans la modernité. Mais moi je vous dis ceci les gars, il faut être réaliste et patient, avec 80% de pauvres (chiffres officiels n’en sont pas loin), et 70% qui ne comprennent pas le jeu démocratique ( ce chiffre résulte de mon estimation, voyez vous il y avait un débat sur la capacité des électeurs à comprendre le bulletin unique, non mais vous vous rendez compte où en est ??? Et dire que le deuxième tour du présidentiel va être combiné avec la legislative !!!! Bon je ferme la parenthèse) qu’attendez vous de la démocratie ? La majorité des Malgaches n’est pas comme vous qui voulez vivre comme en France ou aux USA. Se saboter ou faire des coups d’états si vous voulez, c’est encore dans les veines de la concsience collective des Malgaches. En fait c’est Rainilaiarivony qui l’a initié en premier dans sa forme moderne en éliminant Radama II suite aux excés de ce dernier et on épousant les 3 dernières reines Malgache (cas unique au monde à ma connaissance).
      Pourautant, je ne nie pas l’existence de la classe moyenne et supérieure et biensûr les intéllos dans la société malgache. Heureusement qu’ils sont là. Mais l’intélligence c’est la capacité à s’adapter à la réalité, ceci est ma définition.

  • 25 février 2013 à 15:35 | gasylahy gasykara (#6978)

    Indro ary fa vaky nitresaka !!!
    Miarahaba antsika rehetra indray e !
    Ny fiainampirenena dia ohariko amina fivoarana voajanahary.
    Ny olona dia voajanahary, ny sainy koa manaraka izany,
    ny taolana anefa mifono nofo ka mahare maharary,
    ary mandihi-tany ka tsy maintsy lena.
    Noho izany,
    arakaraky ny fisehoanjavatra no ivoaran’tsirairay ao anaty fiarahamonina,
    ary ny fivoaran’fiarahamonina no mahatonga fiainampirenena.
    Nisy ny vanimpotoanan’fahampanjàka.
    Nisy ny vanimpotoanan’fanjanahantany.
    Nisy ny vanimpotoanan’doboka indroa.
    Fa maninona tokoa no tam’tantaran’Madagasikara raha mpitondra firenena no resahina dia indroa monja no nisy doboka ?>Anjarantsika no mieritreritra.
    Nefa raha fitiavantanidrazana marina, maninona no vao maika toa mandrendrika ilay doboka fa tsy vao mihamampisandratra sy mampibaliaka masoandro ary koa mampirodana ilay lavabato lalina mangitsokitsoka...fa toa manome vahana vahiny izay miviravira ny fananana iombonana izay hita miharihary ankehitriny toa vaiankandrina raha nikonokononina tahaka ny laingatsaralahatra fahiny.
    Rehefa alefa lalina ny saina dia toa ireo roa nadoboka ireo no atahorana mitondra fahafahana marina matoa natao izay hery rehetra anatanterahana ilay varotsimifody.
    Ny voalohany ihany anefa no tsimifody fa ilay faharoa nampangorintsina ireo nahavanondoza satria tsy tody volana.
    Finanandrifianjavatra ve ?

  • 25 février 2013 à 16:16 | da fily (#2745)

    Soit, j’aime assez l’exercice de haute voltige de Ndimby pour tenter de faire un parallèle avec les 2 évènements de 2002 et 2009, tout en sachant trier les fondamentaux qui, in fine, les opposent ! la recherche obstinée et presque mortifère de l’objectivité conduit parfois l’intéressé à rôtir lui même sur les braises de sa rectitude...Mais ça vaut son pesant de câpres !

    Mais le fond, et je pense que souvent le fond prend le pas sur la forme, est que 2002 découle d’un passage trop longtemps imposé aux malagasys par le timonier à moitié fou de l’époque, et de ses dérives assassines. 2009 ne peut prétendre à la même folie meutrière (pour le pays et ses citoyens) du tenant de l’époque : Ravalomanana est peut-être mégalomane (voir assurément), mais il n’a pas conduit le pays à la déroute, voir par certains aspects, plutôt à son contraire. De là à le « préférer » parmi les nombreux adeptes de l’inconstitutionnalité chronique que détient ce pays !!

    Mais je rejoins pleinement la piste, ô combien déja tentée par certains ici, décrite par Isambilo et relayée entre autres par Maso...Nous n’avons pas encore fait notre deuil de la post-colonisation, empêtrés et circonscrits par l’assimilation de cette p.... de culture tous azimuts occidentale, et torturés de surcroît par ce sursaut de vouloir la révolution de manière marxiste ! il y a de quoi y perdre sa malgachitude. Tout ça a fait que de notre originelle identité culturelle, il ne nous reste que certains fombas, le côté artistique (poêmes et chansons populaires) et des pensées qui font réfléchir...et non agir dans le bon sens.

    Est-ce le moment aujourd’hui pour refaire aussi notre révolution culturelle ? Je pense que ce serait un bon début : il y a tant à jeter et à oublier dans ce que nous sommes devenus aujourd’hui, il n’y a qu’à voir la dérive que prend notre société. Le malagasy du XXIème siècle est en train de dilapider une partie de son âme, et le pire est que pour les plus dilapideurs, ils s’empressent d’oublier d’où ils viennent et ce qu’ils sont devenus aujourd’hui. La globalisation a déja aussi opérer ses ravages dans ce petit hâvre qu’aurait pu être notre ile.

    • 25 février 2013 à 17:34 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à da fily

      Le ’contenu’ da fily dépend de tout un chacun

      Mais si le ’contenant’ est totalement ’pourri’ , le ’contenu’ ne trouvera jamais cette nirvana

    • 25 février 2013 à 21:26 | Jipo (#4988) répond à da fily

      Hi ?
      Au plaisir de vous relire : merci .

    • 27 février 2013 à 13:26 | zorey974 (#7033) répond à da fily

      Désolé mais les effets de la globalisation sur le peuple malgache ne sont pas propres au peuple malgache. Tous les pays en voie de développement (si on peut parler ainsi pour Mada- :() sont concernés par cette schizophrénie : notre propre culture contre la culture occidentale dominante.
      Alors je crois, que votre malheur actuel est une chance : vous pouvez opter pour un développement plus en rapport avec ce que vous êtes et non pas plonger dans un développement à l’occidental positif pour certains au début mais totalement destructeur à long terme.
      Bon courage à vous.

  • 25 février 2013 à 17:24 | Rakotoasitera Fidy (#2760)

    Mais on dirait que vous en voulez encore ?

    ...... 2002 , 2009 , et après , tous les trois ans ?????

    Et combien faudra t’il encore de morts ?

    Nous ne sommes pourtant pas des palestniens et encore moins des israeliens
    qui ne voient leur avenir que dans la disparition de l’autre !!!!

  • 25 février 2013 à 20:12 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Hors sujet/la vie du Pays.
    - 10 (-dix-) partis politiques sur les 343 que compte Madagascar sont en situation régulière ,ce 25/02/2 013, a fait savoir le SG du Ministère de l’Intérieur.
    Source ;
    Orange.mg

  • 25 février 2013 à 21:36 | Turping (#1235)

    Chers compatriotes,
    En résumé ,l’accès ou le départ au pouvoir par la force est toujours soldé par la violence .
    Madagascar était colonisé directement de 1896 à 1960 et indirectement de 1960 à 1972.
    Tsiranana était l’Homme providentiel de la françafrique où tout allait bien encore en son époque.
    Le tournant de 1972 à 1975 devait être un tournant décisif en mettant fin de l’époque coloniale.
    La transition de Ramanatsoa au pouvoir n’était pas une chose facile car il sentait déjà les menaces et les dangers qui l’encourait .
    Déjà il y avait eu ,le coup d’état avorté,manqué perpétré par Rajaonarison Bréchard en 1974 suivi des officiers côtiers etc,...
    Ramanantsoa avait senti ce danger malgré son âge assez avancé .
    De carrière il n’était pas un politicien habile mais un militaire honnête ,droit.
    Le destin a tourné autrement du fait que l’assassinat de Ratsimandrava désigné par Ramanantsoa ,l’Homme clé de la réconciliation (en créant le fokonolona ) a été réduit à néant .
    A vrai dire ,le règne de Ratsiraka suivi des autres n’ont pas pour but d’unifier les malgaches autour des projets fiables après avoir rejeté la francophonie , et de gérer le destin de ce pays entre les vrais malgaches patriotes.
    Une politique dictatoriale ,le socialisme -communiste Marxiste suivi des assassinats et de corruption en se foutant carrément de la g.euele des malgaches en les nourrissant des démagogies.
    Malheureusement ,une société qui a raté son indépendance se rejette les uns des autres de l’irresponsabilité car rien n’est fondé pour créer des projets de développement durable.
    On pratique plutôt les effets pervers ,la chasse aux sorcières au lieu d’aller vers l’avant.
    Il n’y a pas eu de « vraie identité nationale » pour des vraies valeurs communes et des intérêts communs à Madagascar.
    Les échecs se focalisent sur ce sujet car du moment où le chacun pour soi patauge dans l’esprit des dirigeants .
    L’égoisme à la recherche des intérêts et conflit personnel en défendant sa gamelle est de mise ,le reste « je m’en foutiste » ,du moment que je reste au pouvoir avant qu’on m’évince.
    Ndimby ,même si x a fait mieux que y au pouvoir , il y a encore du chemin à faire tant que le vrai intérêt du peuple et de la nation ne soient mis en avant et discuté en permanence .
    Le fossé entre le pouvoir et le peuple devrait être ajusté afin de restaurer le vrai « fihavanana » à la malgache ,et de trouver des compromis acceptés par tous pour avancer.
    Misaotra Tompoko

    • 25 février 2013 à 22:39 | Mihaino (#1437) répond à Turping

      Bonsoir Turping ,
      Je reprends juste votre dernière phrase sur le FIHAVANANA . J’ai lu sur Madagate aujourd’hui que le Président de la Transition Andry Rajoelina n’a pas d’objection sur la venue de Mme Lalao Ravalomanana pour être auprès de sa mère hospitalisée. Bravo et merci car c’est le geste humain, courageux et sans arrière-pensée de la part du Phat et du PM aussi dans cette histoire : Le fihavanana malgache est bien respecté surtout dans des pareilles circonstances .
      Les aides et les secours commencent à arriver à Toleara : Mille fois bravo aussi à tous ceux qui aident de près ou de loin tous nos compatriotes sinistrés : une preuve du Fihavanana malgache.
      Cordialement,

  • 26 février 2013 à 03:29 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059)

    Sans oublier l’omelette des médias ...

    Sans les médias, les politiciens peuvent crier ... et personne ne les entend ... Soyez-en sûr !

    Les politiciens sont pires que les gamins ...
    Ils font tout pour passer à la télé., à « la UNE » des journaux, ...

    N’empêche, je tiens à remercier les journalistes de Tribune pour leurs compétences rédactionnelle et leur tact à inviter les forumistes à :
    - soigner leur rédaction,
    - la courtoisie,
    - baser leurs propos sur des éléments véridiques et exacts.

    Merci !

    Misaotra tompoko !

  • 26 février 2013 à 05:44 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059)

    J’ai l’idée qu’il y a un « deal » tacite, non écrit, entre tout Président de la République de M/car et Norbert L. Ratsirahonana qui a émaillé (semé) et jalonné tout pouvoir de M/car depuis l’indépendance ...

    Tout, « sous la bénédiction de La France » dont Ravalomanana en est un des grands « bléssés » de ces guerres politiques.

    Tout simplement, comment expliquer la longévité politique de Norbert L. Ratsirahonana avec tous les régimes politiques qu’on a vus, vécus ?
    Il a été toujours là, discrètement ... Hiver, Printemps, Eté, Automne... si j’ose dire ...

    Réfléchissons bien et n’ayons pas la mémoire courte.

    Ao raha ...

    C’est un fin juriste procédurier expérimenté : magistrat, directeur de cabinet ministériel ( Ramangasoavina), commissaire des lois à l’Assemblée nationale, Président de la Cour constitutionnelle (tombeur de Ratsiraka), 1° Ministre (« Empechment » de Zafy ...), Président de la République (même par intérim ...), « Ambassadeur itinérant » (pratiquement au dessus du Ministre des Affaires étrangères, sous Ravalomanana), etc ...

    De par son C.V., les autres politiciens sont du « pipi de chat » face à lui ...

    Ne parlons pas de sa retraite avec toutes les fonctions qu’il a assumées ...
    sans compter ses héritages familiaux ...

    Tout peut passer mais ... avec son immunité diplomatique à vie ... de la politique pratique est son passe temps ...

    Je veux dire tout simplement que la politique à M/car n’est qu’une opportunité et jamais une finalité.

    Norbert Lala Ratsirahonana n’est qu’un grand opportuniste, un joueur expérimenté en Monopoly, jeu de l’Oie (ou de lois), d’échecs ... Calculateur.

    On l’aime ou on ne l’aime pas ! Ou c’est OUI ou c’est NON !

    Voilà !

    P.S. : Moi, personnellement ? Je n’attend qu’à une opposition intelligente et objective pour relever le niveau des débats politiques.
    Le pouvoir ne vient, n’appartient qu’à la volonté populaire, démocratique dont les mandataires ne sont pas corrompus et respectent leur mandat.
    Qu’importe que ce soit Hajo Andrianaianarivelo, Pierrot Rajaonarivelo, etc ...

    Pour balayer notre complexe de Bac moins 5, moins 3, ... On les a laissés faire (y a eu des idées ...) pendant plus de 10 ans.
    Optons donc pour le Bac +4, +6 + 8 , ... (On a eu Ratsiraka, Zafy, ...).

    QUE VOULONS-NOUS EXACTEMENT ?

    • 26 février 2013 à 22:42 | Turping (#1235) répond à NY OMALY NO MIVERINA

      Ny omaly no miverina,
      Quelle est la différence entre Bac-3 ;Bac-5 ;Bac-8 et Bac +3 ;Bac +5 ; Bac+8 s’ils sont tous des voleurs corrompus mais seulement les méthodes et modes opératoires qui changent pour aboutir au même résultat médiocre ?

    • 1er mars 2013 à 05:10 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059) répond à Turping

      La réponse à votre question est toute simple ...

      Elle est contenue dans votre réponse !!!

      De la politique, çà concerne tout le monde quel que soit leur niveau intellectuel.

      Le fantasme humain c’est d’avoir un juriste ou économiste de haut niveau à la tête du pouvoir ... qui comprend tout, manipule tout avec finesse et en toute discrétion ...

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 146