Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 22 août 2019
Antananarivo | 00h52
 

Développement

Betioky Toliary

Atelier pour le développement de Bezaha

vendredi 31 mai 2013
JPEG - 52.5 ko

Permettre à Bezaha de progresser dans ses activités et agir pour le changement : c’était le but de l’Association des cadres intellectuels Tanosy de l’Onilahy dans l’atelier qu’elle a organisé le 10 et 11 mai 2013 à Bezaha.

L’atelier a effectivement débattu des idées et des solutions pour la rénovation à Avaradrano Bezaha. Présidé par SOJA Albert et TSIAVALIKY Célestin, l’atelier a réuni 13 communes d’Avaradrano présentés par leur maire et les présidents de Conseil de chaque Commune. L’échange s’est focalisé sur trois thèmes : l’élevage, l’agriculture et l’artisanat ; les participants ont été divisés en trois groupes suivant les sujets de débat. Chaque représentant a donc essayé de repérer les problèmes existants dans la vie de la population par rapport à ces thèmes ; par la suite les groupes ont défini des solutions applicables.

Comment faire pour que les populations élèvent à nouveau les bœufs si la sécurité se rétablit ? Pourquoi les productions baissent ? Comment promouvoir l’artisanat pour qu’il devienne une activité économique ? Bref, quels sont les problèmes et quelles en sont les solutions. Ce sont les problématiques à lesquelles l’atelier s’est orienté.

À cause des dahalo, les gens ne veulent plus s’investir dans l’élevage bovin, il y a également le problème au niveau de conditions d’élevage des bœufs (assurance, santé, marché, pâturage) et enfin les mobilisations ne sont pas encore assez poussées. Concernant l’agriculture qui constitue un des principaux moyens de subsistance de la population, les participants ont constaté qu’il y a la dégradation des infrastructures et l’insuffisance de matériaux modernes, les maladies qui accablent les cultures et l’appauvrissement du sol qui font baisser les productions ; les débouchés se raréfient en même temps. Pour l’artisanat, le problème se situe surtout au niveau de la recherche des matières premières qui sont préservées à cause de la protection de l’environnement, le tavy, le problème sur le marché et enfin la méconnaissance des artisans sur l’importance de leur activité.

En général, les solutions proposées se sont axées vers le renforcement sur la prise de responsabilité de l’État pour que ces activités deviennent professionnelles, ensuite les collaborations avec les techniciens et les investisseurs afin de trouver de meilleurs débouchés, la formation et enfin l’encouragement à la population par des compétitions entre communes.

Lors de l’atelier, on a également envisagé de permettre à Bezaha de gagner le statut de district et de rétablir la solidarité au sein de la société. Les débats comme celui-ci devraient se faire à plusieurs reprises et dans toutes les régions car ils permettent d’approfondir les problèmes et les réalités que les populations subissent. Reste à voir s’ils ont réellement attiré l’attention des autorités.

Randria M. (Stagiaire)

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS