Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 30 novembre 2020
Antananarivo | 07h35
 

Editorial

Bizarre, étonnant !

mercredi 18 juillet 2007 | RAW

Des journalistes et des sénateurs sont scandalisés. Ils ont entendu hier le chef de l’Etat lors de son périple dans le Nord, nier avoir menacé de rompre avec le Fond monétaire international (FMI) en cas de refus de ce dernier d’avaliser l’amnistie qu’il a décidé à l’occasion de la fête nationale. On veut bien que le président de la République veuille publiquement arrondir les angles mais pas sur le dos des journalistes et des sénateurs qui ont retenu et tiqué pour réagir dès le lendemain dans la presse. En tout cas ils ont unanimement hier manifesté leur étonnement et leur désapprobation car ils confirment et signent que ce sont bien là les propos du président. « Nous étions des dizaines, en pleine possession de nos facultés, et je confirme, dit l’un d’eux, que j’ai bien entendu le chef de l’Etat dire « si le FMI refuse d’approuver notre amnistie fiscale, je cesserai toute collaboration avec lui, et je chercherai d’autres voies » (Raha lavin’ny FMI ny amnistie fiscale dia hitady lalam-bola hafa aho).

Ainsi, on ne comprend pas cette déclaration publique d’hier. Les propos sont d’autant plus choquants qu’ils portent atteinte à la crédibilité de la presse qui note que le lendemain de la rencontre d’Iavoloha, ni le Chef de l’Etat, ni la Présidence de la République n’ont diffusé aucun démenti ni demandé un droit de réponse. Il a fallu attendre plus d’une semaine pour apprendre par une déclaration publique dans le nord de l’île de la part du chef de l’Etat, que les journalistes et les sénateurs ne disent que des mensonges.

Si le président et la Présidence rencontrent des problèmes dans la mise en oeuvre de cette initiative d’amnistie fiscale, la presse et les journalistes sont toujours disposés à éclairer l’opinion nationale et internationale car on veut bien admettre que c’est une affaire nationale. Mais dénigrer publiquement la presse est choquant alors que cette presse est un partenaire incontournable. Lesquels de nos institutions et départements ministériels n’ont pas besoin de diffuser le plus largement possible leurs activités ? Lesquels n’éprouvent pas le besoin de communiquer publiquement pour traiter ainsi la presse ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS