Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 8 avril 2020
Antananarivo | 23h00
 

Politique

Législatives justes et transparentes

Charles Rabemananjara lance le défi

samedi 28 juillet 2007 | Eugène R.

Alors que l’opposition posait des préalables aux Législatives du 23 septembre prochain, le Premier ministre, à la fois ministre de l’Intérieur, Charles Rabemananjara lança hier, de Morondava, un défi d’une élection juste et transparente.

Chose promise, chose due. Comme annoncé par le président Marc Ravalomanana lors de son recent passage à Morondava, l’énième conseil du gouvernement décentralisé s’est tenu, hier, dans ce chef-lieu de la région de Menabe. La délégation gouvernementale a été conduite par le Premier ministre Charles Rabemananjara et a été composée des membres de son équipe dont le coach de la région, Harison Randriarimanana de l’Economie et Yvan Randriasandratriniony de la Décentralisation. Puisqu’il s’agissait de la première apparition en public du chef du gouvernement après la publication des textes relatifs à l’organisatiion des Législatives anticipées du 23 septembre, il a lancé un défi comme quoi cette élection des députés sera une élection transparente et juste. Un défi auquel l’opposition ne croit pas. Elle qui persiste que l’organisation d’une élection libre, transparente et juste passe avant tout par l’utilisation du bulletin unique, la révision de l’actuel code électoral et la mise en place de la fameuse Commission Nationale Electorale Indépendante ou CNEI.

Quoi qu’il en soit, cette opposition ne va pas opter cette fois-ci pour le boycott devant cette politique de sourde oreille du pouvoir, qui organise l’élection par le biais du ministère de l’Intérieur dont le patron n’est autre que le Premier ministre Charles Rabemananjara.

Marge de manœuvre restreinte

D’ailleurs, cette opposition sait pertinemment qu’un boycott n’a jamais porté ses fruits à Madagascar. La seule solution pour l’opposition, c’est de faire bloc contre les candidats du pouvoir. En tout cas, une élection législative, qui est une élection de proximité, restreint la marge des manœuvres des fraudeurs. Chaque candidat doit être en mesure de vérifier si ses bulletins sont présents dans tous les bureaux de vote de la circonscription où il est candidat. Cette action permettra déjà de réduire considérablement les risques des fraudes massives. D’ailleurs, lors de la dernière élection présidentielle et du dernier référendum, la plupart des requêtes déposées auprès de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) portent sur l’absence des bulletins des autres candidats dans certains bureaux de vote. Par ailleurs, la proximité de cette élection faciliterait le suivi de la révision des listes électorales qui sont le plus souvent sources des fraudes. Aucun candidat qui sait ce qu’il doit faire en pareille circonstance ne devrait donc se plaindre que des électeurs censés voter pour lui ne sont pas inscrits dans la liste électorale.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS