Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 24 juillet 2019
Antananarivo | 09h43
 

Editorial

Amour-propre mal placé

mercredi 23 juillet 2014 | Ndimby A.

L’emprisonnement de nos confrères Jean-Luc Rahaga et Didier Ramanoelina de Madagascar-Matin est une grossière erreur de la part d’un régime qui a déjà des difficultés à développer une assise populaire. Nul n’est besoin de rappeler que le Président Hery Rajaonarimampianina a été élu par un quart de l’électorat total, soit par un citoyen sur quatre. Ce ne sont pas les formules creuses du style "une fois élu, il est le Président de tous les Malgaches" qui vont renforcer une popularité qui ne se décrète pas, mais qui doit se gagner. Son assise était donc assez fragile dès le départ, et en six mois de présidence, on doute fort que cette base se soit affermie. D’une part, les électeurs qui lui ont accordé leur confiance, en espérant trouver en lui l’héritier de Rajoelina, ont eu le temps d’être échaudés avec les diverses péripéties qui ont entraîné la mise à l’écart du mouvement pro-Rajoelina MAPAR. D’autre part, ceux qui ont voté pour lui sans conviction, ou même ceux qui n’ont pas voté pour lui, en espérant qu’il apporterait la preuve d’un vrai changement, ont eu un semestre pour remettre leurs illusions en questions.

At the end of the day, comme dirait l’Oncle Sam, si l’élection était à refaire aujourd’hui, Hery Rajaonarimampianina ferait probablement moins que son score lors du second tour des élections de 2013, dans le contexte actuel où chaque jour démontre les promesses présidentielles non tenues et le grand écart avec les engagements du discours d’investiture. De plus, après la fin de la récréation créée par la gestion d’amateurs et d’opportunistes lors de la Transition, la réalité crue va se rappeler au bon souvenir des dirigeants et de la population, à commencer par la vérité des prix du carburant. Sous la Transition, certains voyous de l’entourage de Rajoelina n’avaient pas hésité à menacer et intimider les opérateurs pétroliers pour les obliger à maintenir des prix politiquement acceptables, même s’ils étaient économiquement non viables. Aujourd’hui, une telle pratique de forban semble difficile à refaire.

Tout ceci se déroule dans un environnement où les conditions de la relance économique sont loin d’être réunies. Selon nos confrères de la Gazette de la Grande Ile, la Transition a laissé 13 300 milliards de dette intérieure. Certains effets d’annonce comme l’exploitation pétrolière de Tsimiroro ou la reprise de l’AGOA sont encore loin d’avoir un impact concret immédiat. En outre, le Ministère des finances a toujours du mal à boucler le budget 2014 du fait de l’absence d’aide budgétaire, et n’a pu réunir que 150 milliards d’ariary sur les 700 requis. Les bateaux de bois de rose qui quittent impunément les côtes, le banditisme, la corruption, et tous ces phénomènes à la visibilité concrète, n’encouragent ni à la confiance envers les dirigeants, ni à l’espoir dans le futur. Le bateau Madagascar semble prendre eau de toute part, et le capitaine à la barre a du mal à démontrer l’effectivité de son autorité. Dans tous les pays du monde, ce genre de situation génère des suspicions. Au mieux, d’impuissance, d’inconscience ou d’incompétence, et au pire, de complicité.

JPEG - 62.9 ko
Qui veut être le prochain sur les posters de Reporters sans frontières ?

Dans ce contexte, cet emprisonnement de journalistes était vraiment le geste à ne pas faire [1]. Car non seulement la presse était déjà peu favorable aux dirigeants actuels, mais en plus le réflexe corporatiste va favoriser ces sentiments. La médiatisation apportée autour de sa démission au nom de la clause de conscience par Niry Randriamampianina, l’ancienne directrice de la TV nationale, a déjà échauffé les esprits des médias il y a quelques jours contre le Gouvernement Kolo. Dans un vase déjà bien rempli, l’emprisonnement de deux journalistes risque donc d’être la goutte d’eau du désamour entre la presse malgache et les dirigeants actuels. Avec ce que cela suppose d’impact dans l’image que les journalistes vont contribuer à former au sujet des dirigeants dans l’opinion publique. Comment Hery Rajaonarimampianina va-t-il espérer transmettre ses messages aux Malgaches et gagner des points de popularité avec un milieu médiatique résolument hostile ? Quelle image internationale va-t-il construire sur cette base, sauf celle de s’aligner vers des individus peu recommandables dans le domaine des libertés publiques ?

À moins que les dirigeants actuels n’aient l’arrogance de penser que de toutes façons, les journalistes sont comme des chiens : ils gémissent quand on leur donne un coup de pied, mais ils vont accourir de nouveau dès qu’on leur fait miroiter le moindre os dans une enveloppe. Toutefois, si des gens pensent de cette manière, c’est que certains journalistes leur donnent peut-être de bonnes raisons de croire ainsi. Il est peut-être temps pour une certaine presse alimentaire de se ressaisir et de faire montre de dignité. L’afflux de désoeuvrés et d’opportunistes a entraîné une croissance qualitative inversement proportionnelle à la qualité du professionnalisme et de l’éthique. Dans cette affaire Rahaga et Ramanoelina, il faut aussi rappeler à la presse que l’exercice de la profession obéit à des règles, et que celles-ci appellent à des responsabilités.

Bobo à l’ego...

Certes, le journal Madagascar-Matin a contrevenu aux règles dans la publication de ces accusations sans preuves, et sur le principe, la faute appelle la sanction. Toutefois, le placement sous mandat de dépôt pour un délit de presse montre un zèle exagéré et inadmissible, d’autant plus que pour des affaires bien plus graves, on ne voit pas la justice appliquer la même célérité et la même sévérité. La diffamation publique froisse sans doute légitimement l’amour-propre de ceux qui s’estiment atteints. Mais ce bobo à l’ego est-il plus grave qu’un acte de pédophilie caractérisé ou un trafic de bois de rose qui n’a même pas la décence de se cacher, et dont la fréquentation des auteurs ne semble gêner personne en haut lieu. Un régime qui se veut sévère pour les fautes des autres doit commencer à montrer l’exemple en étant sévère envers lui-même. Quand on est content parce qu’on a pu faire croupir en prison des gens qui nous ont vexé, sous prétexte qu’on est homme d’État, c’est que quelque chose a fini par ne plus tourner rond. Certains de nos gouvernants feraient mieux de placer leur amour-propre dans la réussite de la lutte contre la pauvreté, et dans l’application de valeurs souvent psalmodiée pour la frime, mais sans application concrète. Est-ce conforme à la vérité ? Est-ce loyal de part et d’autre ? Est-ce susceptible de stimuler la bonne volonté réciproque et de créer de meilleures relations amicales ? Est-ce profitable à tous les intéressés ?

Cela ne veut pas dire qu’on milite pour l’impunité de nos confrères placés en prison. Mais s’être livré à une extrémité telle que l’emprisonnement frise le ridicule, alors que l’éventail des possibilités de sanctions était large. Quelqu’un qui aurait voulu marquer le coup, tout en faisant montre de classe, aurait porté plainte et exigé un Ariary d’amende honorable. Mais il est vrai que tout le monde n’est pas obligé d’avoir de la classe, surtout quand le sentiment de toute-puissance donné par l’usage des prérogatives de l’État fait un peu perdre le sens de la mesure et des valeurs. Et quand on finit par jouer les gros bras parce qu’on est en position de force, que ce soit en mettant les gens en prison ou en leur mettant un poing sur la tronche, c’est qu’on a perdu son self-control, ce qui n’est jamais à son honneur. Un homme qui se prétend d’État doit être capable de maitriser ses nerfs en public en toute circonstances.

Il faut également rappeler aux gouvernants actuels, c’est que si les rumeurs fleurissent tant sur le sujet du bois de rose, c’est parce que rien n’est fait pour favoriser le travail d’investigation et la transparence. Si le Gouvernement était capable de gérer le problème, et de donner les informations qui intéressent la presse et l’opinion sur les commanditaires, les transitaires et autres complices, il y aurait moins de raisons de diffuser des nouvelles prétendues fausses. Il y a donc grave lacune de communication de la part du pouvoir, et tout comme la nature, les médias ont horreur du vide.

Hery Rajaonarimampianina n’est sans doute pour rien dans cet emprisonnement, mais il risque d’être celui qui va en subir les conséquence vis-à-vis de la presse. Il devrait donc immédiatement désamorcer cette crise avec les médias née d’un dérapage de son entourage. Et en passant, il devrait commencer à réfléchir sérieusement à une stratégie de relations presse intelligente, au lieu de laisser l’amateurisme actuel perdurer sous la main d’organisateurs de spectacles ou de vieilles planches qui se prétendent nouveaux meubles. Il y a beaucoup de choses importantes sur lesquelles ce régime a fermé les yeux au nom de calculs politiques, et il est donc étonnant qu’il les ait grands ouverts sur des problèmes secondaires. De tous temps et en tous lieux, y compris à Madagascar, la mise en place d’un processus répressif est le signe qu’un régime est aux abois et n’a plus la capacité de convaincre par la force des arguments. Qu’il s’agisse d’interdiction ou de répression de manifester, de menaces contre ceux qui disent du mal du Gouvernement, d’emprisonnements d’opposants ou de journalistes, le fait de vouloir empêcher l’expression d’une idée n’a jamais empêché que cette idée ne se développe en silence, jusqu’à ce qu’elle ait la capacité de s’exprimer avec une force telle qu’elle ne puisse plus être maitrisée. Moubarak, Ben Ali, Kadhafi, Ratsiraka, Ravalomanana, Ceausescu et compagnie en savent quelque chose.

Notes

[1Ni le Président Ratsiraka, ni le Président Zafy, ni le Président Ravalomanana n’ont eu le culot de mettre un journaliste derrière les barreaux. L’emprisonnement de journalistes à Madagascar est une innovation apportée par Monsieur Rajoelina, par le biais d’un ... journaliste devenu Ministre en la personne de Gilbert Raharizatovo. L’occasion de souligner, malgré le très peu d’estime qu’on a pour lui, que contrairement à son comportement de donneur de leçons de professionnalisme et d’éthique envers la presse, par ailleurs sans aucune crédibilité pour le faire, le journaliste devenu lui aussi Ministre Rolly Mercia ne s’est jamais abaissé à suivre ces traces coupables.

75 commentaires

Vos commentaires

  • 23 juillet 2014 à 09:14 | jansi (#6474)

    Je suis contre l’emprisonnement des deux journalistes. Il suffit d’un droit de réponse, éventuellement d’une amende pour régler cette affaire de « diffamation » selon les plaignants.
    J’irai même plus loin en disant que suite aux diverses réactions négatives du public et des journalistes en général, le ministre plaignant devrait retirer sa plainte. Un geste tellement élégant qui lui fera honneur. Un ministre est quand même au dessus du lot des communs des mortels,,sinon il n’aurait pas mérite d’être a la tête de la République. Enfin ..... Théoriquement....

    Mais les journalistes en général méritent aussi de savoir se comporter en vrais pros. Atteindre l’excellence dans le journalisme doit être aussi un objectif du corps des journalistes. En effet, rien que sur cette affaire, les journalistes n’arrivent même pas a se mettre d’accord sur le nom du rédacteur en chef jeté en prison. Une simple vérification aurait suffi pour donner le vrai nom du rédacteur en chef de Madagascar Matin. MT.com parle de Didier RAMANOELINA. Madagascar Matin (journal concerne dans sa parution du 22 juillet) dit que c’est Solo Rabefiringa. Faut savoir qui c’est exactement. , !!
    Au moment ou les journalistes doivent écrire avec professionnalisme, le journal Express de Mada a bien dit « délit de paresse » au lieu de « délit de presse ». Voilà ou cela peut mener. La prison. Dommage !!!

    C’est donc l’occasion pour les journalistes pour montrer leur solidarité de corps, pour dénoncer d’une seule voix la dictature des tout puissants, mais aussi pour réclamer de l’état beaucoup d’efficacité et pas de laxisme dans le règlement des affaires de bois de rose. Mais c’est aujourd’hui aussi le moment pour les journalistes de se mettre en cause contre les pratiques détestables des "enveloppes", et de légèreté intellectuelle dans l’exercice de la profession (recoupement, rigueur, vérification, syntaxe, orthographe, grossièreté etc....).

    • 23 juillet 2014 à 09:22 | Ndimby A. (#444) répond à jansi

      Solo Rabefiringa est son nom de plume, Didier Ramanoelina son vrai nom.

    • 23 juillet 2014 à 10:24 | zaho (#699) répond à jansi

      "Un ministre est quand même au-dessus du lot des communs des mortels, ........................Théoriquement." J’apprécie le mot "théoriquement" car chez nous et ailleurs, un ministre est un homme politique, ni plus, ni moins. Par contre, il doit avoir des collaborateurs qui maîtrisent leur sujet. Comment peut-on être aujourd’hui ministre d’un département et demain ministre d’un autre département s’il na pas de collaborateurs qui maîtrisent leur domaine. Arrêtons de leur jeter des fleurs. Un ancien ministre(de notre pays) m’a dit une fois qu’ils ont fait le choix d’acheter des voitures 4X4 que de construire des routes pour relier toutes les provinces de Madagascar toute l’année. Ne soyons pas surpris aujourd’hui si Madagascar ne soit pas développée car tu ne peux pas développer un pays sans une infrastructure routière digne de ce nom. La France l’a tellement compris que des routes qui vont nulle part ont été construites. Tout le monde n’a pas les moyens de prendre l’avion.

  • 23 juillet 2014 à 09:23 | Rakotozafy (#1655)

    Est-ce le Gouvernement doit faire sortir de prison ces deux journalistes, dans ce cas où est l’indépendance de la Justice ?

    Pour ma part celui qui a posé plainte est un citoyen comme un autre, c’est la Justice qui a tranché, faut-il dicter ce qu’elle doit faire ?

    Pour ma part je ne commente jamais la décision de Justice , même du temps du DJ

    • 23 juillet 2014 à 11:23 | mpitily (#1212) répond à Rakotozafy

      Indépendance de la Justice ? à Madagascar ? depuis quand ? vous rêvez ou quoi ?

      HR n’a pas encore non plus réalisé sa promesse de rendre à la Justice sa liberté à ce que je sache.

      Visiblement, le juge a reçu un ordre venu d’en haut pour placer ces individus "non dangereux" et qui ne risquent pas de s’enfuir en MD.

      Malheureusement, à Mada, les juges placent trop facilement les gens en MD alors que nos prisons sont surpeuplés. Un simple "tondro molotra" peut vous envoyer en MD à Antanimora et je ne souhaite à personne de vivre une telle mésaventure.

      Si le BIANCO travaille bien, il suffit d’éplucher les dossiers de ces centaines d’innocents placés en MD à Antanimora et des milliers de coupables mahitahita qui sont en LP, pour démontrer que certains juges sont vraiment corrompus.

    • 24 juillet 2014 à 19:31 | Rakotozafy (#1655) répond à mpitily

      Je ne rêve pas, je considère tout simplement que pour commenter une décision de Justice, il faut connaître parfaitement les Lois et ce n’est pas mon cas.

      C’est un domaine qu’on n’agit pas par sentiment car dans ce cas, il faudrait une Loi pour chaque individu.

      Enfin pour ma part le respect d’une décision de Justice est le premier pas pour son indépendance

    • 25 juillet 2014 à 19:15 | Einstein (#3390) répond à Rakotozafy

      Depuis quand la Justice est indépendante à Madagascar ?
      Vaut mieux en rire...

  • 23 juillet 2014 à 10:33 | Isandra (#7070)

    Bon,..avec ce régime des apprentis, nous pourrons nous attendre a tous, même insolite,...cet MD est une maladresse de plus laquelle complète la liste de ce qu’ils ont déjà commise en six mois,...

    Néanmoins, ce MD pourrait être un déclic pour changer la façon dont les rédactions de notre presse travail, ne serait-ce que psychologique,...elles ne pourraient plus négliger les recoupements,...dans la mesure ou elles sont prévenues que ce régime ne plaisante pas, n’hésite même une seconde quand on publie des informations non vérifiables, des affirmations gratuites, des dénonciations calomnieuses,...

    Ces sont aux journalistes de chercher, creuser, vérifier les informations dans un endroit ou on pourra les trouver,...surtout pas de ne pas se contenter des informations émanant des entités concernées,...et ne pas espérer qu’on les amène en plateau d’argent comme Ndimby prétend...

    • 23 juillet 2014 à 10:38 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      ...n’hesite pas même une seconde de sanctionner....

    • 24 juillet 2014 à 12:45 | manga (#6995) répond à Isandra

      Isandra,
      Entre votre personne et un journaliste, sachez qu’il y a une anse qui vous sépare. Ce n’est pas à vous de les apprendre comment recolter des informations, les recouper, les rédiger que de les publier si besoin. Et comprenez qu’il s’agit ici de post d’un lecteur qui a été repris. "N’hésite même pas une seconde de sanctionner" n’est pas un terme approprié pour justifier un acte émanant d’un membre de gouvernement. Etre hatif sur une décision prouve que cette dernière est irréflechie que d’une flagrante immaturité.

    • 24 juillet 2014 à 13:06 | Isandra (#7070) répond à manga

      Je suis d’accord avec vous, ils connaissent théoriquement mieux que moi leur métier, même si certains n’ont pas été formés pour l’exercer, ils y ont débarqués par accident,...cependant, il ne suffit pas d’avoir de connaissances, il faut les pratiquer sur terrain avec du courage,...loin de la fainéantise, la paresse, la peur...surtout, éviter la simplification,voire le raccourcissement...

    • 24 juillet 2014 à 14:30 | râleur (#3702) répond à Isandra

      Isandra donne des leçons en disant :

      Ces sont aux journalistes de chercher, creuser, vérifier les informations dans un endroit ou on pourra les trouver,...surtout pas de ne pas se contenter des informations émanant des entités concernées,...et ne pas espérer qu’on les amène en plateau d’argent comme Ndimby prétend..

      C’est exactement ce qu’elle ou il fait en parlant de Rajoelina, son gourou et du Pouvoir de Transition ! Elle cherche (à comprendre, creuse, vérifie,..)

      Même les psychologues les plus endurcis ont du mal à soigner les "adeptes des sectes"

      On pourrait cotiser pour le ou la soigner ? A moins que certains pensent que ce serait à fond perdu car inguérissable malgré le temps ? Mdr

  • 23 juillet 2014 à 10:33 | meloky (#637)

    Nous devons eviter tout genre de "mob" ou "popular views", mais on doit agir dans le cadre de discipline ou bien la logique de l’obligation morale meme si nous sommes tous des journalistes.
    Donc, sur le sujet comme de nos confreres, il vaut mieux etre tranquille avant la justice intervient et traite les affairesd’une maniere professionnelle : "Vy hono tsy mikontrana irery"

  • 23 juillet 2014 à 10:59 | Jipo (#4988)

    Encore une fois merci Ndimby pour son travail d’ investigation et professionnalisme .
    Je reste totalement persuadé que le journaliste a eu la présence d’ esprit de vérifier ces accusations avant de les publier, le contraire serait une insulte à la corporation .
    Ce que l’ on peut déduire de cette incarcération, c ’est que l’ effet escompté sera un coup d’ épée dans l’ eau , ne peut qu’ apporter de l’ eau au moulin et faire de cette rumeur , une future boule de neige qui déclenchera l’ avalanche.
    Elle ne peut qu’ inciter à approfondir les investigations, jusqu’ à les confirmer, avec la solidarité de tous les confrères.
    Le devoir de réserve étant parti avec celui de la compétence : en vacance, ne reste plus qu’ à étaler au grand jour l’ identité des coupables pour faire tomber le château de carte.
    Quelqu’ un qui ’ a rien à se reprocher n’ aurait pas réagit de la sorte, preuve que ça tremble dans les chaumières, et l’ odeur de "rose " a laissé place à celle de roussi .

    • 23 juillet 2014 à 11:07 | Jipo (#4988) répond à Jipo

      Agriculture familiale paysanne ou agrobusiness :
      un choix de projet de société
      Dans le cadre de ses actions pour la défense des terres malgaches et pour le soutien au développement des citoyens et paysans malgaches, le Collectif TANY réclame depuis quelques années la mise en place d’une politique agricole malgache cohérente qui développera l’agriculture familiale et permettra une alimentation décente et suffisante pour la majorité de la population du pays. Dans l’attente et au vu des évènements actuels, le Collectif tient à partager ses inquiétudes et questionnements.

      I - Comment l’agrobusiness s’impose à Madagascar
      1) Un projet d’investissement sans réelle concertation

      La Grande Île se trouve engagée dans un projet phare conçu par la Commission de l’Océan Indien (COI) sous le slogan « Madagascar, grenier de l’océan indien » (1), qui a pour ambition de renforcer la sécurité alimentaire et l’intégration régionale. En fait, il parie sur des monocultures intensives (riz, maïs, oignons, grains secs, par exemple) pour alimenter la sous-région et conquérir d’autres marchés à l’exportation.

      Ce plan élaboré en pleine crise politique sans aucune consultation de la population malgache, avance inexorablement. Le Conseil des ministres de la COI du mois d’avril 2014 a décidé l’organisation d’une conférence des bailleurs pour concrétiser des projets d’investissements sur les trois régions pilotes cibles du Menabe, Sofia et Vakinankaratra, avant le 4e sommet de la Commission de l’Océan Indien qui se tiendra à Moroni le 26 juillet (2), alors que la présidence de la COI est assurée actuellement par Madagascar. Ce projet de la COI constitue une menace pour l’agriculture familiale, il se détourne des paysans, véritables laissés pour compte (3).

      Force est de constater que cette tendance se généralise : l’agrobusiness s’impose à marche forcée. Plusieurs documents sur l’agriculture malgache en témoignent.

      2) Une stratégie libérale africaine critiquée

      Madagascar a adhéré, depuis 7 ans, au Programme Détaillé de Développement de l’Agriculture en Afrique ou Comprehensive Africa Agriculture Development Program (PDDAA/CAADP) mis en place en 2003 dans le cadre du Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (NEPAD). Ce programme est un ensemble de principes visant à guider les stratégies et programmes d’investissements des pays africains.

      Une Note d’orientation politique 2014 à 2025 du Programme Sectoriel Agriculture Elevage Pêche (PSAEP-CAADP) a été validée, précisant que ces « trois sous-secteurs englobent 75% de la population nationale, 86% de l’ensemble des emplois et 60% des jeunes » (4). Le 21 octobre 2013, les parties prenantes malgaches (5) puis le 13 juin 2014, le gouvernement malgache et le COMESA – Marché commun de l’Afrique orientale et australe – ont signé un Compact ou Pacte national pour soutenir la mise en œuvre du PSAEP-CAADP (6). Le 4 juillet 2014, une conférence internationale intitulée L’Agriculture à Madagascar : Comment réaliser la révolution dans le Secteur Agricole ? s’est tenue à Antananarivo, (7.a) « ses recommandations seront regroupées dans un livre et remises à l’Etat » (7.b).

      Ces avancées récentes du programme agricole du NEPAD à Madagascar interviennent après une interruption en 2009 liée à la crise politique.

      Pendant ce temps, d’autres pays africains ont appliqué le PDDAA/CAADP. Des organisations de la société civile des pays concernés ont effectué un bilan de plans nationaux d’investissement élaborés dans ce cadre (8). Leurs recommandations publiées en janvier 2014 rejoignent celles formulées par des organisations paysannes africaines dès 2005 : appliquer une politique plus orientée vers l’agriculture familiale, adopter une vision de l’avenir qui libère l’Afrique de la famine et de la malnutrition et exporter les excédents (9).

      Mais au bout de 10 ans d’application, le programme agricole du NEPAD ignore toujours ces recommandations. Au contraire, il insiste pour sa mise en œuvre au niveau de chaque pays, sur la nécessité d’accélérer l’obtention de résultats et d’ « augmenter l’agressivité de l’entreprenariat africain dans l’agrobusiness » (10).

      II - Pourquoi les paysans malgaches risquent de tout perdre
      1) Les non dits du programme agricole à Madagascar

      Comme tous les programmes PDDAA/CAADP africains, les engagements du gouvernement malgache jusqu’en 2025 incluent l’affectation annuelle d’au moins 10% du budget national au secteur Agriculture Elevage Pêche et un objectif de 6% de croissance agricole par an, ainsi qu’une assurance d’ « équilibrage entre les approches de lutte contre la pauvreté et celles de croissance économique dans l’affectation des ressources »(6.a).

      Les responsables malgaches confirment qu’il ne s’agit pas d’une politique agricole et leurs opinions sont intéressantes. Selon la presse, le Ministre de l’Agriculture a précisé le 21 octobre 2013 que « Si nous n’avons pas signé ce compact aujourd’hui, nous n’aurons pas les financements dont on pourrait bénéficier des partenaires techniques et financiers pour développer notre économie et surtout le milieu rural »(5). De son côté, une responsable parlant des projets et programme intervenant dans le domaine du Plan d’Action pour le Développement Rural, a déclaré que « leur mise en œuvre qui se fait partiellement ou pas du tout explique la quasi absence de résultats palpables. [..] Les politiques doivent désormais tenir compte de notre capacité de mise en œuvre et de nos moyens financiers. Il faut apporter des mises à jour et des améliorations, au lieu d’élaborer un document épais qui ne sera même pas utilisé »(11)

      Parmi les défis à relever, le Programme Sectoriel Agriculture Elevage Pêche malgache déclare viser un accroissement « rapide » de la productivité, aussi bien au niveau des exploitations familiales et pêcheurs que pour les petites et grandes entreprises » (4)

      Ce qui frappe, c’est que nulle part les mots « paysans » et « paysannerie » n’apparaissent dans les documents du PSAEP-CAADP. Cette omission en dit long.

      Deux questions majeures interpellent le Collectif TANY :

      Pourquoi l’identité des structures qui ont signé le Pacte national (Compact) n’est-elle pas indiquée clairement sur la page de signature ? Deux signatures existent, l’une « Pour les Partenaires Techniques et Financiers », l’autre « Pour la Communauté Economique Régionale ». Cette absence de transparence soulève une autre question : le représentant du Comesa dont la participation a été mentionnée dans la presse, signait-il uniquement pour cette institution ou pour l’ensemble des institutions qui figuraient dans le premier projet de texte du Compact parmi les financeurs potentiels, à savoir l’Union Africaine (UA), la Communauté de l’Afrique Australe et orientale (SADC) et la Commission de l’Océan Indien (COI) ?

      Quelles seront les conséquences pour les paysans de la création des « deux millions d’ha de zones d’investissement » (4) « promus et sécurisés avec le secteur privé » (6.a) annoncée et celle « de zones d’investissement au sein de chaque pôle de développement [qui] constitue la principale stratégie pour l’extensification (4) ». ? L ‘idée de « migration » évoquée lors de la conférence à Antananarivo du 4 juillet devra éviter de déplacer les paysans de leurs terroirs. Il faut plutôt les maintenir sur les terres fertiles où ils sont installés et étendre les surfaces destinées à l’agriculture familiale paysanne.

      2) Deux modèles agricoles incompatibles

      Un autre document éclaire les risques qui pèsent sur les paysans malgaches. Le Recueil de notes de politique pour Madagascar - Opportunités et défis pour une croissance inclusive et résiliente - édité par la Banque Mondiale en mai 2014, soutient plus explicitement l’agro-industrie et mentionne également ce terme d’extensification. Le chapitre relatif à l’agriculture préconise « l’extensification comme une option pour l’avenir, des initiatives pour assurer le rebond rapide du secteur de l’agro-industrie, ainsi que des règles claires pour l’octroi de nouvelles concessions ». L’auteur annonce clairement que « la commercialisation de l’agriculture se fera au détriment de ceux qui ne pourront pas affronter la concurrence ». Et d’affirmer que la croissance de l’agriculture alimentée par l’amélioration de la productivité devra certainement être accompagnée [..] d’un important exode des populations rurales vers « les zones urbaines riches en emplois (sic) ».

      Cela confirme les conséquences redoutées du développement de l’agrobusiness à Madagascar, à savoir :

      d’une part, l’agriculture familiale paysanne risque de disparaître progressivement à cause du rapport de forces inégal si on laisse les deux modèles de production se développer en libre concurrence,
      et d’autre part, il résultera un exode inévitable des populations rurales vers les zones urbaines car les entreprises agricoles ne pourront pas fournir autant d’emplois que l’agriculture familiale paysanne. Par contre, l’auteur ne se trompe-t-il pas sur la situation des zones urbaines malgaches car elles ne sont pas « riches en emplois » ?

      Le Collectif TANY continue à espérer que les responsables et décideurs malgaches opteront de manière résolue pour l’agriculture familiale paysanne dans leur décision sur la politique agricole nationale. En effet, dans un pays à vocation rurale comme Madagascar, choisir la politique agricole revient à choisir un projet de société :

      Prioriser l’agro-industrie amènera l’enrichissement rapide d’une minorité d’investisseurs et entrepreneurs nationaux ou étrangers dont la rentabilité de leurs entreprises sera l’objectif principal. La forte mécanisation inséparable de la haute productivité de l’agro-industrie limitera les emplois salariés agricoles. Ce choix produira à terme une société dont les exportations de produits agricoles augmenteront mais dont la majorité de la population s’appauvrira et survivra au moyen des aides alimentaires et des produits vivriers importés de qualité douteuse (12).
      Choisir une politique axée sur l’agriculture familiale paysanne, sécurisant l’accès des paysans à la terre et à l’eau, facilitant la disponibilité d’intrants et de petit matériel, formant à différentes techniques agro-écologiques et modernes visera à augmenter la production locale et à assurer une alimentation adéquate pour tous les membres de chaque famille rurale et urbaine, sans dépendre des fluctuations des marchés mondiaux. Une telle politique favorisera une meilleure répartition des richesses produites par le secteur agricole entre la majorité de la population malgache, et permettra ensuite une exportation des excédents.

      La définition d’une politique agricole cohérente et réaliste, s’appuyant sur les ressources naturelles et humaines du pays devient indispensable. Pour que l’agriculture contribue de manière importante au développement de l’ensemble du pays, cette politique devra garantir des revenus et des conditions de vie décentes à la majorité de la population qui est constituée actuellement de paysans et de petits exploitants. Le Collectif TANY partage ainsi l’opinion des entités et structures qui se sont exprimées en faveur de l’agriculture familiale paysanne dans le choix à effectuer à Madagascar.

      Dans le prochain article, le Collectif TANY apportera d’autres arguments pour appuyer ce choix, notamment en présentant des réalisations et expériences positives des paysans et organisations paysannes malgaches.

      Paris, le 17 juillet 2014

    • 23 juillet 2014 à 13:45 | poiuyt (#584) répond à Jipo

      oui, Jipo : merci à Ndimby.

      Un article où on relit avec grand plaisir que Ratsiraka, Ra8, Zafy sont des Présidents.

      rajeolia est un monsieur, pas pluss, et pourtant c’est celui-là qui a fait le pluss . . . mais dans le mal et l’obscur, en petite occurrence cette atteinte exagérée à des journalistes. On se demande quand est-ce qu’il sera remercié convenablement

    • 23 juillet 2014 à 13:58 | Isandra (#7070) répond à poiuyt

      Non et non,...il n’est pas un Monsieur comme vous,...vous n’êtes que simple citoyen incognito,...contrairement à Rajoelina,...presque tout monde le connait en tant qu’ancien Président de la transition, chef de file de la révolution orange,...tombeur de Ra8 le Goliath se croyant tout puisant, dictateur, spoliateur,...poule mouillé fuyard,...

    • 23 juillet 2014 à 15:09 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Jipo

      On ne sait pas si ce collectif Tany a fait un état de lieu de l’agriculture familiale malagasy dans l’espace et dans le temps.
      Il va s’en dire qu’après la fin de la SOMALAC (Alaotra), FIFABE (Marovoay) et de SAHAMANGOKY, des sociétés de développement agricole, la production agricole dans ces périmètres aménagés ont chuté malgré l’existence des agricultures familiales disposant des moyens limités et sur un petit lopin de terre (en sus ses caractères d’autosubsistance et ses difficultés à s’innover sur le plan technique et matériel).
      Concernant la pêche et l’élevage, beaucoup restent à faire pour les développer car ils restent archaïques malgré les faits d’être une ile, de disposer des surfaces non négligeables et des climats favorables.
      Soulever toujours les points négatifs pour faire obstacle à tout projet de développement est le lot des irresponsables qui ne proposent rien comme alternative à part la continuité dans la médiocrité.

    • 23 juillet 2014 à 16:19 | ASSISE (#1505) répond à Isandra

      PT, . . . tombeur aussi de pas mal de maison de radio et de presse écrite (raha nisy kely dia Kolo Tv/radio koa), Rajoelina le Goliath de son ère (dossiers BDR/Or/pierre précieuse/espèces endémique/humain/ . . .), réduit au silence pour le moment, à moins de se trouver dans le désert.

      Non il est chez I.andra actuellement, "Coq" du village ?

    • 23 juillet 2014 à 16:22 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Les membres de ce collectif détestent du fond de leur cœur l’existence des grandes fermes d’aquaculture, de pisciculture et d’apiculture, etc.., qui rivalise avec nos exportations traditionnelles en termes de recette en devises.

    • 23 juillet 2014 à 17:04 | Isandra (#7070) répond à ASSISE

      Dont le propriétaire est certain Ra8,...tout cela est tombé avec lui,...comme TIKO d’ailleurs,...

    • 23 juillet 2014 à 19:15 | Rakitoza (#689) répond à Isandra

      tout le monde le connait ?

      Et alors

      Hitler aussi. Bachar el assad aussi. Marc Dutroux aussi. Pinochet aussi

    • 23 juillet 2014 à 20:20 | Bakolanto (#6244) répond à Isandra

      Ce que l’on sait, c’est que 6 ans après, on parle toujours de lui et son retour est plus que jamais craint par les soi-disant détenteurs de pouvoir actuels, alors que l’autre, le tombeur dîtes-vous, 6 mois sont passés, qui en parle ? et qui en parle en bien ? Qui est véritablement tombé ?

    • 24 juillet 2014 à 11:22 | Isandra (#7070) répond à Bakolanto

      Peut être, pour cette raison qu’ils ont piraté le site du ministère des affaire étrangère, afin qu’on continue de parler de lui et son retour,...sinon, les tananariviens l’oublieraient,...quant aux restes du peuple, ils s’en foutent complètement,...

    • 25 juillet 2014 à 07:50 | poiuyt (#584) répond à Rakitoza

      on constate le roussi et autres krisy ridiculement laissés à leurs sorts, vaincus dans l’arène. On imagine l’arrêt des subventions au pseudo av7, et les autres cherchant une autre planche d’appoint

      des menstruations noires sanguinolentes jetées dans les poubelles à grande vitesse ; la mère (patrie) est sauve, encore sous la douche mais sauve : c’est çà le rajeolia

  • 23 juillet 2014 à 11:02 | Lesabotsy (#8221)

    Le régime donne du grain à moudre à ses détracteurs, je ne sais pas s’ils ont un temps soit peu réfléchi à l’impact et la portée de leurs actes.
    Que celui qui a portée plainte endosse le costume du citoyen ou de l’homme d’état, les faits parlent d’elles mêmes.
    On dit toujours qu’il ne faut pas discuter de la décision émise par la justice qui se proclame indépendante, mais cette même justice est-elle clean dans cet épisode ?
    SI les dires comme quoi Mr Rivo Rakotovao a fait des va et vient incessants dans le couloir d’Anosy avant la décision du MD se confirme, c’est qu’il y avait anguille sous roche, trafic d’influence, pressions, abus de pouvoir...tous les ingrédients étaient donc présents pour que ce "simple citoyen" se fasse justice lui même.
    SI la justice était vraiment indépendant et responsable, pourquoi ne pas l’avoir dénoncé ? et d’opter pour une sentence objectif. L’Etat de Droit tant recherché en serait sorti grandi. Ou est-ce que cette même justice s’amuse à faire du "mampiady angely" car en abondant dans le sens du simple citoyen ministre, elle savait qu’il y aurait un tollé général...Là il y aurait manipulation. Dans ce cas, la justice (les juges) auront encore terni leur profession et ce ne sera malheureusement pas pour demain que cette pratique cessera.

    Pauvre Madagascar ! pauvre de nous !!

    • 23 juillet 2014 à 15:53 | ollipolli (#8444) répond à Lesabotsy

      Cela me paraît vraiment prématuré de dire "pauvre Madagascar ou pauvre de nous !" . Ce qu’il faut savoir maintenant, c’est pourquoi une telle décision de la part de la "justice" . Qui a vraiment ordonné la mise en prison de ses journalistes ?

      Cela m’étonnerait fortement que la ministre qui a porté plainte pour diffamation a imaginé une seconde que ces deux journalistes pourraient être mis en prison... pour moi ça sent la manipulation à plein nez !

      la BLANCO a peut-être raison : il y a du ménage à faire à la justice.

      La démocratie ne fait que commencer à Madagascar...

    • 23 juillet 2014 à 15:57 | Jipo (#4988) répond à Lesabotsy

      Je pense que la précipitation de cette parodie de jugement, & de justice, c ’est pour tuer dans l’ oeuf toutes velléités de poursuivre les investigations, c ’est une bombe qu’ il faut désamorcer de suite, car elle risque de faire exploser tout le gouvernement, et cette clique de bandits .
      Ne peux que souhaiter que les confrères se mettent à la tache, par solidarité et fassent éclater au grand jour les faits dénoncés / la provenance de cette source .
      Ils ne pourront pas mettre toute le syndicat des journalistes en prison .
      A mon avis il est trop tard pour désamorcer la mèche , même en essayant de jeter la bombe en prison .
      Au mieux elle permettra aux intéressés de prendre la poudre d’ escampette .
      Entre ça et les étudiants, hery va bientôt pouvoir suivre une formation de platines, et rejoindre son prédécesseur, pour exister en soirées : plus à l’ ombre ...

  • 23 juillet 2014 à 11:07 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalamo alaikoum

    « De plus, après la fin de la récréation créée par la gestion d’amateurs et d’opportunistes lors de la Transition, la réalité crue va se rappeler au bon souvenir des dirigeants et de la population, à commencer par la vérité des prix du carburant. Sous la Transition, certains voyous de l’entourage de Rajoelina n’avaient pas hésité à menacer et intimider les opérateurs pétroliers pour les obliger à maintenir des prix politiquement acceptables, même s’ils étaient économiquement non viables. Aujourd’hui, une telle pratique de forban semble difficile à refaire. »
    Ces opérateurs pétroliers sont des multinationales donc un régime de transition d’un petit pays comme Madagascar ne pouvait jamais les menacer ni les intimider mais il y avait toujours des concertations et des ententes même si certains pétroliers avaient voulu passer outre pour des raisons de politiques politiciennes (forcer le gouvernement à faire plus en termes de subvention).
    Le problème avec le présent régime reste son incapacité à cerner la priorité des priorités qui n’est autre que la stabilité de l’Ariary par tous les moyens possibles et imaginables.
    Une vérité de prix des carburants sans stabilité de notre monnaie nationale est une erreur non seulement économique mais également politique et sociale lourde de conséquence pour le pays et sa population.

    Pour notre diplomat : Le déclencheur de la 1ère guerre mondiale était l’assassinat à Sarajevo.
    Celui de la deuxième guerre mondiale, l’Allemagne/Pologne.
    La troisième guerre mondiale sera l’Ukraine si on ne fait pas attention car, l’enjeu pour contrôler l’Europe est trop importante, donc rien avoir avec l’Islam.

    Votre hadith fait autorité dans l’Islam mais il reste incompatible avec votre culture car pour une femme, peu importe son âge, le fait d’avoir son premier règle lui confère le statut de femme dans tous les sens du terme car elle est déjà féconde (Ny hanambadian-kiterahana hoy ny Ntaolo).
    Et vu l’âge avancé du prophète et que personne ne pouvait plus l’épouser après sa mort, le désir d’avoir un enfant se faisait sans doute sentir (héritage oblige) d’où la consommation du mariage.
    Imaginer un peu, le fait de rester veuve sans enfant à partir de la puberté est dur à supporter alors que son statut d’épouse d’un prophète vieillissant la contraignait à la devenir.

  • 23 juillet 2014 à 11:50 | RAININGORY (#7238)

    Au vu des évenements qui ont jalonné les six premiers mois de ce Régime , il me vient une question simple : - Est-ce que cette Equipe est vraiment celle qui convient à la tete de L’Etat dans les circonstances presentes à Mada ? Et si Le President lui-meme n’était pas pret à exercer sa Haute Fonction , mais plutot élu parce qu’il n’y avait pas de profil idoine dans l’Ancienne Equipe . Car force est de constater qu’on a l’impression de naviguer à vue alors que les Fondamentaux ( Finances , Sécurité , Executif/AN , Relance économique et Cap à tenir ) sont dans le flou total ! La situation qui prévaut actuellement à Mada eigerait à minima une Equipe qui sait ou elle va , coherente et solide . Dommage

    • 23 juillet 2014 à 14:14 | Isandra (#7070) répond à RAININGORY

      Précision... Hery n’a pas été préparé à diriger tout seul notre pays,...il devait être épaulé par l’équipe expérimentée de Rajoelina, laquelle faisait leur preuve durant la transition, réussissant à continuer de faire fonctionner les administrations,...à éviter le bilan catastrophiques, la dévaluation, l’inflation galopante..., surtout, à faire arriver à terme cette transition,...malgré, les sanctions internationales, les financements et aides suspendues,...les bâtons dans les roues de tous azimuts perpétrés par les adversaires,...

    • 23 juillet 2014 à 15:44 | ollipolli (#8444) répond à RAININGORY

      Je trouve votre attitude défaitiste insupportable. On dirait que vous placez déjà l’actuelle équipe dirigeante dans le passé alors qu’il faut l’aider à préparer l’avenir. Et puis des mots comme "Régime" indique votre tendance à généraliser beaucoup trop facilement… Qui peut croire qu’un seul homme peut tout faire dans le pays ? Qui ? Qui peut croire que une bonne partie des médias n’est pas influencée par des gens qui ne voeint que leurs intérêts court terme qu’ils placent au-dessus de celui de la réussite du Pays ? Qui peut prétendre qu’il ferait mieux à la place du président HERY ? Qui peut dire que les critiques formulées contre l’équipe dirigeante sont constructives et lui permettent d’avancer ? Cela fait des années que le changement est attendu à Madagascar, mais ce serait une erreur d’exiger que Madagascar devienne un pays merveilleux en seulement quelques jours. Il faut laisser à l’équipe dirigeante le temps de travailler, le temps de gouverner. J’ai lu ici et là qu’il fallait impérativement, pour être une bonne démocratie, une opposition. Je suis partiellement d’accord, on voit ce que ça donne en France c’est lamentable. Si vous avez un président exceptionnel, ce que je crois, un type à la hauteur, alors il faut tous vous mettre derrière lui, et le pays avancera certainement beaucoup plus vite vers le changement tant attendu par tous.

    • 23 juillet 2014 à 16:46 | Isandra (#7070) répond à ollipolli

      Je n’ai jamais vu, un régime si critiqué à six mois seulement de son mandat,...malgré l’absence de l’opposition potentielle,...

      Bien sûr, le gens n’attendent pas de miracle, cependant au moins ce régime devrait montrer des signes qu’on se dirigent vers un bon chemin,...et un lueur d’espoir,...mais, jusqu’à là rien, on est dans un impasse, on ne sait plus on va où,...ils se précipitent à s’occuper des choses secondaires, lesquelles n’aura point d’impact sur la vie quotidienne du peuple...

      Je suis sûr et certain que à Madagascar, il y a des hommes et des femmes qui pourraient faire mieux, s’ils étaient à la place de Hery ou Kolo,...

  • 23 juillet 2014 à 12:02 | bema (#828)

    "Quand on est content parce qu’on a pu faire croupir en prison des gens qui nous ont vexé, sous prétexte qu’on est homme d’État, c’est que quelque chose a fini par ne plus tourner rond."
    Merci Ndimby et je pense qu’il est encore temps pour Monsieur Rivo Rakotovao de réparer son erreur tout en redorant son image de patron de parti. La punition est pour ses enfants. Misaotra Tompoko.

  • 23 juillet 2014 à 12:09 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Editorial,pas de commentaire personnel.
    Mais content de lire "Ndimby A.
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 23 juillet 2014 à 13:11 | Vohitra (#7654)

    Bonjour à tous,

    " Ho inonao ny omby maty fa ny henany hohanina " , une façon de parler typiquement malagasy, littéralement voulant dire " ne vous souciez pas de l’origine de la viande mais mange tout simplement ".

    Là où je voudrais en venir, c’est l’attitude percu au sein de la société malagasy quand il s’agit d’un profit inattendu ou pour masquer le fait d’avoir bénéficié du produit d’une malversation quelconque.

    Tout le monde sait que les recettes issues de l’exportation illicite de bois de rose inondent et se diffuse actuellement dans la vie économique et politique du pays, et inoculent dangereusement le monde de la justice, aboutissant ainsi à la déliquessence presque généralisée de l’administration malagasy. Les rumeurs devenues persistantes disent qu’au bas mot, environ USD 600 millions avait pu être généré par ce traffic, et depuis, tout ce est relatif à cette essence forestière reste une affaire d’Etat, surtout au sommet de la sphère de décision politique.

    Depuis 2012 jusqu’à maintenant, les noms des supposés commanditaires ou grands barons dans ce traffic sont livrés au public à plusieurs reprises de diverses manières sans que des preuves tangibles de leurs implications soient évoquées de façon crédible faute de source d’information fiable, et tout le monde se délecte ainsi s’abreuver de " on dirait que...".

    Mais qui détient ou détiennent les preuves permettant de dénoncer ou d’inculper ces commanditaires ? Pourquoi personne n’ose apporter ces preuves ? les banques, les concessionaires de voitures, les importateurs d’équimement IT n’ont vraiment rien à dire la dessus ? et pourquoi les autorités financières du pays ne demandent pas la coopération des banques étrangères pour traquer les produits de cette vente illicite ?

    Eu égard à tout ce qui précède, n’est il pas permis de dire que ces deux journalistes sont les premiers victimes expiatoires d’une guerre sournoise que se livre entre eux les cartels commanditaires de ce traffic ? Et la presse est devenue ainsi l’arène pour ce combat entre titans, et les journalistes vont jouer les rôles de flingueurs et pions.

  • 23 juillet 2014 à 14:12 | betoko (#413)

    A lire l’avertissement de Henry Rabari-Njaka dans le journal L’Express de Madagascar de ce jour, Avertissement adressé aux journaux ou journalistes qui osent critiquer le pouvoir actuel . On se croirait au temps de l’URSS ou de la Corée du Nord , voir La chine
    Jeannot Rammabazafy disait ce matin sur les ondes de Free FM qu’il est aussi dans le collimateur du pouvoir et qu’il risque d’aller en prison et qu’il s’est déjà préparé dans ce sens . En fait tous ceux qui ont osé critiqué ce pouvoir s’attendent à être interpellé d’un jour à l’autre ; Reste à savoir si le pouvoir oserait franchir la ligne jaune
    Concernant la presse écrite on n’en compte que très peu qui ne critique pas le pouvoir d’Hery Rajao et de KOLO Roger , et parmi les stations de télé il n’en reste plus que TVM et TV+ qui n’osent point critiquer ce régime , qui doucement se tourne vers la dictature

    • 23 juillet 2014 à 15:24 | Isandra (#7070) répond à betoko

      A mon avis,...cet apprenti aurait dû se taire pour ne pas mettre l’huile sur le feu,...

  • 23 juillet 2014 à 15:18 | krizzy2 (#5166)

    Crière des quatre questions : Connaissent pas

  • 23 juillet 2014 à 15:26 | ollipolli (#8444)

    les gens sont ils devenus bêtes au point de ne pouvoir comprendre que HERY et son premier ministre ne sont pas responsables de cette arrestation ?

    ils ne sont pas juges.

    par contre, ils ont commençé un chantier de lutte contre la corruption, y compris au sein du ministère de la justice... ce n’est pas pour rien !

    Que cet emprisonnement deux 2 journalistes suscite de l’indignation, c’est parfaitement logique et compréhensible.

    Par contre faire l’erreur d’attribuer cette faute à l’équipe en place me semble être être d’une naïveté sans nom.

    Le juge qui a décidé leur mise en prison, sait bien que l’exécutif pas le pouvoir de les en faire sortir.

    Ceux qui ont orchestré cela connaissent bien la confusion faite par le public. Lors de la mise en cause de Sarkosy, on a fait le même reporoche à Hollande alors qu’il n’y est pour rien.

    Qui est donc le juge qui a mis ces journalistes en prison ? Peut-il s’en expliquer ? c’est ce qu’il faudrait savoir.
    espérons que les accusés puissent se défendre pour obtenir gain de cause et attaquer le juge pour emprisonnement abusif. Qui sait, le prochain à aller en prison… pourrait bien être ce juge s’il est prouvé qu’il s’est rendu coupable de corruption et d’abus de pouvoir, en arrêtant ces journalistes pour nuire à la réputation du nouveau président justement ?

    Encore une fois, HERY me semble un homme bien, pour moi une fait aucun doute que c’est une tentative de déstabilisation du nouveau pouvoir.
    La question est de savoir si le peuple malgache se laissera manipuler.

    • 23 juillet 2014 à 16:16 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à ollipolli

      Bonjour,

      Bon courage pour votre combat car tout le monde a plus ou moins soutenu le présent régime avant de lui tourner le dos face à ses ingratitudes légendaires (les fonctionnaires, fer de lance de l’administration, sont laissés pour compte voire qualifié de fantôme et de corrompu tandis que les privés ont leur doses d’augmentations annuelles de salaire autour de 10% mais pas les fonctionnaires toutes catégories confondues).
      Il ne faut pas s’étonner de leurs réactions doucement mais surement.

    • 23 juillet 2014 à 16:22 | Jipo (#4988) répond à ollipolli

      Il me semble que vous mélangez tout.
      Cette affaire est pour dénoncer les trafiquants de BDR, votre histoire de juge est une manière de demander de regarder le doigt qui vous montre la lune .
      On s’ en tape du juge qui n’ a pu qu’ agir sur ordre & non en toute indépendance !
      En quel honneur juge-t-on en comparution immédiate une affaire qui n’ est pas criminelle ???
      Une délation qui ne demande qu’ à etre vérifiée et non tentée d’ etre étouffée par incarcération , et sur ORDRE de QUI ???
      C ’est cette question qu’ il faut se poser, QUI !
      le juge larbin de service aux ordres on s’ en contre fiche, sachant que la justice n’ est absolument pas indépendante,
      vous nous faite la politique de l’ autruche, pour gagner du temps , Laisser aux coupables le temps de se barrer ou constituer leurs alibis ?
      C ’est grotesque , s’ ils mettaient autant de zèle à lutter contre la corruption, les dahalos, et les priorités , oui ce pourrait etre une " piste " vers le Paradis, mais hélas ils n’ en prennent pas le chemin , voir l’ inverse .

    • 23 juillet 2014 à 16:25 | Jipo (#4988) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Tout le monde a soutenu ce régime ???
      2 Millions sur 22 Millions !!!
      Vous avez une notion de " tout le monde " bien personnelle ...

    • 23 juillet 2014 à 16:50 | Isandra (#7070) répond à ollipolli

      Donc, le va et vient du Dircab de ce ministre au tribunal, c’était pour rien,...?

    • 23 juillet 2014 à 17:06 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Jipo

      ....plus ou moins...avec les soutiens des pro RA8 comme vous en tête de liste.

    • 25 juillet 2014 à 14:30 | rayyol (#110) répond à ollipolli

      Oui bien naif,bien manipulable Tout sauf un politicien.Petit comptable qui aurait du le rester L univers est plein de gens honnete cela ne fait aucun doute.Mais ils ne sont pas tous president Juste a regarder dans quelles circonstances il a ete elu comme bouche trou que l on croyait pouvoir manipuler mais qui s est pris au sérieux

  • 23 juillet 2014 à 16:08 | ollipolli (#8444)

    - "L’emprisonnement de nos confrères Jean-Luc Rahaga et Didier Ramanoelina de Madagascar-Matin est une grossière erreur" : OUI.

    - "de la part d’un régime" : NON, je crois à une faute de la Justice, mais pas de HERY.

    - "qui a déjà des difficultés à développer une assise populaire. " : la faute à qui ? à vous mon cher. Grâce aux journalistes qui écrivent des attaques comme la vôtre, sans prendre la temps de vérifier la valeur du raisonnement, ou le bien-fondé des arguments. Non, il faut faire vite plus vite que le voisin journaliste… Alors on écrit n’importe quoi dans la précipitation, quitte a écorner l’image de la nouvelle équipe dirigeante, en les qualifiant, comme vous le faites, de « régime », une façon pour vous d’indiquer sans doute qu’il s’agit déjà d’une nouvelle dictature…

    Et après, vous vous étonnez que votre nouveau président n’ait pas l’assise populaire qu’il mérite ? Vous en êtes directement responsables, et je pense que votre président a raison de demander aux journalistes d’élever le niveau d’objectivité dont ils font preuve.

    Comptant sur votre compréhension, nous vous remercions donc pour la qualité de vos futurs articles qui j’en suis sûr sera supérieure, à ce qui nous aidera à mieux comprendre le monde qui nous entoure, au lieu de le voir à travers un prisme déformant.

    • 23 juillet 2014 à 16:38 | Jipo (#4988) répond à ollipolli

      Eh oui cet indécrottable Ndimby, n’ est pas un fervent admirateur de l’ à peu près, de la médiocratie, son rôle est bien de dénoncer ce qui ne va pas, car ce qui va : tout le monde de voit, le vit, l’ éprouve, contrairement à ce qui est occulté, et que seuls quelques privilégiés ont la formation pour de telles investigations, et les partager .
      Nous aurons rapidement l’ occasion d’ en reparler, soyez-en sur .
      Ce que dit ce Monsieur, sans etre un admirateur pas plus que défenseur de l’ intéressé, est sensé , réfléchi , et surtout honnête , une équité qui n’ est plus à démontrer, et un courage journalistique & plume, que peu : ont .
      Bien sur , comme tout un chacun il a ses détracteurs, mais vous n’ êtes pas sans ignorer, que : quand vous montrez quelqu’ un du doigt, il y en a 3 pointées vers vous ...

    • 23 juillet 2014 à 17:22 | Jipo (#4988) répond à Jipo

      A l’ attention de Ndimby ainsi que Turping, liste non exhaustive :
      http://www.youtube.com/watch?v=Dahg7XPHu98

    • 23 juillet 2014 à 18:44 | Rakitoza (#689) répond à ollipolli

      Oudryyyyyy

      Lu dans l’express de ce jour, interview Henry Rabary-Njaka, Directeur de cabinet de Rajaonarimampianina
      "Pour le moment on fait avec les textes qui existent et ce n’est pas une création du régime Rajaonarimampianina".

      Ka na ny olona ao anatiny aza milaza fa "régime Rajaonarimampianina". Inona ny plobleman’i ollipoli ’ty ?

    • 24 juillet 2014 à 04:47 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059) répond à Rakitoza

      « J’ai pris cette initiative, NON PAS, en tant que Ministre MAIS en tant que Rivo RAKOTOVAO".

      Tel est le propos de M Rivo Rakotovao qui dégage toute responsabilité de la Présidence de Hery Rajaonarimapianina et de son Gouvernement qui est dirigé par M Kolo Roger.

      De ce fait, c’est un tort de qualifier le pouvoir de Hery Rajoanarimampianiana de scotcher les médias.

      Hallucinant, le Directeur de cabinet de Hery Rajaonarimampianina, Henry Rabary-Njaka, a fait une grosse boulette en s’immiscant dans cette affaire qui relève purement et simplement du privé et non de l’Etat.
      Désolé. Il n’a pas écouté ou entendu les propos du seul Ministre d’Etat et du Ministre de la Communication et des Relations sur cette affaire qui sont CLAIRS, NETS, PRECIS et SANS AMBIGUS.

      M Henry Rabary-Njaka aurait mieux fait de se taire au lieu de dire des bêtises comme : « Pour le moment on fait avec les textes qui existent et ce n’est pas une création du régime Rajaonarimampianina ».

      Quel aveu d’impuissance, de manque d’imagination, d’irresponsabilité, ...
      alors que çà ne regarde nullement ni la Présidence, ni la Primature.
      C’est une affaire personnelle de M Rivo Rakotovao avec les journalistes.

      Quelle cacophonie entre le Dir-cab de la Présidence et certains membres du Gouvernement.

      Y a de quoi se douter ...

    • 24 juillet 2014 à 11:43 | jansi (#6474) répond à NY OMALY NO MIVERINA

      Amateurisme.... Eh oui .

      Ils ferait mieux de dépenser leur énergie pour régler les problèmes prioritaires : pauvreté rurale et urbaine, insécurité, faillite financière, manque de crédibilité internationale, trafic en tous genres, éducation et enseignement supérieur en ruine, santé publique moyenâgeuse, etc.

    • 24 juillet 2014 à 18:46 | râleur (#3702) répond à ollipolli

      Ollipolli ?

      Ce la faute à la Justice et non de Hery que son Dir Cab se mêle de décision de Justice ?

      Le même Dircab qui a bénéficié de mission à 270.000e sans appel d’offres de la part du Ministre du Budget Hery , c’est la faute à la Justice aussi ?

      Et l’affaire les bus chinois, dans laquelle Hery et Bary Njaka sont mêlés jusqu’au cou , c’est la faute à la Justice aussi ? (toutes les chancelleries sont au courant de cette affaire)

      Un Ministre (donc faisant partie du Pouvoir Exécutif) qui est PCA d’une entreprise publique AIr MAd, c’est la faute à a Justice aussi ?

      Un dircab qui devient PCA d’Air Mad (pour pouvoir faire des voyages gratuits au frais de cette compagnie mourante), c’est la faute de la Justice aussi ?

      Hery est un expert comptable donc sait parfaitement qu’un Minsitre qui est aussi PCA (jusqu’à son élection, donc pendant la campagne) relève d’abus de biens sociaux ! N’imorte quel comptable de 2èe année vous le dira

      Un directeur de Cabinet qui est PCA, même au fin fond d’un pays l’Afrique le plus corrompu, cela n’existe pas. Alors que le Sieur Bary Njaka est censé être un avocat ignore complètement la Loi et le Droit ?

      et Ollipolli veut donner de leçon à Ndimby, car envoyé comme sous marin, comme le furent pendant la transition le Vuze et compagnie (ces imbéciles se reconnaitront) ?

      Ollipolli : si j’étais vulgaire, je me demande s’il ne fait pas changer ce pseudo en remplaçant les ll par un r ! mdr

    • 24 juillet 2014 à 19:46 | Rakitoza (#689) répond à râleur

      Ka efa hoe " Inona ny plobleman’i ollipoli ’ty ?" (voir mon post plus haut)

  • 24 juillet 2014 à 13:03 | râleur (#3702)

    Merci Ndimby.

    Je trouve que vos propos sont justes et mesurés (un pue trop mm à mon goût). Quand un directeur de Cabinet de Présidence se permet de commenter une décision de justice, c’est que celui ci n’y comprend (pourtant avocat ?) ou alors, il pense qu’il est au dessus des lois et se permet de donner des instructions aux institutions judiciaires !

    Ces énergumènes (incultes politiquement) doivent au moins savoir que l’emprisonnement de journaliste, en préventive, est un dcision qui n’existe que dans les pires dictatures !

    La Gazette vient de dévoiler la mission, sans appel d’offres, confié par un certain Hery Rajaonarimampianina, à un certain Hery Bary Njara ; avec un honoraire de 270.000€ à la clé.

    A ’époque, l’un était Ministre du Budget, l’autre Avocat à PAris, dont le chiffre d’affaire annuel ne dépassait guère la moitié de ce chiffres

    Depuis, le premier est devenu Pdt de la République, le deuxième son Dir Cab !

    C’est son DIr Cab, qui a d’autres secrets (je le défie à tous les 2 de parler des 2 bus chinois), donc il en a peur, qu perdra Hery, plus vite que prévu.

    • 24 juillet 2014 à 14:03 | râleur (#3702) répond à râleur

      Je rajouterai que les 2 membres de l’Exécutif et son directeur de cabinet font honte au Malgaches.
      J’aimerais tant que l’on parle de ce pays autrement qu’avec d’emprisonnement de journalistes !

      http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/07/24/a-madagascar-deux-journalistes-emprisonnes_4461938_3244.html

      débute de l’article : Le trafic de bois de rose est décidément un dossier très sensible à Madagascar. En décidant de placer en détention provisoire deux journalistes suspectés de « diffamation et de délit de presse », la justice malgache vient de faire preuve d’une sévérité exceptionnelle alors qu’aucun des barons de ce commerce illicite, dont les noms sont notoirement connus depuis des années, n’a jamais été inquiété.

    • 24 juillet 2014 à 14:11 | râleur (#3702) répond à râleur

      C’est en 1ère page du Monde.fr !

      Et après ce régime va dire que c’est pour faire venir les investisseurs ?

      Tout ça c’est tellement nul, nul, nul que cela fait honte !!!!

      C’est une honte totale !

  • 24 juillet 2014 à 16:28 | betoko (#413)

    Juste une chose pourquoi aussi bien le président de la république,que son premier ministre ou le BIANCO ne publient pas TOUTE la liste des trafiquants car de ce fait plus personne n’oserait plus les exploiter . Dois je comprendre que le pouvoir aussi est compromis dans cette affaire ?

  • 24 juillet 2014 à 19:29 | betoko (#413)

    Youpiiiiiiiiiiii, Hery Rajaonarimampianina vient de demander à Rakotovao Rivo de retirer sa plainte . J’attends la réaction de Basile le fasciste déspote et réactionnaire , Une victoire pour la presse grâce à la pression internationale

    • 24 juillet 2014 à 19:41 | râleur (#3702) répond à betoko

      Hery a réagit sur appels des chancelleries !

      Pour sauver sa peaux et essayer de laver cette tâche qui risque d’être indélébile, il doit virer de suite son dircab et ce Ministre Rakotovao

      Mais je ne crains qu’ils aient des secrets inavouables sur la gestion du Ministre du budget de la Transition. Ils savent trsè bien qu’ils tiennent Hery par la peaux des nouilles ! Il n’osera pas le faire

    • 24 juillet 2014 à 20:39 | jansi (#6474) répond à râleur

      Retirer la plainte. C’est un début de sortie de crise avec élégance. Le Président a eu raison de le dire a son ministre.
      Mais HR devrait maintenant aller plus loin.
      - demander a Samfin et Bianco de fouiller a fond cette affaire de BdR.
      - procéder a un remaniement très large. L’environnement, la pêche, le commerce, l’aménagement du territoire, les transports, la justice, les finances, la communication et bien sur la primature doivent changer de titulaires.
      - lancer des programmes qui rendraient la confiance des Malgaches au PRM.

    • 25 juillet 2014 à 00:55 | râleur (#3702) répond à jansi

      ne vous trompez pas.

      Hery a été obligé de faire retirer la plainte car Obama lui aurait enlevé son invitation au sommet USA AFRIQUe !

      C’est aussi simple que ça !

      Bary Njaka et le MInistre Rakotovao doivent être remplacés sur le champs car la bêtise a été faite, il faut qu’il essaie de laver un peu tt ça.

      Ces 2 énergumènes sont intervenus sans réfléchir, ils doivent dégager , non seulement pour essayer de sauver le soldat Hery, mais aussi parce qu’ils ont fait honte au pays tout entier !

    • 25 juillet 2014 à 14:13 | rayyol (#110) répond à jansi

      Je ne voit aucune elegance dans ce geste Juste de la peur Comme un enfant qui a fait un mauvais coup il est oblige de s excuser Parce qu il n apas le choix pas par grandeur d ame Les gens le savent bien Maintenant l heure de passer au cash.Il va payer sa bourde a un point qu il ne peut meme imaginer

  • 25 juillet 2014 à 01:48 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059)

    De cet "amour-propre mal placé", le pouvoir de Hery Rajaonarimampianina est en très mauvaise posture.

    En effet, cet emprisonnement de journalistes peut conduire à d’autres affaires plus ou moins sulfureuses et délicates de l’Etat. En outre d’ici peu, le BIANCO et le SAMIFIN vont pondre leurs rapports mettant à l’index les gabegies, corruptions, malversations, divers trafics (BdR, or, animaux, ...), appels d’offre, etc ... minant la gouvernance en général à M/car.
    C’est pas de chance et c’est peu probable que c’est organisé par les services secrets étrangers pour booster le pouvoir malagasy à avancer plus vite et à éradiquer la corruption ...

    Ce qui est vrai, un ministre doit avoir bon dos et ne pas s’alarmer à chaque départ de feu, à chaque "afon’Antongona" allumé par un quidam du forum de Madagascar Matin ou autres, ... Y en aura d’autres ... dans n’importe quel domaine et sur n’importe quel membre du gouvernement et autres.
    A ce jeu, M Marc Ravalomanana aurait dû ester en justice, pratiquement tous les jours contre les multitudes de forumistes le dénigrant, le bafouant, ...

    A ce stade de haut responsable de l’Etat, l’amour-propre et toute susceptibilité est à ranger au fond de sa poche. En politique, c’est le domaine du cynisme, de la mesquinerie, ... De la violence psychologique, morale qui peut venir de partout et de n’importe qui.
    On dit bien : " les chiens aboient, la caravane passe !".

    Retirer la plainte ou suivre la procédure est un choix cornélien.
    Mais le vin est tiré, ’faut le boire et trinquer ... avec tout le gouvernement, "invité de force", dont on appartient.

    N’imaginons pas la tête de Hery Rajaonarimampianina et de Kolo Roger ... face à cette bavure imprévue et très délicate, en plus des problèmes existant en instance de résolution.
    En prime, çà concerne le seul Ministre d’Etat du gouvernement assimilé à un vice 1° Ministre.

    Ce qu’il faut attendre politiquement de cette affaire :
    - ou c’est un remaniement du Gouvernement
    - ou un changement de gouvernement.

    • 25 juillet 2014 à 14:08 | rayyol (#110) répond à NY OMALY NO MIVERINA

      Porte ouverte aux jounaliste pour denonciation de tout genre et ils ne vont pas se gener, je l espere bien. Vous allez voir la puissance du quatrieme pouvoirJe crois que l on va bien s amuser de la deconfiture des trafiquants en tout genre Le rose a etre a l honneur Attendez vous a des vertes et pas mures Le vrai menage ne fait que commencer attacher vos ceintures.Beaucoup de gens vont sentir un vent de liberte souffler.Dans l univers tout est programme et arrive a point donne

  • 25 juillet 2014 à 07:57 | Rakotozafy (#1655)

    Si on retire une plainte, c’est une manière de dire que la Justice est indépendante, cette solution est préférable à une intervention auprès d’elle pour libérer les journalistes.

    Pour ma part, le Ministre avait raison de porter plainte s’il s’est senti diffamé après c’est à la Justice de trancher.

    Pour la mise en MD, à part le Juge et les prévénus, personne n’y a assitée, plusieurs hypothèses pouvaient être envisagées, provocation, insulte etc.

    Enfin pour commenter une décision de Justice, il faut bien connaître les Lois

    • 25 juillet 2014 à 09:00 | Rakotozafy (#1655) répond à Rakotozafy

      Comme j’ai dit dans un autre post, il aurait fallu que les Ministres démissionnent avant de porter plaintes, pour ne pas faire confusion avec le Gouvernement.

  • 25 juillet 2014 à 14:00 | rayyol (#110)

    Il faut etre naif de croire que le president n y est pour rien.Il y est pour tout il a saisi l occasion de se venger Car c et un etre qui ne pense pas pauvre petit rond de cuir avec une tres petite personnalitee Incapable de faire la difference entre ce qu il faut faire ou ne pas faire Petite gens porte au pouvoir comme bouche trou mais qui s est vraiment pris au sérieux Maintenant totalement desarme ne sachant plus a quel saint se vouer Au debut il paraissait intelligent avec beaucoup d assurance Mais ce n est qu une petite personnalitee qui a voulu jouer au grand Et qui est bien depourvu maintenant

    • 25 juillet 2014 à 15:53 | Jipo (#4988) répond à rayyol

      Surtout les yeux à la hauteur de sa surestimation ou évaluation, du bazil bis,, comme il y en a trop, avec un costume bien trop grand pour ses frêles épaules .

  • 25 juillet 2014 à 18:25 | Rakotozafy (#1655)

    J’ai l’impression qu’il y en a qui trouvent toujours à dire quoi qu’il fasse le PRM.

    Pour ma part cette façon de faire bloque toutes ouvertures, j’espère que le PRM ne s’arrête pas à ces futilités

    Ceci démontre qu’il est difficile de gouverner et surtout de contenter tout le monde.

    La ligne qu’il adopté pour cette affaire me semble judicieuse, car ça lui permet de ne pas intervenir auprès de la Justice.

    Je suis sur que la CI apprécie cette manœuvre.

    • 25 juillet 2014 à 20:46 | râleur (#3702) répond à Rakotozafy

      Alors Rakotozafy, on est en service commandé pour Hery pour être aveugle à ses âneries ?

      Contenter tt le monde ? Effectivement Hery a ratissé large pour financer sa campagne, donc maitenant "les bailleurs" cherchent" ke retour sur investissement !

      Se flanquer de
      - Dir Cab sulfureux (il suffit d’un pue de renseignement pour savoir commet in a arnaqué bcp de monde qui voulait investir à Mada)
      - de ministres corrompus (genre Ahmad ou autres) véreux et trafiqueurs
      - un PM dentiste sorti de nulle part et qui parle à peine la langue nationale !

      et j’en passe et des meilleurs !

      On ne peut plus parler d’erreurs quand on sait comment il a financé sa campagne électorale.

      L’absence de tt esprit critique des gens comme vous amène les politiciens de pacotilles (genre Ravalomanana ou Rajoelina) à penser qu’ils son intelligents !

      Avec une marionnette comme Hery, manipulés et ficelés par des "bailleurs de fonds" (dont certains indopakistanais de la place qui obtiennent mm une banque sans coup férir !), notre pays continue à rester dans les ténèbres du sous développement 54 ans après son indépendance !

      Et Rakotozafy est heureux et content et dira que c’est la faute aux critiques !

      Politiquement , Hery est nul, Nul et zéro !

      après le recul de 5 ans de la Transition, nous voilà parit pour 5 ans de marche arrière !

      Pauvre pays

    • 25 juillet 2014 à 21:18 | Rakotozafy (#1655) répond à râleur

      Il ne vous vient pas à l’idée que l’on puisse défendre la démocratie ? Le PRM je respecte seulement la fonction, je m’aperçois que c’est au dessus vos possibilités

    • 26 juillet 2014 à 02:03 | râleur (#3702) répond à Rakotozafy

      bien sûr que c’est au -dessus de mes possibilités de se parer du genre "respecter la fonction" pour ne pas critiquer. Moi c’est : participer = critiquer !

      Je ne respecte pas les gens, quelle que soit leur fonction, quand j’estime qu’il y va de l’avenir du pays. Je suis sûr qu’au temps de Ratsiraka, vous ariez été du genre : "oyez oyez". Ravalomanana genre : minoa fotsiny ihany. Rajoelina ? pour vous c’est un génie qui voulait faire tout "mora"

      Continuez à le défendre coûte que coûte, votre Hery qui a eu trop de "bailleurs", en vous drapant de la "noblesse de la fonction"

      Les "bailleurs", genre Bary Njaka, Rakotovao, Ahmad, ..et bien d’autres, veulent leur part. Hery n’y pourra rien. C’est pour ça qu’il est mal parti et ne pourra jamais s’en sortir !

      Chacun son rôle : vous c’est ronronner, en étant un sous marin de Hery, moi c’est râler après les fossoyeurs de mon pays ! mdr

    • 26 juillet 2014 à 07:21 | Rakotozafy (#1655) répond à râleur

      Continuez votre chemin, je ne rentre pas dans votre jeu de provocation

  • 1er août 2014 à 16:45 | takaka (#8449)

    Je n’ai pas pu voter à cause du CENIT. J’ai crié, j’ai revendiqué mes droits. Allez voir. Mme Attalah n’a rien à foutre avec ses ordinateurs et ses foutus logiciels. Plusieurs centaines de milliers de malagasy sont dans le même cas que moi. Vous journalistes, vous auriez du écrire ce retour de deux statuts : citoyen et non citoyen. C’était l’époque de la colonisation. Et dans cette colonisation, nouvelle ou pas, vous voulez la liberté de presse ?

    Vous êtes tous minables. Excusez le terme mais c’est le retour de la manivelle. Quand même battez-vous jusqu’à la fin. Cet état banabana et népotique ne veut pas être critiqué. Pourquoi ?
    Parce qu’il ne respecte pas un des fondements de toute nation bennie : " ne mentez jamais ".

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS