Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 24 novembre 2020
Antananarivo | 13h09
 

Enseignement

Enseignement supérieur

Création de futures universités publiques dans les régions

mardi 17 novembre | Fano Rasolo

La rentrée solennelle des universités publiques pour l’année universitaire 2019-2020 s’est déroulée hier à Mahajanga. Après des longues mois d’attente, le coup d’envoi est ainsi lancé pour les étudiants privés de cours depuis presque 8 mois.

Dans son discours, la ministre de l’Enseignement supérieur Elia Beatrice Assoumacou a annoncé, hier, l’inauguration prochaine de trois universités nouvellement construites dans les régions Itasy, Vakinankaratra et Analanjirofo. ainsi que la création de quatre autres dans les régions Melaky, Sava, Anosy et Sofia.

La capacité des institutions d’enseignement supérieur à Madagascar est en effet insuffisante pour absorber le nombre croissant des bacheliers. Une proportion importante de bacheliers ne peuvent pas ainsi entrer dans l’enseignement supérieur. A Antananarivo, pour cette année 2020, 35 809 élèves ont été admis au baccalauréat alors que l’Université d’Antananarivo peut recevoir uniquement 8.000 à 10.000 nouveaux étudiants.

Selon un rapport de la Banque Mondiale en 2014, le système d’enseignement supérieur actuel à Madagascar est l’un des moins développés au monde. Le secteur public inclut 6 universités, 4 instituts supérieurs de technologie qui dispensent une formation professionnelle, et un centre national d’enseignement à distance. Le secteur privé inclut un nombre croissant d’institutions mal documentées, mal encadrées, en l’absence de cadre cohérent d’autorisation, d’accréditation et d’assurance qualité. Le taux d’inscriptions est extrêmement faible, et lourdement concentré à Antananarivo. Des 6 universités, seule l’université d’Antananarivo et, dans une moindre mesure, celle de Toamasina, sont de dimension suffisante pour justifier leur statut ; l’ensemble des instituts supérieurs de technologie comportent moins de 1.500 étudiants.

10 commentaires

Vos commentaires

  • 17 novembre à 08:59 | Dadabe (#9116)

    Où est passé le calendrier ?

    Ben oui, êtes-vous bien sûr que l’année universitaire 2018-2019 soit totalement finie ? Car, c’est bien d’inaugurer à la fin 2020, une année 2019-2020, mais je crains tout de même pour la future année 2020-2021 qui pourrait ne voir le jour qu’après 2023, etc... Je ne parle pas de 2022, ce sera trop électoral pour être ’’universitaire’’. Enfin, je crois. Je vais revoir mon calendrier des Postes, si je le retrouve...

    • 17 novembre à 09:42 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Dadabe

      Bonjour Dadabe

      L’essentiel n’est pas le calendrier mais l’essence voire la nature même de notre cursus scolaire et universitaire car jusqu’à preuve du contraire les parents considèrent l’enseignement de leurs enfants comme un OBJECTIF mais pas comme un MOYEN pour réussir sa vie. Il en va de même des régimes qui se sont succédés dans notre pays, y compris la colonisation ( dans le but inavoué de maintenir la dépendance) tandis que les régimes qui se sont succédés depuis l’indépendance en font de même ( avec la priorisation du taux de réussite au lieu de la compétence et de l’excellence au service du développement du pays). C’est tout à fait normal si le pays recule d’année en année n’est-ce pas ?

  • 17 novembre à 10:14 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Ces nouvelles universités, vont-elles contribuer au développement de leur région d’implantation à moyen et long terme ou le contraire en apportant rien pour ces régions ?
    Si on regarde les potentialités à mettre en valeur pour ces régions, on peut les définir comme les suivantes :
    Melaky : Elévage-Pêche et hydrocarbure.
    Sava : Les cultures de rentes (vanille-girofle, etc... et la riziculture en sus pour Andapa)
    Sofia : Cultures de rente et rizicultures.
    Anosy : La pêche, le tourisme et l’exploitation minière (ilménite)

    Les critères d’installation (logistique et programme à enseigner) de ces universités prennent-ils en compte les besoins en développement éventuels de ces régions à court, moyen et long terme ou non ?

  • 17 novembre à 12:25 | Besorongola (#10635)

    Encourager des études longues est une mauvaise stratégie vu le manque de profs pour les enseignements supérieurs à Madagascar . Comme les hôpitaux manaram-penitra de Rajoelina , construire des bâtiments est une chose mais le plus important c’est de les faire fonctionner de manière pérenne, avec des matériels, des hommes et des femmes compétents et bien payés pour dispenser les cours et manipuler les matériels techniques !
    Si on veut encourager le spécificité économique ou la potentialité de chaque region des Lycées Technologiques et Agricoles suffisent.

    • 17 novembre à 12:54 | lé kopé (#10607) répond à Besorongola

      J’ai eu l’occasion de mentionner que des diplômés de l’Université d’Ankatso finissent comme chauffeurs de Taxi , ou chauffeurs et guides en même temps .Il n’y a rien d’offensant à cela , et il n’y a pas de sots métiers .Là où le bât blesse , c’est quand on n’a plus de touristes , et que le pouvoir d’achat de nos compatriotes ne leur permet plus de prendre un taxi J’opterai plutôt pour les apprentissages et les Lycées techniques (agricoles et professionnel.), car le Pays manque de main d’œuvre qualifiée , et d’artisans bien formés . Le nombre "d’intellectuels" au chômage dans notre Pays ne plaide pas en faveur des études longues ,qui coûtent chères , et qui ne garantissent pas des retours sur investissement .

  • 17 novembre à 12:55 | Isandra (#7070)

    Velirano :

    - Garantir un système éducatif pour tous,
    - Promouvoir l’excellence,

    • 17 novembre à 14:11 | dominique (#9242) répond à Isandra

      le jour de l’excellence tu as du passer a côté de la bonne porte ...

  • 17 novembre à 13:30 | Isambilo (#4541)

    Il faudrait d’abord commencer par avoir des enseignants du supérieur capables de comprendre les langues étrangères pour entretenir le niveau des connaissances.
    Les articles, mémoires, thèses que j’ai pu consulter sur internet sont lamentables la plupart du temps, dans le domaine des sciences humaines et sociales.
    Pour le moment c’est de la démagogie : avoir une université un peu partout alors que celles qui existent fonctionnent mal.

  • 17 novembre à 14:06 | arsonist (#10169)

    Bâtir un édifice et écrire en grosses lettres sur son fronton "Université Rantanplan" est à la portée de n’importe quel maçon .
    Mais trouver le personnel enseignant compétent pour y exercer est-il à la portée des foza , dont le niveau d’instruction est ric-rac celui d’une classe de 3e du secondaire ?

    Remarquer quand même : rien que sur ce forum , les intervenants qui se prétendent "chercheurs" sont très-très nombreux .
    Peut-être existe-t-il aussi de nombreux autres Gasy qui se prétendent "chercheurs" hors de ce forum .
    Et en tout , cela fait une foultitude de Gasy qui se croient "chercheurs" .

    Mais on se demande
    .qu’est-ce que tous ces gens qui se croient "chercheurs" cherchent-ils exactement ?
    .et dans leurs rangs quel est le taux des "trouveurs" [ceux qui ont trouvé ce qu’ils "cherchent"] ?
    .ont-ils la compétence réelle et effective [donc non-fictive] d’enseigner dans les futures universités version foza .

    Remarquer que la besileo foza femelle isandra parle de "promouvoir l’excellence" .
    J’avoue que , en voyant cela [je ne lis pas en fait les textes foza , je les regarde en diagonale ; le dernier très succinct post ci-dessus est décrypté d’un seul coup d’oeil]
    en voyant cela donc , pendant quelques secondes je n’en croyais pas mes yeux :
    les foza disent "promouvoir l’excellence" , comme les intervenants sur ce forum disent qu’ils sont "chercheurs" .

    Bof ! Un cul-de-jatte aussi peut écrire qu’il est médaillé olympique de steeple-chase .

  • 17 novembre à 14:08 | dominique (#9242)

    encore de belle promesses et du bla bla bla de marchand de tapis ou de l’enfumage et surtout n’oubliez pas qu’il y faudra des prof !! et avec leurs salaires de survie qu’ils touchent pratiquement tous a l’heure actuelle , je ne pense pas qu’ils vont ce bousculer devant la porte pour aller y enseigner .. demandez leurs ..

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS